Des changements opérés à la tête des banques publiques

aymen benabderrahmane
Le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane. D. R.

Le ministre des Finances, Aymen Benaderahmane, a opéré jeudi, à Alger, des changements à la tête des six banques publiques que compte le pays, rapporte l’APS.

Conformément à ce changement, qui élimine la fonction de PDG (Président directeur général), en confiant la gestion de la banque à un PCA (président du conseil d’administration) et à un DG (Directeur général), dans le cadre de la réforme de la gouvernance des banques publiques, Houari Rahali a été nommé PCA de la Banque extérieure d’Algérie (BEA) alors que Lazhar Latrèche a été reconduit comme DG de cette banque.

Mohamed Larbi a été nommé PCA du Crédit populaire d’Algérie (CPA) et Ali Kadri DG de la même banque.

Pour la Banque de l’agriculture et du développement rural (BADR), Nacer Laouami a été nommé PCA et Mohand Bouraï reconduit au poste de DG.

La Caisse nationale d’épargne et de prévoyance (CNEP-Banque) a vu la nomination de Mustapha Chaabane en tant que PCA et de Samir Tamrabet en tant que DG.

Saïd Dib et Youcef Lalmas ont été respectivement nommés PCA et DG de la Banque de développement local (BDL).

Quant à la Banque nationale d’Algérie (BNA), le ministre a nommé Ramdane Idir comme PCA et Mohamed-Lamine Lebbou comme DG.

R. E.

Comment (2)

    Brahms
    2 mai 2021 - 10 h 02 min

    Supprimer le marché parallèle de la devise,

    Il faut interdire le marché parallèle de la devise avec des sanctions à la clé pour tous ceux qui trafiquent, il faut libéraliser le marché des devises en mettant de la sécurité dans les transactions financières.

    Il n’y a que de cette façon que les banques pourront gagner de l’argent via des commissions sur les transactions, les taux de change mais aussi pour contrôler ces flux financiers afin de financer l’économie nationale dans des projets structurants.

    De cette façon, la Banque algérienne pourra ainsi financer un hôpital, un dispensaire, un lotissement d’immeubles mais un individu qui fait son trafic au marché port Saïd ne financera rien du tout, il ira enrichir la Turquie, Dubaï, Djeddah, France et autres pays avec les devises récoltés.

    Amin99
    2 mai 2021 - 8 h 54 min

    Les banques publiques Algériennes qui accusent un retard important dans l’organisation, les methodes et les services aux clients doivent être modernisées.
    Le changement de gouvernance ne doit pas être un simple jeu de chaises musicales mais il doit être en rupture avec les méthodes du passé, il faut désigner des gens competants, visionnaires qui viennent d’autres horizons, secteur privé, banques étrangères avec si possible une expérience internationale, capables d’apporter une vision moderne au secteur. Ailleurs dans le monde, les bons profils sont courtisés et recrutés au prix d’or car ils apportent une vrai valeur ajoutée.
    Pour changer les méthodes de gouvernance, les banques publiques doivent investir dans la formation de leurs personnels et être accompagnés par des cabinets conseils.
    C’est comme cela que l’Algérie se modernisera, tout secteur confondu.
    A bon entendeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.