Qui ose parler du mirage de l’arabisation ?

langue arabe
Des candidats au bac français devant l'IFA, à Alger. D. R.

Contribution de Yazid Sadat(*) – Les gouvernants ont cru que la langue arabe était capable de moderniser le pays et de le développer. A ce jour, ils ne se rendent pas encore compte du fait que cette Algérie est incapable de réussir son arabisation, d’abord faute de moyens et d’environnement approprié. Le personnel demeure toujours insuffisant en nombre mais surtout en qualité. Il a été fait appel aux vrais pays arabes mais eux-mêmes souffrent d’un manque de qualification. Les livres et revues en langue arabe sont palliatifs, on réalise des traductions mais cela est très onéreux.

Notre Algérie avait la chance de posséder une élite francophone ; de très nombreux algériens ont vécu et travaillé en France ; la langue française est la plus répandue dans le pays et bien dans de nombreux domaines d’activités : santé publique, industrie, commerce, finances, banque… à tel point que, même sur les documents d’Etat, le nom et le prénom doivent figurer aussi en caractères latins.

Autre handicap, la langue d’enseignement est en arabe littéraire, une langue tout à fait étrangère aux Algériens : dans la rue, les familles, elle n’est nullement utilisée, ce n’est guère une langue de communication courante, même entre arabophones. En outre, la langue arabe ne permet pas de former des esprits précis, aptes à raisonner avec rigueur ainsi que l’exigent les disciplines scientifiques.

L’Algérie s’est enfermée dans une situation paradoxale : toutes les activités économiques financières, sociales utilisent la langue française. Par conséquent, de nombreux diplômés en langue arabe ne trouvent pas d’emploi. Ce qui a été dépensé pour les arabiser est un énorme gaspillage. Les bacheliers qui poursuivent leurs études en langue française ont toutes les difficultés à suivre. Ils éprouvent aussi un légitime sentiment de frustration. L’arabisation de l’enseignement s’est traduite par une baisse générale du niveau des travailleurs, quel que soit leur secteur d’activité, car ils n’ont été formés dans aucune des deux langues. Ne parlons pas des Kabyles qui rejettent d’autant plus la langue arabe que les gouvernants ont projeté d’éliminer cette belle langue maternelle.

Les insuffisances découlant de l’arabisation expliquent en grande partie ce désir intense des diplômés d’aller particulièrement poursuivre leurs études en France, mais c’est pour ne plus revenir en Algérie.

La langue arabe n’y est parvenue dans aucun pays. Les élites des pays arabes sont formées en langue anglaise au niveau supérieur. En Afrique du Nord, elles le sont en langue française et pour y prétendre, la qualité de rejeton d’untel ou d’untel est bien requise.

Tout le monde reconnaît que l’école algérienne est sinistrée, tout le monde ne peut ignorer que des milliers de diplômés ne trouvent pas d’emploi mais personne n’ose reconnaître publiquement que cela est dû à l’arabisation. Les familles riches se permettent naturellement de scolariser leurs enfants en Europe. Dans certaines villes d’Algérie, des écoles privées payantes fonctionnent en langue française. La solution de fond consiste à renoncer d’urgence à l’arabisation.

Il faut nécessairement garder à l’esprit la relation dialectique qui existe entre le niveau de développement d’un pays et la qualité de son enseignement. Si cette qualité est bonne, le pays est en mesure de se développer, il est évident qu’il ne le peut pas dans le cas contraire.

Combien de familles algériennes ont-elles quitté le pays dans le seul but de scolariser leurs enfants dans des pays francophones ?

Le problème est bien urgent. A condition de commencer dès à présent, une trentaine d’années seront nécessaires pour hisser notre Algérie au niveau des pays développés.

Y. S.

(*) Initiateur du mouvement Nous Immigrés de France

Comment (62)

    غزاوي
    22 juin 2021 - 18 h 52 min

    مجرد تساؤل.ـ
    لماذا أخفق التعريب في الجزائر !!!؟؟؟
    جاء في المقال ما نصه:ـ
    « A ce jour, ils ne se rendent pas encore compte du fait que cette Algérie est incapable de réussir son arabisation »
    الكاتب حاول أن يرجع سبب إخفاق الجزائر في التعريب للغة في حد ذاتها ولنقص الوسائل المادية والبشرية. هذا قد يكون صحيح، لكن الأصح منه يعود لمعارضته بل لمحاربته من طرف النخبة المفرنسة التي مكنتها فرنسا من الاستيلاء على الإدارة بدليل ما أعقب سن قانون التعريب في بداية السبعينات وما أثير من زوبعة من قرار وزير التجارة تعريب المحلات التجارية.ـ
    جاء في المقال ما نصه:ـ
    « Notre Algérie avait la chance de posséder une élite francophone »
    إذا كان الكاتب يرى حرمان شعب من ممارسة لغته حظا فأنا أرى عكسه تماما بل أراه استعمارا، لأنه بالنسبة لي لا فرق بين حرمانك من لغتك وحرمنك من حريتك.ـ

    Mohamed Mokhtar Kharroubi
    22 juin 2021 - 17 h 08 min

    Que c’est triste : lorsque je me trompe de chemin je dis que c’est la faute à mon âne. Quand la machine ne fonctionne pas, elle n’est nullement responsable, c’est l’utilisateur qui est en cause. Vous parlez des berbères, des arabes sans en connaitre l’histoire profonde de l’évolution de l’humanité. La seule chose que vous donnez en perspective c’est que le chemin ( SI ) du développement sera long, long très long ; des siècles. Lorsque l’on est capable que de dénigrement, il ne faut pas s’attendre à du merveilleux.
    Je voudrai que tous ces gens … plongent dans une réflexion pour saisir le sens de tois termes qui sont : > <> <>

    Jackez Le Navenec
    22 juin 2021 - 10 h 07 min

    Bonjour,

    Historiquement parlant, l’arabe est une langue coloniale imposée par la force et le sang lors des conquêtes arabes. Ceci est vrai pour le moyen-orient comme pour les pays du maghreb et tout les pays concerné par l’expansion de l’Islam. Kahina n’était pas de langue arabe. Mes arrières grands parents ne parlaient pas français. Le breton, le basque, l’alsacien, le corse, l’occitan résistent encore un peu malgré les efforts de l’état français pour en limiter l’usage depuis les années 1900 (cela est en train de changer). Mais ce dernier est la langue des échanges entre tous. Perdre l’usage d’une langue est toujours une mauvaise chose. C’est vrai pour les langues régionales, l’arabe pour les arabes, et pour vous le tamazight avec ses variantes.

      @Jackez Le Navenec
      23 juin 2021 - 16 h 08 min

      Enfin,un bon article qui sort des sentiers battus de la langue de bois.
      L’arabisation fut un fiasco en Algérie.Elle a mal démarré en 62 avec la venue de chômeurs égyptiens ,palestiniens,irakiens devenus enseignants dans notre pays.L’arabisation a échoué car l’arabe étant la langue du St-Coran,son enseignement dans les écoles était imprégné de religiosité exacerbé par les salafistes qui avait investi l’École républicaine avec la bénédiction de l’État qui fut (ou qui est..) infltré par des baathistes.
      L’Algerie est le seul pays de la planète ou la langue officielle n’est pas parlé par la majorité de la population.
      Le choix de la langue arabe n’était pas dictée par l’éficacité,mais par l’idéologie.La plupart des pays africains ont opté pour la langue française comme langue de travail,ce qui n’a nullement nuit aux langues autochtones,ni à l’identité.L’algérie est le seul pays au monde ou l’élève de la maternelle jusqu’au baccalauréat est complètement arabisé (avec des programmes totalement déconnecté du monde moderne..),se retrouve à l’Université dans des cours dispensés dans une autre langue qu l’arabe.Que de déperdition,de découragement,de colère parmi les étudiants frustrés et brillants.C’est à croire que pareille situation fut bien pensée et planifiée afin d’empêcher notre pays de s’émanciper,de se développer.

    Abou Stroff
    22 juin 2021 - 7 h 16 min

    je persiste et signe: l’arabe classique que personne ne parle et le tamazight que quasiment personne ne veut apprendre, sont des langues mortes et bien mortes.
    concernant l’arabe, cette langue figée, fixée et fossilisée par la texte coranique ne reflète pas le vécu en perpétuel transformation des peuples dits arabes.
    en d’autres termes, les peuples concernés ont évolué (dans le bon ou le mauvais sens) et les rapports sociaux qui lient et opposent les couches sociales qui composent ces peuples ont été bouleversés par la dynamique des histoires singulières et générales. ces cataclysmes au niveau de l’infrastructure ont nécessairement produit des chamboulements au niveau de la superstructure en général et des langues usités, en particulier (d’où l’apparition et le foisonnement de « darijates » (parlers locaux)). ces darijates sont en fait les langues (qui reflètent les bouleversements qui ont lieu au sein de l’infrastructure) qui devraient être prises en charge par les spécialistes en vue de les codifier pour qu’elles se transforment en langues à part entière.
    quant au tamazight, le problème (si problème, il y a) est tout à fait simple: pourquoi apprendre le tamazight si cette langue n’apporte aucune information pertinente qui puisse booster notre humanisation?
    moralité de l’histoire: au lieu de pratiquer l’onanisme à grande échelle en essayant de matérialiser un mirage, n’est il pas plus pertinent de retrousser ses manches, de travailler, de produire et enfin d’inonder le monde de nos marchandises, y compris de la langue qui nous aura servi à dépasser notre statut actuel de tubes digestifs ambulants doublés de zombies décérébrés pour nous réinsérer dans le règne de l’humanité qui nous avons, pour diverses raisons, abandonné?
    PS: – permettez moi d’avancer que l’arabe classique et le tamazight sont deux langues mortes au sens historique du terme et qu’à ma connaissance, une langue n’est vivante que par l’apport de ses locuteurs à la connaissance universelle. or, il s’avère que l’arabe classique qui n’est utilisé par aucun peuple et le tamazight sont revendiquées par des couches sociales en marge de l’histoire et dont la seule « activité » palpable et quantifiable est de consommer ce que produisent les peuples qui font du travail, la seule valeur effective et de la maitrise de leur langue par autrui, une nécessité impérative.

      Amsevrid
      22 juin 2021 - 12 h 42 min

      Je vous prie d’éviter de parler pour les autres.
      En Kabylie, nous tenons à apprendre et à généraliser la langue Kabyle dans tous les domaines.
      La langue Kabyle est peut être morte pour vous, c’est votre droit. Les Kabyles n’ont pas le droit de l’imposer aux autres régions, mais ont le stricte droit de la sauvegarder et de l’enseigner à leurs enfants avec le caractère latin que les linguistes et spécialistes ont adopté.
      Les langues étrangères telles que l’arabe, le français et l’anglais intéressent aussi la population.
      Nous ne sommes ni des français, ni des arabes, ni des turcs. Nous voulons juste être nous-même.

    Anonyme
    22 juin 2021 - 6 h 43 min

    Le fait même de parler d’arabisation est la meilleure preuve qu’on a rien à voir avec l’arabe. On arabise pas un pays déjà arabe…

    el chahid
    21 juin 2021 - 22 h 40 min

    selon l’ex gouverneur de la banque d’algérie, l’arabisation a été planifiée soigneusement et imposée par le général de gaule.
    la publication est disponible sur le net.

    Anonyme
    21 juin 2021 - 22 h 24 min

    À mon avis, notre erreur viendrait du fait que la langue arabe nous a été servi dans un plat religieux et non pas linguistique ouvert à la science, aux arts et au monde. Rajouter à cela une politique gouvernementale démagogique et populiste, ayant privilégié le quantitatif. Ce qui a eu pour conséquence inéluctable une baisse effarante du niveau de nos écoliers.

      Anonyme
      22 juin 2021 - 9 h 05 min

      En 2016 un collectif d’intellectuels algériens dont Ahmed Djebbar avaient dénoncé la néo-salafisation de la langue arabe. Il y a eu un article d’AP à ce sujet

    Cirta25
    21 juin 2021 - 21 h 52 min

    Au commencement, des traducteurs de Bagdad de l’époque abbasside, qui parlaient le grecque avant que la langue arabe ne soit instituée comme langue du pouvoir, ont pu avoir accès à l’héritage hellénistique et découvrir les mondes de la pensée philosophique, la mère des sciences, puis vinrent les influences de Chine, de l’Inde, de l’Égypte pharaonique, de perse, de Byzance et de Palestine. Le christianisme, le judaïsme, le bouddhisme, le zoroastrisme avaient déjà fait œuvre pour que la civilisation musulmane puisse s’abreuver du savoir profane à l’identique de ce qui se passe aujourd’hui. La modernité, qui s’est construite contre la religion, a tourné le dos aux influences islamiques. Le nouveau monde aspire aujourd’hui à la conquête de l’espace pendant que sur terre, on s’interroge sur l’usage des langues coloniales à même de perpétuer notre dépendance. La langue la plus proche de l’arabe est l’hébreu. Pourtant, personne n’y a pensé. Le français aurait constituer une passerelle vers l’anglais. Mais, on a préféré arabiser le latin. A celui, qui disait, il faut moderniser l’islam, on lui a répondu qu’il fallait islamiser la modernité. Et, on s’étonne de nos dépendances à ne plus en compter. La volonté du pouvoir absolu continue de sévir sur terre et, qui mieux que la langue de bonne augure pour confiner et anesthésier les esprits. Une vérité primaire dans un pays qui s’est bâti sur le manque, la pénurie, l’impunité, l’insolvabilité, la médiocrité avec en point de mire Les Lumières profanes au-delà de la Terre du Milieu. La schizophrénie vient de ce que l’école publique est un héritage de la colonisation française et que l’enseignement profane a depuis des siècles battu en brèche le discours religieux devenu une affaire personnelle, qui ne commande plus la société sauf, bien-entendu, dans les pays arabes. Une élection halal, un parlement halal, vous pouvez le dire en français, en anglais, rien n’y changera à la compréhension des concepts en arabe, totalement incompréhensibles du monde des vivants, des sciences naturelles, des mathématiques, de la physique, de la chimie et de la politique.

    Amin99
    21 juin 2021 - 19 h 15 min

    En Algérie, il y’a deux problèmes majeurs:

    Le premier problème concerne la généralisation de l’arabisation sans mettre les moyens adéquats pour sa réussite. Absence d’ouvrages, absence de compétences, absence des échanges…etc.
    Ce projet a échoué en Algérie mais aussi dans tous les pays arabes.

    Le second problème concerne la baisse généralisée du niveau de l’enseignement, le recrutement des enseignants sur une base autre que l’excellence et la faiblesse du niveau des élèves.

    Il est loin le temps où on recrutait les meilleurs, malheureusement le passe-droit a fait répondre la médiocrité dans tous les domaines et ce n’est pas fini.
    Au final, l’Algérie a pris beaucoup de retard, son système éducatif en panne doit se réformer en profondeur.
    Avec la mondialisation, l’Anglais s’est imposé dans tous les domaines d’activité: scientifique, technologique, juridique, culturelle, business, voyage..etc, c’est la langue de travail par excellence pour les échanges internationaux, tous les pays du monde l’ont adopté.

    Il faut que les nouvelles générations adoptent l’Anglais dès leurs jeunes âges, encore faut-il que notre ministère de l’éducation mette les moyens.

    Le monde d’aujourd’hui va très vite, il sera donc de plus en plus difficile de trouver des ouvrages traduits dans toutes les langues encore moins en Arabe, il est plus facile aux nouvelles générations de s’instruire directement en Anglais tant la littérature est riche et diversifiée.
    Beaucoup de pays dans le monde ont introduit les langues dès le jeune âge, notamment dans les pays d’Asie, cela devient incontournable pour favoriser le développement du pays.
    A bon entendeur

      UN LECTEUR
      24 juin 2021 - 22 h 22 min

      Mesdames, Messieurs, le seul problème si jamais il y à problème, c’est un peuple qui ne sait utiliser aucune des langues dont il se dit propriétaire, donc a mon humble avis je crois pouvoir dire ici, apprenons d’abord a nous comprendre en utilisant le vocabulaire local que nous ont lèguer nos ancètres et puis par la formation de véritables maitres es-langues faisant de nos enfants les futurs polyglottes de ce pays que nous avons détruit avec nos redoutables incompétences.

    YIWEN
    21 juin 2021 - 18 h 15 min

    POURQUOI L’ARABISATION A ECHOUE ET ECHOUERA ENCORE.
    Je n’aborderai pas ici les causes culturelles, politiques, idéologiques et identitaires de l’échec; je me bornerai à traiter les aspects strictement linguistiques (y compris l’aménagement linguistique). Pour les besoins de compréhension il convient de rappeler qu’il existes plusieurs langueS arabeS: l’arabe ancien (théologique et littéraire), l’arabe moderne standard (Modern Standard Arabic) qui est celui des médias et de la communication officielle et pragmatique et pas moins de 55 dialectes arabes sur toute l’aire géolinguistique. Le MSA est la lingua franca des pays dits « arabes ». Les enfants arabophones, et encore plus les allophones (ex.: les Berbères, les Kurdes, etc), sont exposés à l’école à un arabe (MSA) assez différent de celui qu’il pratiquent au quotidien (variante dialectale) et vivent donc une situation de diglossie et, psychologiquement, de schizophrénie. Or, le bon sens aura commandé que l’on enseigne aux enfants dans leur langue maternelle. Les grands prêtres baathistes et islamistes se batteraient jusqu’à leur dernier souffle toute tentative de valoriser les langues arabes nationales (dialectes) comme la derja algérienne pour les raisons que tout le monde connaît. Il est pour le moins anormal qu’une langue apparue plus ou moins à la même époque que le latin (Vè siècle av. J.-C.) continue de s’imposer à des populations culturellement très diverses alors que le latin a donné naissance à pas moins de 7 langues vivantes que leurs locuteurs ont valorisé pour en faire des langues de savoir et de science. En somme, le problème est foncièrement idéologique, politique et religieux. Les Algériens lucides devraient tenir à la langue française (nous avons produit un fonds intellectuel immense dans cette langue), promouvoir l’arabe algérien et tamazight (dans ses variantes) et s’ouvrir à l’anglais…

    Hmed hamou
    21 juin 2021 - 18 h 10 min

    Les seuls fautifs dans cette affaire sont les Perses notamment. Depuis que les Perses ont décidé de redevenir Perses, les Turques redevenir Turques,…et les arabes ont décidé de d’occidentaliser pour aller dans le sens le temps voire plus vite que temps, ils ne reste plus pour compenser cette hémorragie civilisationnelle que les berbères, toujours prêts au don de soi, pour veiller voire entretenir le glorieux héritage de la civilisation arabe.
    Et de puis, la civilisation arabe a gagné loto; elle a certes perdu un petit peu de son éclat scientifique d’antan mais elle a gagné en échange toute une nation de grands progressistes à rebours. Les berbères et leur régression féconde!

      Anonyme
      21 juin 2021 - 19 h 33 min

      Houhou yechker rouhou, hadi hiya lahkaya,
      Vous associez le berbère à toutes les sauces, même quand c’est hors sujet.
      Karaatouha.

        Khenchela
        21 juin 2021 - 23 h 40 min

        Que certains Kabyles qui se cachent derrière Berbères ne nous mêlent pas a ni aux Berbères Marocains et d’autres pays car nous sommes avant tout Algériens au même titre que nos compatriotes d’est en ouest du sud au nord.

        Nous ne sommes pas Berbères mais Algériens et nous avons un seul drapeau le vert blanc rouge, alors éloignez vous de nous !

          Pourquoi qui se cache ?
          22 juin 2021 - 6 h 10 min

          Que vous le vouliez ou non les kabyles sont Berbères. Les chaoui aussi. Ce n’est qu’une caractéristique éthique.
          On peut etre algérien et berbère. Certains sont algérien et arabe.
          Mais je dois dire que lorsque je parle avec une personne de Nador et que nos berbères nous permettre de communiquer sans trop de difficultés, je me dis que historiquement, il y a ou il y a eu un lien entre nous. Politiquement nous pensons différemment (encore que) mais il y a vraiment une continuité de peuple. Je ne suis pas historien, je constate simplement.

    Chicago 92.
    21 juin 2021 - 16 h 31 min

    (……) cette langue est celle de nôtre religion et c’est un devoir de chaque musulman d’apprendre a ses enfants la langue du coran.je suis pour l’ouverture d’autres langues mais jamais d’une minorité d’ignorants qui ont ouvert leurs yeux en France et ses lumières leurs ont fait mal aux yeux.ce que mes frères Algériens doivent comprendre que lès francais copient tout dès USA et font tout pour lès imiter ,de leurs Johnny halliday,leurs musique,cinéma,télévisions shows ,les décors,leurs commerce,publicités etc.rien n’est Francais même leurs campagnes électorale sont copié .que reste de leurs cultures ?.pourquoi L’Algérie ne fait pas comme les indiens ,les chinois,sud coréens ,japonais ,Brésiliens,une parties des pays européens ,arabes et autres qui ont tous progressé financièrement,économiquement et socialement.le marcher du travail et de l’investissement exige la la langue de la technologie qui est l’anglais.ce ne sont pas quelques retraités qui ont abandonnés leurs enfants et veulent finir leurs vie en France que je connais avant qu’ils connaissent ou se trouvait l’aéroport de maison Blanche a Alger et le dc 8 vont me contredire.

    Touhami
    21 juin 2021 - 13 h 21 min

    La suppression à l’école de la langue française a été une erreur. On pouvait privilégier l’arabe tout en continuant à enseigner le français et l’anglais. Il faut dissocier la langue du colon. Toute langue est une richesse et Dieu sait si le français est une langue enrichissante.

    Anonyme
    21 juin 2021 - 13 h 09 min

    » En outre, la langue arabe ne permet pas de former des esprits précis, aptes à raisonner avec rigueur ainsi que l’exigent les disciplines scientifiques. « …. La haine et e racisme dans toue sa laideur !…l auteur feint que les plus grands savants musulmans ont été formés en langue arabe et dans des universités arabes notamment à Badhdad et à Damas !… (…)
    c’est en langue arabe que des millions de savants ont bâti la plus belle des civilisation humaines et qui est la base de la civilisation actuelle!….Elkhawarizmi entre autre et dont le prénom est MOHAMED et non mohand a été considéré par le juif americain Zukenberg comme le vrai père d el informatique!…mais le createur de Facebook est un juif et non un haineux kabyle !…les architectes Arabes ont utilisé la règle graduée pour construire El Hamra !…
    .cet article entre bien sur dans le combat et l’agression de tout ce qui est arabo-musulman mené par des franco-berbéristes -sionistes !…certains haineux et revanchards kabyles denient aux arabes leur participation a la civilisation que l’occident reconnait comme civilisation arabe avant qu elle ne soit arbo-musulmane!…les occidentaux avec tous leurs defauts refusent pas de minimiser le role des Arabes !… les kabyles (…) disent que ce sont surtout de savants asiatiques ! Soit ! mais pourquoi ils n’ont pas emérgés avant l’avenement de l’Islam et pourquoi ils ont fait des etudes et des recherches uniquement en langue arabe ?…. le défaut ou le retard n est pas dans la langue mais dans l’esprit de ceux qui utilisent la langue!… (…)

    Urfane
    21 juin 2021 - 13 h 04 min

    Je cite l’auteur : « Les gouvernants ont cru que la langue arabe était capable de moderniser le pays et de le développer. » Moi, je pense pas du tout que la modernisation du pays soit le mobile premier du volteface linguistique opéré par « boumediène » car si tel était le cas, on aurait au moins gardé l’exploitation de la langue française chèrement acquise par le peuple. Il faut chercher plutôt dans le logiciel idéologique du dictateur qui lui-même maniait les deux langues avec brio. Hélas, nous pataugerons pendant longtemps encore dans cet abime idéologique.

      Anonyme
      21 juin 2021 - 16 h 14 min

      Boumediene maniait les deux langues avec brio?? En ayant la zaouïa puis Zitouna je ne vois pas d’où lui viendrait la maîtrise de la langue française. En tout cas sur les vidéos disponibles sur YouTube on a pas cette impression

        UN LECTEUR
        22 juin 2021 - 16 h 45 min

        Je vous conseille la lecture des livre de Paul Balta, celui d’Oriana Fallaci, d’Ania Francos tous parus dans les années 1960 et 1970. La conversation s’est déroulée dans la langue de l’époque qui été la langue de Rabelais .

      Touhami
      22 juin 2021 - 11 h 23 min

      Entièrement d’accord avec vous. Nous ne sommes pas dupes. L’âge d’or de la civilisation arabo-musulmane a régné, dans tous les domaines, en langue arabe. Les scientifiques du monde entier parlaient arabe comme ils parlent anglais aujourd’hui. C’est un fait.

      En Occident, la langue arabe est devenue l’ennemi à abattre. Pour exemple, il y a quelques années, en Corse, des parents avaient refusé que leurs enfants chantent en arabe (à l’initiative d’enseignants et pour des besoins artistiques précis), oubliant au passage qu’en 39-45 leur île avait été libérée par des soldats Algériens et Marocains. Une amnésie collective qui trouve des sources dans le climat actuel lié à l’islamophobie et aux slogans antimusulmans.

      Mais ce n’est pas une raison pour se priver du français en Algérie. Je comprends, par ailleurs, les réticences liées aux méfaits brutaux et barbares du colonialisme en Algérie. C’est aussi un fait.

      Pour ma part, je tiens à me dissocier des crimes colonialistes commis en Algérie par rapport à la langue française par cette affirmation :

      « Je ne garderai en héritage du colonialisme que la langue du colon » ; voilà qui est précisé.

    Abou Stroff
    21 juin 2021 - 12 h 45 min

    Il ne faut pas faire de concession sur notre patrimoine linguistique.
    L’arabe et le kabyle sont nos langues principales et ne doivent pas disparaitre.
    L’enseignement en arabe est la meilleure chose qui soit arrivé à l’Algérie.
    Après qu’on favorise l’anglais au français comme langue étrangere à apprendre à nos enfants c’est un choix politiques, économiques, voir touristiques.
    Regarder les russe, ils parlent russe et langue locale d’abord et ensuite anglais français arabe chinois … pour travailler avec les étrangers.
    Il faut s’attaquer surtout au niveau d’apprentissage et exploiter beaucoup plus les NTIC qui manquent de dynamisme dans notre pays.

      Anonyme
      21 juin 2021 - 18 h 56 min

      « La langue arabe et le kabyle. » Toi, tu reduis la langue amazighe au seul parler kabyle. Tu es plus dangereux que les « arabistes. »

      Abou Stroff
      22 juin 2021 - 7 h 09 min

      quelle mouche vous a piqué pour utiliser mon pseudo? vous auriez pu en utiliser pour avancer vos idées!
      décidemment, il n’y a plus que la malhonnêteté la plus crasse qui domine dans cette algérie en perdition.

    Anonyme
    21 juin 2021 - 12 h 20 min

    Il faut faire des ecoles en francais en algerie et la les parents d’eleves auront le choix d’etude pr leurs enfants, si Drapeau Mzewar veut que l’arabe et par force y’a d’autres qui veulent du francais. Libre de choisir non?

      Illa
      22 juin 2021 - 0 h 47 min

      Oui, Bustroff, mais toi tu parles dardja; Alors défend ta langue dardja et laisse l arabe aux archivistes.

    Attaque contre le le MDN
    21 juin 2021 - 12 h 13 min

    Cet article condamne le Ministère de la Défense Nationale pour avoir remplacé le français par le l’anglais, allez sur le site du mdn.dz pour constaté que ce ministère s’appelle  » Ministry of National Defence » et non pas le Ministère de la Défense Nationale.
    Vous voulez qu’il revienne sur sa décision ?

      Anonyme
      21 juin 2021 - 12 h 26 min

      Pourquoi vous sortez du sujet ? Arabe ne veut pas dire MDN. Le MDN prefere utiliser la langue anglaise internationale que tout les états du monde comprennent. Et puis ce n’est pas le MDN qui decide sur la langue car ce n’est pas son role.

        Attaque contre le le MDN
        21 juin 2021 - 15 h 22 min

        Je persiste et signe que cet article est une attaque contre le MDN, quant au » ce n’est pas au MDN de décidé de la langue » pour toit il devait faire appel a Benghebrit et son conseiller Abitbol du ministère de l’éducation a Paris pour décider a sa place.

    Anonyme
    21 juin 2021 - 12 h 07 min

    L’Algérie n;a jamais pris les décisions sans prendre en compte ce que pensent les arabes. Pendant que eux, ils ne regardent que leurs interets. Allez voir comment les emirats, le qatar et meme l’arabie saoudite se sont développés. Et nous on va continuer a nous regarder entre nous.

    Belveder
    21 juin 2021 - 11 h 59 min

    Le probléme n est pas la langue Arabe
    le nivelement vers le bas du Niveau d instruction et education des nouvelles générations est criant
    ils sont mauvais en ARABE et en FRANCAIS
    donc de mauvais Bi LINGUES
    D ailleurs comparez le NiIveau d un enseignant des années 70/80 a celui des années 2000/2020 ( VERSION smartphone toute la journée

    Zyriab
    21 juin 2021 - 11 h 43 min

    L’Algérie contre vents et marées avance et réalise des très grandes victoires dans tous les domaines Mais il faut trouver le moyen de la freiner et même la bloquer dans les années 70 ont a trouvé que l’arabisation était une erreur Aujourd’hui on veut imposer à tout le monde l’Amazighisation contre l’arabisation enfin « Qui veut tuer son chien l’accuse de Rage » il faut impérativement refranciser le peuple Question « Est-ce que les Africains qui depuis leur décolonisation et faute d’e retour aux langues vernaculaire ont mieux réussi ?? Le Maroc et la Tunisie qui n’ayant pas subit le colonialisme comme l’Algérie et qui avaient toujours leur école arabisé ont mieux réussi ?? Seul le travail peut créer de la richesse Notre seule et unique solution c’est de se mettre au travail importe la langue et le véhicule du savoir et de la connaissance (Exemple d’Israël Malgré la venue des populations des quatre coins du monde condition siné qua non Apprendre à travailler en hébreu ou en au moins deux langues Les langues latines utilisées par les détenteurs du savoir et de la technologie

    réalisme et pragmatisme
    21 juin 2021 - 11 h 32 min

    Il y a beaucoup de réalisme et de pragmatisme dans cette contribution de Yazid Sadat . Mais qui va l’écouter avec les partis politiques islamiques qu’on a et qui pullulent dans la scène politique ! Il est connu que les chefs et cadres de partis politiques islamistes ou conservateurs, et aussi des décideurs au somment de l’Etat, envoient leur progéniture dans les pays kofars faire leurs études supérieures (et parfois même au niveau des classes moyennes de lycée) mais ne veulent que de l’arabo-islamisme exclusif pour le reste des citoyens ! Ils sont débordants d’hypocrisie, de bigotisme , de tartuferie.

    Anonyme
    21 juin 2021 - 11 h 25 min

    Meme si le personel est suffisant, pensez vous que l’arabisation va créer des miracles scientifiques ?
    Je le doute.

    DRapeau mzewaR.
    21 juin 2021 - 11 h 22 min

    Qu’avez vous fais avec la langue française?et que ce que vous allez faire avec la langue berbère importé du pays de benêt ou tout le monde rigole sur son alphabet. Pour réussir il faut faire comme lès dragons asiatique et la majorité dès pays.apprenons a nos enfants la langue de la science et de la technologie qui est l’anglais américain.meme lès arabes et lès français apprennent a leurs enfants cette belle langue.

      Elephant Man
      21 juin 2021 - 12 h 09 min

      @DRapeau MzewaR.
      Exactement il faut être pragmatique.
      Encore une fois la langue française sans la dénigrer c’est pour la françaFRIC.
      Même les entretiens d’embauche en France sont en anglais et les écoles bilingues pullulent, l’anglais est enseigné dès la maternelle.
      L’anglais est la langue internationale et doit être un acquis pour avant-hier. Maintenant le russe et le chinois se développent également.
      Les spécialistes russes du MO et diplomates Russes du MO parlent l’arabe couramment.

        CAFTAN ALGÉRIEN
        21 juin 2021 - 12 h 35 min

        @Elephant Man je suis d’accord avec toi je parle moi meme couramment 5 langues et je dois dire que c’est un avantage notoire dans le monde moderne des ordinateurs. Ne pas s’y mettre dès maintenant c’est gacher nos chances aux niveaux mondiales et internationales. Aucun pays ne veut investir dans un pays qui ne parle que arabe et kabyle. C’est bon pour parler entre nous mais après franchement il faut s’elever un peu.

          DRapeau mzewaR
          21 juin 2021 - 12 h 46 min

          Ils sont cultivés mieux que dès gens qui ont aucune langue.(…..)

        Anonyme
        21 juin 2021 - 13 h 29 min

        Pffff… si on veut être pragmatiques comme vous dîtes ce n’est pas en répétant la même bêtise que les arabo-islamistes!! On a des millions de cadres et diplômés francophones, et des millions de livres dans toutes les bibliothèques en français vous voulez qu’on remplace tout par l’imposition de l’anglais?? Même avec des dizaines de milliards d’euros ce serait compliqué. On a des analphabètes trilingues par la peine d’en faire des analphabètes quadrilingues. Tous les universitaires francophones travaillent en Anglais à la fac. Ca ne sert donc à rien d’apprendre de rajouter l’anglais des l’école primaire

      HMIDA
      21 juin 2021 - 12 h 10 min

      « et que ce que vous allez faire avec la langue berbère importé du pays de benêt ou tout le monde rigole sur son alphabet. » On voit bien comment ces pro langue arabes sont super cultivés. (…)

      Anonyme
      21 juin 2021 - 12 h 14 min

      Personne n’a dit que le berbere va etre généralisé. On parle de francais. Pour moi l’arabe et le berbere doivent etre des langues juste pour parler. Des langues pour la literrature car on ne peut pas réfléchir en math/physique en arabe.

    Nadir
    21 juin 2021 - 11 h 00 min

    En 1982 nous étions la première classe arabophone qui arrive au CEM, avant nous c’était des francophone et
    je me rappel de ce prof de mathématique, qui avait une très très bonne réputation dans un CEM en Kabylie, francophone il était, il l’ont obligé de donner ses cours en arabe il avait interdiction d’expliquer en Kabyle, donc il se retrouve a expliquer en arabe lui qui parlait pas arabe et parle a peine un peu de darja.
    J’étais content de voir que c’était lui mon prof de mat vue la très bonne réputation qu’il avait mais malheureusement il était complétement différent il arrivait a peine a sortir quelques mots et pire c’était les élèves qui lui corrigeait ses phrases, le désastres total. Il a fini par quitter enseignement deux ans après et ouvert un petit commerce, et je ne pense pas que c’est le seul cas il y a eu surement des centaines comme lui.

      Urfane
      21 juin 2021 - 18 h 33 min

      l’arabisation a commencé en 1976.

    Il n y a pas de demie vérités
    21 juin 2021 - 10 h 39 min

    L’arabe c’est peut être « votre langue maternelle » mais pas la notre en Kabylie. Arrêtons le vieux réflex paternaliste. Si nous refusons l’Etat arabe c’e n’est que parce qu’on a jamais été arabes et du reste les vrais arabes le comprennent, c’est plutot les agents du Caire qui devraient rendre compte du fiasco et de leurs choix scélérats illégitimes. Si 60 ans de dictature arabiste ne nous ont arabisés ce ne sera pas aujourd’hui que le peuple a gouté l’amère arabisation couplée d’islamisme que nous rebrousserons chemin. n’ont
    Ni État arabe ni langue arabe ni islam source juridique. Une identité ne se choisit pas mais s’assume, libre aux potentiels arabisés de se couronner d’arabisme et d’islamisme mais qu’ils sachent que l’identité ne peut pas être réduite à la majorité numérique, sinon la Jordanie serait Palestinienne vu le nombre.

      Anonyme
      23 juin 2021 - 12 h 35 min

      Aucune langue ne va travailler pour nous, et un peuple qui ne travaille pas pour son pays devient colonisable.
      Donc on a à choisir langue de notre futur colon, si on ne se met pas au travail.
      Les Algériens, malheureusement travaillent bien partout, sauf quand c est leur pays, donc autant se laisser coloniser et,, on ne se posera plus la question de quelle langue apprendre.
      Après, on lutter à pour notre indépendance et ainsi de suite.
      Nous sommes condamnes comme sisyphe.

    Anonyme
    21 juin 2021 - 10 h 24 min

    La langue arabe est devenue le cheval de Troie de l’islamisme. Sous couvert d’arabisation on chasse tous les non-islamistes et laïcs. Les premiers pan-arabistes du baath étaient des laïcs (et même chrétiens pour certains d’entre-eux). Ce combat a vite été récupéré depuis la fin des années 80 par les arabo-islamistes qui ont trouvé le moyen de chasser du laïc en cachant leur idéologie intégriste comme le font les Makri, Djabbalah et tous les apprentis-terroristes

      Belveder
      21 juin 2021 - 12 h 01 min

      c est du réchauffé
      tu veux qu on danse autour d une statue qu on idolatre en 2021??
      et qu on parle un dialécte que les pouvoirs publics ont élevé au rang de langue par calcul politicien??

        Anonyme
        21 juin 2021 - 13 h 14 min

        Moi pas comprendre?

          Belveder
          21 juin 2021 - 15 h 18 min

          Le contraire m aurait étonné

    zedache
    21 juin 2021 - 10 h 21 min

    Vous avez trente ans de retard sur la réalité sur le terrain. Malgré les énormes obstacles, et on sait d’où ils venaient, qu’elle a du franchir, la langue arabe a tracé son chemin et consolidé ses acquis en terre algérienne. Elle est parlée partout. Il suffit d’écouter le hirak : il parle majoritairement arabe. Contrairement aux affirmations à l’emporte-pièce de Kateb Yacine, le français n’était pas un « butin de guerre » pour les Algériens, mais plus sûrement une prison linguistique qui, outre l’émergence de la langue nationale arabe, s’opposait à l’adoption de l’anglais comme principale langue étrangère. C’est plié. Les combats d’arrière-garde n’y feront rien. Aux ennemis de la langue arabe, il ne leur restera que leurs yeux pour pleurer.

      Mouloud F
      21 juin 2021 - 11 h 36 min

      Qui es tu pour oser prétendre que l’affirmation de KATEB Yacine est fausse , Qui est pour prétendre que la Langue Arabe est parlé par tous les Algériens? Je suis certain que tu ne connais aucun Ecrivain arabe tel que ELDJAHAH, ELMOUTANABI, KHALIL JABRANE et tu oses prétendre connaitre l’arabe? Tu ne connais que l’arabe des séries égyptiennes et encore je doute que tu comprennes la langue égyptienne.
      Alors oui l’arabisation faite par des bouchers et par tous ceux que Nasser a envoyé pour s’en débarrasse en Algérie est un véritable fiasco. L’école algérienne ou ce qu’il en reste forme des illettrés bilingues. ce qui néanmoins, n’empêche pas les enfants d’Algérie a s’autoformer – des lacunes oui mais, ils ont le courage de s’instruire par eux même pour ceux qui veulent évoluer, le reste ALLAH GHALAB, ils attendent comme vous qu’on leur distribue et qu’on leur donne un semblant de salaire.
      L’ARABE en tant que langue est aussi respectable que n’importe quelle langue, mais scientifiquement elle a été étouffée par les abrutis spécialistes du hallal et du haram. Enseignes t-on en Algérie la poésie, NON.
      Saches que la civilisations dites arabo-musulmanes ( Perses, maghrebins et autres ont developpés les sciences mais aussi l’architecture ( as tu participé un temps soit peu à la construction de la mosquée dont tu es fier – ceux sont des khouffar au sens propres qui l’ont construite- as tu apporté un iota de ton intelligence à la médecine ?

      Anonyme
      21 juin 2021 - 12 h 05 min

      La langue arabe classique enseignée à l’école n’est parlée nulle part dans le monde. Tous les scientifiques des pays arabes sans exception parlent en français ou en anglais. Toutes les filieres scientifiques en Algerie se font exclusivement en français. Réveilles-toi, ton discours est vieux de 40 ans…

      @
      22 juin 2021 - 1 h 05 min

      « La langue arabe est consolidee » par des lois autoritaires. Chiche, mettons la en concurrence avec n importe qu’elle vraie langue vivante et on verra au bout de 5 and !

    Ben
    21 juin 2021 - 10 h 08 min

    « En outre, la langue arabe ne permet pas de former des esprits précis, aptes à raisonner avec rigueur ainsi que l’exigent les disciplines scientifiques. »
    Heureusement qu’Averroès, Al Khawarizmi et Avicenne n’avaient pas eu cette information fournie par un esprit précis et apte à raisonner avec rigueur.

      Nadir
      21 juin 2021 - 11 h 14 min

      Al Khawarizmi et Avicenne était perse et parlait perse leur base de pensée est perse et non arabes.
      Un scientifique arabe née en Arabie avec la langue arabe comme une langue maternel sa n’existe pas.

        Réponse
        21 juin 2021 - 12 h 02 min

        @Nadir, quand on ignore l’histoire d’une langue on se tait.

        Elephant Man
        21 juin 2021 - 12 h 04 min

        @ Nadir
        Je reprends mon commentaire dears 2021 :
        «(….)
        Enfin, à partir du XIIe siècle, des savants européens prennent la route de l’Espagne et de l’Italie pour chercher des savoirs mathématiques, astronomiques, physiques, médicaux et autres, qui n’étaient à l’époque disponibles qu’en arabe. Nombre de textes portant sur ces sujets sont traduits en latin et permettront que des activités scientifiques se développent plus largement en Europe.
        Et aussi Ibn Sīnā ….».
        Avicenne, Ibn Sīnā rédigeait en arabe.

          Anonyme3.
          21 juin 2021 - 12 h 39 min

          D’accord avec toi, c’est même connu que les grands voyageurs et découvreurs venaient de l’Afrique du Nord Ouest. Ils on cartographié le monde entier dans une langue qui était l’arabe.
          Les colonisateurs ont fait des travails de traduction enormes pour exploiter les richesses de nos bibliotheques. Celui qui dira le contraire est seulement un hypocrite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.