Interview – Jacob Cohen : «L’Algérie a remis le Maroc à sa vraie place !»

Jacob Cohen
L'écrivain franco-marocain antisioniste Jacob Cohen. D. R.

L’écrivain franco-marocain Jacob Cohen se dit convaincu que «la normalisation israélo-marocaine est incontestablement tournée contre l’Algérie». Pour lui, «fort du soutien des Israéliens avec la bénédiction des Américains, soutien couvrant le renseignement, l’armement, l’infiltration, la déstabilisation, le Maroc pensait remporter la bataille du leadership dans la région et asseoir définitivement sa mainmise sur le Sahara Occidental». La rupture des relations avec le régime de Rabat est aussi un avertissement à la France, assure l’auteur de L’Espionne et le Journaliste. Interview.

Algeriepatriotique : Comment avez-vous perçu la décision d’Alger de rompre ses relations diplomatiques avec le régime de Rabat ?

Jacob Cohen : Il semble que l’Algérie ait voulu sortir de cet enfermement dans lequel la monarchie marocaine a voulu la placer, enfermement géostratégique dans la mesure où l’alliance avec le régime sioniste comprenait un volet sécuritaire. Même si les clauses les plus sensibles restent secrètes, il ne serait pas exagéré de dire que ce volet est dirigé contre le voisin algérien pour l’affaiblir sur le plan intérieur et réduire son influence dans toute la région. Cet enfermement avait ceci de machiavélique dans la mesure où le monarque lançait en même temps une offre de dialogue dans un des discours les plus solennels. Il était évident – sauf pour les plus naïfs – que cette offre n’était qu’une manœuvre pour placer l’Algérie dans une position délicate et faire oublier la complaisance du roi vis-à-vis de l’allié sioniste. Alger a pris les devants en mettant le Maroc devant ses responsabilités et en rompant cette spirale de faux-semblants.

A votre avis, le Makhzen s’attendait-il à une réponse d’une telle ampleur d’Alger ?

Je ne crois pas que le Makhzen s’attendait à cette réponse cinglante. Il devait encore se féliciter de ce beau coup diplomatique et escompter les retombées sur la scène internationale, notamment africaine et arabe. Après tout, presque cinq décennies de tensions diverses n’avaient pas ébranlé les relations diplomatiques, certes, formelles mais qui sauvegardaient les apparences et n’hypothéquaient pas l’avenir. Je pense même que le monarque aurait hésité à faire son «offre de paix» s’il s’était douté de la réaction algérienne.

Suite à la rupture des relations, l’Algérie a décidé de ne pas renouveler le contrat de gaz avec le Maroc. Pourtant, les autorités marocaines ont cru jusqu’à la dernière minute qu’une telle option ne pouvait être envisagée par la partie algérienne. Comment expliquez-vous ce raisonnement ?

L’Algérie semble avoir pris la décision de tirer toutes les conséquences de la «normalisation» – on devrait plutôt parler d’un retournement d’alliance – entre le Maroc et Israël. A la différence de tous les traités de paix ou de l’établissement des relations diplomatiques opérés par d’autres pays arabes et qui ne nuisent pas à des pays arabes frères, la normalisation israélo-marocaine est incontestablement tournée contre l’Algérie. Fort du soutien des Israéliens avec la bénédiction des Américains, soutien couvrant le renseignement, l’armement, l’infiltration, la déstabilisation, le Maroc pensait remporter la bataille du leadership dans la région et asseoir définitivement sa mainmise sur le Sahara Occidental. En cela, le régime chérifien est entré dans la catégorie d’ennemi et l’Algérie en tire les conséquences.

Quelles seront les conséquences, selon vous, de cette rupture des relations pour le Maroc ?

Le Maroc ne pourra plus jouer sur tous les tableaux. Il y a désormais un camp, certes, minoritaire dans le monde arabe et qui refuse de se compromettre avec le régime sioniste tant que la Palestine vit sous occupation et ne voit pas d’issue à son drame, mais à qui l’histoire rendra raison. Cette rupture marque la fin des ambiguïtés. La présidence du comité Al-Qods par le Maroc devient presque risible. Les déclarations en faveur d’un Etat palestinien et l’octroi de quelques millions par les officiels marocains sonnent creux. Même au niveau de l’Union africaine, on sait désormais qu’il y a un groupe dont le Maroc est un des principaux animateurs et dont l’objectif est de faciliter la pénétration sioniste. En décidant pour la rupture, l’Algérie remet le Maroc à sa vraie place, celle de l’alliance avec l’axe américano-sioniste pour le meilleur ou pour le pire. Une autre conséquence pour le Maroc qui a internationalisé le conflit avec son voisin serait une plus grande implication de la Chine et de la Russie aux côtés de l’Algérie.

Le Premier ministre marocain s’est démarqué du représentant du Maroc à l’ONU. Comment expliquez-vous cette dualité dans le discours officiel marocain ? Désaccords ou répartition de rôles ?

La politique étrangère au Maroc relevant exclusivement du domaine royal et aucun homme politique marocain n’osant égratigner ce privilège, et à moins d’un faux-pas peu probable à ce niveau-là, il est clair que la dualité à laquelle vous faites allusion relève d’une répartition des rôles. Une pratique assez habituelle en diplomatie.

Le roi Mohammed VI a adressé un message lénifiant à son homologue algérien dans un premier discours, puis un second, menaçant, à quelques jours d’intervalle. Comment peut-on expliquer cette attitude antinomique du roi du Maroc à l’égard de l’Algérie ?

Cela montre d’abord, comme il a été répondu à la première question, que l’offre de dialogue n’était qu’une manœuvre pour mettre l’Algérie dans l’embarras et la faire apparaître comme le voisin agressif qui refuse la main tendue. Ensuite, on revient à la réalité du terrain, celle du conflit aux racines profondes entre deux régimes que tout oppose, aggravé par le différend autour du Sahara Occidental dont on ne voit pas l’issue. Et, donc, l’expression d’une volonté marocaine de défendre ses intérêts quel qu’en soit le prix.

Les médias mainstream français se sont tous alignés du côté du Maroc dans ce conflit qui oppose les deux pays maghrébins voisins. Pourquoi, selon vous ?

Le Maroc a toujours bénéficié en France d’un traitement de faveur, presque de toutes les tendances politiques et médiatiques, même de gauche. Cela remonte au règne de Hassan II apprécié pour sa culture et son éloquence françaises et dont la généreuse hospitalité envers ses invités journalistes et politiques français, notamment à la Mamounia de Marrakech, était proverbiale. Sa complaisance, pour utiliser un euphémisme, envers le régime sioniste et en particulier pour ses services secrets, a commencé dès le début de son règne en 1961, ce qui ne pouvait que combler le puissant lobby judéo-sioniste. La diplomatie marocaine, depuis l’indépendance en 1956, ne s’est jamais départie d’un alignement fidèle au camp occidental. Le Maroc est une terre de villégiature bénie pour les touristes et d’accueil pour le capitalisme international. Alors que l’Algérie, disons que celle-ci ne fait pas beaucoup pour se faire apprécier.

La France officielle, elle, semble jouer la carte de l’apaisement en privilégiant le dialogue et en faisant preuve d’une certaine neutralité – en apparence, du moins. Quelle est la position réelle de l’Elysée et du Quai d’Orsay dans cette affaire, d’après vous ?

La France ne pouvait faire autrement que d’appeler au dialogue en faisant preuve de neutralité. Tous les pays qui se sont exprimés à ce sujet ont adopté la même attitude. C’est l’usage diplomatique. Mais la France est du côté marocain, incontestablement, et il ne lui aurait pas déplu que le Maroc prît l’ascendant dans cette affaire et donnât une leçon à son voisin. Mais cela ne se dit pas, du moins officiellement, et on le laisse dire par des médias complaisants. Contrairement au Maroc qui ne donne à l’ancien colonisateur aucun grand motif de fâcherie, l’Algérie donne du fil à retordre, et on rejoue régulièrement à «je t’aime moi non plus».

Cette rupture des relations décidée par l’Algérie pourrait-elle avoir un impact sur la France ?

La France pourrait voir cette rupture comme un avertissement sérieux à ses positions dans la région et calmer les ardeurs du Maroc qui ne se sent plus [vulnérable] depuis son alliance avec Israël. La France n’a aucun intérêt à un embrasement – trop d’intérêts économiques et géostratégiques avec l’Algérie – et la partie sur laquelle elle peut exercer une influence est justement le Maroc. Peut-être même elle fera plus attention à l’avenir de ne plus fermer les yeux sur l’impasse du Sahara Occidental. La décision algérienne lui aura montré, en tout cas, que le temps des manœuvres stériles est révolu.

Quelle pourrait être la réaction du Maroc et de ses alliés, notamment Israël, face à cette fermeté de l’Algérie ? Une provocation qui aurait pour conséquence une escalade est-elle possible ?

Je ne crois pas à une escalade. Le régime chérifien n’en a ni les moyens ni la volonté. Il n’obtiendra aucun appui de la part de son meilleur allié, la France. Les autres puissances européennes pourraient même s’y opposer fermement. L’Espagne et l’Allemagne n’ont pas gardé un bon souvenir des bisbilles diplomatiques déclenchées par le Maroc. Reste le régime sioniste qui rêve in fine d’exploser la stabilité de tout le Maghreb, Maroc y compris. Ce dernier tombera-t-il dans le piège ? Une provocation n’est pas à exclure. Le Mossad est passé maître dans l’art de mener des actions sous faux drapeau. Le drame de la normalisation israélo-marocaine est d’avoir introduit le loup dans la bergerie, c’est-à-dire l’ennemi le plus irréductible de toute la nation arabe.

Propos recueillis par Mohamed El-Ghazi et Kamel M.

Comment (28)

    Anonyme Utile
    1 septembre 2021 - 19 h 45 min

    Merci Mr COHEN, pour votre sincérité et votre honnêteté intellectuelle. Votre combat contre le sionisme vous honore vraiment.

    Bonne journée.

    Surfer d'argent
    1 septembre 2021 - 14 h 42 min

    Jacob Cohen, viendrait t’il rejoindre l’axe du bien ? En tout cas merçi pour sa clairoyance, au suivant…

    84 ÉTATS ont RECONNU la RASD...Convention de Montevideo de 1933
    1 septembre 2021 - 12 h 54 min

    Wikipedia: https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Convention_de_Montevideo
    La Convention de Montevideo sur les droits et les devoirs des États est un traité signé à Montevideo (Uruguay) le 26 décembre 1933 au cours de la septième Conférence pan-américaine (en)[1]. Le président américain Franklin Delano Roosevelt et son secrétaire d’État Cordell Hull annoncèrent la mise en route de la politique de bon voisinage, qui mettait théoriquement un terme à la doctrine du Big Stick. L’accord est signé avec quelques réserves de la part des États-Unis, du Brésil et du Pérou.
    …….
    Définition d’un État
    ….
    Cette convention est citée en droit international en particulier pour sa définition d’un État souverain comme respectant les quatre critères suivants : « être peuplé en permanence, contrôler un territoire défini, être doté d’un gouvernement, et être apte à entrer en relation avec les autres États »[2]. Cet article est considéré comme du droit international coutumier, c’est-à-dire qu’il s’applique à tous les États, même ceux qui n’ont pas ratifiés cette Convention internationale, car leur pratique est similaire au contenu de l’article[3].
    ………
    84 ÉTATS ont RECONNU la RASD
    L’Article 6 de la Convention Mentione clairement:
    La reconnaissance d’un ÉTAT n’est INCONDITIONNELLE et IRRÉVOCABLE
    Article 6
    The recognition of a state merely signifies that the state which recognizes it accepts the personality of the other with all the rights and duties determined by international law. Recognition is unconditional and irrevocable”.
    https://www.usc.gal/en/institutos/ceso/RASD_Reconocimientos.html

    84 PAYS ont reconnu la RASD
    1 septembre 2021 - 11 h 59 min

    https://www.usc.gal/en/institutos/ceso/RASD_Reconocimientos.html

    Afghanistan (May 23, 1979),

    Albania (December 29, 1987),

    Algeria (March 6, 1976, embassy),

    Angola (March 11, 1976, embassy),

    Antigua and Barbuda (February 27,1987, cancelled 16.08.10),

    Barbados (February 27, 1988, frozen 12.02.08, cancelled 21.06.19)

    Belize (November 18, 1986),

    Benin (March 11, 1976, cancelled 21.03.97),

    Bolivia (December 14, 1982, suspension of « links » 20.01.20) [*],

    Botswana (May 14, 1980),

    Burkina Faso (March 4, 1984, cancelled 05.06.96),

    Burundi (March 1,1976, frozen 05.05.06, resumed 16.06.08, cancelled 25.1010),

    Cambodia (April 10, 1979, cancelled 14.08.06),

    Cape Verde (July 4, 1979, frozen 27.07.07),

    Colombia (February 27, 1985, frozen Dec. 2000 ?) [*]

    Congo (June 3, 1978, cancelled 13.09.96),

    Costa Rica (October 30, 1980, embassy 25.05.00),

    Cuba (January 20, 1980, embassy),

    Dominica (September 1, 1979, cancelled 23.07.10),

    Dominican Republic (June 24, 1986), frozen May 2002 ?) [*]

    Ecuador (November 14, 1983, Embassy),

    East Timor (May 20, 2002, Embassy)

    El Salvador (July 31, 1989, cancelled April 1997?, resumed at Embassy level 03.11.16, cancelled 15.0619) [*],

    Eswatini / Swaziland (April 28, 1980, cancelled 04.07.97),

    Ethiopia (February 24, 1979, Embassy),

    Equatorial Guinea (November 3, 1978, cancelled May 1980),

    Ghana (August 24, 1979, frozen May 2001 ?, resumed at Embassy level 08.09.11),

    Grenada (August 20, 1979, cancelled 16.08.10),

    Guatemala (April 10,1986), frozen April 1998?) [*]

    Guinea- Bissau (March 15, 1976, cancelled 02.04.97, resumed 26.05.09, cancelled again 30.03.10),

    Guyana (September 1, 1979, cancelled 14.11.20),

    Haiti (23 November 2006), cancelled 10.10.13) [*],

    Honduras (November 8, 1989, frozen Jan. 2000 ?, resumed 060613)

    India (October 1, 1985, cancelled 26.06.00),

    Iran (February 27, 1980),

    Jamaica (September 4, 1979) [*],

    Kenya (June 25, 2005, embassy; frozen 26.06.07, resumed at Embassy level 11.12.13)

    Kiribati (August 12, 1981, cancelled 15.09.00) ,

    Laos (May 9, 1979),

    Lesotho (October 9, 1979),

    Liberia (July 31, 1985, cancelled 05.09.97),

    Libya (April 15. 1980),

    Madagascar (February 28,1976, embassy; frozen 06.04.2005),

    Malawi (November 16, 1994, cancelled June 2001, resumed at Embassy level 01.02.08, cancelled again 16.09.08, resumed at Embassy level 06.03.14, cancelled again 05.05.17),

    Mali (July 4, 1980),

    Mauritania (February 27, 1984),

    Mauritius (July 1, 1982, cancelled 16.01.14, resumed 23.11.15),

    Mexico (September 8,1979, Embassy),

    Mozambique (March 13, 1976, Embassy),

    Namibia (June I I, 1990),

    Nauru (August 12,1981, cancelled 15.09.00),

    Nicaragua (September 6,1979, frozen 21.07.00 until referendum, relations ressumed 12.01.07, Embassy),

    Nigeria (November 12, 1984, Embassy 11.09.00),

    North Korea (March 16, 1976),

    Panama (June 23, 1978, embassy, suspended 20.11.13, resumed at Embassy level 07.01.16 )

    Papua New Guinea (August 12, 1981, cancelled 30.03.11),

    Paraguay (February 2000, frozen 25.07.00, resumed 12.07.08, cancelled 03.01.14) [*],

    Peru (August 16, 1984, suspended relations in October 1996) [*],

    Rwanda (April 1, 1976),

    Saint Lucia (September 1,1979, cancelled March 1989?, cancelled 16.08.10),

    Saint Vincent and the Grenadines (February 14 2002, frozen 15.02.13),

    Sao Tome and Principe (June 22, 1978, cancelled 23.10.96),

    Seychelles (October 25, 1977),

    Sierra Leone (March 27, 1980), (frozen ?),

    Solomon Islands (August 12,1981, cancelled January 1989),

    South Africa (September 15 2004, Embassy),

    South Sudan (July 10, 2011; cancelled 28.09.18),

    St. Kitts and Nevis (February 25,1987, cancelled 16.08.10),

    Surinam (August 11, 1982, cancelled 09.03.16),

    Syria (April 15, 1980),

    Tanzania (November 9, 1978, Embassy 28.06.2005),

    Tchad (July 4,1980, cancelled 09.05.97, resumed at Embassy level 17.07.07),

    Togo (March 17, 1976, cancelled 18.06.97),

    Trinidad and Tobago (November 1, 1986),

    Tuvalu (August 12, 1981, cancelled 15.09.00),

    Uganda (September 6, 1979, Embassy),

    Uruguay (December 26, 2005, Embassy),

    Vanuatu (November, 27, 1980, cancelled Nov. 2000, resumed at Embassy level 31.07.08),

    Venezuela (August 3, 1982, Embassy),

    Vietnam (March 2, 1979),

    Yemen (February 2, 1977),

    Yugoslavia (November 28, 1984), [State disappeared in 2003, Serbia-Montenegro as Follow-State cancelled 27.10.04] [*]

    Zambia (October 12, 1979, embassy 11.07.05, cancelled 29.03.11, resumed 21.11.12, cancelled by Minister occupyin lllegaly his position 09.07.16, relations confirmed 09.10.16),

    Zimbabwe (July 3,1980).

    AmonBra
    1 septembre 2021 - 10 h 06 min

    Très pertinente analyse de Jacob Cohen sur la situation algéro-marocaine, ce dernier fait partie des personnalités d’origine juive dont je suis le parcours depuis des années, aussi honnêtes que courageuses, pour lesquelles j’ai un infini respect et une profonde affection, osant critiquer les $ionnards, ainsi que cet « oxydant » $ionisé jusqu’à la moelle tel l’insecte parasité : https://dailygeekshow.com/12-effroyables-parasites-qui-prennent-controle-du-corps-de-leur-hote-pour-accomplir-leur-sombre-dessein/

    Elephant Man
    1 septembre 2021 - 9 h 53 min

    La dernière fois il nous a dit que le mossad oeuvre à créer un état berbère et chez sa narco-terroriste-monarchie et en Algérie (…) …..maintenant une zplication pour la déclaration de guerre du hilale omar à l’ONU walouu ….
    Encore une ÉNIÈME fois rien de nouveau sous le soleil puisque cette normalisation existe depuis toujours de manière soi-disant officieuse et est connue de tous depuis toujours.
    Encore une ÉNIÈME fois : Qu’attend l’État Algérien pour expulser TOUS les clandestins et TOUS j’insiste TOUS les naturalisés traîtres à la Patrie qui oeuvrent exclusivement j’insiste exclusivement pour leur narco-terroriste-monarchie.
    ALLAH YARHMOU L’ÉMIR ABDELKADER
    ALLAH YARHMEK SI EL HOUARI BOUMEDIENNE ALLAH YARHMEK KASDI MERBAH

      Anonyme Utile
      1 septembre 2021 - 19 h 38 min

      Bonjour,

      Une précision très importante concernant le sieur omar hilal , un vrai sioniste marocain.

      Un site web nous apprend que le sieur omar hilal, un fidèle serviteur d’israël, n’a aucune compétence nécessaire pour occuper ce poste à l’ONU. Ce site précise que le sieur omar hillal était un simple secrétaire général de la mairie de Rabat. Pistonné par le makhnez, sur ordre d’israël, qui gouverne réellement la narco-monarchie marocaine, il se retrouve du jour au lendemain parachuté ambassadeur permanent de la narco-monarchie marocaine ennemie à l’ONU.

      Ainsi, le sieur omar hilal est devenu un instrument d’israël et un exécutant des complots d’israël à l’ONU contre l’Algérie, EN VAIN, comme le prouve la réalité.

      Suite à l’intervention, très importante, de notre ambassadeur permanent à l’ONU, un très GRAND diplomate chevronné, Mr Sofiane MIMOUNI, à qui je rends un vibrant hommage, la narco-monarchie sioniste marocaine ennemie, va connaître de très sérieux problèmes existentiels, qui vont coûter à mimi 6, son trône, inévitablement ….. .

      Bonne journée.

    RRab3i
    1 septembre 2021 - 8 h 05 min

    il reste un autre ennemi plus dangereux que momo un ennemi sournois fourbe traitre puissant un ennemi qui nous grignote de l intérieur qu’il nous faut combattre avec ses propres armes par la dénonciation par la médiatisation par des cures de désintoxications le refus le refoulement pour avoir un esprit propre et saint marcher sans baisser ou détourner le regard ,être en paix avec soi même je vais vous le dire ,la corruption ,qui a gangrener tout le pays toute les institution y compris dans les écoles qui devait servir de modelé d éducation et de civilisation jusqu’ a ceux qui son sensé protégé l Algérie et sa population si on est pas loin de toucher le fond du gouffre c est grâce a la vache a pétrole
    refusez tout ce qui est sale pour être propre
    moi j ai dit ,ana goult oun touma choufou ,c est a vous de voir

    Surfer d'argent
    1 septembre 2021 - 6 h 09 min

    @Le Bérbère : Je me rapproche de ton commentaire plus que véridique !

    Le Satellite Espion fournit par la France
    1 septembre 2021 - 0 h 01 min

    N’oubliez JAMAIS qui a fourni le satellite espion au Maroc! Jamais, car la France à travers ce geste a démontré son visage de haine envers tout ce qui est Algérie, et surtout elle savait qu’elle allait altéré l’équilibre de force dans la région (diviser pour mieux régner). Par ailleurs, j’’en voulais tellement à la doctrine Bouteflika de soumission envers la France – « on differ mais on prend note sur le support de la France au Maroc concernant le Sahara Occidental ». ERREUR monumentale de la diplomatie Algérienne parce que c’est ce qui a permis au deux pays de cracher davantage sur l’Algérie alors que le baril de pétrole était à 100 dollars et les importations de France au maximum. Peugeot et Renault se sont gavés alors qu’ils construisaient leurs plus grandes usines au Maroc alimentaient en gas algérien gratuit et converti en électricité pour faire fonctionner ces usines et plus. Voilà ce que Bouteflika et les 20 dernières années où l’appareil de l’état était complètement infiltré et où aucune industrialisation n’a vu le jour en Algérie. La France a sapé le moral de tous nos dirigeant en les corrompant – appartement au 16eme arrondissement, transfert de millions d’euro alors que c’est illégal (300 millions d’€ Par Amar Saadani) + Bouchouareb, et autres généraux. Et bien, c’est la FRANCE au travail. Saper et corrompre à outrance pour affaiblir cet Algerie et lui ôter la lumière à l’Ouest, à l’Est (souvenez-vous du discours de Sarkozy à Tunis, «le malheur de la Tunisie est qu’elle se trouve avec un voisin qu’elle n’a pas choisi), au Sud avec le Mali et region Sahélienne, et quant au Nord et bien la France ne peux pas corrompre la mer Méditerranée. Dans tous ces signaux diaboliques claires comme l’eau de roche, la diplomatie Algérienne était NON-EXISTANTE car Bouteflika a rendu caduc tous les appareils sécuritaires de l’Algérie, et la France se trouvait à la maison. La diplomatie Algérienne se doit de se réveiller mais à pas de GÉANT, et on a TOUS LES MOYENS humains et matériels. La diplomatie de chuchotements est fini car elle doit être accompagner d’actes avant qu’on ne soit manger cru. Rompre les relations diplomatiques avec le Maroc ont TROP TARDÉ. Maintenant que c’est fait, il ne faut pas hésiter d’user d’un langage franc avec la France avec son appuie au Maroc à Bruxelles et New York dans la question de décolonisation du Sahara Occidental. Ne rien dire et ne pas affronter la France sur ce sujet serait une grave erreur car la charte de l’Union Africaine est claire la dessus, et il faut surtout en faire de cette absurdité Française une affaire Euro-Africaine de 1er ordre car l’Afrique ne s’immisce pas dans les affaires Européennes, et ne souhaite pas qu’un ex colon de surcroît vienne piétiner les lois et enjeux Africains. La mise au point dans nos rapport avec la France devrait avoir une priorité de 1er ordre puisque la France ne cesse d’alimenter l’axe du mal – Maroc, France-Israel. 20 ans sous Le feu vert de Bouteflika on eu raison de l’Algerie et la France n’a pas hésité un seul instant. Les contrats de tout genre avec la France ( Eau, métro, tramway, blé, Renault, Peugeot, etc..) alors que le projet Desertec a été enterré par Bouteflika alors que les Allemands étaient partant. Donc, aujourd’hui il faut que la France sache que ces relations avec l’Algérie ne seront JAMAIS les mêmes et à jamais. L’Algérie est un pays riche par son sous-sol, son peuple, sa zone géographique, son climat, sa beauté et le futur ne peut être que rose mais il ne faut pas compter sur cette France comme disait Jean Ferrat – ma France
    Cet air de liberté au-delà des frontières
    Aux peuples étrangers qui donnaient le vertige
    Et dont vous usurpez aujourd’hui le prestige
    Elle répond toujours du nom de Robespierre
    Sont toujours d¡actualité, et il ne faut, au grand jamais baisser les bras car cette France a un agenda précis sur l’Algérie, et de bonne guerre, on aura aussi le nôtre maintenez que la messe est dite au Maghreb et sur ses rapports de force immédiats et futurs.

      Anonyme
      1 septembre 2021 - 8 h 06 min

      Effectivement, il faut hausser le ton avec cette France qui, non seulement nous méprise, en refusant ou niant ces crimes colonialistes envers le peuple algérien, mais encore pleine de rancoeur d´avoir perdu son paradis l´Algérie, fait tout pour saboter son développement et meme actionne tout ce qu´il lui est possible pour diviser notre pays.
      Une autre politique avec la France est nécessaire, une politique de fermeté de réciprocité et, par là, on gagnera le respect de beaucoup de pays en Europe, en Afrique et dans tout le monde.
      Il faut qu´on ajuste notre boussole diplomatique, c´est plus que nécessaire.

      Touhami
      4 septembre 2021 - 23 h 07 min

      D’accord avec votre analyse. Il fallait se débarrasser des autorités marocaines. Question d’honneur et de confiance. Les traîtres, on n’en veut pas !

      La France a des intérêts en Algérie. Elle prêche pour le dialogue (entre Alger et Rabat) tout en espérant une escalade.

      Il ne faut pas en arriver aux armes avec le Maroc. Il faut juste le laisser mourir d’asphyxie. Il l’a cherché. C’est désormais son problème. Il ne faut plus lui faire de cadeau et maintenir un attention particulière sur lui. Tous les activistes (taupes) qui travaillent pour le Maroc en Algérie doivent être démasqués et emprisonnés à vie.

      Oui, l’Algérie est convoitée et beaucoup aimeraient la voir sombrer pour la dépecer.

      Mais la décennie noire (années 90) a été un mal pour un bien : l’Algérie a une longueur d’avance sur tous ces pays qui découvrent la lutte contre le terrorisme.

      En 2003, lors de l’invasion de l’Irak, les généraux avaient dit au criminel de guerre G. W Bush : « Envahir l’Irak, on sait faire. Militairement ont atteindra nos objectifs comme en Afghanistan. Mais il y a une chose qu’on ne maîtrise pas et qui reste une inconnue : le terrorisme. Quand vous avez un camion bourré d’explosifs qui fonce sur vous avec un conducteur qui est décidé à mourir, qu’est-ce que vous voulez faire ? »

      Quelle raison essentielle a poussé les USA à quitter l’Afghanistan et quelle est la crainte principale après son départ ? Les actes terroristes.

    Touhami
    31 août 2021 - 23 h 46 min

    La réaction ferme algérienne a été la bonne. On ne peut plus compter sur un voisin qui noue des liens étroits avec le régime sioniste et colonialiste d’Israël. On ne se moque pas impunément des Algériens. S’il s’était agi d’un autre pays que le Maroc, royaume tout de même musulman, c’en aurait été fini depuis longtemps.

    Le Maroc est, et a toujours été, la résidence secondaire des Occidentaux, notamment des Français. Une sorte de « protectorat » de villégiature pour les Européens. Ce n’est pas le cas de L’Algérie. Quant à la Tunisie (je ne veux pas froisser mes amis tunisiens) elle est une espèce de Club Med.

    Les Algériens ont fini de blaguer avec la monarchie féodale marocaine. Il est temps de replacer au centre la fierté et la dignité du monde arabo-berbère et musulman. Et ce n’est ni le Maroc, ni le sionisme qui empêcheront cette éclosion très prochaine. La vérité triomphe toujours sur le mensonge.

    Mohamed VI n’a plus qu’à se tenir tranquille et à revoir toute sa politique tant intérieure qu’extérieure. Les vents finissent toujours par tourner. Aujourd’hui n’est plus hier et demain ne sera plus, si Dieu le veut, le refuge des impérialistes et des expansionnistes, ainsi que le prônent les sionistes, alliés du Maroc.

    Mousalade
    31 août 2021 - 21 h 23 min

    Le seul pays qu’il faut se méfier comme le lait sur le feu c est la Fronce aux pieds de 🐷 et Kulsale..
    Ce sont pratiquement les seules qui investissent dans leurs succursale et au sahara occidental..il ne faut rien leurs donner, pas un seul centime (…)

    Chaoui
    31 août 2021 - 21 h 18 min

    Monsieur Jacob Cohen a juste omis une chose : la plus importante. A savoir que le régime du makhzen s’est sciemment ligué contre nous avec (en toute connaissance de cause) une puissance…nucléaire…Et c’était cet objectif qu’il recherchait au premier chef …(on notera que l’entité sioniste est une puissance nucléaire pirate qui n’hésitera pas à doter ce même makhzen de 2-3 ogives comme il l’a déjà fait avec leurs larbins de l’arabie afin de pousser ces derniers à frapper…l’Iran).
    A voir le maroc se sentir ‘fort’ du jour au lendemain, ceci expliquant cela…
    Mais que le maroc prenne garde ! A jouer avec le feu, on fini inévitablement par se brûler…Sinon d’essuyer un retour de flamme…(rien n’est moins sûr que nous n’en soyons pas nous aussi pourvu…De plus, sur le sujet, on a pu relever que le commandement militaire français a décrété ces derniers mois se préparer à une ‘guerre chaude’ prochaine – entendez : avec usage d’armes nucléaires – avec une armée…’équivalente’…).

    Anonyme
    31 août 2021 - 20 h 10 min

    le prochain roi marocain sera AZOULAY

      Anonyme
      31 août 2021 - 22 h 20 min

      Non, C’est l’actuel !

    Le Bérbère
    31 août 2021 - 19 h 55 min

    «L’Algérie a remis le Maroc à sa vraie place !?
    ». Et ben non monsieur ! Tant que des milliers de sujets de roi narcotrafiquant sillonnent le territoire national d’en haut en bas , en règle et en clandestinité grâce au l’axisme de l’état algérien gangrené par les collabos et harkis et les naturalisés marocains , l’Algérie n’a remis personne à sa vraie place , ni le Maroc , ni le Tacouk . Les milliers de sujets de roi ingrat doivent tous quitté le pays illico presto .. Certains on même obtenus la citoyenneté algérienne ( les plus malins est rusés) idem pour eux, ils sont invités à quitter le sol national ..

    Casbi
    31 août 2021 - 19 h 14 min

     » La France a trop d’interets economiques et geostrategiques en Algerie  » .
    Pourtant la France est non seulement l’alliee du regime lache marocain mais aussi sa protectrice . Le peuple algerien n’est pas dupe . Il est tres conscient de ce phenomene . Il est par consequent temps pour nos autorites de nous liberer de ces COLONIALISTES qui n’arrivent pas a admettre que l’Algerie n’est plus leur COLONIE. La lutte contre le COLONIALISME doit etre permanente car c’est une maladie chronique qu’il faut eviter par tous les moyens. En cas d’escalation militaire avec l’ennemi a nos frontieres ouest, la France n’hesitera a nous bombarder comme l’avait fait giscard d’estaing dans les annees 70 . Giscard ‘ homme de l’affaire des diamants ‘, un voleur , un usurpateur qui a meme prefabrique le  » d  » devant son nom. Voila l’etoffe des politiciens francais .

    Bozscags
    31 août 2021 - 19 h 05 min

    Très bonne nouvelle du gouvernement algérien il faut se méfier de ces traîtres de marocains ils ont été paxe avec l’axe du mal ils ne savent pas ce qui les attend .

    Brahms
    31 août 2021 - 18 h 36 min

    Mesure de rétorsion,

    On peut également résilier les contrats de « blé dur » avec la France pour 1 milliard d’euro chaque année car à mon avis, ces contrats en agriculture ne sont pas loyaux.

    La France pourrait ainsi se tourner vers le MAROC pour coller son « blé dur » et nous vers la Russie qui a un « blé dur » de meilleure qualité.

    Je rappelle que nous ne sommes pas mariés avec la France.

    cette interview honore l'écrivain courageux
    31 août 2021 - 18 h 11 min

    après roger hanin et plein d’autres juifs qui refusent la politique raciste et impérialiste des sionistes israéliens, jacob cohen dit ce que tous les juifs séfarades pense sur l’algérie, le maroc et israel! indirectement l’écrivain confirme que l’attitude de l’algérie envers israel et le maroc n’est nullement motivée par antisémitisme comme tentent de le faire croire les israéliens sionistes qui vont même jusqu’à gommer et effacer le rôle des algériens dans la protection des juifs (par pur humanisme et respect, et sans aucune contre partie de quelque nature que ce soit) lors de la chute de l’andalousie et l’espagne puis durant la seconde guerre mondiale. mais une attitude logique, d’un pays qui doit se défendre sous peine d’être anéanti.
    les séfarades de france se méfient des marocains comme le lait sur le feu. ils savent que les marocains sont des traitres, et un traitre reste un traitre, donc il trahira tous ceux qui l’entourent, et c’est la définition même du mot traitre! l’algérien est trop orgueilleux, guerrier et sincère, et les juifs de france me disent tous qu’ils font plus confiance à un algérien que n’importe qui sur terre, et surtout pas un français, notamment celui qui verse des larmes de crocodile pour un juif victime d’un fait divers. d’ailleurs en france les seuls qui défendent les algériens sans avoir peur des remontrances sionistes sont les juifs. le français a peur des sionsites donc il va critiquer l’algérien juste pour faire plaisir aux sionistes et espérer gagner leur estime! ils sont vils et pourris. leur lâcheté me répugne. en somme, ce sont des vichystes en mode caméléon!

    Algérien et patriote
    31 août 2021 - 17 h 52 min

    Ils ont fait rentrer le loup dans la bergerie, qu’ils les bouffent et leurs pillent tous leurs biens, c’est tout ce qu’ils méritent à ses lèches babouche ,ont a rien à gagner avec eux, plus aucune relation avec eux, rien, rien et rien…. .Quand à la france comme la dis un ministre…ennemi éternel. france antite sioniste maroc axe du mal pour l’Algerie et le reste de l’Afrique

    La Blague de l année ......
    31 août 2021 - 17 h 10 min

    Pour les projets sionistes avec les Marrokis sont la colonisation du Sahara Occidental pour en faire un dépôt stratégique de stockage d armement nucléaires. Comme ca, si ca Péte pour une raison ou une autre (catastrophe naturelles au autres) ca sera loin de leur populations. Ca va mal pour les sionistes d Israël car les américains ont n en raz le bol de leurs problèmes (la preuve M. Biden s est endormis pendant la rencontre avec Naftali Bennett vidéo à voir). Le passage du voyou Tremp à la présidence mondiale a déséquilibré toutes les logiques de droit international et entaché la crédibilité des États Unis. À chaque orientation sioniste, l Amérique en paye le prix comme le retrait du traité de 2015 avec l Iran. Imaginez les milliards de dollars donné par les Saoudes à Trompe grâce a Kouchner (le sioniste). Le marouque va lui arriver la même chose car le Trone de liège est gouverné par les sionistres. Le futur roi du Marrouk sera d origine juif sioniste. . ,

    Vive l'Algérie, Vive Chouadas,
    31 août 2021 - 16 h 48 min

    Vive l’Algérie, Vive Chouadas, Vive FLN,
    Le Makhzen a pris la première claque et si la France ne nous remet pas le terroriste Kabyle Ferhat Mehennie
    qui prétend que la Kabylie ne fait pas partit de l’Algérie et bien nous couperons nos relation diplomatique
    dans quelques jours !
    Macron tu es prévenue !

      Anonyme
      31 août 2021 - 18 h 19 min

      J’espere que tu parles du FLN d’avant 1962. Celui d’apres est la cause de tous nos malheurs. Mais je joins ma voix a la tienne sur vive l’Algerie et paix eternelle a nos chouhadas.

      Touhami
      1 septembre 2021 - 0 h 32 min

      « le terroriste Kabyle Ferhat Mehenni », non, pas le terroriste Kabyle, mais le terroriste tout court. Les Algériens de Kabylie ne sont pas des terroristes.

      Quant au traître et terroriste Ferhat Mehenni, il ne dort plus tranquille. Il va devenir de plus en plus un boulet pour la France.

      Garder Mehenni en France sous prétexte qu’il est en danger de mort parce qu’il milite pour un séparatisme en Algérie, va bientôt poser un problème majeur au gouvernement français. Implicitement, cela revient à dire que la France serait pour une « Kabylie »
      indépendante. C’est de la poudre, de la TNT !

      Il n’y a que le farfelu Zemmour pour faire croire que la Kabylie est colonisée par les Arabes. C’est grotesque. Cet argument n’est destiné qu’à monter les Algériens les uns contre les autres. Zemmour fait du sionisme, c’est dans son tempérament, sa culture politique. Il a une culture politique, mais pas de conscience politique.

      En France aussi, il y a des Corses, des Catalans, qui songent à une autodétermination. Et l’Algérie n’a jamais cautionné de tels vœux séparatistes.

      Alors, attention, en France, on marche sur des œufs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.