L’appel maladroit de Youcef Belmehdi aux imams algériens détachés en France

AR Affaires religieuses
Le ministre des Affaires religieuses, Youcef Belmehdi. PPAgency

De Paris, Houari A. – L’appel du ministre des Affaires religieuses, Youcef Belmehdi, aux imams détachés pour «contrer la campagne féroce qui cible l’Algérie» passe mal en France. Non que les autorités françaises y aient réagi, mais parce que les fidèles algériens refusent que la mosquée devienne un lieu de politique et crée ainsi des dissensions et des conflits entre musulmans vivant en bonne intelligence dans ce pays européen. «Nous peinons déjà à contrer l’islamophobie rampante dans ce pays, bien que nous soyons tous concernés, quelle que soit notre nationalité, et cet appel achèvera de diviser nos rangs face à la guerre sans merci qui est menée aux musulmans par les milieux d’extrême-droite et une certaine classe politique», réagit un Algérien pratiquant qui accomplit sa prière régulièrement à la Grande Mosquée de Paris.

Une source religieuse a, de son côté, expliqué qu’un imam algérien ne peut pas parler d’Algérie devant un parterre de fidèles issus d’autres pays musulmans. «Parfois, près de 80% des pratiquants sont issus du Maroc dans certaines régions de France, alors que l’imam est algérien, comment voulez-vous que ce dernier teinte son prêche de politique, qui plus est dirigée vers le pays voisin au risque de provoquer des heurts à l’intérieur même du lieu de culte ?» interroge, dubitatif, notre interlocuteur. «La communauté musulmane ici en France est éloignée de la politique, elle vit ses propres problèmes qui sont d’ailleurs nombreux et elle est déjà assez éprouvée comme ça par toutes les avanies qu’elle subit tous les jours, sans compter les problèmes d’ordres financier et économique aggravés par la crise sanitaire qui a frappé les musulmans de plein fouet», renchérit un citoyen algérien.

«Nous défendons l’Algérie et répondons à ceux qui lui portent atteinte à chaque fois que l’occasion nous est donnée, mais nous ne pouvons pas créer une dichotomie au sein de la communauté musulmane car cela la fragilisera davantage», ajoute un pratiquant qui soutient l’idée que «les problèmes politiques doivent être traités hors de la mosquée qui transcende les nationalités, les races et les obédiences». «L’appel du ministre n’aura pas d’écho ici en France et cela ne veut pas dire que les Algériens qui vivent dans l’Hexagone n’aiment pas leur pays, ni ne le défendent pas, mais le fait est que ces questions créent des divisions, y compris parmi les Algériens», soutient un concitoyen qui appelle à «l’union des musulmans en France pour affronter l’hydre extrémiste qui veut faire parvenir Marine Le Pen et Eric Zemmour au pouvoir en 2022».

H. A.

Comment (15)

    Anonyme
    2 septembre 2021 - 17 h 35 min

    Dans les années 80,90 l islam était bien vu en France. Les français pensaient que les imams et les musulmans allaient donner un peu de moral aux musulmans des cités dont beaucoup vivent de la délinquance ou du chômage de longue durée. En France, on entendait que l islam est une religion de paix . C est tout le contraire aujourd’hui, les imams, les femmes voilées sont très mal perçus en France. Ils parlent de retour du moyen âge, de la soumission des femmes . De plus ,le chômage et la délinquance ont encore augmenté… Je vous laisse imaginer l opinion des français sur les musulmans….. récemment, le gouvernement français a refusé la venue d imams marocains..

    anonyme
    1 septembre 2021 - 12 h 40 min

    (…) … Que fait ce ministère au juste ? A quoi sert-il ? Quel est son budget ? L’islam pour moi s’arrête au Coran et à l’imam de ma mosquée … dont les ventilateurs fonctionnent de plus en plus mal d’ailleurs !

    Abou Choun
    1 septembre 2021 - 12 h 24 min

    Avec ça il y’en a qui doutent que les mosquées de France sont dirrigées par des pays étrangers. Et d’autres qui croient que la laïcité est applicable aux musulmans. Tristes tropiques !

      Voit De Benedetti
      2 septembre 2021 - 23 h 31 min

      Vive monsieur le Président de la république Abdel Majid Tebboune. Vive Nezzar Chengriha et Tewfik ! Honte aux islamistes (…) ! Et vive notre glorieuse armée armée !

    Anonyme
    1 septembre 2021 - 11 h 49 min

    Pourquoi utiliser toujours la religion pour régler des problèmes politiques?
    Nos gouvernants ont parfois de drôles de réactions ?? De plus rien n a été facilité durant cette période COVID à la diaspora pour venir rendre visite aux parents malades ou en fin de vie malgré les différentes requêtes.
    Beaucoup dont moi avions perdu nos parents sans les voir une dernière fois ni venir se recueillir sur leur tombe..
    Alors pourquoi solliciter la diaspora que quand cela les arrange ….
    De plus si l Algérie veut s en sortir il faut vraiment que la foi soit gérée au niveau privé,l état n a pas et ne doit plus s occuper de la religion il a d autres missions beaucoup plus importantes et cela évitera à l avenir de telles demandes saugrenues…

    anonyme
    1 septembre 2021 - 7 h 35 min

    La communauté algérienne de France (du Canada et de tout pays occidental !) vit dans un paradis terrestre comparativement aux Algériens d’Algérie. Que nos politiques s’occupent d’améliorer le sort de nos frères et soeurs du « bled » et qu’ils arrêtent de faire semblant de s’intéresser à nous. Nous savons qu’ils ne nous veulent aucun bien.

      Belveder
      1 septembre 2021 - 11 h 21 min

      Ca s appelle «  » mon Pays » » ou L Algerie je n ai jamais aimé ce terme Bled péjoratif des beurs des cites
      Commence par ca deja
      A suposer que tu sois Algerien

        Frezaf
        2 septembre 2021 - 23 h 26 min

        Il faut exterminer les islamistes. Et se détacher de ces superstitions,ces religions qui ne font que reculer.Il faut la laïcité pour avancer. Vive notre glorieuse armée ! Vive Chengriha Nezzar et Tewfik ! Vive monsieur le Président de la république Abdel Majid Tebboune !

    Belveder
    1 septembre 2021 - 6 h 52 min

    Il m a été rapporté une certaine Tension en France entre Fidèles Marocains et Algérien..les Uns et autres s evitent et commence à se donner le mot pour fréquenter des mosquées differentes
    Certains Algeriens vont même dans des mosquées à majorité Africaines
    Mais c est vrai que la pratique de la prière est plus répondue chez les Marocains qui contrôlent plus de mosquées que les Algériens même si ces derniers sont Supérieur en Nombre

    Karim
    31 août 2021 - 22 h 30 min

    Le sieur Belmehdi rève d’un clergé dans notre pays, clergé à la tète duquel il se verrait le chef. C’est pourquoi pour un oui, pour un non, il n’a de cesse de légiférer par des fetwas désuètes, révolues, alors qu’il est censé ne pas ignorer que le clergé n’existe pas et ne doit pas exister en islam

    Souad
    31 août 2021 - 20 h 50 min

    Le rôle premier d’un imam est de prêcher la bonne parole de dieu, d’éducation, de spiritualité, non pas de parler de politique. Surtout dans de telles circonstances

    KN
    31 août 2021 - 20 h 41 min

    Comment voulez-vous que les imams de France algérien défendre notre pays.
    Charlegoumi l’imam préféré des Français et du Crif.✌😊😊😊
    Vive l’ANP vive DRS et vive mon président tebboune.
    Vive nos généraux DZ 🇩🇿🇩🇿🇩🇿🇩🇿🇩🇿🇩🇿🇩🇿

    Elephant Man
    31 août 2021 - 20 h 40 min

    Le lobbying de la narco-terroriste-monarchie en France est partout.
    Il suffit de voir comment ce porc de Tahar Benjelloun a bloqué et exerce un boycott à l’encontre de l’écrivain Algérien Yasmina Khadra par les instances, jurys et médias de FRANCE.
    https://www.algeriepatriotique.com/2021/04/30/le-marocain-tahar-ben-jelloun-crie-avec-rachad-madania-machi-askaria/ :
    Les conseils du sujet Ben Jelloun au président Macron sur l’armée algérienne
    Quelle magnifique preuve de « fraternité » 😂😁😀 n’est-ce pas !!

      Rachid
      31 août 2021 - 22 h 17 min

      Tahar Benjelloun siège a l’Académie française en tant que responsable des prix littéraires pour les écrivains maghrébins, Yasmina Khadra n’était pas sa tasse de thé car il était mieux que lui en plus Algérien et ne se rabaissait pas comme certains écrivains aux médias pour plaire aux Français a l’image de Assia Djebbar qui pour répondre a une question d’un journaliste sur une chaine de télévision déclarait que la ville où elle se sentait heureuse était Marrakech .

    ALGERIENNE
    31 août 2021 - 20 h 16 min

    A se demander si nous avons les bonnes personnes aux bons postes!!! No comment!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.