Les Marocains célèbrent l’homme qui allait libérer leur pays de la monarchie

Maroc Ben Barka
Les Marocains épris de liberté réclament justice et vérité pour Mehdi Ben Barka. D. R

Par Kamel M. – Dans une tribune écrite par le fils de Mehdi Ben Barka, le Maroc libéré du joug de la famille royale régnante installée par l’ancien ministre français de la Guerre, Hubert Lyautey, s’est remémoré le courage du militant convaincu par la justesse du combat des pays colonisés pour le recouvrement de leur liberté. On apprend que la victime de la conspiration du palais a puisé son courage dans «ses origines modestes, son enfance et son ancrage dans les milieux populaires de Rabat» qui «lui ont permis de vivre la réalité sociale du Maroc du Protectorat des années 1920 et auront une influence décisive sur son cheminement politique».

«Imprégné des aspirations populaires, il les a personnifiées et amplifiées dans la perspective d’une révolution sociale et démocratique», écrit Bachir Ben Barka dont le défunt père avait pris fait et cause pour la Guerre de libération nationale dans l’Algérie voisine où, du reste, il avait préparé sa licence de mathématiques, entre 1940 et 1943, à la Faculté des sciences d’Alger. «Il y noue des relations durables avec les futurs dirigeants nationalistes algériens et au sein du milieu intellectuel maghrébin et français», souligne l’auteur de l’hommage, qui rappelle que Ben Barka a milité «activement» dans le cadre de l’Association des étudiants nord-africains dont il devient le président. «Depuis, tout en s’appuyant résolument sur la réalité marocaine, il n’a jamais cessé d’élargir sa vision au-delà des frontières nationales et régionales, mesurant les enjeux du dépassement des luttes isolées des peuples du tiers-monde», relève Bachir Ben Barka.

Mehdi Ben Barka a compris «rapidement», dès «l’indépendance» du Maroc en 1956, que «celle-ci ne peut avoir de signification réelle que si la souveraineté et l’initiative du peuple deviennent le fondement même des nouvelles institutions du pays». «Sa conception du développement, fondé sur la créativité et l’action populaires, se traduit dans des projets de développement tous azimuts, dont il est le concepteur, l’initiateur et l’opérateur de première ligne. Tous ces projets ont un dénominateur commun : la mobilisation populaire. Pour lui, le développement ne peut se concevoir par en haut et il n’y a pas de véritable libération ni de développement sans démocratie, et sans le rôle actif des masses laborieuses qui doivent occuper une place de choix dans l’ensemble de ce processus», note son fils, qui rappelle que le militant avait dû quitter le Maroc «pour échapper à la vindicte royale», prenant «toute sa place» au sein des dirigeants des mouvements populaires et révolutionnaires du tiers-monde.

«L’espoir d’une réelle option révolutionnaire au Maroc» lui a valu d’être lâchement assassiné par le Mossad à Paris, en 1965, à la demande du roi Hassan II.

K. M.

Comment (18)

    Observateur attitré
    12 novembre 2021 - 8 h 58 min

    Bonjour,
    Yaw fakou @Abou stroff !!
    Quand on traite ses compagnons de tube digestif comme si monsieur ne mangerai rien ?.
    En réalité, Vous êtes le premier tube digestif de la situation pour s’enrichir aux travers de vos commentaires répétitif et qui n’apporte rien à la construction du pays, un peu comme un contremaître qui à pris la place du bon maçon qui ce même bon maçon doit prendre votre place et vous une fois redescendu au travail manuel….
    Vous êtes licencier…,
    (…)
    Bonne journée.

    Bouzelouf au miel
    11 novembre 2021 - 14 h 01 min

    Bonne de jour ,
    La vérité elle est en France plus précisément à Paris la ou le mensonge est roi ou la vérité est anobli depuis la révolution française.
    Bonne journée.

    M & Mss
    11 novembre 2021 - 13 h 58 min

    Bonjour,
    Chère @Abou stroff , Vous faites demande de ne pas confondre la peuplade de l’Ouest et makhzen ainsi comprends le périple ou le mal marroki.
    Certe feu Mehdi ben barka était une personne issu du peuple et contre la famille des brigands pseudo royaliste, mais voyez plutôt Aujourd’hui et de remettre votre montre à l’heure et/ou l’eau à couler sous les ponts ; les marroki d’aujourd’hui après leurs innombrables mutilations et services, torture ne peuvent plus se départir de la courbette, du baise main et de l’humiliation conscentant.
    C’est inscrit dans leurs a d n , un sondage me donnerai raison.
    N’y voyez pas une insulte ou une quelconque réprobation à votre commentaire mais c’est la réalité du terrain.
    Bien à vous et je vous souhaite une excellente journée.
    À bon entendeur..

      Abou Stroff
      11 novembre 2021 - 16 h 05 min

      je persiste et signe:
      comme nous, les algériens, sommes condamnés à vivre en tant que voisins avec les marocains, jusqu’à la fin des temps, il me parait judicieux de différencier entre le makhzen, régime archaïque à la solde des puissances impérialistes et de l’entité sioniste et le peuple marocain (dans le sens d’un ensemble de couches sociales qui aspirent au changement à un moment historiquement daté) qui, comme tout peuple, aspire à vivre dans la dignité.
      en termes crus, la société marocaine, comme toutes les sociétés contemporaines, est divisée en couches sociales aux intérêts contradictoires, et il s’agit, pour nous, de nous allier aux couches sociales dont les intérêts convergent avec les nôtres pour participer à la grande épopée qui détruira le makhzen et qui, via le même mouvement, jettera les bases d’un grand ensemble nord-africain (qui est le contraire du projet de dépeçage des pays dits arabes concocté particulièrement par l’entité sioniste).
      moralité de l’histoire: quand on n’a rien dans la caboche, on raisonne avec ses tripes, mais ce genre de raisonnement est totalement stérile pour ne pas dire ridicule. il flirte, en fait avec l’imbécilité et le crétinisme. quand on n’a rien à perdre (quand on vit en france et qu’on profite des bienfaits de fafa, on peut se permettre de bomber le torse et de se prendre sur superwoman, n’est ce pas?)
      PS: dans une guerre (potentielle pour le moment), le b a ba de la stratégie, exige de maximiser le nombre de ses amis et de minimiser le nombre de ses ennemis. cette manière de voir les choses et les phénomènes est évidemment hors de portée des imbéciles qui ne voient pas plus loin de leur trompe……………. euh pardon, de leur nez.

        M & Mss
        11 novembre 2021 - 19 h 20 min

        Monsieur @Abou stroff,
        Quand on est trop sûr de son raisonnement, cela ne vous mènera nulle part.
        Dite vous depuis un pays d’Europe ou du Marokistan?
        Ne me prenez pas pour un imbécile, la condamnation est pour vous et certainement pas pour nous.
        Votre raisonnement est à l’identique de boutestrika, nous allons aller encore plus loin envers les esclaves ne vous en déplaise, …
        Émotionnellement, on à l’impression également que vous venez ici vous exprimer librement puisque l’on ne vous voit nulle part ailleurs qu’ici la ou on ne vous à jamais vu.
        Ce qui laisse beaucoup de marge concernant vos motivations..
        Bonne soirée monsieur @Abou stroff .

    Droopy Smail
    11 novembre 2021 - 12 h 06 min

    Ils l’on tué chez fafa pour proteger leur roi serviteur.

    Abou Stroff
    11 novembre 2021 - 9 h 51 min

    « Les Marocains célèbrent l’homme qui allait libérer leur pays de la monarchie » titre K. M..
    je pense que c’est une occasion pour tous ceux qui réfléchissent (c’est à dire le contraire des abrutis passent leur temps à insulter, sans discernement) de ne pas mettre dans le même sac le makhzen, régime archaïque au service des puissances impérialistes et de l’entité sioniste et le peuple marocain que Feu Benbarka voulait libérer de l’oppression du makhzen.

      Elephant Man
      11 novembre 2021 - 14 h 42 min

      @Abou Stroff
      Le harki makhnaz fait encore tomber le masque pour les crédules.
      L’hôpital qui se fout de la charité !!
      Celui-là la même qui passe sob temps sur AP à cracher sur l’Algérie et « la rente » et le Peuple Algérien « des tubes digestifs ambulants » indissociables l’un de l’autre.
      Vous êtes atteint sérieusement d’Alzheimer à savoir DÉMENCE SÉNILE 😉 SCIENTIFIQUEMENT PROUVÉ p <0,001.
      Rappelez-nous ce que vous makhnaz avez fait pour le Peuple Algérien.
      Je vous réponds avec @Krimo :
      Je vous réponds avec @Krimo :
      «En tout cas bienheureux d’apprendre la non reconduction du contrat et surtout la rupture des relations diplomatiques que je souhaitais des décennies plus tôt. La populace maroki ne ne distingue nullement de son makhzen et vice-versa. Le triptyque : « allah el watan oua el malik » c’est dans leurs gènes et c’est le dernier mot qui est le plus significatif.
      Quant a la vision du maroki vis-à-vis de l’Algérie c’est le ressenti d’un complexe d’infériorité fort, nourri tout au long de l’histoire et qui a pris une dimension encore plus forte depuis 1962.
      Qu’on le veuille ou non il se trouve que les deux derniers siècles, nous n’avons partage avec personne cette tranche d’Histoire»
      FREE WESTERN SAHARA
      VIVE LE POLISARIO VIVE LA RÉSISTANCE SAHRAOUIE VIVE LA RASD LIBRE VIVE LA RÉSISTANCE PALESTINIENNE VIVE LA PALESTINE LIBRE QU’ALLAH VOUS PROTÈGE
      ALLAH YERAHMEK YA SID ERDJAL !!! ALLAH YERAHMEK YA SI L’HOUARI BOUMEDIENNE POUR L’ETERNITE !!!
      PS : je me suis arrêtée au titre de l'article comme toujours sachant les accointances de l'auteur pour sa majesté.
      PS 2 : he n'ai lu que votre commentaire vous attendant tel la fellagha en embuscade.
      Allah Yarhmou Djamel Bensmaïl Allah Yarhmoum à nos 3 compatriotes Algériens martyrs lâchement assassinés dans l'exercice de leur fonction par la narco-terroriste-monarchie, d'ailleurs on ne vous a pas entendu….un Détail de l'Histoire…
      ALLAH YARHMOU L'ÉMIR ABDELKADER

        Droopy Smail
        11 novembre 2021 - 15 h 24 min

        Pourquoi tu as peur des idées différentes des tiennes ? Abou stroff a parlé des peuples pas des régimes

          Casbi
          11 novembre 2021 - 18 h 26 min

          Quand on parle de peuple marocain , il faut dire tel peuple, tel regime. C’est la meme chose. Par contre il n’y a aucune comparaison entre Ben Barka et le peuple marocain qu’il voulait liberer . Ben Barka a ete oublie par le peuple marocain, balaye comme s’il n’a jamais existe. Seul le peuple marocain est capable de cette lachete .Une monarchie plantee juste apres l’Inquisition par le Vatican et la monarchie espagnole afin de securiser le Sud de l’Espagne a eu tout le temps de dehumanizer ce rassemblement de tribus maintenues a l’etat barbarique. Le peuple marocain est le seul dans le Monde pret a s’agenouiller et embrasser la main de son Maitre qui pourtant le MEPRISE, il ne sait meme pas si elle est propre. Il n’y a rien a gratter du peuple marocain, il a une opinion tres basse de lui meme et comme le dit Elephant Man, c’est dans l’ADN. Le Marocain bien programe par une monarchie diabolique se trouve tres a l’aise dans un environnement ou la trahison prime, il trouve ca normal, c’est sa zone confortable. Le Marocain de la rue ne sait meme pas que la guerre des sables a existe. Tout autre peple aurait ete inspire par Ben Barka et preserve la flamme de la liberte , helas pas le peuple marocain car il ne connait pas le grand revolutionnaire et il est incapable de l’apprecier. C’est dans l’ADN comme le dit si bien Elephnat Man.

          Elephant Man
          11 novembre 2021 - 18 h 31 min

          @Droopy Smail
          La peur ne fait pas partie de ma nature et jargon.
          Je vous renvoie à l’intégralité des post de @Abou Stroff sur le sujet et notamment le respect non sans insulte qu’il voue au Peuple Algérien 😉 et le tapis rouge à sa narco-terroriste-mobarchie et ses fidèles serviteurs esclaves consentants.

    Surfer d'argent
    10 novembre 2021 - 21 h 47 min

    C’était un héro, un vrais homme dont certains Marocains devraient en prendre de la graine, qui malheureusement dérangeait et lâchement assasiné par des sous hommes !

    Anonyme
    10 novembre 2021 - 19 h 18 min

    Mehdi Ben Barka Allah Yarhamou a ete l une des plus importantes figures du tiers-monde..sinon la plus importante figure pour la lutte des independances…et qui a voulu sauver le Maroc du joug des makhzen et de leur chef la famille royale primitive et soumise aux sionistes voila une chanson du celebre chanteur Africain Franklin Boukaka qui explique tout en musique et pour laquelle il a ete assassine en 1972 et qui a cante Mehdi Ben Barka..https://www.youtube.com/watch?v=5fPfEAkJZE8

      Casbi
      10 novembre 2021 - 23 h 12 min

      Merci pour l’info. J’ai ecoute la chanson avec emotion et tristesse. Les grands hommes elimines par les imperialistes et predateurs. Parmi eux , Ernesto Che Guevera, Patrice Lumumba et bien sur le Grand Mehdi Benbarka. Leurs morts n’a pas ete inutiles , elles nous inspirent et nous eclairent jusqu’a present. Je rappelle que l’un des responables de la mort de Patrice, le sinistre Tchumbe, a fini ses jours en prison a Alger, durant la grande periode de H.Boumedien, Allah Yarahmou.

    Anonyme
    10 novembre 2021 - 19 h 03 min

    La France a était le 1er coupable de l’assassinat lache de Ben Berka Allah irahmou paix à son Âme car les privilèges était en danger si ce dernier serez devenue dirigeant pareil en Algérie avec les assassinats de Ramdane et bien d’autres Allah irahemhoum donc la France et un grand assassin d’opposants

    MOUSSA
    10 novembre 2021 - 15 h 51 min

    Une république démocratique est tout le mal que l’on peut souhaiter au peuple marocain !

    Mellah hocine
    10 novembre 2021 - 11 h 31 min

    Un éclairage sur Mehdi Ben Barka : Mehdi Ben Barka est une figure de la gauche marocaine. Né en 1920 à Salé, près de Rabat, il s’est engagé très tôt dans la lutte contre le protectorat français. A l’indépendance en 1956, le roi Mohammed V en fait le président de l’Assemblée nationale consultative, mais Ben Barka prend rapidement des positions très critiques envers le régime. Il fonde l’Union nationale des forces populaires (UNFP) qui, avec l’Istiqlal, autre parti de l’opposition, obtient plus de 50 % des suffrages aux élections législatives de mai 1963. La répression qui s’ensuit est massive. Par deux fois, Mehdi Ben Barka est condamné à mort par contumace : en 1963, accusé de haute trahison lors de la Guerre des sables contre l’Algérie, et en 1964 pour complot contre Hassan II.
    Le quotidien israélien Yediot Ahronot avait publié en 2015 de nouvelles informations sur le rôle joué par le Mossad dans l’assassinat de Mehdi Ben Barka. Il en ressort des témoignages du chef du contre-espionnage, Meit Amir, que le chef du gouvernement de l’époque, Levi Eshkol, n’était guère enthousiaste à aider le régime marocain à se débarrasser du célèbre opposant.
    Cinquante ans plus tard, nonobstant deux procès, son corps n’a toujours pas été retrouvé, les coupables toujours pas arrêtés, les responsabilités toujours pas établies. La raison d’Etat s’y est opposée, tant au Maroc qu’en France, deux Etats dont il y a lieu de penser qu’ils sont directement impliqués dans cette basse œuvre politique qui a attenté au plus impératif des devoirs humains : la possibilité pour une famille d’entrer en possession du corps de son défunt.

    Ce récit ressemble étrangement a l’assassinat de Mecili a Paris en 1987.

    Ce rappel nous renseigne sur les vieilles relations entre le Maroc et Israel qui ne date , finalement pas, de 2020.
    Un jour , tres proche , le peuple marocain saura que sa liberté reviendra au prix d’une lutte pacifique et tous les peuples du Maghreb retrouveront cette union brisée hélas par ….la France.

      Anonyme
      11 novembre 2021 - 10 h 59 min

      « cette union brisée hélas par ….la France » – Ce n’est pas pour rien qu’il soit assassiné en france.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.