Et si Alexander Douguine l’idéologue de Vladimir Poutine avait raison ?

Douguine Poutine
Alexandre Douguine; D. R.

Une contribution de Khaled Boulaziz – «Les expériences humaines ont démontré que les liens spirituels n’ont pas pu résister aux coups de boutoir de la pauvreté et de l’ignorance pour la simple raison que les Hommes ne veulent pas aller au paradis le ventre creux.» (Houari Boumediene). Alexandre Douguine est reconnu à juste titre comme le théoricien de la Russie nouvelle dirigée par Vladimir Poutine, son actuel président. Sa quatrième théorie politique est une tentative tout à fait remarquable. Alexandre Douguine y construit un système de pensée dont l’objectif est de lever la confusion dans laquelle se trouve la théorie politique moderne, de lui insuffler un nouveau élan et de jeter les bases d’une nouvelle philosophie politique qui sera décisive afin de contester le paradigme libéral dominant.

Le libéralisme, l’idéologie la plus ancienne et la plus stable, est considéré dans les temps modernes comme la première théorie politique. Il fut le principal modèle du colonialisme occidental. Le marxisme, une critique radicale du libéralisme à travers une déconstruction du capitalisme, est la deuxième théorie. Théorie qui a trouvé échos et fervents militants dans plusieurs pays.

Il faut remarquer ici que le marxisme est en convergence avec le libéralisme. Le marxisme est préoccupé principalement avec les inégalités engendrées par le capitalisme. Sinon, il partage avec le libéralisme une philosophie de libération, une vision matérialiste du monde et une morale égalitaire.

Enfin, le fascisme ou le national-socialisme, qui est une critique à la fois du libéralisme et du marxisme, est considéré comme la troisième théorie. Il faut noter que le fascisme/national-socialisme fut défait par le marxisme en 1945 à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le marxisme fut défait à son tour par le libéralisme en 1989 à la chute du Mur de Berlin, laissant ainsi la première théorie politique triomphante et libre de dominer le monde entier.

La victoire du libéralisme fut totale. En Occident, en effet, il a cessé d’être d’essence politique ou idéologique. Il est devenu une pratique acquise, presque dogmatique.

Les Occidentaux pensent en termes libéraux par défaut que leurs pensées soient rationnelles ou non. Ils considèrent toute critique du libéralisme comme une dissidence idéologique, sans se rendre compte que leurs propres hypothèses ont des origines idéologiques. Le triomphe définitif du libéralisme a également signifié qu’il est maintenant si bien identifié à la modernité qu’il est difficile d’en séparer les deux.

L’enjeu historique du libéralisme est l’individu. L’idée derrière le libéralisme est la quête sans relâche de «libérer» l’individu de tout ce qui est extérieur à lui (la foi, la tradition, l’autorité). Sur cela jaillit le reste : avec l’éclipse de la transcendance, le monde devient rationnel, certes, et mais, surtout, éminemment matérialiste.

En réduisant la quête du bonheur de l’individu à une quête matérialiste, le libéralisme occidental a créé une «civilisation» qui est en totale contradiction avec toute tradition. Il a introduit une nouvelle religion dont les préceptes sont la productivité, la quête du profit, la grande production industrielle et les réalisations technologiques.

Il a généré une grandeur sans âme d’une nature purement technologique et collective, dépourvue de toute transcendance, de lumière intérieure et de spiritualité.

Le libéralisme a construit une société où l’homme est devenu un simple instrument de production et de productivité matérielle au sein d’un conglomérat social et conformiste.

La quatrième théorie politique se veut une alternative sérieuse à ce libéralisme qui domine le monde aujourd’hui. Mais elle se veut surtout un rempart à son uni-polarité en contestant l’hégémonie globaliste qui guide son élite dirigeante. Les préceptes de la quatrième théorie politique sont : la justice sociale, la souveraineté nationale et les valeurs traditionnelles.

Le point central de la quatrième théorie est l’homme et non l’individu. Pour cela, il faut préserver le côté transcendant de l’être humain. Le corollaire de cela est de faire échec aux guerres et les haines interconfessionnelles que l’élite globaliste attise afin d’imposer sa propre pseudo-religion.

La quatrième théorie prône que la lutte pour la justice sociale doit se faire en même temps aussi contre la perte spirituelle afin de se défaire de l’angoisse ontologique primaire : la finalité de l’effort humain. Elle atteste aussi que la liberté de l’être humain n’est pas dans la quête d’un bien matériel mais dans l’acceptation d’un devoir. Et que l’accomplissement de ce devoir lui balise le chemin du bonheur.

Le monde de demain dans la quatrième théorie politique devrait être noétique en quelque sorte et la multiplicité et la diversité observées dans l’humanité doivent être considérées comme une richesse et non pas comme les raisons justifiantes de conflits inévitables.

Dans cette optique, le salut du monde musulman se réalisera avec l’ensemble de l’humanité ou il ne se réalisera pas.

K. B.

Comment (7)

    Fayçal
    5 décembre 2021 - 1 h 01 min

    Est ce que le monde musulman connaîtra le salut éternel ? Est ce que le monde musulman qui est heritage historique ethnique politique est culturel n’est simplement si pauvre spirituellement que le reste des nations ? Dans ce cas Douguin est plus proche du message Coranique que la majorité du Leadership Musulman ,Dieu le sais!

    Asla
    29 novembre 2021 - 11 h 46 min

    Je n’ai pas bien compris si cet article est une analyse ou une apologie du libéralisme. N’étant pas économiste, j’ai du mal, je l’avoue, a bien saisir le sens de cet article et ce d’autant plus que les économistes ont cette fâcheuse tendance à utiliser un langage opaque. C’est normal, comment rendre compréhensible un tel système? En vérité le libéralisme est très facile à comprendre, nous le connaissons tous très bien car nous le subissons, nous le vivons au quotidien et dans notre chair, le libéralisme c’est notre malheur, notre détresse. Et pas besoin de nous expliquer ce qui rend notre vie un enfer. Le libéralisme est le système des voyous, des voleurs, des proxénètes, des délinquants et des ordures de tout acabit. Le libéralisme est le système du crime de tous les crimes, il n’y a qu’à voir ce que le monde est devenu depuis précisément la chute de l’Union soviétique. Alors pas besoin d’érudition ou de connaissance spécifique pour tenter de l’expliquer, il faut simplement le désigner pour ce qu’il est: le libéralisme est un système pourri c’est une saloperie !

    Dana
    29 novembre 2021 - 3 h 48 min

    Le marxisme est né en opposition et pour faire opposition au libéralisme, l’erreur du marxisme a été justement de combattre d’une manière aussi radicale les religions, d’avoir voulu effacer Dieu, c’était trop brutal. L’homme ne peut pas passer du jour au lendemain de la croyance en Dieu a l’athéisme. C’est à cause de ça que le libéralisme a réussi là où le marxisme a échoué: l’internationalisme. Ce que nous savons du fascisme c’est qu’il ne s’est jamais vraiment opposé au libéralisme, il l’a même servi. Ce qui n’est pas dit dans cette analyse c’est que libéralisme est un système autoritaire, qu’il a besoin de réduire les peuples pour régner. Le libéralisme est un système scélérat qui se nourrit du chaos qu’il engendre et des guerres qu’il est est contraint de créer pour survivre, le libéralisme n’est viable que par l’exploitation et la mort. Il combat toutes les valeurs humaines. Le libéralisme n’a rien de moderne il est l’archaïsme même, il est la barbarie dans son sens le plus péjoratif. Il est surtout européen. Depuis la chute de l’URSS et que ce système a installé sa domination sur le monde et bien le monde n’est plus sorti de la guerre. Mais cette fois ci les européens avaient simplement décidé que ces guerres sans lesquelles le libéralisme n’est pas viable, ces guerres n’auront plus lieu chez eux, la 1ère et la 2e guerre mondiale pour ne citer que ces deux là, les ont trop traumatisés. Cette fois les guerres auront lieu dans le reste du monde sur lequel les européens entendent perpétuer leur domination en leur imposant leur système aberrant. Quand au monde musulman, il leur a fallu quand même mettre en place le salafisme, un courant de l’Islam qui se distingue pas son indigence spirituelle et l’uniformiser à tous les pays musulmans sunnites à coups de guerres et de genocides pour l’imposer. Et il n’y a aucune cohérence dans le libéralisme car il est essentiellement destructeur. Le libéralisme n’a pas d’avenir, il n’est porteur que d’archaïsme, de guerres et de malheurs. Il chosifie l’homme et le réduit. L’homme ne peut pas vivre trop longtemps dans le chaos, la guerre la délinquance et le crime car c’est ça le libéralisme. Bref, il y aurait beaucoup de choses à dire si on veut vraiment développer mais bon rappelons nous simplement que le libéralisme n’est pas une fatalité, nous l’avons déjà vaincu dans sa forme la plus bestiale et la plus brutale: le colonialisme. Le libéralisme nous est étranger, il est européen. il est incompatible avec nos valeurs et ce que nous sommes. Nous pouvons choisir notre propre système idéologique, politique, économique et social, oui nous pouvons, nous nous devons.

    Anonyme
    28 novembre 2021 - 17 h 47 min

    C est Raspoutine 2021 !

    Anonyme
    28 novembre 2021 - 16 h 45 min

    بسم الله الرحمن الرحيم
    من شروط الحضارة لدولة أن يكون فيها العمل و العدل و الإحسان، أي أن تأكل و تلبس و تستعمل ما تنتجه و العدل بين الناس و إعطاء الحقوق. و لتكون الحضارة كاملة و مرسخة يجب أن يجوبها الدين، أي الإيمان و العمل و المعاملة، يعني الإيمان بالله و العبادات و مكارم
    الاخلاق
    La nature de l’homme est composé de corps et d’esprit.

    Abou Stroff
    27 novembre 2021 - 9 h 21 min

    « Et si Alexander Douguine l’idéologue de Vladimir Poutine avait raison ? » s’interroge K. B..
    permettez moi de réagir (en suivant votre propre progression) en soulevant diverses questions qui devraient nous permettre d’enrichir un débat essentiel pour clarifier nos idées.
    – l’idéologie étant une manière d’appréhender les choses et les phénomènes, A. Douguine ne fait qu’ajouter une idéologie à d’autres idéologies déjà existantes et toutes ces idéologies défendent, n’en déplaise à ceux qui croient en la neutralité du discours, des points de vue de classes historiquement datés et spatialement délimités.
    – le libéralisme fut l’idéologie du capitalisme naissant (école classique puis école néoclassique) mais fut mis aux oubliettes après le crise de 1929 pour être remplacé par le keynésianisme jusqu’à la fin des années 70 (la fin des 30 glorieuses). la domination graduelle du capital financier mondial a remis au goût du jour l’idéologie néolibérale, forme dégénérée de l’idéologie libérale, qui défend une liberté totale des mouvements des capitaux (en vue d’une valorisation optimale du capital) et une remise en cause remarquable de l’Etat national, en tant que régulateur.
    la crise de 2007 dite des « subprimes » a miné aussi bien l’expansion du capital financier mondial que l’idéologie néolibérale qui lui sert de couverture et a remis en cause le processus d’uniformisation de toutes les sociétés où tous les individus humains devaient manger chez MacDo. cette crise a remis en selle l’importance de l’Etat national et des spécificités locales, d’où l’émergence de leaders nationalistes (dont Poutine) s’opposant à la logique que fonctionnement du capital mondial et d’idéologues « organiques » justifiant le positionnement de ces leaders.
    – le marxisme n’est pas, principalement, préoccupé avec les inégalités engendrées par le capitalisme mais est une science de l’histoire (cf . L. Althusser) qui soutient que le capitalisme n’est qu’une étape dans l’histoire des sociétés. en termes clairs, en réduisant le marxisme à un cri du coeur devant les inégalités engendrées par le mode de fonctionnement du capitalisme, vous (K. B.) réduisez sa portée à expliquer le mode de fonctionnement des sociétés quelles qu’elles soient (de la société primitive à la société post-industrielle, en passant par des sociétés archaïques exhibant des signes de modernité comme le sont les sociétés dites arabe et/ou musulmanes.
    – le fascisme ou le national-socialisme n’ est ni une critique du libéralisme et du marxisme, ni une troisième théorie mais fut historiquement, la réponse la plus judicieuse de la bourgeoisie face à des mouvements révolutionnaires qui remettaient en cause son hégémonie (cf. l’alliance entre le parti nazi, et les grands groupes industriels allemands, par exemple). en termes simples, lorsque la bourgeoisie sent que ses intérêts de classe sont en danger, elle « oublie » ses « valeurs » conventionnelles (liberté, égalité, …) pour s’en remettre à l’ordre fasciste qui lui sert de bouclier en attendant des jours meilleurs.
    – enfin, le salut du monde musulman, c’est à dire une construction idéologique, pour ne pas dire une chimère, ne pourra guère faire l’économie d’une lutte sans merci contre une religion qui prétend diriger les moindres gestes et les moindres pensées de l’individu humains. en termes simple le salut du monde dit musulman réside dans le confinement de la religion dans la sphère privée et uniquement dans la sphère privée.
    PS: en avançant que « Le marxisme fut défait à son tour par le libéralisme en 1989 à la chute du Mur de Berlin », vous semblez confondre le marxisme en tant que science de l’histoire, et le système soviétique comme expérience (ratée) de la pensée de Lénine. les deux n’appartiennent pas au même ordre à moins qu’il y ait une arrière pensée derrière cette appréhension de la problématique (du genre ouvrir la voie vers la réalisation d’une société islamique où tout le monde, il est gentil, où tout le monde, il est beau, et où tout le monde, il est musulman)

      Anonyme
      28 novembre 2021 - 14 h 39 min

      Tout à fait d accord avec vous…
      le confinement de la religion au niveau privé reste la seule et bonne solution aux peuples musulmans pour s en sortir!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.