Comment Djezzy s’enrichit sur le dos des Algériens depuis dix ans

Dans sa série d’articles de dénonciation des pratiques frauduleuses de l’opérateur égyptien de téléphonie mobile, Orascom Telecom Algérie, «algeriepatriotique» explique comment Djezzy s’est enrichi en abusant ses clients algériens. Les experts contactés par notre journal pour confirmer la véracité de nos informations sont unanimes à affirmer que le plus grand responsable dans cette situation de déliquescence n’est autre que l’autorité de régulation, l’ARPT, qui continue de se morfondre dans une stricte passivité, si bien qu’elle met en péril jusqu’aux intérêts de l’Algérie.
Dans tout pays, les lois sur la concurrence édictent les mêmes règles, à quelques détails près, qui tendent à protéger à la fois ses intérêts économiques et ses consommateurs, tout en veillant au respect des textes pour garantir une compétition équitable entre les différents acteurs économiques. Or, dès son arrivée sur le marché algérien, Djezzy a non seulement bénéficié des largesses des autorités politiques du pays, mais il a également, et surtout, trouvé un terrain fertile pour engranger des bénéfices colossaux en profitant du monopole exercé par la société en l’absence de concurrents sur le marché de la téléphonie mobile durant plus d’une année. De ce fait, les revenus monumentaux de Djezzy avaient pour source principale les profits réalisés à travers les communications «off net». En clair, tant que Djezzy était seul sur le marché algérien, chaque minute d’un appel téléphonique émis d’un appareil fixe vers cet opérateur, faisait gagner à la filiale de Naguib Sawiris près de 7 DA sur les 9 que payait le consommateur à l’opérateur historique Algérie Télécom. Pour autant, cet enrichissement rapide ne s’est accompagné d’aucun effort en matière de tarification en faveur du client. Car, indiquent nos sources, en principe, quand le parc d’abonnés augmente, l’opérateur doit baisser son revenu moyen par abonné (ARPU) pour le faire bénéficier à son tour. Ce que l’opérateur Djezzy n’a jamais fait, bien que le nombre de ses abonnés soit passé de 600 000 en 2002 à 17 millions à fin 2011, d’où un chiffre d’affaires annuel de deux milliards de dollars depuis 2007. Les bénéfices nets de Djezzy, qui n’ont pas cessé d’augmenter donc, n’ont servi à rémunérer que le capital, c’est-à-dire uniquement les propriétaires d’Orascom, excluant de fait le consommateur algérien grâce auquel la filiale algérienne de Naguib Sawiris caracole en tête de classement au sein d’OTH avec 40% du chiffre d’affaires du groupe aujourd’hui vacillant. A suivre…
M. Aït Amara
 

Comment (3)

    Abdou
    18 avril 2012 - 16 h 43 min

    depuis des lustres les
    depuis des lustres les entreprises françaises ont littéralement pillé toutes les richesses du pays, les dernières statistiques du CNIS, sont effroyables 31 entreprise françaises ont investi 128 millions d’euros et ont transféré 7,5 milliards d’euros vers la France…Sans crier gare!!! là c’est différent il s’agit des français, nos chers colonisateurs, mais quant il s’agit d’un arabe qui investi c’est la levée des boucliers…Y a-til une entreprise française qui a fait mieux que Djezzy et qui a investi 1,7 milliard de dollars dans la téléphonie mobile et 4 milliards de dollars dans les cimenteries? qui a formé de jeunes cadres algériens à la sorbonne et à Paris Dauphine…C’est clair! nous les Algériens ont a tendance à vénérer ceux qui nous insultent, ceux qui nous avilissent et on se prostituent gratuitement pour les français….Qui osent venir investir en algérie après 10 années de braise et de terrorisme: les français? les Américains? C’est uniquement les chinois, Egyptiens et Coréens… Messieurs quand Djezzy est venu en Algérie il a sollicité plusieurs opérateurs privés pour qu’ils s’associent avec eux et tout le monde a refusé de s’associer avec Orascom, parceque tout le monde croyait que son investissement est voué à l’échec, ils n’ont jamais pensé qu’il va réalisé une succès story…Maintenant la mafia politico_ financière Algérienne sous prétexte du match Algérie Egypte, veulent s’accaparer par la force « l’empire Djezzy » Mais Sawarris n’est pas né d la dernière pluie




    0



    0
    Manylou
    18 avril 2012 - 9 h 06 min

    Bonjour,
    Accuser de simples

    Bonjour,
    Accuser de simples employés algeriens ou encore ARPT est allez vite en besogne Mr.Antar et Ait Amara. le top management de djezzy responsable de la stratégie de l’entreprise que ces même algériens étaient payés pour la traduire sur le terrain avaient et il faut avoir le courage de la dire l’appui en haut lieu et carte blanche et ce n’est un secret pour personne.
    c’est à vous Mr.Ait Amara journaliste d’enquêter puisque il semble que vous vous intéressiez de très prés à ce dossier de sur les responsabilités des uns et des autres( ARPT, ministère des telecom, gouvernement, présidence…) dans la situation actuelle et ne pas citer des pseudo spécialistes dont on connait ni le nom ni les références et sans preuve c’est ça le journalisme d’investigation si vous n’êtes pas capable il faut pas faire dans la désinformation c’est très grave et d’accuser vos compatriotes (n’est ce pas le titre de votre site) d’incompétence alors qu’ils avaient les mains liées.

    Cordialement




    0



    0
    Antar
    17 avril 2012 - 15 h 32 min

    Ce sont les lois de la
    Ce sont les lois de la République qui ont permis à ce Djezzy de sucer le sang des Algériens. C’est un truand de première classe avec la complicité des ingénieurs Algériens qui travaillent pour lui. Il est temps de le renvoyer. DJEZZY BARRA!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.