Djaballah se voit déjà président de la République

A peine la campagne électorale pour les élections législatives du 10 mai commencée que Abdallah Djaballah se voit victorieux et se projette dans l’avenir. A la tête d’un nouveau parti, le Front de la justice et du développement (FJD), après avoir été dépossédé de ces deux premières formations Ennahdha et El-Islah, cet islamiste infatigable, qui évolue dans l’ombre des Frères musulmans égyptiens, a affirmé à son proche entourage qu’il a déjà la tête ailleurs, «dans la prochaine présidentielle». Pour Abdallah Djaballah, le courant islamiste, à sa tête son parti, va sans aucun doute remporter haut la main les législatives du 10 mai. S’inscrivant ainsi dans cette perspective, il se dit prêt à rejoindre le gouvernement et à composer avec toutes les forces politiques nationales, y compris avec Louisa Hanoune dont il «admire» l'engagement politique. Il estime, ainsi, que «cette victoire ne sera nullement une surprise, mais plutôt le résultat logique d’un ensemble de facteurs dont la percée des islamistes dans les pays voisins». Dans ses habits d’un présidentiable, le cheikh Djaballah veut se poser comme un rassembleur. Il ne veut plus faire contre le pouvoir, ni même sans le pouvoir. Son objectif est désormais clair : accéder au sommet du pouvoir. «Quand il dit qu’il vise la présidence, il ne plaisante pas», affirme une source interne au parti. Ainsi, Abdallah Djaballah ne cache plus ses ambitions présidentielles et estime que son heure a bien sonné, après une longue attente. Il se place d’ores et déjà comme l’islamiste le plus modéré, le plus juste et le plus consensuel du pays. Il donne des garanties, comme le parti Ennahdha tunisien, de ne pas toucher aux grands acquis du pays en matière de démocratie et surtout de ne pas gouverner seul. Dans ce programme électoral qui se décline en dix grands axes, le  FJD, agréé en février 2012, entend instaurer la «réconciliation  entre Algériens», consacrer «la justice sociale» et garantir «le pluralisme dans tous les domaines». La révision constitutionnelle qu’il propose va «renforcer le système républicain». Djaballah dévoile, aussi, pour les mêmes objectifs, sa feuille de route pour la promotion des droits de l’Homme,  conformément aux principes civilisationnels et historiques de la société algérienne attachée aux normes universelles. Il envisage dans ce sens de promouvoir la place de la femme rurale en lui donnant les moyens de participer à la vie publique. Dans le volet économique, Djaballah plaide ainsi pour une économie de marché basée sur la concurrence et l’égalité des chances entre  les franges de la société. De quoi appâter les électeurs en quête d’égalité et d’équité. Mais n’est-ce pas là, un programme qui en cache un autre…comme nous ont habitués les islamistes ?
Sonia Baker
 

Comment (8)

    Anonym
    22 avril 2012 - 15 h 11 min

    Ce qui est important
    Ce qui est important aujourd’hui pour que l’Algérie remonte la ponte que soit un parti islamique où autre nous voulons un parti avec des objectifs précis et des changements et surtout un programe comme dans tous les pays du monde mais en Algérie on entend que les insultes entre les partis le FLN c’est un régime maffieux




    0



    0
    Jamal Eddine
    22 avril 2012 - 12 h 55 min

    Qu’est ce qu’il comprend dans
    Qu’est ce qu’il comprend dans la politique. Il croit que l’Algérie est une grande mosquée ou quoi ? L’Islam appartient à tous les Algériens, pas uniquement à ces partisans du commerce Hlal




    0



    0
    Mansour
    22 avril 2012 - 11 h 56 min

    Aprés ce qu’ils ont fait de
    Aprés ce qu’ils ont fait de 1991 à ce jour si les islamistes ont encore de la crédibilité il y’a de quoi déséspèrer de ce peuple et de ce pays.Il faut voter car ces monstres n’ont aucun état d’âme pour nous fourguer une dictature moyenâgeuse qui nous fera regretter de ne pas avoir été assassinés par leurs sbires armés.




    0



    0
    Hayet
    22 avril 2012 - 11 h 28 min

    Sonia Baker ( et bien sur
    Sonia Baker ( et bien sur Algerie Patriotique ) , ce que vous écrivez est bien plus inquiétant que cet individu que vous affublez du titre de  » cheikh » et que vous soutenez de toutes vis forces. Allez vous tenter de nous imposer Djaballah comme vous l’avez fait de Bouteflika, Chadly, Kafi etc. Inquiétant votre article. Très inquiétant. Allez vous me publier?




    0



    0
    krimo2012
    22 avril 2012 - 11 h 27 min

    Le rêve est toujours permis.
    Le rêve est toujours permis. Djaballah peut espérer l’accès au pouvoir et l’instauration d’un Etat islamique…Mais les Algériens ne se laisseraient pas faire




    0



    0
    Anonyme
    22 avril 2012 - 11 h 09 min

    Va te faire voir ailleurs
    Va te faire voir ailleurs espece de sale corbeau de malheur comme si nous n avions pas assez subit vos barbaries va degage toi et la racaille qui te ressemble en egypte ou au moyen orient charlatan de mes deux




    0



    0
    Anonym
    22 avril 2012 - 8 h 36 min

    Personnellement je vote pour
    Personnellement je vote pour le parti modéré de justice et développement rt j’invite tous le monde pour changer FLN depuis notre indépendance qui ont mal gouverné le pays mal orienté c’est toujours les mêmes têtes qui tourne et nous allons dire maintenant stop en veux un changement St. Si le FLN persiste et dérange les candidats pour tricher les eme citons ils faut attendre à une guerre civil et que nous nous souhaitons que notre pays écarte une révolution




    0



    0
    Anonyme
    21 avril 2012 - 20 h 40 min

    Il y a un grand fossé entre
    Il y a un grand fossé entre les modérés de Turquie et ceux de l’Algérie,il n’y a qu’a voire la tenue vestimentaire si au moins elle est Algérienne,ne pas me méprendre dans mon analyse CAR pour moi il y a une quête pour une société qui n’est pas et ne sera pas la nôtre tôt ou tard




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.