L’attaque de Damas a-t-elle été opérée par un drone américain ?

En faisant le point sur la situation qui prévaut actuellement en Syrie, Thierry Meyssan, journaliste et fondateur du Réseau voltaire, dénonce «le lancement d'une opération de guerre secrète» par les puissances occidentales et des pays du Golfe, «comparable à celle des Contras au Nicaragua», du temps de Reagan. Il affirme que la bataille de Damas «ne vise pas à renverser le président Bachar Al-Assad, mais à fracturer l'armée syrienne pour mieux assurer la domination d'Israël et des Etats-Unis au Proche-Orient». Dans le cadre de cette opération nommée «Volcan de Damas et séisme de la Syrie» et qui a débuté depuis quelques jours déjà, 40 à 60 000 rebelles, principalement des Libyens, sont entrés en Syrie, le plus souvent par la frontière jordanienne, dit-il, en indiquant que la majorité d'entre eux sont rattachés à ce que la machine médiatique appelle «l’armée libre», laquelle est une structure de l'Otan et sous commandement turc. Certains, poursuit-il, sont affiliés à des groupes terroristes, dont Al-Qaïda, placés sous le commandement du Qatar et des Al-Saoud. S'agissant de l'attentat de mercredi dernier, qui a détruit le siège de la sécurité nationale et qui a coûté la vie à trois généraux, dont le ministre de la Défense et le patron des services secrets, Meyssan fait place au doute, en avançant que les modalités de l'attentat restent incertaines : «Il pourrait s'agir aussi bien d'un attentat suicide que d'un tir de drone furtif», estime-t-il. Selon lui, Washington espérait la défection de certains officiers, avec leurs unités, voire leur retournement contre Al-Assad. «A Paris, Berlin et Washington, les commanditaires de l'opération ont condamné l'action terroriste tout en réaffirmant leur soutien politique et logistique militaire aux terroristes», accuse-t-il. D'après lui, l'attentat signe la seconde partie de l'opération. Il explique, dans ce sens, que les infiltrés ont attaqué diverses cibles, plus ou moins choisies, dont l'appartement d'un haut responsable militaire. L'aviation, indique-t-il, est entrée en action pour anéantir les colonnes de mercenaires se dirigeant vers Damas. «Il ne s'agissait plus de lutter contre des terroristes venus déstabiliser le pays, mais de faire face à une invasion étrangère qui ne dit pas son nom et de sauver la Syrie», souligne-t-il.
Mohamed El-Ghazi

Comment (2)

    Anonyme
    22 juillet 2012 - 14 h 50 min

    oui il y a une guerre
    oui il y a une guerre mondiale qui ne dit pas son nom:et les arabes sont les negres de cette guerre :nous espérons que le panda et l’ours sortent leurs ongles pour montrer a l’oncle sam qu’il n’est plus seul maitre de la galerie.




    0



    0
    Ezzine
    21 juillet 2012 - 11 h 25 min

    Cela veut dire mésestimer la
    Cela veut dire mésestimer la capacité des alliés de la Syrie et surestimer leurs adversaires.
    Faut-il rappeler que ce qui se passe en Syrie est une guerre mondiale d’un nouveau genre. Elle dépasse de loin les grosses gueules de la démocratie et des droits de l’homme, des armes ricaines usées et rongées par le mensonge et l’hypocrisie
    Je crois que l’attentat de Damas qui n’a pas encore livré tous ses secrets ouvre des « beaux jours » devant une guerre secrète qui opposera sans merci cette fois-ci des services de sécurité dans le monde, tapis jusque là, attendant le moment opportun pour faire parler d’eux tout comme d’autres qui ont occupé seuls la scène internationale depuis longtemps.
    Quoi qu’ils fassent, Les américains et leurs moutons de panurges européens malgré leur grande capacité criminelle et de destruction massive, vivent leurs derniers moments de hors la loi, d’arrogance et de cynisme.
    L’Ours et le Panda ne se contenteront plus à l’avenir de leur droit de véto pour faire respecter bon gré mal gré les lois internationales à l’âne et à l’éléphant ; spoliateurs derechef des droits des peaux rouges : comanches, des sioux…




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.