L’Etat va déclarer la guerre au commerce informel après l’Aïd

La capitale devra être débarrassée de ces innombrables commerces informels qui se sont multipliés durant le mois de Ramadhan, squattant les trottoirs et les rues de la capitale, a-t-on appris d’une source de la wilaya d’Alger. Un grand plan de «nettoyage» a déjà été mis en place et devra être exécuté juste après la célébration de la fête de l’Aïd El-Fitr, précise notre source. «Les services de sécurité ont été instruits. Les rues et les quartiers concernés ont été recensés et dûment identifiés», ajoute notre source, selon laquelle il n’y aura plus de vendeurs sur les trottoirs de la capitale dans peu de temps. «Cette opération musclée, puisqu’il y aura utilisation de la force publique, va être entamée dès mercredi prochain», indique encore notre source. La décision de la wilaya d’Alger de mettre un terme au commerce informel sur les trottoirs de la capitale a été motivée, entre autres, d’après elle, par les nombreuses plaintes de milliers de commerçants qui honorent leurs impôts et qui se trouvent lourdement pénalisés par ces pratiques commerciales anarchiques qui échappent à l’impôt et à toute autre forme de contrôle. Elle est également justifiée par les désagréments causés aux piétons qui, souvent, sont contraints de marcher au milieu de la chaussée, au risque d’être fauchés par les véhicules, alors que les trottoirs sont indument occupés par ces vendeurs informels qui ne contribuent nullement à l’économie nationale. Pire encore, les services de sécurité ont découvert des bandes de voyous qui «louent» des bouts de trottoir au niveau de certaines rues marchandes de la capitale à des commerçants informels. Certaines de ces bandes ont été démantelées et leurs éléments mis sous les verrous, affirme notre source. Mais leurs complices semblent poursuivre cette «activité criminelle», en soustrayant de l’argent à leurs soi-disant clients sous la menace. «La solution pour la wilaya d’Alger, c’est d’appliquer simplement la loi qui interdit toute vente et tout commerce non déclaré et autorisé», souligne encore notre source. La tâche s’annonce tout de même difficile, tant ce phénomène qui persiste depuis de longues années a pris de l’ampleur. Selon certaines estimations, 40% de l'activité commerciale de la capitale est informelle.
Sonia B.
 

Comment (4)

    Anonyme
    24 août 2012 - 10 h 13 min

    Le titre parle de l’État.y at
    Le titre parle de l’État.y at il un État.il y a dépérissement de l’état des lors que l’intervention de sa part pourrait le mettre dans une situation inconfortable.les gens qui sont a la tête du gouvernement tiennent le même raisonnement que les marginaux qui nous pourrissent la vie.A moins que l’état attende que les honnêtes citoyens prennent en charge le problème et le résolvent a leur manière sans l’intervention de l’état.Car en fin de compte ces marginaux ,ces hors la loi représentent pour nos gouvernants un potentiel de voix non négligeables.Vous avez entendu l’État prendre des initiatives pour les instruits? pour ceux qui veulent apporter un plus au pays? non.la seule présence de l’état est dans le comportement des policiers et des gendarmes envers les médecins les avocats les commerçants honnêtes et parfois même les juges en leur demandant de ne pas se garer par exemple dans les zones semi alternées alors que la place a été prise par un commerçant ambulant qui pousse le bouchon encore plus loin en déposant ses cageots un peu plus loin pour dit il que les gens voient la marchandise.ou va t on.Il n’y aura aucune déclaration de guerre contre l’informel et s’il y en aura ce sera pour une courte période.l’État lui même est informel




    0



    0
    Les damnés de Algerie
    20 août 2012 - 9 h 59 min

    Ils ne feront rien ce
    Ils ne feront rien ce gouvernement illegitime d’apprentis ministres bricoleurs. Ils savent

    que leur systeme archaique est vacillant et ne tiens tres fragilement au pric du petrole. Le printemps est là tout proche de nos portes




    0



    0
    dachavane
    19 août 2012 - 18 h 49 min

    La seule chose qui préocupe
    La seule chose qui préocupe nos responsables,c’est le prix du baril du pétrole,sinon pour le reste revenez une fois tous ces gisements de pétrole et de gaz taris.




    0



    0
    aziz
    18 août 2012 - 22 h 18 min

    Cette opération doit etre
    Cette opération doit etre généralisée et encouragée à travers toute l’algérie !!. Cette situation est le fruit du laxisme et le populisme des élus locaux comme les parkings sauvages.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.