L’affaire Droukdel reportée à la prochaine session criminelle

Le tribunal criminel près la Cour d'Alger a reporté, dimanche, à la prochaine session criminelle l'examen de l'affaire Droukdel et des 19 terroristes impliqués dans des attentats ayant fait 19 morts, entre militaires et civils et plusieurs blessés dans des embuscades à Boumerdès entre 2005 et 2007. Le président du tribunal, le juge Omar Benkherchi, a décidé l'ajournement de cette affaire en raison de l'absence de la défense d'un des accusés avec la désignation d'un avocat d'office pour la prochaine session criminelle prévue en mars. Parmi les 20 mis en cause, 17 sont en fuite, dont l'émir de l'Organisation terroriste Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Abdelmalek Droukdel, et Abdelmoumène Rachid, chargé de collecter des fonds au profit des groupes terroristes. Les trois autres mis en cause, en l'occurrence Chrik M'hamed, Walid Khaled et Touati Othmane, ont été arrêtés dans une embuscade à Bachdjarrah (Alger) au domicile du dénommé Khaled Walid en possession d'armes et de bombes artisanales. Les services de sécurité ont découvert, grâce aux informations qui leur ont été fournies par les accusés, plusieurs caches de terroristes à Boumerdès où ils ont récupéré des armes et des bombes artisanales. Selon l'arrêt de renvoi, les faits remontent à 2009 lorsque les services de sûreté de la wilaya d'Alger ont reçu des informations sur la présence dans une maison située dans la commune de Bachdjarrah (Alger) de terroristes qui préparaient des actes criminels à l'ouest de Boumerdès et à l'est d'Alger. Ces terroristes appartenaient à la Katiba el-feth affiliée au Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), dirigé par Droukdel Abdelmalek, et qui activait sur les hauteurs de Bouzegza, commune de Keddara (W. Boumerdès). Cette organisation terroriste avait chargé certains de ses éléments d'effectuer des contacts au niveau de la cité Bel-Air (Bachdjerrah) dont Walid Khaled et les deux autres mis en cause qui ont arrêtés alors qu'ils étaient sur le point d'exécuter leur forfait. Selon la même source, Walid Khaled se préparait à exécuter une opération kamikaze. Les investigations ont révélé que la Katiba el-feth était impliquée dans plusieurs attentats ayant coûté la vie à des militaires et des civils dont l'embuscade du 30 mai 2005, au village de Hadoura, commune de Keddara (Boumerdès) qui a coûté la vie à 8 militaires et celle du 27 février 2007 contre un convoi de militaires, à Ouled Hdjel, commune de Thénia. Ce groupe est également impliqué dans l'attentat contre un poste de contrôle de l'ANP et de la garde communale, à Amestas, commune de Keddara ayant fait 10 morts et plusieurs blessés parmi les militaires. Le groupe a également tendu une embuscade contre une brigade mobile de la gendarmerie nationale le 9 août 2007 au lieudit Douar Ben Arab (wilaya de Thénia) qui a fait plusieurs blessés.
R. N.
 

Commentaires

    axelpanzer
    24 décembre 2012 - 10 h 34 min

    l’arrivée de gaid salah aux
    l’arrivée de gaid salah aux commandes de l’armée a largement dégradé le niveau de compétence des éléments des forces speciales et des militaires en général ,parceque ce n’etait plus la compétence qui faisat loi mais l’appartenace!!!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.