La France combat les terroristes au Mali et les arme en Syrie

Le bourbier malien dans lequel s’est mise la France traduit indirectement l’aveu que ce qui a été fait en Libye sous Sarkozy était une erreur. L’intervention française, avec l’Otan, qui a conduit à la chute de Mouammar Kadhafi, a déclenché en même temps une réaction en chaîne dont les effets négatifs pour la France sont bien visibles aujourd’hui. Malgré les mises en garde de l’Algérie qui ne cessait d’attirer l’attention sur les conséquences qu’entraînerait le chaos libyen sur toute la région, la France a provoqué, sans doute involontairement, sous l’instigation de va-t-en-guerre curieusement silencieux en ce moment, la déstabilisation d'une vaste zone qui représente une source d’énergie d’une extrême importance pour son économie et pour sa population (la moitié de l'uranium qui alimente ses 52 réacteurs nucléaires est extrait du Sahel), créant, de ce fait, une menace potentielle sur sa propre stabilité. Ce n’est pas tout : la multiplication et le renforcement des groupes islamistes armés est le résultat de l’agression contre la Libye. Le même aveuglement est constaté dans l’attitude de la France face au drame vécu par le peuple syrien. Elle soutient une «armée libre», autoproclamée, dont tout le monde sait qu’elle est complètement noyautée par les extrémistes. Certains observateurs vont même jusqu’à affirmer que sans les groupes islamistes terroristes, cette «armée libre» n’aurait aucune consistance. La situation en Syrie est d'autant plus grave que, contrairement au Sahel où tous les Etats (les pays du champ) coopèrent étroitement dans la lutte contre le terrorisme islamiste, au Proche-Orient, la confusion est plus grande et trompe sur la nature des conflits qui s’y déroulent. Les peuples arabes peuvent considérer faussement les «groupes d’opposition armés» comme une alternative aux régimes arabes qui ont «pactisé avec le diable Israël». Or, ceci n'est qu'une illusion, puisque tout indique actuellement que les armes de ces groupes islamistes portent justement le nom du fabricant : l'entité sioniste. Cette vérité sera expliquée dans une longue interview réalisée par Algeriepatriotique avec une éminente personnalité religieuse et qui paraîtra bientôt dans les trois langues.
Karim Bouali
 

Commentaires

    Ezzine
    17 janvier 2013 - 18 h 46 min

    Sommes-nous à la hauteur pour
    Sommes-nous à la hauteur pour relever le défi avec la participation de nos vrais alliés bien entendu tout comme le font les occidentaux, les américains et les israéliens non pas pour les droits de l’homme ou la démocratie comme ils le prétendent mais pour bafouer les règles internationales et s’emparer des biens et richesses de pays tiers en effectuant des holdups de pays tout entiers avant, par conseil de sécurité interposé, aujourd’hui directement et sans crier gare.
    L’Algérie ferait mieux de se positionner avant qu’il ne soit trop tard. La méthode de manier le chou et la chèvre n’est plus productive de nos jours. La syrianisation ou l’irakisation de l’Algérie doit être sérieusement prise en compte pour les éviter car les occidentaux à leur tête les américains tous grossièrement manipulés par une poignée d’israéliens, ne reculeront devant rien pour s’accaparer tôt ou tard de notre pays d’une façon ou d’une autre pour des raisons évidentes.
    Ils n’ont pas perdu beaucoup de temps ces vampires pour frapper à notre porte où ils viennent de jeter en la demeure pour commencer un « pétard » demain, que Dieu nous en préserve, des bombes de destruction massive. Et ce, tenez-vous bien, soit directement soit par l’intermédiaire de jeunes arabes ou musulmans islamistes de toutes les espèces, endoctrinés par un wahhabisme et un salafisme malheureusement travesties sciemment par les monarchies du golfe. Et les raisons ne vont pas leur manquer pour justifier leur intervention « pour le bien du peuple algérien musulman ».
    Ceux qui aujourd’hui sèment la terreur en Syrie ou en Irak ce sont bel et bien des terroristes américains, anglais, français, et autres au sens propre du terme avec la bénédiction du Cheikh Al Fitna Al Karadhaoui. Pour quelques dollars de plus, il a facilement changé de fusil d’épaule et ligué ses intérêts personnels et ceux de « musulmans » de son espèce avec ceux des israéliens. Ce pauvre Cheikh qui croule sur des dollars tachés de sang musulman croit que la Mosquée AL Aqsa est en Syrie et demain peut être en Algérie ou encore en Iran, etc.…
    Donc ce qui se passe au Mali, en plus de l’incident d’In Amenas ne sont que le prélude d’un autre complot non moins important que celui qu’endure aujourd’hui depuis presque deux ans le peuple syrien sous des prétextes fallacieux.
    Le temps presse car la machine destructrice occidentale multiforme et multiface est déjà en marche en Afrique et ne s’arrêtera pas si elle ne rencontrera pas de sérieux obstacles.
    Ou sont donc passés les pays du Brics et à leur tête la Fédération de Russie dans toute cette marmelade macabre. N’est-elle pas la Russie par exemple visée elle aussi par cette déstabilisation mondiale. Ces pays de l’avenir économique ne devraient-ils pas réagir sur le terrain pour garantir leur prochaine vision des choses, au lieu de se contenter de déclarations diplomatiques sans lendemain qui remettraient en cause leurs objectifs futurs. En laissant Israël et ses doublures faire la pluie et le beau temps ne risqueraient-ils pas de voir leurs ambitions partir en fumée.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.