François Hollande au Mali : les trois objectifs inavoués de l’opération Serval

Hollande se rend ce samedi au Mali, sur fond de «réussite des troupes françaises sur le terrain», à en croire les déclarations officielles et les médias français. «Jusque-là, indiquent des sources à Algeriepatriotique, l’opération Serval se déroule comme à l’instruction. C’est, de ce point de vue, un atout pour l’armée française qui ne dispose pas en Métropole de terrain de manœuvre, habituée qu’elle est à des sorties de camp ne dépassant pas une compagnie à la fois et par camp d’entraînement.» Pour Paris, il ne s’agissait pas seulement de sauver un régime moribond et donner un coup d’arrêt à des bandes armées semant la terreur. C’est, pour l’armée française, l’occasion de tester ses capacités militaires et la réaction de son dispositif déployé en Afrique. Le Livre blanc des années 2008 et 2010, les accords de défense entre la France et des pays africains – quoique ne contenant pas de clauses secrètes sur des possibilités d’intervention des forces armées françaises en vue du maintien de l’ordre intérieur dans certains pays – pousse les spécialistes à se poser des questions, «quand cette même France maintient un dispositif militaire important en Afrique». Il est question, dans ce document, de «renouvellement de ses accords de défense». Mais lesquels réellement ? En prenant en compte simplement les états des forces en Afrique dans les années 2010, on s’aperçoit que ces forces sont stationnées en Côte d’Ivoire, au Tchad, en République de Centre-Afrique, au Sénégal, au Gabon, à Abou Dhabi et à Djibouti. D’autres forces dites de souveraineté sont stationnées, elles, dans l’île de la Réunion et à Mayotte. Toutes ces forces sont en mesure de se déployer et de monter en puissance lorsqu’il s’agit de faire face aux éventuelles atteintes à la sécurité de la France. Elles constituent des points d’appui pour des capacités d’action et de soutien logistique à ce type d’actions. Il est vrai que tous ces pré-positionnements tiennent compte de ce que les Français appellent «l’arc de crise», tel qu’ils le décrivaient déjà en 2008, qui s’étend de l’Atlantique à l’océan Indien, de la Mauritanie au Pakistan, en recouvrant notamment la zone sahélienne, de la Mauritanie jusqu’à la Somalie. «Il serait faux de croire, notent nos sources, que la France, à travers ce dispositif, ne fait preuve que d’altruisme et n’a pas d’intérêts à défendre. Que non !» Il s’agit pour elle de maintenir sa place dans le monde, ce qui est d’un «intérêt stratégique énorme» afin de «siéger dans la cour des grands et de pouvoir faire activer ses leviers politiques quand cela est nécessaire». Pour étayer leur propos, nos sources citent le rôle de la France dans certains pays de l’Afrique et les conséquences qui s’en étaient suivies. Il s’agit aussi, pour Paris, de défendre ses intérêts immédiats, «sans quoi Areva ne serait pas au Niger tout près du théâtre des opérations, le Mali, et les centrales atomiques qui fournissent à la France les trois quarts de son électricité seraient aujourd’hui à l’arrêt», soulignent nos sources. Disposer d’une force de 15 000 hommes en Afrique, continent pour qui les convoitises sont multiples, est une tête de pont idéale pour tous types d’interventions sans exclusive aucune. «Néanmoins, au Mali, il n’y aura pas d’enlisement de la France.» Nous reviendrons sur ce dernier point dans un prochain article.
M. Aït Amara
 

Comment (8)

    Antares2094
    3 février 2013 - 10 h 08 min

    malheuresement il ya un plan
    malheuresement il ya un plan fommenter de l exterieur et meme de l interieur pour que notre cher pays soit la prochaine cible et malheuresement nous pouvons compter sur personne pour deffendre notre nation je ne sais pas encore comment cela va se derouler mais sur et certain que nous serons la prochaine cible je ne dit pas cela parceque beaucoup d observateur le dise mais j analyse aussi de mon cote et j en ai conclu qu il ya une strategie pour nous descendre c est malheureux mais tel est la situation actuel il nous reste a prier et que peut etre leur plan fonderons comme neige au soleil…….VIVE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE…….




    0



    0
    Inspektor Tahar
    3 février 2013 - 9 h 12 min

    L important c est d avoir mis
    L important c est d avoir mis a la porte les terroristes du Nord du Mali, car ils représentaient et représentent un danger pour l’Algérie avec le va et vient entre les deux pays. Si la France aurait attendu plus longtemps les terroristes auraient renforce leurs positions au Nord du mali et cela aurait été plus difficile de les déloger. Nous verrons ce qui va se passer maintenant dans les montagnes entre le Mali et l’Algérie. Ce sont toujours les résultats qui comptent




    0



    0
    Moh
    2 février 2013 - 21 h 10 min

    et boutef leur donnent le
    et boutef leur donnent le droit de passage des avions sur notre dos voilas la strategie Algerienne en echange d un soutien au 4 eme mandat du roi boutef premier




    0



    0
    TARIK-BAB EL OUED
    2 février 2013 - 19 h 33 min

    LE MINI DISCOURS DE
    LE MINI DISCOURS DE F.HOLLANDE

    CET APRÈS MIDI ET SUR UN BIZARROÏDE TARMAC D’UN AÉROPORT MALIEN,LE CHEF DE GUERRE FRANÇAIS ALLIAS F.HOLLANDE A FAIT UN MINI DISCOURS S’ADRESSANT PARTICULIÈREMENT AU PEUPLE FRANÇAIS POUR BOOSTER SA POPULARITÉ ET POSITIVER LES SONDAGES EN CES MOMENTS TRÈS DIFFICILE QUE PASSE LA FRANCE ET L’EUROPE TOUTE ENTIÈRE.
    MES AMIS LA FRANCE PUE L’ODEUR DE SES FROMAGES SANS COMPTER LE CAMEMBERT.




    0



    0
    Ezzine
    2 février 2013 - 18 h 26 min

    C’est vrai ! Qu’en est-il de
    C’est vrai ! Qu’en est-il de la politique de géostratégie algérienne?
    Depuis la perte, ces deux dernières années, de ses prolongements stratégiques à l’est comme au sud sans parler de l’ouest qui constituait déjà une fissure dans le dispositif de sécurité du pays, l’Algérie semble s’exposer de plus en plus sans armatures à des dangers réels.
    Le nouveau monde qui se dessine dans les évènements du moyen orient notamment en Syrie – que beaucoup de naïfs, sans parlers des relais « algériens » d’outre-Atlantique chez nous malheureusement acquis pour d’autres causes sauf celles de l’Algérie – croient toujours qu’il s’agit dans ce pays en proie à un terrorisme occidental jamais égalé, d’une question de droit de l’homme et de démocratie -. Ce futur monde nous recommande le repositionnement géostratégique sans délai de l’Algérie par rapport à cette mue monstre et impitoyable avant qu’il ne soit trop tard.
    La France-Otage d’Israël ne constitue en réalité qu’un simple instrumentiste dans la politique générale géostratégique du sionisme mondial. Son opération dite « serval » n’est menée en Afrique qu’en qualité d’éclaireur au Mali. Elle constitue le prélude à la confection de sa carapace anglo-saxonne du 21éme siècle. Va-t-elle pouvoir cette France-Otage d’Israël libérer ses otages détenus depuis l’ère sarkozienne ?
    L’incident dernier de prise d’otages au site gazier d’In Amenas n’est en réalité qu’un simple sondage malgré sa dangerosité dans le cadre général de la planification à moyen et à long terme de la PGGSM et de son extension. (Politique générale géostratégique du sionisme mondial).
    Bien que la promptitude et la témérité de l’ANP et de ses services de sécurité ont été à la mesure de l’évènement ourdi, mais cela demeure insuffisant.
    Les prédateurs de L’Algérie ne cesseront de baver que lorsqu’ils recevront d’une façon ou d’une autre, une leçon dissuasive à l’algérienne qui préviendra tout éventuel acte malveillant d’où qu’il vient.




    0



    0
    ghorab
    2 février 2013 - 17 h 52 min

    on as aimé que c’est le rôle
    on as aimé que c’est le rôle d’Algérie a la place de la France au Mali mais comme on as que des vieillards qui gouvernes le pays on reste tjrs les dernier jusqu’à ce que l’occident nous mange




    0



    0
    Anonyme
    2 février 2013 - 15 h 36 min

    LA CRISE FINANCIERES ET LA
    LA CRISE FINANCIERES ET LA CHUTE DE POPULARITÉ ,OBLIGE FLAMBY A FAIRE DE LA MUSCULATION AU MALIE .MAIS! C’EST BÉNÉFIQUE POUR L’ALGÉRIE ,JE CROIS? PUISQUE CES TORDUS MALIENS,NE VEULENT PAS D’UN ARRANGEMENT A L’AMIABLE .MAIS DE TOUTE FAÇON C’EST UNE GUERRE ENTRE PRÉSIDENT NORMAL/AREVA. ET LE PSYCHOPATHE QUATARI ,AVEC SES CHIENS TERRORISTES.




    0



    0
    Maleh
    2 février 2013 - 13 h 31 min

    Qu’en est-il de la politique
    Qu’en est-il de la politique géostratégie algérienne?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.