Scandale : graves négligences dans les hôpitaux de Khenchela

Dans un communiqué dont Algeriepatriotique détient une copie, l’Association algérienne de lutte contre la corruption (AACC) lance un appel au Premier ministre pour lui demander de «faire quelque chose» face à l’«état d’abandon dans lequel se trouvent les hôpitaux et unités sanitaires de la wilaya de Khenchela». L’AACC souhaite que les mesures immédiates qui ont été prises à Saïda contre des gestionnaires indélicats des établissements publics de soins soient appliquées également dans la wilaya de Khenchela. Informée par les représentants locaux du Syndicat algérien des paramédicaux (SAP) sur ce qui se passe dans les structures publiques de cette région, l’AACC y a envoyé son porte-parole, un médecin spécialiste de formation, pour visiter des hôpitaux de la wilaya de Khenchela où, selon le communiqué, il a rencontré des travailleurs de la santé, des médecins – tant du secteur public que du secteur privé –, des usagers de la santé, des fonctionnaires de la wilaya et des APC. «Non seulement, il confirme les déclarations des travailleurs syndicalistes du SAP, mais son constat est encore plus accablant, poursuit le communiqué, la situation est très grave, nous sommes dans une situation de "non-assistance manifeste à population en danger".» L’AACC se demande «comment l’exécutif de la wilaya a-t-il pu laisser faire sans réagir» ? Elle estime que «le secrétaire général de la wilaya a une grande responsabilité à ce sujet». L’association relève que le ministère de la Santé régulièrement informé par les syndicalistes du SAP, et ce, depuis plusieurs semaines, avec écrits à l’appui, demeure à ce jour silencieux et impuissant à prendre les décisions urgentes qui s’imposent. «Plus grave encore, souligne le communiqué, le secrétaire général du SAP pour la wilaya de Khenchela, Mohamed Taïbi, a été illégalement et injustement suspendu de ses fonctions hospitalières par le directeur de santé de la wilaya.» L’AACC s’interroge sur les raisons de la longévité – 11 ans – du directeur de la santé de la wilaya de Khenchela à ce poste, «avec un statut d’intérimaire». Les citoyens de Khenchela se sentent «oubliés, humiliés et marginalisés», selon le témoignage du délégué de l'AACC. Les budgets affectés au secteur de la santé publique à Khenchela sont conséquents, mais dans les faits l’accès aux soins est de plus en plus limité, constate l’AACC qui demande au Premier ministre de prendre à Khenchela les mêmes mesures qu’il a prises à Saïda.
Karim Bouali 

Comment (5)

    Anonyme
    13 septembre 2013 - 14 h 31 min

    je ne comprend rien et
    je ne comprend rien et certainement je n arrive pas a cmprendre le constat fait est reel et amer parce-que ça m est arrivé plusieurs fois en emmenant un parent au niveau des urgences,là ou tu sens vraiment le mepris ,l indifference,lhumiliation encore qoui tu ce que tu peu imaginer sauf ta valeur d etre humain mais le malheur encore plus grave lorsque un chef de service dans le secteu etatique travaille dans une clinique privé,un syndicaliste aussi .le cullot c est que ceraint elements qui denonce ces pratiques et sur internet , face bookje les es trouvés a la clinique mezdaout et se sont portés meme volentaires a me rendre sevices comme si tel medecin est là ou non ou tel medecin mieu que l autre ou que celui qui travaille a l hôpital alor ils on meme osés dire que celui la est un prof en chirurgie alor qui ne l est pas du tout c est a dire il n a pas ce grade !parmi ces gens là je l ait trouve sur tout les réseaux de communication qui se presentent ou pretendre etre la conscience de la societée khencheloise




    0



    0
    Sandaryo
    4 août 2013 - 17 h 23 min

    Regardez bien autour de vous
    Regardez bien autour de vous , la ville de khenchela est gangrénée par la tchipa et le benhamiss . Elle n’est pas pire que les autres villes d’Algérie , seulement voilà , ca fais mal , de voir que même les institutions médicales se « charognardisent » .




    0



    0
    hamid marseille
    19 avril 2013 - 19 h 34 min

    salam.sincerement sans ces
    salam.sincerement sans ces corrompu khenchela serais superbe.alors svp debarassez nous de ces affames et mettez des hommes qui ont la foie et la crainte d allah.que dieu nous aide




    0



    0
    Rafik
    4 février 2013 - 21 h 04 min

    Je viens de Khenchela et tout
    Je viens de Khenchela et tout le monde chez nous sait qu’une bonne part du corps médical et de mèche avec La Grande Clinique Mezdawad, une clinique matériellement et humainement sur-équipée privée, pas d’argent alors pas de soins.

    Voilà où on en est arrivé à Khenchela, je peux dire qu’on est parmi les pires chef-lieu de Wilaya de toute l’Algérie.




    0



    0
    Abouti
    3 février 2013 - 17 h 12 min

    J’appui cet appel de
    J’appui cet appel de detresse, Khenchela se meurt et personne ne s’emeut de son drame. Khenchela est entrain de mourir de l’hepatite C et rien n’est fait pour juguler la pandemie. Les responsables de la sante de Khenchela sont a plaindre en primier lieu, ils ont failli a leur devoir.

    A l’aide, Khenchela se meurt……..




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.