Y a-t-il une affaire d’espionnage derrière le retard du passeport biométrique algérien ?

La délivrance du passeport biométrique est-elle bloquée ? Les postulants devraient se contenter, pour le moment, de l’ancien document. Le ministre de l’Intérieur, Dahou Ould Kablia, aurait ordonné depuis une dizaine de jours la mise à l’arrêt du projet, selon certaines indiscrétions (le sujet étant sensible, il est difficile d'obtenir une confirmation officielle). Il ne s’agirait guère d’un problème technique mais plutôt d’une grave affaire qui porte atteinte à la sécurité nationale. Un scandale de plus ? La société française Oberthur, qui a décroché le marché à l'époque où Noureddine Yazid Zerhouni était ministre de l'Intérieur, serait directement mise en cause. Elle aurait, d’après la même source, totalement et définitivement perdu ce marché hautement stratégique pour notre pays. La décision d'Ould Kablia serait motivée par la mauvaise qualité avérée du système de sécurité PKI (Public Key Infrastructure) fourni par cette société. Un système développé sur la base d’une technologie tellement dépassée que des étrangers arrivent à manipuler aisément l’identité de milliers de citoyens algériens. Cela, alors que le but même de cette acquisition était d’éviter toute intrusion dans la base de données du passeport biométrique. S’agirait-il d’une arnaque ? D’un complot ? D’une affaire de corruption ? Comment et pourquoi Oberthur a-t-elle été choisie ? Le mystère reste entier.
Un choix désastreux
Pourtant, selon une source proche du dossier, la société française Oberthur était la moins expérimentée, si bien qu’elle ne possédait même pas la solution proposée. La direction d’Algérie Télécom avait tellement été surprise par le choix d’Oberthur qu’elle avait protesté à travers un recours auprès de la Commission d’évaluation des offres. Dans son recours, Algérie Télécom avait étalé son savoir-faire et sa maîtrise parfaite de cette technologie dans l’espoir de convaincre les membres de cette commission. Elle s’était engagée à assister les chargés du projet du ministère de l’Intérieur dans les solutions les plus avancées. En vain. Le choix est tout de même maintenu. Oberthur a, ainsi, comme par un tour de magie, obtenu ce marché de rêve, devant les entreprises les plus pointues dans ce domaine, à l’instar de la société allemande Giesecke et Devrient (GND) et CSC Corporation. Une fois le marché décroché, Oberthur, qui ne fabrique pas elle-même le système demandé, sous-traite avec une autre société française, à savoir Keynectis, qui relève directement du secrétariat général du ministère français de la Défense. Ce qui est encore plus surprenant dans le choix d’Oberthur, c’est le fait que Keynectis avait également soumissionné avec une offre de 3 000 euros moins chère que celle d’Oberthur. Une question se pose d’elle-même : pourquoi a-t-on retenu Oberthur si le détenteur de la solution originelle est bien là avec une offre financière plus intéressante ? Une question qui n’a pas manqué d’embarrasser les responsables du ministère de l’Intérieur qui se murent dans un silence assourdissant.
La mystérieuse Keynectis
Pour comprendre la gravité de cette affaire, il faut bien connaître le véritable fournisseur de la solution PKI, à savoir Keynectis. Cette société n’est pas comme les autres. Elle a été créée au début des années 2000 par le gouvernement français dans le but de contrecarrer les Etats-Unis dans le domaine très sensible des nouvelles technologies et de la protection des données informatiques. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que ses tuteurs lui aient donné naissance un 14 juillet, une date hautement symbolique pour la France. En quelques années d’existence, Keynectis réussit à devenir une entité incontournable dans la sécurisation et le cryptage (et décryptage) des données. Son secret reste bien gardé par les services des renseignements français. La création de Keynectis par le gouvernement français est due à la perte du leader français en la matière Gemplus, qui a été racheté majoritairement par un fonds d’investissement américain, très proche des services secrets, à leur tête la CIA. La reprise de Gemplus par les Américains avait tourné à l’espionnage industriel et technologique. Pour ne pas mettre leur sécurité nationale entre les mains des Américains, les Français ont décidé de créer cette nouvelle entité dont le principal actionnaire est l’Etat français, auquel se sont greffées quelques sociétés privées de droit français. Le but recherché avec Keynectis est de créer une entité française puissante qui pourrait tisser ensuite des alliances stratégiques au niveau européen et même mondial. Il est certain que l’Algérie, de par les enjeux politiques et économiques actuels et futurs, est une cible de choix dans le cadre de cette stratégie. Et Keynectis semble s’être bien introduite en Algérie. Notre source affirme qu’en plus du passeport biométrique électronique, cette entité aurait intervenu dans le projet de la carte Chifa à travers son actionnaire Gemalto. Elle aurait également participé à l’avis d’appel d’offres lancé en septembre dernier par l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) pour l’assistance à la mise en œuvre de la certification électronique en Algérie. Mais le scandale du passeport biométrique semble avoir contraint l’ARPT à annuler l’appel d’offres. Le ministère de l’Intérieur était-il au courant de la relation contractuelle qui lie Oberthur à son sous-traitant Keynectis ? Est-il au courant des nombreuses affaires de corruption et scandales dans lesquels est impliquée Oberthur dans plusieurs pays ?
Un laminât à haut risque
Techniquement, Oberthur est connue pour sa qualité d’intégrateur qui exploite des solutions d’autres opérateurs. Et au-delà de toute autre considération, la solution de Keynectis reste en-deçà des besoins de l’Algérie. C’est une solution de sécurisation aux capacités limitées à un million de passeports, alors que les besoins de l’Algérie sont de l’ordre de 8 millions. L’incompétence d’Oberthur dans le domaine est telle que le gouvernement français lui-même a dû annuler son contrat avec cette société, suite à une intervention de l’ancien président français Nicolas Sarkozy. Chez nous, Oberthur a réussi à rafler tous les marchés de la biométrie, du livret au PKI en passant par le laminât. Et comme pour le PKI, elle sous-traite avec une autre PME française, Fasver, pour la production du film protecteur qui sécurise le passeport, pour le compte de l’Hôtel des monnaies. D’après certaines sources, le projet du passeport biométrique électronique a été retardé au début à cause de ce laminât de Fasver. Les alertes lancées par des experts algériens, qui s’appuyaient sur l’expertise internationale, ont, selon ces sources, conduit l’Hôtel des monnaies à chercher un autre fournisseur. Le fournisseur Fasver, lui aussi, ne fabrique pas tous les éléments de sécurité du laminât holographique. Il sous-traite une partie, ce qui pénalise l’Etat algérien et l’expose à toutes formes de détournements, trafics et de vols de passeports. A travers Oberthur et ses sous-traitants, l’Algérie allait avoir le passeport biométrique le moins sécurisé au monde. Cette affaire illustre on ne peut mieux comment les données sensibles de l’Algérie et de citoyens algériens allaient être confiées à des brokers (intermédiaires) sans foi ni loi.
Sonia Baker
 

Comment (21)

    Mourad
    20 février 2013 - 12 h 32 min

    j’ai lu le meme article sur
    j’ai lu le meme article sur algerie 360,qui date du mois d’avril




    0



    0
    Adel hafid
    18 février 2013 - 23 h 36 min

    Belle leçon de sagesse qui
    Belle leçon de sagesse qui remonte du fond des âges. L’humilité personnifiée qui nous impose la distance critique et la méditation avant tout commentaire..

    LES TROIS PASSOIRES DE SOCRATE.

    Un jour quelqu’un vient trouver Socrate et lui dit : « Sais-tu ce que je viens d’apprendre sur ton ami ?
    Un instant, répondit Socrate. Avant que tu me racontes, j’aimerais te faire passer un test, celui des trois passoires.
    – Les trois passoires ? Répondit son interlocuteur.
    Mais oui, reprit Socrate. Avant de me raconter toutes sortes de choses sur les autres, il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l’on aimerait dire. C’est ce que j’appelle le test des trois passoires.
    La première passoire est celle de la vérité.
    -As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai ?
    -Non, j’en ai simplement entendu parler….
    Très bien. Tu ne sais donc pas si c’est la vérité.
    Essayons de filtrer autrement en utilisant une deuxième passoire, celle de la bonté.
    -Ce que tu veux m’apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bon ?
    Ah non ! Au contraire.
    –Donc continua Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n’es même pas certain si elles sont vraies.
    Tu peux peut-être encore passer le test, car il reste une passoire, celle de l’utilité. Est-il utile que tu m’apprennes ce que mon ami aurait fait ?
    – Non. Pas vraiment.

    Alors conclue Socrate, si ce que tu as à me raconter n’est ni vrai, ni bien, ni utile, pourquoi vouloir me le dire ?




    0



    0
    Anonyme
    18 février 2013 - 20 h 46 min

    ce genre d’affaire c’est tout
    ce genre d’affaire c’est tout simplement de la haute trahison




    0



    0
    Axelpanzer
    17 février 2013 - 16 h 57 min

    J’aimerai faire une petite
    J’aimerai faire une petite remarque sur algerie telecom:apres sa relation malheureuse avec une firme chinoise qui fabrique des appareils pour internet et la decouverte de malversations n’était certainement plus dans la course pour ce produit hautement stratégique!!!!

    et pour l’entreprise algerienne citée plus haut elle allait faire quoi?de la sous-traitance?




    0



    0
    Rachid Casa
    17 février 2013 - 9 h 55 min

    Jamais de fumée sans feu…
    Jamais de fumée sans feu… Depuis que la Sécurité Militaire est charcutée et devenue DRS avec beaucoup moin de prérogatives, tout est devenu possible. La France n’a pas cessée d’espionner l’Algérie, à travers des collabos locaux et même des commis de l’Etat qui possédaient des biens en France.




    0



    0
    Mansour
    17 février 2013 - 7 h 20 min

    Une Société privée algérienne
    Une Société privée algérienne -HB Technologies-Rouiba – a soumissioné. Son offre technique a été classé 1ère. Son offre offre financière (en DA)également. Elle a été rejetée.




    0



    0
    X man
    16 février 2013 - 22 h 47 min

    Mais qu est ce qu on a fait
    Mais qu est ce qu on a fait au Bon Dieu pour mériter tous ces salauds ? Je préféré mourir que d entendre toutes ces traitrises !AH YA RABI , AH YA RABI .
    Savez vous pourquoi les chinois ont réussi ?
    Une balle dans la nuque du traitre et la facture de cette balle sera envoyée a la famille de ce traitre.




    0



    0
    Adel hafid
    16 février 2013 - 20 h 22 min

    Pathétique…
    Pathétique…




    0



    0
    krimo
    16 février 2013 - 18 h 15 min

    Les Algériens se font à
    Les Algériens se font à chaque fois avoir par des sociétés qui viennent se sucrer sur le dos du peuple en nous offrant des produits de basse gamme. Notre pays a perdu beaucoup d’argent dans ce genre de marché sans obtenir ce qu’elle demandait. On a vu avec l’autoroute est-ouest dont les malfaçons se font de plus en plus remarquées au détriment de millions d’automobilistes. les exemples sont nombreux et à chaque fois des sociétés à l’identité douteuse raflent des marchés sans fournir le service demandé. Et le comble dans tout cela, nos dirigeants se murent dans un silence qui est apparemment complice. Mais jusqu’à quand. Il n’y a plus de patriotes dans ce pays d’un million et demi de martyrs?




    0



    0
    Axelpanzer
    16 février 2013 - 16 h 38 min

    Des le départ ,lorsque
    Des le départ ,lorsque l’ancien ministre de l’interieur en collaboration avec sa famille a lancé cette affaire de biometric pour des raisons mercantiles,je me suis dit ce bonhomme veut ficher tout le peuple algerien pour le FBI!!!!
    rappelez-vous les fiche d’identification du FBI incluse dans le biometric,par exemple: qui était votre chef de section pendant le service national?!!!!citez deux de vos camarade de classe au lycée? on croit réver!!!!!




    0



    0
    Imrane Dey
    16 février 2013 - 15 h 27 min

    Ce scandale est une preuve
    Ce scandale est une preuve supplémentaire que l’Algérie est en mauvaise passe et que les dirigeants du moment sont soit dépassés par les événements soit complices de la situation qui menace l’avenir de l’Algérie.les responsables de ce scandale sont tout sauf des patriotes car, on livre pas des données aussi importantes de tout un peuple entre les mains de « brokers » comme vous l’avez écrit. J’espère qu’il y a encore des hommes au sein de l’Etat qui ne laisseraient pas cette affaire impunie. Il faut donner l’exemple pour que à a s’arrête.




    0



    0
    salim
    16 février 2013 - 14 h 06 min

    Et ces messieurs que sont nos
    Et ces messieurs que sont nos compétences algériennes sont ils des bras cassés à ce point.Des milliers d’informaticiens et autres compétences annexes, sont ils bons juste pour aller pirater les banques. Faites leur confiance !

    Des points noirs entre autre –
    – celui de ne pas avoir développé une agriculture intense pour noyer le marché et ne pas être à la merci d’autres.Manger, se nourrir, en un mot la bouffe est devenue une arme.

    – autre point noir, celui de ne pas avoir fait confiance à l’homme, le citoyen, de ne pas avoir formé ces citoyens à l’extrême dans tous les domaines, afin de ne plus avoir à demander une assistance quelconque qui finira tôt ou tard par se retourner contre le pays et ses institutions.




    0



    0
    Anonyme
    16 février 2013 - 12 h 31 min

    MERCI POUR L’ARTICLE.
    MERCI POUR L’ARTICLE. MAINTENANT C’EST AU TOUR DES CITOYENS,DE SE RÉVEILLÉ ET FAIRE PRESSION SUR LE MINISTRE OU LE SERVICE CONCERNÉ {sécurité}PARCE QU UNE AFFAIRE DE TELLE IMPORTANCE {c’est la sécurité de l’algerie et ses enfants,qui sont en jeu} MESSIEURS DU GOUVERNEMENT ARRÊTEZ VOS {sonneries} SVP! ET DONNEZ CES FOUTUS PROJETS..AU EXPERTS {algériens} 100% MADE IN ALGÉRIA




    0



    0
    AnonymeKELAM
    16 février 2013 - 11 h 01 min

    je dirais que l’article de
    je dirais que l’article de SONIA est un rapport clair et net :
    on doit protéger les données de la REPUBLIQUE , par conséquent il est clair que nos services doivent ce mêlé de ce qui nous regarde ; car une telle action est trop sensible pour la laisser aux mains d’un ministre ou une commission qui reçoit des ordres.




    0



    0
    Anonyme
    16 février 2013 - 10 h 38 min

    BONJOUR
    DES LE DEBUT ET EN

    BONJOUR
    DES LE DEBUT ET EN TANT QUE CITOYEN ; J ETAIS TRES INQUIET EN SACHANT QUE LE PROJET AVAIT ETE DECERNEE A CETTE COMPAGNIE.
    QUE CE PASSE T IL ? IL EST TEMPS DE REPRENDRE LES AFFAIRES EN MAIN ; SINON C EST LA CATASTROPHE. J ESPERE QUE VOUS M AVEZ COMPRIS.
    EL MOUNTASSIR




    0



    0
    Anonyme
    16 février 2013 - 10 h 28 min

    hautement strategique pour
    hautement strategique pour notre pays (tiers monde )quand on est gouverner par des marocains vieux et senils qui depensent notre argent sans compter il faut s’attendre a tout




    0



    0
    hamaili
    16 février 2013 - 10 h 23 min

    la france est ,et restera
    la france est ,et restera notre pire ennemie avec les harkas qui nous entourent,un jour ou l’autre il faudra lui donner une leçon dont elle se souviendra toute sa vie ; les allemands les ont humilier pendant des années et maintenant ils leurs cire les pompes ; l’Allemagne est la plus grande puissance économique d’Europe et tout ce qu’elle fait c’est du sérieux ; par contre les francais sont des jaloux ,des envieux et des voleurs (colonialisme en Afrique) spécialiste des coups tordus en algerie depuis des années avec ses lèches bottes d’hypocrites les harkas ; inchallah que dieu protège l’algerie de ses envieux




    0



    0
    Walho
    16 février 2013 - 10 h 01 min

    C’est comme pour l’atelier
    C’est comme pour l’atelier de montage des légo Renault à Tlélat . Sur injonction venue d’ailleurs et contre vents et marées ils l’ont offert à leurs maîtres . Et pendant trois ans aucun étranger ne pourra chasser sur les terres de Carlos Gohsn . C’est comme çà ,  » qadi jatou nef’ha  » et il n’a de compte à rendre à personne . Et pour le passeport tmenyikoumétrique c’est la même  » sauce  » .




    0



    0
    Rab REM
    16 février 2013 - 9 h 32 min

    Je mettrai quiconque au défi
    Je mettrai quiconque au défi de me sortir une seule affaire traitée par le gouvernement algérien et qui n’est pas sale. Les truands installés aux commandes du pays font tout pour ramaser du cash au détriment de l’Algérie et de son peuple. Les gouvernants et leurs complices sont prêts à vendre leur mère. Pauvre Algérie.




    0



    0
    Anonyme
    16 février 2013 - 8 h 59 min

    Ceci est juste pour dire que
    Ceci est juste pour dire que il n’ya rien de plus a rajouté aux commentaires de Ezzine a qui je rends hommage car lui au moins est soucieux de la sécurité de sont pays.

    Cependant juste un point, la société Oberthur a fait l’objet d’une vente a hauteur de 90% par une société américaine, voir ce lien:

    http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2011/12/25/article.php?sid=127801&cid=2

    a l’américain Advent International, DONC vu que Keynectis qui fourni la PKI est Française et vu que Oberthur a sous traiter avec Keynectis car ne possedant pas cette technologie PKI et pour finir vu que Advent international possède Oberthur, donc au final sachant qu’en terme de sécurité national les américains et français ensembles ne font pas bon ménage , alors comment Oberthur va elle maintenant assurer la fourniture de cette dite PKI vue que c’est une technologie Française au mains des « américains » ? L’état algérien se trouve a mon avis dans un piégé bien tissé par les français… et aussi qui est alors l’interlocuteur de l’état algérien si Oberthur est devenu américaine ?

    Independence quand tu nous tiens.




    0



    0
    Ezzine
    16 février 2013 - 7 h 11 min

    Ce qui complique davantage
    Ce qui complique davantage les choses et met la sécurité nationale en danger c’est toujours le silence et/ou la protection sans aucune raison valable de ceux qui sont toujours à l’origine de l’exposition des intérêts du pays à des dangers réels. C’est la raison pour laquelle on agit toujours après coup lorsqu’on se fait avoir.
    Bien que les français et les américains soient des alliés farouches et impitoyables lorsqu’il s’agit d’un musulman ou d’un arabe pour l’abattre et le mettre hors d’état de nuire pour protéger leurs intérêts généralement coupables, mais lorsqu’il s’agit de leur sécurité nationale ou une affaire économique respective ils deviennent les uns les autres des sauvages ou des ennemis farouches et impitoyables. Il n’y a pas de sentiment ni alliance, ni quoi que ce soit qui se met à travers les intérêts des uns et des autres. Vous ne me connaissez pas et je ne vous connais pas.
    L’article stipule « Pour ne pas mettre leur sécurité nationale (française) entre les mains des Américains, les Français ont décidé de créer cette nouvelle entité dont le principal actionnaire est l’Etat français, auquel se sont greffés quelques sociétés privées de droits français ». Ne faut-il pas respecter ces gens qui veillent jalousement à la sécurité nationale de leur pays quitte à mettre tout ce qui leur est cher à sa disposition.
    Chez nous par contre il y a toujours quelque part soit une négligence, une complaisance, ou carrément une trahison que le silence qui les entoure les fructifient au détriment des intérêts nationaux et Dieu seul sait combien y a-t-il encore d’affaires de ce genre qui échappent tous les jours ou qui se sont échappées déjà et dont les bénéficiaires y se prélassent et rient à gorges ouvertes pour le succès remportés dans de telle ou telle affaire sous la barbe de leurs victimes.
    Il s’agit bien en effet d’une lutte acharnée entre les différents services concernés et les services qui sont alertes, le plus compétents et jaloux de la sécurité générale de leur pays qui remportent en fin de compte ces batailles interminables livrées sur tous les fronts dans la vie quotidienne.
    L’échec suivant le prouve. C’est aussi dans cet article très nette, clair et précis dont l’exploitation est tellement facile qu’elle peut aussi facilement conduire aux résultats escomptés :
    « Pourtant, selon une source proche du dossier, la société française Oberthur était la moins expérimentée, si bien qu’elle ne possédait même pas la solution proposée. La direction d’Algérie Télécom avait tellement été surprise par le choix d’Oberthur qu’elle avait protesté à travers un recours auprès de la Commission d’évaluation des offres. Dans son recours, Algérie Télécom avait étalé son savoir-faire et sa maîtrise parfaite de cette technologie dans l’espoir de convaincre les membres de cette commission. Elle s’était engagée à assister les chargés du projet du ministère de l’Intérieur dans les solutions les plus avancées. En vain. Le choix est tout de même maintenu ».
    Que faut-il de plus ! Sans commentaire.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.