Les quatre principales cimenteries à l’arrêt

Les chaînes de production de 4 cimenteries sont à l’arrêt à partir d’aujourd’hui samedi. Il s’agit des complexes de Meftah (Blida), Sour El-Ghozlane (Bouira), Raïs Hamidou (Alger) et Mascara, spécialisé dans la production du ciment blanc, pour maintenance et révision des moyens de production, une opération qui s’effectue une fois par an. Selon les observateurs du marché des matériaux de construction en Algérie, cet arrêt technique et conjoncturel des principaux complexes de production au niveau national, qui durera jusqu’à la mi-avril, se répercutera sensiblement sur l’approvisionnement du marché local en cette matière, surtout qu’il coïncide avec le début du printemps, une période durant laquelle le rythme des travaux du bâtiment et diverses réalisations s’accélère d’habitude. Les quatre usines sus-indiquées alimentent le marché avec 4,2 millions de tonnes (ciment gris et blanc) par an ; le reste des besoins étant importé, notamment de Tunisie (pour le ciment blanc), de France ou de Pologne. Cette situation profite d’ores et déjà aux spéculateurs. Flairant la crise, ils avaient déjà commencé à stocker dès le début du mois de mars. Ainsi, acheté à 380 DA, le sac de ciment sera revendu au marché parallèle à 700 DA. Ce scénario rappelle la grande crise vécue au printemps 2009, lorsque le prix d’un sac de ciment avait atteint le pic de 800 DA. Ce qui a amené les pouvoirs publics, pour pallier le déficit, à recourir à l’importation. Sachant que les importations de ciment avaient atteint, l’année dernière, 245 millions de dollars, un niveau record, selon les chiffres donnés par le Centre des statistiques et de l’informatique des Douanes algériennes.
Karim B.
 

Comment (6)

    Mansour
    25 mars 2013 - 13 h 48 min

    En ce qui concerne la mini
    En ce qui concerne la mini cimenterie de Raïs Hamidou tant mieux si elle est fermée et espérons-le définitivement.Cette cimenterie engloutie sous la boue en novembre 2001 a été remise en service en un temps record pour polluer l’ex-Pointe Pescade.SVP fermez ce foyer de pollution qui produit quelques sacs de ciment et qui rend pénible la vie des habitants de cette belle petite ville du littoral algérois.Pour couper l’herbe sous les pieds des spéculateurs du ciment il faut inonder le marché en important si nécessaire la quantité manquante si minime soit-elle en attendant la mise en service des nouvelles cimenteries.




    0



    0
    ancien enquêteur
    25 mars 2013 - 11 h 05 min

    A Oran le prix du sac de
    A Oran le prix du sac de ciment est toujours entre 650 et 700 da, Ni l’ex ERCO ni la SODMAC n’ont épuré la liste de leurs pseudos clients » qui vendaient les bons d’enlévement et bon de commande devant les usines . Une vraie mafia organisée que ni la gendarmerie et la BF ne sont venus à bout. surtout il ne faut plus parler de la direction du commerce elle somnole dans les rêves. Le Pain moins de 200g à 10 da le sachet du lait à 30 da et j’en passe.
    Donc sui 4 ème mandat se concretiçse la baguette du pain serait à 20 da ?




    0



    0
    JAZ
    23 mars 2013 - 23 h 01 min

    En Algérie,la corruption est
    En Algérie,la corruption est à visage découvert,sans avoir froid aux yeux,méprisante.On a meme vu la pénurie organisée de pomme de terre,les gens qui la pratique savent que le peule est capable de manger de la mauvaise pomme de terre ,sans manifester leur désaccord.La corruption en Algérie est devenu un mode de gestion à tous les niveaux,et tout le monde ou presque trouve ça normal,de peur ,de la plus grande mafia du monde.




    0



    0
    Anonyme
    23 mars 2013 - 21 h 28 min

    Une enquête devrait être
    Une enquête devrait être ouverte, si seulement les associations pouvaient se porté partie civile dans les procès contre la corruption, Je tient à attiré l’attention des lecteurs sur le synchronisme douteux de l’arrêt des 4 unités, ainsi que sur les éventuels pseudo hommes d’affaires qui avaient eu vent de cette affaire à l’avance.




    0



    0
    Aziz GH
    23 mars 2013 - 18 h 26 min

    pourquoi on arrête 4
    pourquoi on arrête 4 cimenteries en même temps
    et pourquoi maintenant alors qu’il y a une reprise des chantiers bâtiments, ponts…
    et j’en suis sur que les spéculateurs connaissent tout ça …
    une enquête de la gendarmerie déterminera les salops qui sont derrière ça…en outre il faut que les spéculateurs payent s’ils sont surpris…
    on va voir…




    0



    0
    lagrinche
    23 mars 2013 - 17 h 18 min

    Mais pourquoi arrêter
    Mais pourquoi arrêter simultanément 4 cimenteries ? Y a-t-il une contrainte particulière qui oblige de les mettre à l’arrêt en même temps ?j’en doute fort étant donné que chaque usine travaille d’une façon autonome.
    Ne peut-on pas étaler dans le temps ces arrêts, et n’arrêter qu’une seule cimenterie à la fois de manière à éviter le grand déséquilibre offre/demande ? à moins que l’importation nous manque…




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.