L’UGTA établit des listes de chômeurs du Sud à embaucher

La Centrale syndicale a mis en place depuis plusieurs jours une commission pour l’établissement de listes exhaustives de chômeurs du Sud pour leur trouver du travail «rapidement», a-t-on appris d’une source syndicale. Cette commission, qui travaille d’arrache-pied depuis son installation, a finalisé une liste «des cas urgents» qui nécessitent d’être embauchés dans les plus brefs délais en raison de leur situation sociale précaire. Pour réussir cette initiative prise au lendemain de la visite de Sidi-Saïd, secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), à Ouargla, la commission est en contact direct avec des entreprises publiques pour dégager des postes de travail selon leurs capacités, leur taille et leurs besoins, au profit de ces jeunes chômeurs dont la plupart n'ont aucune expérience professionnelle. «Cette démarche vise à agir efficacement et rapidement pour réduire le chômage dans ces régions et faire renaître l’espoir à ces chômeurs qui expriment ces derniers temps vivement leur colère légitime. Le travail est un droit élémentaire pour chacun. Et il est du ressort de l’Etat et de ses institutions d’œuvrer pour générer de l’emploi notamment en encourageant et en aidant le secteur économique (public et privé) à se développer», souligne notre source. Abdelmadjid Sidi-Saïd avait déclaré «légitimes», le 12 mars denier à Ouargla, les préoccupations des jeunes du Sud et appelé au dialogue pour des solutions durables et justes. Il avait également appelé à l’implication de l’ensemble des parties dans la prise en charge de cette lancinante question du chômage.
F. Amraoui
 

Comment (8)

    aziz gh
    4 avril 2013 - 9 h 39 min

    UGTA (union générale des
    UGTA (union générale des trabendistes algériens) est une organisation de voleurs (logements, voiture foncier…)doit etre traduite en justice … et c’est elle qui a inculqué la fainéantise a l’Algérie




    0



    0
    Kerdache
    4 avril 2013 - 6 h 38 min

    La conscience de said
    La conscience de said viendrait Elle de se reveiller? Roublard le personnage Et sa cour y voient une autre opportunite de caser Leur famille Et leurs amis. Sachant que tous les recrutements a sonatrach Et ses filiales ont ete geres Et negocies entre le syndicat ugta , les responsables Et l’Anem qui a droit a un quota. Sans quoi les bulletins ne seront pas delivres.
    Pourtant une solution radicale existe. Donner le meme salaire a tous les algeriens que ceux octroyes par sonatrach. A diplome egal salaire egal. L’etat pourra supprimer les subventions. Arreter la construction de logements qui creent la discorde a cvhaque distribution Et finir avec les cycliques.
    Peut être meme les syndicats n’auront plus Leur raison d’être quand une vraie justice sociale regnera.




    0



    0
    JAZ
    3 avril 2013 - 20 h 13 min

    Ce mec doit etre en
    Ce mec doit etre en prison,impliqué dans l’affaire khalifa,acteur principale dans la dilapidation des entreprises publiques,bradées au profit de ses amis.Plus, tout ce qu’on ne sait pas,étant de toutes les magouilles.
    Dommage,le ridicule ne tue pas si non ce said serait déjà en décomposition.Ce que veut l’Algérie,ce sont des hommes et des femmes avec une MORALE politique,avec des compétences pour élaborer de vraies politiques d’emploi.Il faut arreter avec la politique d’assistanat,il faut créer des environnements favorables à la création d’entreprises,développer la formation etc…Mais avec tous ces saids,sans aucune vision pour le peuple ,si ce n’est pour leur progénitures, accrochés comme des puces à la mamelle au lait noir,le cauchemar continu pour les jeunes du nord,de l’est ,de l’ouest,qui ne sont pas mieux lotis et assurer de leurs avenirs,que ceux du sud.Il n’y a pas besoin d’aller au sud pour voir des chomeurs,les jeunes sont tous dans la meme galère,unis pour leur pays,pour le développer ,pourvu qu’on arrete la manipulation,en jouant sur la division,pour cela,il faut leur laisser la place des responsabilités et dégager.




    0



    0
    00213
    3 avril 2013 - 19 h 54 min

    Si nous avions les capacités
    Si nous avions les capacités (et la volonté) de monter et gérer des usines capables de fabriquer nos besoins en moyens techniques nécessaires à l’extraction de notre pétrole, il y aurait assez d’emploi pour résorber le chômage dans tout le sud!
    Mais on préfère importer…
    .
    Si nous avions les capacités (et la volonté) de monter et gérer des usines capables de fabriquer nos besoins en télécommunication, il y aurait assez d’emploi pour résorber le chômage de tous les universitaires!
    Mais on préfère importer…
    .
    Si nous avions les capacités (et la volonté) de monter et gérer des usines capables de fabriquer nos besoins automobiles, il y aurait assez d’emploi pour résorber le chômage dans tout le nord!
    Mais on préfère importer…
    .
    Si nous avions les capacités (et la volonté) de monter et gérer des usines capables de fabriquer nos besoins en agroalimentaire, il y aurait assez d’emploi pour avoir besoin de main d’œuvre étrangère !
    Mais on préfère importer…
    .
    Il faut arrêter le bricolage pour dire « merde » à la mafia des importateurs et bouger un peu ce peuple de fainéant.




    0



    0
    mohand
    3 avril 2013 - 19 h 38 min

    Hadj Sidi said va les
    Hadj Sidi said va les embaucher dans les mosquées, histoire de renforcer sa nouvelle branche cléricale.




    0



    0
    bilal
    3 avril 2013 - 17 h 20 min

    C’est très bien .Il y a des
    C’est très bien .Il y a des solutions pour régler ce probleme et tout est une question de volonté politique .Les acteurs économique doivent aussi se faire entendre . Il faut libérez les entreprises de certain carcan et cela passe aussi par l’ouverture.Je vous donne un exemple concret: il existe a djelfa une zone industrielle immense et la seule activité qui existe dans cette zone c’est un producteur de lait.Les responsables de cette région et tout le monde les connait ont brisé l’élan de cette région et se sont accaparé le marché.Ce n’est plus possible d’agir comme cela .Il faut changer la donne ou ce sont « les autres  » qui agiront a votre place.les jeunes ont changer et ne se contente plus de l’histoire des valeureux martyrs de l’indépendance .Ils veulent vivre et qu’on cesse de les sous estimer ou de les mépriser..Je suis né en France mais quand je tchatte sur le net je me fais passer pour un Djelfaouis d’origine et bien je vous promet -les algérois sont d’une attitude méprisante pour les gens de ma région (surtout les femmes) mais quand je dévoile ma vrai identité et bien bouche cousue ,la plupart sont complexé et a mon tour je leur dit: « croyez vous que les Djelfaouis n’ont pas compris votre manège et que pour ma part vous êtes insignifiants,car complètement largués et en n’oubliant que Alger n’a plus la cote a part pour les ploucs et les paysans arrivé dans la capitale il y a a peine 20 ans.
    Les Djelfaouis de France ne vous ferons plus de cadeaux sur la toile.

    En somme arrêtons de mépriser les gens du sud et tout iras pour le mieux!!




    0



    0
    B.H.
    3 avril 2013 - 17 h 19 min

    l’impatience legitime prévaut
    l’impatience legitime prévaut chez bcp de jeunes, mais le desespoir certainement pas. alors l’utilisez pas des etiquettes qui n’ont pas lieu d’être, sinon vous donnerez du credit aux ennemis detracteurs de notre etat et du peuple. impatience oui, mais desespoir certainement pas, l’algerie n’est pas un pays de mal être contrairement à bcp d’autres pays arabe. chez nous, la jeunesse pilote en contribuant par exemple au developpement de l’innovation economique, via la creation de leurs propres micro-entreprise, en affichant leur politisation qui a fortement mûri. la jeunesse n’est ni oubliée ni exclue par l’etat. ce sont des mafias locales et félons corrompus des administrations municipales, qui cautionner les mythes anti algeriens de nos ennemis, ils veulent donc donner le sentiment que la jeunesse est desespérée, ostracisée, aux oubliettes etc. mais nous sommes en 2013 et ces clichés infâmes sont inopérants aujdh.




    0



    0
    Anonyme
    3 avril 2013 - 16 h 59 min

    Ce qu’il faut exiger de
    Ce qu’il faut exiger de l’UGTA c’est qu’elle diligente une enquête sur les sommes colossales détournées depuis l’indépendance, notoirement par kalifat, Ghoulle, khellil said boutteflika, belkhadem, et sa famille.

    Puis que les sommes détournées par le biais de mandats d’arrêts internationaux, soient réquisitionnées puis gérées par des industriels et des hommes d’affaire reconnus c’est à dire des hommes probe et compétant puis, que cet argent soit investies dans des projets créateurs d’emplois, de plus valus, au nord comme au sud.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.