Diplômes au rabais

Faut-il fermer l’école et laisser la masse de gens se débrouiller chacun comme il peut pour «préparer» les enfants à la vie active ? Par école, il faut entendre l’école publique et par celle-ci l’ensemble du système éducatif, tous cycles confondus, qui n’a pas fini de sortir de son état sinistré depuis qu’il a été révélé, il y a plus de vingt ans, par le président Boudiaf. Il ne faut pas croire que l’école privée échappe à ce constat, «c’est la même chose». Surmenage, stress, phobie scolaire, le même lot accable l’école, où qu’elle soit. Partout, les «bons» résultats sont entachés de doute sur le niveau et conduisent à des diplômes au rabais, si l’on s’en tient à ce que pense le monde du travail sur la qualité des arrivants. Quasiment, tous les élèves, école publique ou privée, et quel que soit le cycle, sont obligés de prendre des cours de soutien. Née il y a une trentaine d’années dans des garages, des appartements et des villas, à la manière de l’informel dans l’économie de marché, l’école privée n’a pas su se développer et gagner la faveur des parents qui lui préfèrent, «malgré tout», l’école publique. Seule différence, l’école privée n’est pas touchée par les grèves qui s’ajoutent comme fléau supplémentaire au système éducatif. Mais détrompons-nous, la prochaine grève annoncée pour les 5, 6 et 7 mai fait planer le spectre de la paralysie des examens de fin d’année. Et là, encore une fois, toute l’école sera logée à la même enseigne. Pourtant, le sursaut est possible. L’école algérienne a les ressources morales pour résister et avancer. Elle l’a prouvé de façon héroïque, au plus fort du terrorisme, une certaine rentrée scolaire 1994/1995, en refusant de céder aux menaces du GIA, visant à empêcher les enfants d’aller à l’école et les enseignants de dispenser le savoir. Le prix en fut élevé en assassinats et destruction d’établissements, mais l’institution resta debout comme le reste de l’Algérie.
Kamel Moulfi
 

Comment (3)

    00213
    26 avril 2013 - 9 h 03 min

    L’essence même d’une société
    L’essence même d’une société prospère se crée dans le système scolaire.
    Nous sommes d’un point de vue financier similaire aux émirats.
    Qu’est ce qui nous différencie d’eux ?
    L’école ! (de la primaire à l’université)
    Quelles usines voulez vous créer quand 80% de la population ne sait pas se servir d’un ordinateur ?!
    .
    Il faut donner des avantages aux étudiants (transport, logement, bourse, alimentaire) et mettre en place un systéme éducatif d’excellence (corps professoral d’élite, infrastructures confortables, moyens sophistiqués, programmes modernes et en phases).
    .
    Investir 50 milliards de dollars dans l’éducation aujourd’hui, c’est récupérer 5000 milliards de dollars de profits dans 30 ans.
    Mais au delà de l’aspect matériel, c’est avant tout la meilleure façon d’inculquer la valeur de l’effort et de sa récompense à nos jeunes compatriotes.




    0



    0
    Benzaim BOUKAHIL
    25 avril 2013 - 10 h 59 min

    Ne vous plaignez pas trop de
    Ne vous plaignez pas trop de l’état de délabrement du système éducatif algérien, en face de l’autre coté de la méditéranée, c’est pire….car ils se disent « pays des lumières de droit et de justice »…C’est pire car je peut en témoigner, vu que comme vous le savez depuis le 5 /07/2012…je sort de ce système….et pour l’avoir fréquenté 7 années durant de Aix en provence à Toulon en passant par Nice…je peut vous dire que les algeriens ne sont pas les plus mal lotis!

    En effet, la bas au pays de droits de l’homme, ou la justice et la démocratie règnent en maître, je vous affirme scandale a l’appui dans les médias français, que l’on vends des diplômes aux chinois a toulon, on refuse dans les IEJ DE CETTE MÊME VILLE, l’entrée a l’école d’avocat (malgré un excellent grand oral d’un jeune français d’origine maghrebine et qui plus est public!) à de brillant juristes et on l’octroie dans le même temps a des étudiants n’ayant meme pas mon cv académique (ayant redoublé, sans mention ..etc)

    Allez donc faire un tour a l’école du barreau a Marseille, vous y verrai des vertes et des pas mure, entre les beurettes dont les avocats fachos raffolent dans le milieu, les « bicots » soumis faisant office de « caution diversité » lors de chaque cession d’examen a Aix comme a Toulon, les malheureux doctorants que l’on détruit en coulisse après avoir honoré de prétendu ambassadeur algérien de tlemcen en façade, entre les trafics en tout genre a la fac de médecine de Marseille (trusté par les corses et les juifs…et ou des étudiants arrivent a se procurer des sujets d’examens avant tout le monde grâce au réseau de connaissance de papa maman, les histoires abracadabrantesque a la fac de droit d’aix, ou il suffit a un jeune doctorant de donner ses fesses a son directeur de thèse pour obtenir un poste d’ater et ou le fait d’être catholique et blanc suffit amplement à d’autres pour obtenir des TD dans cette fac, malgré un CV QUI NE TIENT PAS LA ROUTE FACE A CELUI DE PAUVRE SARAZIN SANS DÉFENSE et EX DOCTORANT DANS CETTE MEME FAC, vraiment je peut vous affirmer que le système éducatif français est dans un état de délabrement plus grave que le système algérien, l’Algérie c’est L’Afrique, on peut lui pardonner , mais que dire de la France donneuse de leçon…?
    Je commence a comprendre Le défunt LARBI BEN MHIDI quand il disait à un colon: « vous parlez de l’Algérie française….je vous annonce la FRANCE ALGÉRIENNE » cette France algérienne, vous avez pu en avoir la preuve ces derniers mois, entre les cahuzac (khelil francais) les missoum sbih le 16/09/2011 illustrant la « mentalité cocotier » de français tout ce qu’il y a de bon teint, la seule chose que l’on peut dire après sa, c’est que notre grand BEN MHIDI (allahy rahmou) etait un véritable prophète (starfiroullah) , il a prédit 50 ans avant ce qui aller advenir de la France coloniale après l’indépendance: une France algérienne, mon vécu lui a donné raison, la preuve en image ici:

    http://rapidshare.com/files/4027710525/gnrationidentitaireestservie___parsuntzuetlessaraz.zip

    cordialement, votre dévoué,
    Benzaim BOUKAHIL, Docteur Patriotis Causa 29/12/2011 et auteur de la magistrale riposte du 1/11/2012, premier des Pieds Blancs, dernier des sarrazins !




    0



    0
    Mansour
    25 avril 2013 - 8 h 17 min

    C’est un crime monstrueux
    C’est un crime monstrueux d’avoir ouvert la Santé et l’Ecole aux intérêts privés.Le résultat ne s’est pas fait attendre:les hôpitaux publics malgré leurs budgets appréciables ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes et les établissements scolaires sont en train de suivre le même chemin avec la baisse effroyable du niveau des élèves et des diplômes au rabais.La santé et l’enseignement publics ont été livrés aux affairistes dont l’objectif principal n’est pas de soigner ou de dispenser le savoir mais de gagner le plus d’argent possible avec le minimum de frais comme le font ces marchands de tout et de rien qui pullulent dans cette pauvre Algérie qui a le malheur d’être riche.Cette richesse éphémère qui a tourné bien des têtes vides et qui a ouvert la voie aux dérives auxquelles nous assistons impuissants devant les instincts prédateurs exacerbés d’hommes et de femmes insatiables.Où va l’Algérie?




    0



    0

Les commentaires sont fermés.