Les «conseils» du FMI au gouvernement marocain

Le FMI ne cesse de pointer les déséquilibres dans l’économie du Maroc, particulièrement au plan macro-économique, créés par la caisse de compensation qui est le système qui subventionne les produits de base, l’énergie (carburant, gaz…) plus spécialement. Intervenant à distance à la séance d'ouverture des Assises nationales de la fiscalité du Maroc, organisées récemment, la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a insisté sur la nécessité de la réforme de la caisse de compensation. Elle estime que les subventions indifférenciées sont injustes et très pénalisantes pour les finances publiques du Maroc. La caisse de compensation accorde des subventions aussi bien aux personnes riches ou suffisamment aisées pour s’en passer – citant le cas de gens qui disposent de l’air conditionné et de plusieurs voitures – qu’aux plus démunis. La DG du FMI «conseille» au gouvernement de réformer en profondeur la caisse de compensation avec une bonne communication en direction de la population pour éviter le mécontentement et les manipulations de l’opinion. Cette réforme permettra de verser les subventions à ceux qui ont véritablement besoin et de consacrer les épargnes réalisées en supprimant celles destinées aux riches, à financer les dépenses publiques dans les secteurs de la santé et de l’éducation. Christine Lagarde a rappelé que la fiscalité est destinée à contribuer à de bonnes finances publiques pour l’équilibre macro-économique et pour favoriser la croissance et la création d’emplois. Elle vise également, a-t-elle ajouté, à développer des revenus, c'est-à-dire une masse fiscale qui constitue des recettes pour l’Etat, à travers la fiscalité directe et indirecte, à condition qu’il y ait le bon dosage, le bon taux qui soit toléré. Enfin, son rôle est distributif pour inciter ou décourager les activités ciblées. La marge de manœuvre pour les recettes de l’Etat, conseille-t-elle au gouvernement marocain, est dans les subventions. C’est là qu’il faut couper pour dégager de nouvelles recettes à consacrer à des fonds pour la santé et l’éducation, a-t-elle insisté. Le Maroc qui est dans une situation économique difficile, du fait de la baisse considérable de ses recettes extérieures, aura toutes les difficultés du monde à mettre en œuvre les conseils du FMI car cela risque de créer le mécontentement et des troubles sociaux difficiles à gérer pour le royaume. La DG du FMI compte sur une bonne communication pour éviter ce risque. Mais elle reste intraitable sur la condition à réaliser – la réforme de la caisse de compensation – par le Maroc s’il veut avoir des prêts de cette institution internationale qui le tient bien entre ses griffes.
Kamel Moulfi

Comment (10)

    chib chibaoui
    18 mai 2013 - 18 h 05 min

    Demandez au petit roitelet
    Demandez au petit roitelet mimi6 qui est 7eme fortuné au monde pour casser sa tire-lire et aider ses «  » SUJETS «  »




    0



    0
    Anonyme
    7 mai 2013 - 17 h 13 min

    je n´ai plus de parole pour
    je n´ai plus de parole pour parler des arabes et moins pour parler des sultans et rois des pays arabes, ya! ils se sont mis d´accord pour ne jamais être d´accord… vive Bouteflika




    0



    0
    AnonymeKELAM
    6 mai 2013 - 10 h 25 min

    le prince rouge a prédis « la
    le prince rouge a prédis « la monarchie marocaine doit disparatre et amenée avec elle tout le mal la drogue ect….
    le fmi c’est pertinemment que le budget marocain est en fonction de la quantité de drogue.. alors le rest n’est que du tape a l’oeil….




    0



    0
    00213
    6 mai 2013 - 7 h 58 min

    Quand je pense aux nombreuses
    Quand je pense aux nombreuses entreprises marocaines présentes au salon Batimatec d’Alger, espérant décrocher un contrat…
    Qu’ils sachent que leurs venues n’est qu’une perte de temps et d’argent et qu’ils s’en prennent à leur monarque, pour avoir torpiller les relations commerciales.
    .
    Ils n’auront pas une miette du gâteau !
    .
    L’idée (ou plutôt le rêve) d’un Maghreb uni est un objectif qui peut être réaliser qu’à condition que le Makhzen se libère de ses lobbyistes « étrangers » et qu’il applique une politique transparente et sincère à notre égard.
    Oseront ils le faire avant que leur bateau ne coule ?
    .
    les élucubrations juvéniles des dirigeants marocains (tout comme celle du Qatar par le biais d’Al Jazeera) démontrent qu’ils perdent patience et que les bases de notre patrie sont plus solides que leurs sataniques stratégies de déstabilisation.




    0



    0
    ABDELLAH
    5 mai 2013 - 10 h 31 min

    Les deux monarchies, la
    Les deux monarchies, la monarchie marocaine et la monarchie espagnole, sont les plus corrompues au monde. Elles sont en train de tomber. C’est pour cette que momo6 roi du proxénétisme nationale et internationale donne le change en parlant d’envahir un pays voisin. Un lilliputien qui cherche à se battre contre un géant. Momo6 est mal informé quant à la puissance militaire de l’Algérie aujourd’hui 1000 fois plus forte, plus équipée et plus moderne surtout. Notre lilliputien proxénète et trafiquant de drogue a des tendances suicidaires en se mesurant au géant algérien.
    Laissons le brayer afin de détourner l’attention d’un peuple frappé de plein fouet par une crise sans précédent. Il aura beau soutenir Israël et demander secours aux américains, il tombera quand même, lui et le roi d’Espagne vestige du fascisme franquiste et outil de la corruption.
    Les peuples ne peuvent pas continue à souffrir. Devant tant de misère et de désespoir, les mensonges ne tiennent plus. Les deux monarchies doivent tomber pour laisser place à de vraies républiques pour que les peuples ne soient plus les dindons de la farce entre les mains de monarques pas assez rassasiés. J’espere que ce jour sera demain, demain pour que les peuples gardent espoir et n’entretiennent plus des monarchies qui ne sont qu’un anachronisme de notre siecle et les dernier spasmes de peuples en souffrance. Que tous les peuples prennent leur destin en main. Nous sommes tous égaux et nous devons lutter contre les égos des nations que sont les dictatures et les monarchies.




    0



    0
    Anonymoe
    5 mai 2013 - 9 h 00 min

    Je me rappel comme
    Je me rappel comme aujourd’hui un discours de boumedienne ou il demande a tous ceux qui veulent prendre le train du F L N avant son départ a l’époque le train a vraiment pris tout le monde et de toute tendances.
    Par contre nous nous avons rater notre train le 14 juin 2001 il ne faut pas pleurer pour ce qui ce passe et qui va arriver demain ni le regret ni les larmes ne peuvent nous rendre le temps précieux et l’occasion que nous avant perdu .




    0



    0
    Anonyme
    4 mai 2013 - 18 h 04 min

    …ce pays d’esclaves ne nous
    …ce pays d’esclaves ne nous n’intéresse pas…qu’ils crèvent.




    0



    0
    TARIK BAB-EL-OUED
    4 mai 2013 - 18 h 01 min

    ET DIRE QUE LA FORTUNE DE « 
    ET DIRE QUE LA FORTUNE DE  » AMIR EL MOUMININES  » EST ESTIMÉE A 12 MILLIARDS DE DOLLARS.




    0



    0
    Anonymoe
    4 mai 2013 - 16 h 37 min

    Le Maroc est comme un coq la
    Le Maroc est comme un coq la crête rouge haute et les pieds dans la M au lieu de cherchez l’intérêt de son peuple en nouons des relations solide avec son seul et unique voisin qui est riche il préfère un soulèvement populaire que de revenir a la logique.




    0



    0
    Anonyme
    4 mai 2013 - 15 h 15 min

    ce qui se passe au maroc ne
    ce qui se passe au maroc ne nous regarde pas parlez nous de ce qui se passe en Algerie avec nos gourous et toute la smala de malheur qui nous terroriser pendant plus de 50 annees de galere on s en fou du maroc dit nous plutot l affaire de sonatrac 2 et touts les vereux qui se sont rempli les poches pendant que le petit peuple trime et souffre des affres de cette societee pouri qui est l Algerie tout ce tintamare, cette lessive concernant les affaires de corruptions ne sont que de la poudre aux yeux . la justice tah bled micki ou bled beni ouioui




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.