Le ministère dénonce «une logique de contestation permanente»

La grève de l’intersyndicale de la santé qui a paralysé aujourd’hui les hôpitaux a fait réagir le ministère de tutelle. Dans un communiqué rendu public, le département d’Abdelaziz Ziari considère cette grève suivie à la fois par les paramédicaux, les médecins généralistes et les spécialistes, comme injustifiée en ce sens que les revendications des différents syndicats sont grandement satisfaites. «Des avancées notables ont été enregistrées dans la prise en charge des revendications des professionnels de la santé à la faveur des réunions régulièrement tenues avec l’ensemble des partenaires sociaux (17 syndicats) depuis le dernier trimestre de l’année 2012», est-il souligné dans ce communiqué. Le ministère cite, entre autres acquis des travailleurs, la revalorisation des indemnités transversales (garde et risque de contagion). Selon lui, les propositions introduites ont débouché sur une augmentation substantielle de 200 % de l’enveloppe financière actuelle consacrée à ces deux indemnités et ce, après l’arbitrage du Premier ministre. Pour l’indemnité de risque de contagion, et en sus de l’effet rétroactif accordé à compter du 1er janvier 2012, il a été procédé à son extension à de nouvelles catégories des corps communs, a-t-on ajouté. Les projets de textes y afférents sont finalisés et soumis à la procédure de signature. S’agissant des postes supérieurs, les arrêtés interministériels ont été signés et se trouvent en instance de publication au Journal officiel. Dans le même communiqué, on fait état de la mise en œuvre de la promotion massive des paramédicaux brevetés au grade de diplômés d’Etat. «L’arrêté interministériel y afférent a été signé et se trouve en voie de publication au Journal officiel», a-t-on encore assuré. Le ministère a confirmé l’organisation, pour la première fois, du concours de passage au grade de spécialiste principal au profit des spécialistes de santé publique avec ouverture de 3 004 postes. Quant à l’amendement des statuts particuliers, il estime que le traitement de cette revendication ne relève pas de sa seule compétence, d’autant que leur promulgation est relativement récente. Il dénonce «une logique de contestation permanente prônée par certains syndicats qui pénalise en premier lieu les citoyens et porte préjudice aux professions de santé». La réaction du ministère risque d'attiser la tension. L'intersyndicale de la santé se dit déterminée à mener jusqu'au bout sa grève de trois jours.
Sonia B.  

Comment (6)

    Raselkhit
    7 mai 2013 - 21 h 04 min

    On ne peut continuer à
    On ne peut continuer à accepter ces prises d’otages de la part de gens complètement et totalement inconscient Aujourd’hui le personnel paramédical aux Urgences de Mustapha disait « Le Syndicat nous demande de faire grève et nous nous sommes prêt à travailler On dirait une 2ème affaire MCA au stade du 5 juillet le jour de la Coupe de la République .Si les syndicat veulent par tous les moyens importer « le printemps arabe » les salariés doivent prendre conscience que leur devoir c’est de soigner les malades comme les enseignants doivent enseigner le programme complet aux enfants Caque chose en son temps .La moyenne des salaires pour les fonctionnaires a été augmenté de 70% L’inflation commence à devenir intenable même la Banque Centrale est en train de réviser ses positions Soi on prend conscience soi on se laisse bouffer par des voyous déguisés en syndicat




    0



    0
    00213
    7 mai 2013 - 19 h 01 min

    Et pendant ce temps nos
    Et pendant ce temps nos braves jeunes soldats se battent et risquent leurs vies aux frontières tunisiennes, libyennes et maliennes pour contrer les attaques terroristes.
    .
    Il y a un moment pour tout, et là ce n’est pas le moment de la contestation !
    Qu’ils sachent qu’en Libye il y a des médecins qui sont emprisonnés par des chefs de guerre et réquisitionnés (gratuitement) pour soigner leurs miliciens.
    .
    Si seulement ils savaient réellement la situation géopolitique du pays et qu’ils mettaient de coté leurs cupidités…
    …car cette fois-ci ce ne sera pas une décennie noire mais le noir sans fin.
    Et on verra après s’ils pourront manifester dans une ville remplie de mercenaires armés sans foi ni loi.




    0



    0
    NASSER
    7 mai 2013 - 9 h 39 min

    Au diable le pseudo ‘nif’
    Au diable le pseudo ‘nif’ !
    _____________

    Force est de constater que, malheureusement, le citoyen est souvent très mal pris en charge voire négligé dans les hôpitaux!
    Je connais un citoyen admis dans un hôpital et décédé au 4ème jour de son admission au service de Médecine Interne d’un CHU à cause du laisser-aller et carences. Il présentait une hémorragie dont la cause diagnostiquée est « varices œsophagiques ». Lors de son admission le 1er jour « aux urgences », il était certes un peu faible, mais parfaitement conscient et ’sur ses pieds’puisqu’il s’est présenté lui-même. La nécessaire sonde ( de Blackmore ) qu’on ne lui a installée qu’au… 3ème jour n’a pas permis de venir à bout de cette hémorragie. Il perdait beaucoup de sang et l’on n’a rien fait depuis le début de son admission. Aucun soin « approprié » durant ces 03 jours n’a été prodigué sur ce malade. Pour ceux qui avaient assisté à ce qui s’est déroulé durant ces 4 jours , il y avait de quoi s’arracher les cheveux et sangloter sur le niveau de déliquescence auquel nous en sommes arrivée! Il n’y avait aucune assistance au malade. On cherchait désespérément un quelconque médecin dans les ‘parages’. Il a fallu enfin, au 3ème jour, la bonne volonté d’un médecin, « de passage » aidé par un infirmier d’un autre service pour finalement voir cette fameuse sonde installée (avec retard). Même la radiographie et les analyses biologiques ont été faites par des personnes étrangères à ce service. Fallait-il aussi ramener ‘son’ médecin et ‘son’ infirmier ? Il y avait vraiment de graves défaillances dans ce service.
    L’État qui a fait de grands efforts en matière d’infrastructures doit intervenir dans la gestion pour assainir ce secteur vital en mettant fin aux gabegies, à l’absentéisme, aux indolences à l’indiscipline et autres négligences, quitte à faire appel à la coopération étrangère ! Par exemple chinoise, qui a fait du bon travail par le passé et même aujourd’hui, pour combler nos déficits et insuffisances et aussi mettre fin aux combines. Et au diable le pseudo « nif » national ou fausse fierté que l’on ne manquera pas d’agiter pour cacher des incompétences ou défendre des faveurs, privilèges et acquis dans un secteur public non encore exigeant quant à la contrepartie. Chacun doit assumer son choix professionnel avec honneur et intégrité ou bien céder la place aux plus consciencieux. Les titres et diplômes que certains affichent allègrement ne valent que dans l’usage qu’on en fait. Ce sont toujours les moins consciencieux et les plus paresseux qui exigent le plus.
    Dans le cas de cette personne décédée le personnel médical de ce service a failli gravement à son devoir de venir en aide à un malade en danger ; qui leur a fait confiance.
    Il doit y avoir des responsables de cette situation. Le reste appartient à Dieu.
    Nous devions relater ces faits afin que de telles défaillances, mettant en danger nos concitoyens, ne se reproduisent plus. La force d’un pays se mesure par les soins ou la considération que l’on porte à ses citoyens.




    0



    0
    sihem
    6 mai 2013 - 21 h 32 min

    Es ce que le diplôme ou le
    Es ce que le diplôme ou le nombre d’ànnees d’etudes vous donne droit à une plus grosse paye alors que vous travaillez au maximum trois heures par jour? Vous maltraitez les malades et vous profitez du matériel des hôpitaux pour remplir vos cabinets médicaux.




    0



    0
    louisette
    6 mai 2013 - 20 h 29 min

    Ce que je sais c’est que à
    Ce que je sais c’est que à Alger des dames ayant été faire leur chimiothérapie se sont vues refuser la prise en charge par le personnel soignant. Quand on sait que les séances sont programmées à raison d’une par mois et qu’il est impossible, au vu du nombre des malades, de remplacer les séances manquantes, il y a coup sùr, NON ASSISTANCE A PERSONNE EN DANGER. Et j’ajoute qu’au vu des prestations offertes par le personnel médical, tous corps confondus, il n y a pas de quoi pavoiser..Pour beaucoup, le salaire perçu est déjà un cadeau non mérité..Que Dieu ait pitié de nos malades!
    et merci au personnel gréviste de l’hopital de Rouiba qui a assuré la prise en charge des cancéreux




    0



    0
    pharm
    6 mai 2013 - 20 h 04 min

    le ministre dit que les
    le ministre dit que les status particuliers sont récents laissant entendre que les revendications pour leur amendement sont injustifiées, notre ministre ne connait il pas que des dentistes et des pharmaciens ayant fait 6 ans d’etudes suite a l’introduction de la sixieme année sont toujours classés a la categorie 13 avec les bacs + 5…comment appeler ça???




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.