Amnesty dénonce l’hypocrisie du Traité sur les armes

Dans leur hâte à en finir avec les obstacles qui se dressent sur leur chemin, les pays occidentaux ne s’embarrassent pas de contradictions, et plus leurs objectifs sont contrariés et moins ils ont de scrupules vis-à-vis du droit international qu’ils brandissent pourtant quand cela les arrange. Hier (lundi 3 juin), au siège des Nations unies, à New York, plus de 60 pays ont signé le Traité sur les armes (TCA), qui est considéré comme le premier accord appelé à réguler le commerce d'armes dans le monde. «Le fait qu'un si grand nombre de pays ont signé le traité dès que ce document a été ouvert à la signature marque un jalon important.» L’homme qui salue ainsi cet événement est le vice-ministre britannique aux Affaires parlementaires, Alistair Burt. Son pays, la Grande-Bretagne, et la France, elle aussi signataire du Traité, ont tout fait pour que l’Union européenne lève l’embargo sur la livraison d’armes, non pas à un Etat, mais à des groupes qui signent leurs actions terroristes en Syrie, et, même indirectement mais inévitablement, à un groupe, le Front Al-Nusra, lié à Al-Qaïda, et reconnu par tous comme terroriste. «A peine le traité a-t-il été signé que l’engagement des puissances mondiales exportatrices d’armes en faveur du TCA est déjà mis en doute par l'aggravation de la situation en Syrie», a souligné Brian Wood, responsable du programme Contrôle des armes et droits humains à Amnesty International. «Les déclarations de soutien au TCA sonneront faux si les décisions d’envoyer des armes en Syrie et ailleurs ne sont pas conformes aux principes du traité. C’est là un test fondamental qui permettra aux gouvernements de faire la preuve de leur détermination à appliquer un traité accordant la priorité aux êtres humains et à leur sécurité.» Amnesty estime que le risque que les armes fournies aux groupes syriens d’opposition soient utilisées pour commettre ou faciliter de nouvelles atteintes aux droits humains est élevé. Tant que ce risque important subsiste, il convient de ne livrer aucune arme. Tous les types d'armements conventionnels sont visés par le texte, dont les chars et les véhicules blindés, les systèmes d'artillerie de gros calibre, les avions et les hélicoptères de combat, les bâtiments de guerre, les missiles et leurs rampes de lancement, les armes à feu et les armes légères. L’appel d’Amnesty sera-t-il entendu ? Rien n’est moins sûr quand on sait que l'armée américaine a annoncé lundi qu'elle enverrait des chasseurs F-16 et une batterie antimissile en Jordanie, une façon bien américaine de jeter de l’huile sur le feu déjà attisé par la décision de l’UE de livrer des armes aux groupes terroristes qui agissent en Syrie.
Kamel Moulfi

Comment (3)

    NASSER
    8 juin 2013 - 20 h 08 min

    Amnesty dénonce aussi bien
    Amnesty dénonce aussi bien les « forces gouvernementales » que les « groupes armés de l’opposition », mais les termes accablent plus les premiers en faisant en sorte de confirmer les accusations de l’occident d’usage des armes interdites. Elle dit en l’occurrence dans un de ses rapports : «Les recherches menées par l’organisation en Syrie au cours des deux dernières semaines confirment que les forces gouvernementales continuent de bombarder sans discernement les civils, en faisant fréquemment usage d’armes interdites au niveau international, qui réduisent à néant des quartiers entiers. Les prisonniers qu’elles détiennent sont systématiquement soumis à la torture, aux disparitions forcées ou aux exécutions extrajudiciaires.»
    Cette ONG est devenue un instrument de manipulation et de pression sur les Etats qui n’entrent dans les rangs du Grand capital que dominent les EU et les lobbies sionistes ! Elles servent comme nouvelle forme d’espionnage.
    Amnesty est loin d’observer les principes d’impartialité et d’indépendance. Ces interventions ne couvent pas tous les blocs géopolitiques. Elle œuvre « à l’application par les gouvernements des règles définies par l’ONU » excepté les puissances qui l’ont créée et qui la soutienne. Qu’a-t-elle fait pour Abou Ghreib, Guantanamo, les prisonniers Palestiniens en Israël et les prisons secrètes des EU. Qui bafouent le Droit internationale ?
    Ces rapports ne s’intéressaient au départ qu’à : l’Indonésie, la Turquie, la Tchécoslovaquie, l’Union soviétique, le Paraguay, les Philippines, l’Iran, l’Espagne, la Corée du Nord, le Brésil, etc. Maintenant c’est presque les mêmes en y ajoutant les pays sur le collimateur des EU, des Royaume Unis, de la France et d’Israël dont la Libye et la Syrie. Il y a toujours de lobbies derrière ses rapports et ceux des autres ONG !
    Cette organisation nous a habitué à des condamnations mitigées lorsque l’occident viole les droits de l’homme et nettes en s’y acharnant quand il s’agit de certains pays indociles du tiers monde pourvoyeurs de matières premières. Le constat est le même pour RSF et Transparency ( de Georges Soros) surtout après la découverte de leurs sources de financement. Il a été observé que les condamnations de l’occident par ces ONG ne deviennent précises que lorsqu’elles ont une portée politique.




    0



    0
    Père-OK
    6 juin 2013 - 19 h 36 min

    Amnesty internationale pour
    Amnesty internationale pour engendrer l’amnésie internationale!




    0



    0
    salim
    5 juin 2013 - 3 h 36 min

    A quoi cela sert de citer ou
    A quoi cela sert de citer ou de parler de cette organisation. Sachant qu’elle est sous la coupe de la Maison Blanche. Et que tous les responsables d’A.I, sont nommés par la Maison Blanche.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.