Grave déficit de correcteurs au bac : les académies s’affolent

De nombreux correcteurs des examens du baccalauréat ont manqué à l’appel, créant un énorme déficit que les académies n’arrivent pas à combler, a-t-on appris d’une source sûre. Aujourd’hui, deuxième jour de l’opération, les académies ont sollicité les différents syndicats de l’éducation nationale pour qu’ils les aident à trouver rapidement des remplaçants à ceux qui se sont désengagés et même renforcer les équipes pour rattraper le temps perdu. Une «mission» délicate en cette période de début des vacances pour certains. C’est la première fois que les épreuves du baccalauréat enregistrent un tel déficit en correcteurs. Cela est-il dû à un manque d’anticipation ? S’agit-il d’une révolte des enseignants ? Les syndicats autonomes activant dans le secteur assurent n’avoir pas appelé les enseignants à boycotter les corrections. Deux syndicats, le Cnapest et Snapest, ont appelé à un arrêt de travail de deux heures aujourd’hui (10h-12h) qui a été bien suivi. Une action qui a été décidée pour dénoncer les multiples dépassements ayant émaillé certaines épreuves du bac comme celle de la philosophie. Le CLA, de son côté, s’est fendu d’un communiqué aujourd’hui pour s’élever contre ces dépassements qui restent impunis. D’après ce syndicat, les correcteurs se trouvent devant un véritable dilemme avec un nombre important de copies de candidats dont les réponses sont identiques. «Ce sont les résultats de la triche massive enregistrée dans certains centres d’examen, notamment dans l’épreuve de philosophie», a-t-on confirmé auprès d’un enseignant correcteur à Alger. Pour prendre en charge ce problème, les syndicats de l’éducation, à l’instar du CLA, évoquent l’autorité pédagogique qui doit intervenir et faire son travail. Pour ce syndicat et bien d’autres, il est inconcevable qu’on laisse passer des «tricheurs» à l’université. Il y va de la crédibilité du bac et de l’institution éducative. C’est la première fois que des candidats au baccalauréat refusent de passer un examen et exigent – plus grave encore – que les surveillants les laissent tricher. Les syndicats interpellent le ministère de l’éducation pour qu’il prenne des sanctions contre les responsables de ces incidents et l’ensemble des tricheurs. Cela afin que de tels dérapages ne se reproduisent plus.
Sonia B.
 

Comment (2)

    00213
    18 juin 2013 - 14 h 36 min

    Les correcteurs sont en
    Les correcteurs sont en majorité des professeurs.
    Corriger toutes ces copies c’est avant tout travailler durement, et c’est une chose que la plupart n’intègrent pas dans leurs pratiques quotidiennes.
    Par contre à la première gréve pour des augmentations ou dés qu’il s’agit de donner des cours particuliers (et bien rémunérés), ils répondent présent et en masse.
    .
    Mon pauvre Bouteflika gérer ce peuple est loin d’être une sinécure.
    Chacun défend son bout de pain quitte à bouffer celui de son voisin…
    Ne dramatisons pas, car en 2013 ce que l’on voit en Algérie est encore «  »acceptable » » comparé à certains pays sois-disant développés.




    0



    0
    abel
    17 juin 2013 - 22 h 35 min

    j’ai plus d’un quart de
    j’ai plus d’un quart de siecle d’enseignement et les corrections,j’en connais un bout:ces dernieres années,le choix des correcteurs convoqués se faisait sur la base de criteres bizares,le regionalisme,la soumission,l’incompetence….l’argent quelques fois;les syndicats en savent des choses mais se taisent.Cette année et avec tous ces scandales de corruption,et d’autres,il y’a eu comme un hic,quelque part,un grain de sable….




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.