Les donneurs de leçons

Par Kamel Moulfi – Malgré le conditionnement que lui fait subir l’appareil de propagande des services de sécurité, à travers les médias particulièrement, l’opinion publique américaine reste traversée par un fort courant d’opposition à la politique extérieure agressive des Etats-Unis. On a vu comment dans le passé, sous le pouvoir du va-t-en-guerre Richard Nixon, les campus américains vibraient du mot d’ordre «paix au Vietnam !». On le constate aujourd’hui avec les protestations qui viennent de l'intérieur des Etats-Unis pour faire cesser les guerres d’agression contre l’Irak et l’Afghanistan. Mais, curieusement, les officines américaines, telles l’USAID, estiment que les Etats-Unis sont exempts de l’exigence d’«être à l’écoute de son opinion publique» qu’ils cherchent à imposer aux autres pays. L’USAID vient de dévoiler une stratégie qu’elle veut faire appliquer aux «autres», dans laquelle elle déclare que «les voix des citoyens et l'expression civique sont essentiels si l’on veut construire et soutenir des sociétés démocratiques». Publiée ce mois juillet, cette stratégie est mal tombée au moment où l’ex-consultant informatique de l’Agence de sécurité nationale (NSA), Edward Snowden, pourchassé par Washington, révèle la surveillance illicite dont sont l’objet tant les citoyens des Etats-Unis que les ressortissants des autres nations, dans le cadre du programme secret appelé «Prism». Courriers électroniques, conversations téléphoniques, rien n’échappe à l’œil et aux grandes oreilles du Big Brother qui inspire l’USAID. Le jeu de mots est facile : la Maison-Blanche «écoute» tout le monde mais ne fait qu'à sa guise. Où est la liberté ? Où sont les droits de l’Homme ? Où est la justice ? Il y a quelques jours, à New York et dans d'autres villes américaines, des marches de protestation ont eu lieu suite à l'acquittement de George Zimmerman pour le meurtre de Trayvon Martin, jeune Noir qu’il a tué en février 2012 en Floride. Les Etats-Unis sont mal placés pour donner des leçons aux autres en matière de démocratie, de liberté et de droits de l’Homme. La liste des preuves est longue mais il suffit seulement de citer les traitements inhumains infligés aux détenus de Guantanamo.
K. M.
 

Comment (2)

    Anonyme
    18 juillet 2013 - 23 h 15 min

    APRÉS KURT WALDHEIM, et PEREZ
    APRÉS KURT WALDHEIM, et PEREZ DE CUELLAR, l’ONU est devenu une ONG, une vraie organisation des franc-maçons/sionistes/imperialistes,capitaliste ultra libéral. Uncle Ben’s, le president Afro Americain le plus Crapuleux de la Planète, il est Pire que les > Bush Pere & Fils,Margaret Thatcher,Tony Blair, David Cameron, N Sarkozy, A Juppé, L Fabuis, Christine Ockrent/Bernard Kouchner,Dsk, Bhl, Ariel Sharon, Netanyahou,les Bedouins du golfe < Reunis. combien de victimes innocentes,sont mortes, a cause de ses Drones??, jespere qu'il sera juger et condamner ,avec ses complices,dans les us brefs délais. INCHALLAH




    0



    0
    Jeune Algerien
    18 juillet 2013 - 13 h 45 min

    Les leçons que donnent
    Les leçons que donnent l’occident ne valent que la valeur que nos pays leur accorde.
    C’est la dialectique du maitre et de l’esclave comme l’allégorie du bourreau et de la victime.
    Le premier n’existe que par l’assentiment du second, et pas l’inverse.

    Surtout avec les harkis des temps modernes qui pullulent (Boualem Sanssal, Ferhat Mhenni & Co ) et la détestation mutuelle que prônent certains hurluberlus, laquelle s’explique par un quotient intellectuel est inférieur a la teneur en gaz carbonique du « selecto » qu’il boivent goulument tous les soirs.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.