Au service du système

Par Kamel Moulfi – Il n’est pas exagéré de dire d’Ahmed Benbitour qu’il est l’homme de l’ultralibéralisme. Ses thèses sont proches de ce que préconise la Banque mondiale et entièrement à l’opposé des valeurs portées, à ce jour encore, par la lutte de libération nationale contre l’occupation coloniale. L’ancien chef de gouvernement, nommé après l’élection de Abdelaziz Bouteflika en 1999, est candidat à l’élection présidentielle d’avril 2014 et, dans cette course au koursi, il ne perd aucune seconde ni aucune occasion pour alimenter sa campagne. Pourtant, ceux qui connaissent Benbitour estiment que son parcours au service du système – et non pas de l’Etat, comme il veut le faire croire dans sa tentative de faire oublier que justement le système s’est accaparé l’Etat – le disqualifie dans cette compétition. En rejoignant l’opposition une fois qu’il lui a été signifié qu’il n’avait plus sa place dans le système, Benbitour doit penser que mieux vaut tard que jamais. Mais c’est trop tard. Il s’est intégré très tôt dans le système qui l’a servi et qu’il a servi, à différents échelons, jusqu’à occuper des postes dans le gouvernement puis à la tête de celui-ci. On ne lui connaît pas de prise de position solidaire en faveur des victimes de l’arbitraire (arrestations, tortures), on ne connaît pas sa position pendant les manifestations d’octobre 1988, on ne se rappelle pas qu’il ait condamné le terrorisme ou participé à une quelconque manifestation antiterroriste. On peut deviner pour qui il a voté aux élections présidentielles d’avril 1999, puisqu’il était un des conseillers du président Bouteflika, avant d’accepter d’être chef de gouvernement, nommé puis dégommé par Bouteflika. A ce poste, il n’a pas montré de compétences particulières. Le document qu’il a présenté en guise de programme reflète les insuffisances d’Ahmed Benbitour dans l’approche des problèmes que rencontre le pays. Il pense que l’art de l’esquive et de l’échappatoire, dans lequel il excelle, peut lui épargner le vrai débat hors système. Il a sans doute compris que c’était une illusion lors de la récente rencontre à l’espace Plasti des «Mille et une news».
K. M.
 

Comment (10)

    Anonyme
    2 août 2013 - 1 h 07 min

    A BAS LE CAPITALISME. Ce
    A BAS LE CAPITALISME. Ce Sinistre A Benbitour sa vraie place, c’est dans un asile psychiatrique avec une muselière..sans aucun contact avec (les yankées) l’exterieur, et la même chose pour mister Mokri, et ses semblables?. l’Algerie na pas besoin..d’une democratie atlantistes OBSCENE, ni de l’islam wahhabite RÉTROGRADE, ni de cette UMA de VAUTOURS. vive l’Algerie Algerienne souveraine et progressiste




    0



    0
    Mahdi
    1 août 2013 - 23 h 31 min

    faut-il encore boycotter les
    faut-il encore boycotter les présidentielles de 2014 ?




    0



    0
    Inspektor Tahar
    1 août 2013 - 18 h 18 min

    Au service du système…Tous
    Au service du système…Tous ces neoliberaux surtout dans les pays en voie de développement rêvent en couleur. L’exemple pratique du fiasco de l économie libérale est visible a l oeil nu a travers la planete.Ils pensent que des milliers d entreprises étrangères vont se bousculer pour investir en Algerie sans, transférer leurs profits a l étranger ( Ils ne vont pas les réinvestir en Algerie c est garantie ). Ils pensent que les institutions financières internationales sont des saints qui a accourent a la rescousse des pauvres comme cela se passe chez nos voisins du maroc actuellement ou le prix du phosphate coule et fait couler l économie du maroc. Je recommande a ce monsieur Ahmed benbitour de retourner a sa recherche dans le domaine économique et lire ce que le Prof. Dr Otto Kreye et le Dr. Ahmed dahamni ont mis en garde les gouvernement sur cette crise déjà en 1976 – Starnberg Institut fur Weltwirtschaftkrisen – Max Plank Institut…Il y a unexemple encore plus frappant : Les Indes. la plus grande democratie au monde…liberalsime a outrance 60% de la population ne mange pas a sa faim…L economiste Algerie Temmar a privatise l industrie de la siderurgie algerienne l unique en Afrique construite avec de gros sacrifices du peuple et des finances algerienne …Le Ciment Lafarge, Orascom, Djezzy entre les mains des etrangers…c est ca le neoliberalisme de monsieur Ahmed benbitour….? Un crime contre le peuple algerien




    0



    0
    Anonyme
    1 août 2013 - 13 h 56 min

    Ce qui m’a choqué , c’est de
    Ce qui m’a choqué , c’est de voir cet homme, se comporter comme un opposant a Bouteflika et a sa clique , alors qu’il est celui qui a le plus profité du système. Premier ministre pendant a peine quelques mois , il a été viré, non démissionné , il prétend avoir eu un différend avec Bouteflika, sur la gestion du pays , alors pourquoi a t’ il accepté d’être désigné, sénateur du tiers présidentiel et pourquoi , comme le soulignent certains internautes , il n’ a jamais pris position sur un événement quelconque. Même son idée de referendum sur l ‘ officialisation de la langue Amazigh ne tient pas debout , puisqu’il ne fera qu’ accentuer la division du peuple algérien.




    0



    0
    saadielbachir
    1 août 2013 - 13 h 12 min

    lui même ne comprend pas ses
    lui même ne comprend pas ses theses,il assimile beaucoup de lecture et essais d’en faire une synthese sans discernement avec parfois des contradictions criardes en tout cas il peut etre tout sauf homme d’etat mais par les temps qui cours ou n’importe qui peut pretendre à n’importe quoi ,il n’ ya qu’à voir le niveau intellectuel de notre APN meme belkhademe, soltani ,mokri,djaballah benhadj etc. peuvent prétendre faire président sans gene. ,actuellement seul ouyahia a un tant soi peu la stature mais vu sa kabylite il n’a aucune chance.




    0



    0
    PATRIOTE
    1 août 2013 - 12 h 51 min

    Herham babakoum,ne donnez pas
    Herham babakoum,ne donnez pas d’importance à un « excité et à un type sans envergure » qui fait dans l’insulte contre un journaliste qui lui posait des questions pertinentes que ses « négres » ne lui ont pas préparees.
    « Va apprendre à parler et viens ensuite poser des questions »!!voilà sa façon de répondre à un journaliste qui pose des questions et qui fait juste son travail.
    Celà nous vous rappelle t il pas un autre,chef du clan de khelil chekib,qui vociferait contre une vieille mére ,toute epeuree dont le fils a disparu » eguaadi eguaadi,assis toi assis toi ,ton fils est dans ma poche(weldek rahou fi jibi!!)
    Jamais je n’ai entendu ou vu notre aîné SI NEZZAR insultait un plus faible que soi,il n’a que des paroles respectueuses vis a vis des plus humbles de notre chere patrie..
    Au faite,là où ce benbitour a tout perdu en respectabilité c’est lorsqu’il lança aux journalistes que « pour officialiser tamazight il faut un referendum!!la langue maternelle de médienne,d’elmokh,de nezzar….et de tous les algériens à l’origine doit être soumis à referendum!!
    C’est pas étonnant d’un type qui se faisait passer pour un valeureux mouzabit alors que ces vrais aieux étaient des benisouleim et des beni hilal..!les descendants des ces tribus yemenites sont pour nous des algériens à part entiere mais à condition qu’ils respectent le faite que l’algérie est arabophone,certes,mais amazighophone aussi et pleine et entiere!




    0



    0
    Crimo
    1 août 2013 - 11 h 35 min

    Mr (…)est l’homme des
    Mr (…)est l’homme des banques, de l’impérialisme américain, du système pourri algérien, rappelons aussi qu’il n’est pas berbère d’origine, il appartient à la secte des chamba, un très petite minorité arabe installée par la grâce de Boumédienne chez les berbères mozabites pacifiques respectueux, ce qui crée régulièrement des conflits dans la région de M’Zab entre communautés autochotones mozabites et la minorités arabes dont fait partie Mr (…), qui soit dit en passant veut faire un référendum pour officiliser la langue amazighe langue millénaires de l’Algérie et celle de nos ancêtres, depuis quand on fait un référendum pour faire passer la langue amazighe en Algérie. Pourquoi donc ne pas demander aux anglais de faire un référendum sur leur propre langue.




    0



    0
    Anonyme
    1 août 2013 - 11 h 00 min

    C’est ce type qui a suggéré
    C’est ce type qui a suggéré un référendum pour l’officialisation de la langue Amazigh (un referendum pour un fait avéré,une réalité historique)le comble c’est que ce personnage n’a aucune goutte de sang Algerien c’est un bédouin venu tout droit de son arabie




    0



    0
    Lyes48
    1 août 2013 - 10 h 50 min

    Tous ces hommes qui,un moment
    Tous ces hommes qui,un moment ou un autre, ont servi et se sont servis du systeme se disqualifient d’eux meme. On les entend critiquer tout et n’importe quoi , on ne leur a pas connu pareil zele au moment ou ils etaient en poste. Maintenant ils se voient sauveurs. Parmi ces messieurs on peut citer : Benbitour, Taleb El Ibrahimi, Sid Ahmed Ghozali, Brahimi etc…Tous ceux qui ont participe a un gouvernement sans n’avoir jamais rien denonce a ce moment la sont complices.




    0



    0
    nour
    1 août 2013 - 10 h 42 min

    en plus aucune reelle
    en plus aucune reelle competence comme cela a été demontre par l acceptation des diktats du fmi en1994 sous l instigation d une banque etrangere a qui a été confie le dossier reechelonnement




    0



    0

Les commentaires sont fermés.