Election présidentielle de 2014 : les candidats du «système», les lièvres et les outsiders

Le Ramadhan tire à sa fin et même si l’été, avec son farniente, justifie une sorte de trêve en tout, la politique reste présente avec l’échéance de l’élection présidentielle d’avril 2014 qui se rapproche. Déjà le tableau auquel les «décideurs» nous ont habitués se dessine : trois lièvres que sont Louisa Hanoune, Amar Ghoul et Amara Benyounès, deux outsiders en Ali Benflis et Ahmed Benbitour et deux grandes inconnues, le FLN et le RND qui maintiendront, c’est leur art, le suspense jusqu’à ce que l’injonction vienne de l’extérieur de leurs rangs pour leur intimer la marche à suivre et le candidat à soutenir. Pour le moment, ces deux partis n’ont aucun candidat présentable : Ouyahia, impopulaire, Belkhadem en disgrâce… Il n'y a pas de nom qui émerge. Signe particulier de cette précampagne : l’option Saïd Bouteflika, elle, apparaît comme une vision fantasmagorique de certains médias, le frère du président n’ayant ni l'envergure ni l'expérience pour affronter une telle compétition. Y aura-t-il un candidat du système ? L'armée a-t-elle un candidat et sera-t-il celui-là ? Les observateurs sérieux écartent cette éventualité qu’ils jugent peu probable, tant on est loin de l'armée «membre» du comité central du FLN parti unique, un cadre dans lequel elle exerçait ses pressions à l’époque et faisait pencher la balance en fonction de ses choix. Toutes ces incertitudes n’empêchent pas la classe politique de s’animer et les feuilletons du FLN et du RND de se poursuivre dans une série de péripéties qui ne donnent aucune indication sur l’épilogue des crises qui secouent depuis de longs mois ces deux partis qui, il ne faut pas l’oublier, constituent l’essentiel de la majorité qui gouverne le pays et dont on attend qu’ils jouent un rôle de premier plan dans la course à la présidentielle. Au FLN, après Abdelaziz Belkhadem, c’est la tête de Abderrahmane Belayat qui est en jeu. Le bureau politique du FLN a isolé Abderahmane Belayat, qu’il avait pourtant désigné il y a quelques mois comme coordinateur de cette instance exécutive. Belayat avait tout du maître du jeu après l’éviction d’Abdelaziz Belkhadem par le comité central le 31 janvier dernier. Mais il a dépassé la ligne rouge en interférant dans les questions qui concernent le groupe parlementaire et a donné le prétexte à ses détracteurs pour l’enlever. Ses adversaires acharnés sont les mêmes que ceux qui sont venus à bout de l’ex-secrétaire général après un «siège» qui a duré de longs mois, c’est-à-dire les membres du gouvernement Amar Tou, Rachid Harraoubia, Abdelaziz Ziari et Tayeb Louh. Le FLN qui entrera dans la bataille électorale des présidentielles d’avril 2014 est en train d’être préparé cet été, et tout indique que Belayat n’en sera pas le maître à bord, en tout cas pas le seul maître. Mais il est encore trop tôt pour savoir qui prendra la tête du FLN et quelle sera l’inclinaison de ce parti dans la course à la présidentielle. Il y a comme un flou artistique entretenu autour des événements qui secouent l’ancien parti unique. Idem au RND, où le calme plat cache une tempête qui risque d’emporter ce parti, «né avec les moustaches», ne l’oublions pas. Ouyahia a-t-il dit son dernier mot en quittant la tête du parti ? Il n’est pas exclu qu’en sous-main il continue à provoquer au moins des frémissements au sein du RND, un parti sans ancrage réel, si on le compare au FLN, et réputé plein d’opportunistes qui, par nature, sont prêts à abandonner le navire sans attendre de vérifier qu’il est bien en perdition. La classe politique nous réserve bien des surprises encore.
Kamel Moulfi
 

Comment (58)

    SiZineddine
    9 août 2013 - 15 h 00 min

    @Abdelkader El
    @Abdelkader El Wahrani
    Doit-on dire Abdelkader El Maroqui ou Abdel Kader El Wahrani?
    Avec vos tentatives de dédouaner ce clan qui a colonisé Oran d’ailleurs, c’est un coup d’épée dans l’eau car les affres de ce clan sont marqués dans chaque corps de ce pays.
    Le clan a démoli l’enseignement, a volé les deniers publics, a installé ses proches à des postes où ils n’ont rien à y faire en éloignant les personnes les plus compétentes. Ce clan a imposé l’arabisation en ramenant d’Egypte des pédophiles paysans et cordonnier dans leur village. Ce clan a tué dans l’œuf de vraies compétences et des personnes qui auraient aujourd’hui représenté l’Algérie comme pays brillant scientifiquement sur la scène internationale. La liste des méfait du clan d’Oujda est longue et un jour vous la verrez avec preuves et détails publié sur le net, sur papier et partout. L’Algérie a raté son RDV avec le progrès et l’émancipation scientifique et logique à cause de ces crétins du clan d’Oujda, crétins et gloutons jamais rassasiés.




    0



    0
    Crimo
    9 août 2013 - 14 h 51 min

    Boumédienne a fait une erreur
    Boumédienne a fait une erreur fatale, il a introduit en Algérie des dizaines de milliers de marocains planqués au Maroc qui attendaient l’indépendance de l’Algérie pour prendre le pouvoir, même si il en a chassé des milliers vers le Maroc, suite à l’invasion marocaine au Sahara Occidental, la plus grande partie de ces mercenaires marocains est restée et s’est appropriée tous les postes clés du pouvoir algérien, c’est ce qui explique notre retard et notre sous développement après soit disant 50 ans d’indépendance qui nous a été confisquée par le clan marocain d’Oujda et ses clientèles au service de la France. Degaule a laissé à son départ 100 000 milles harkis et mercenaires, il l’a écrit dans un de ses livres. Nous payons très chère la trahisons de ces harkis et de ces mercenaires marocains.http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-double-trahison-des-marocains-42736

    http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-double-trahison-des-marocains-42736




    0



    0
    Anonyme
    9 août 2013 - 14 h 44 min

    Il y a encore des malfrats
    Il y a encore des malfrats traitres qui soutiennent les mercenaires du clan d’Oujda qui détruisent l’Algérie parce qu’ils sont en mission en Algérie, pour le compte du Maroc, d’Israël, de la France, pour marocaniser l’Algérie. Ceux qui prétendent que le clan d’Oujda n’existe pas, ceux-là font partie de ce clan, qui sera bientôt pulvérisé d’Algérie, ce n’est qu’une question de temps. L’Algérie recouvrera son honneur bafouée par ces mercenaires appelé clan d’Oujda.




    0



    0
    abdelkader wahrani
    9 août 2013 - 11 h 24 min

    le bureau politique avait
    le bureau politique avait triomphé grâce au segment militaire le plus puissant de l´état-major de Ghardimaou l´armée des frontiéres 14.000 hommes de Ghardimaou et 12.000 hommes de oujda, l´implosion du FLN. se termina donc dans le sang. la force avait pris le pas sur tout autre argument depuis plusieurs années,eut,au FLN. le dernier mot. les événements confirmaient ce que sept ans et demi de guerre révolutionnaire avaient déja démontré: le FLN. n´avait guére d´existance en dehors de l´armée; du moins depuis la soummam et l´éphémére tentative de Abbane, suivie de peu de sa marginalisation et son assinat. l´état-major général l´emporta donc finalement parce qu´il, outre la force, une forte cohésion, une unité de résolution et de commandement, sans compter l´habilité suprême de l´homme fort (rodjla) (el marhoum) Houari Boumediene qui avait laissé protagonistes civils et segment militaires de l´intérieur s´entre-déchirer. derriére l´écran du bureau politique, l´EMG. figurait déja le pouvoir de l´état en devenir, a défaut de figurer la nation. sans la force militaire il n´y a pas de pouvoir assez sur. le FLN fut en tout subordonné au pouvoir de l´état, lequel se confondit vite, pratiquement,avec les hauts clans de l´appareil militaire. Boumediene, toujours silencieux et dans l´ombre, restait en retrait derriére Ben Bella. mais les observateurs les plus lucides percurent d´emblée qu´il soutenait Ben Bella comme la corde soutien le pendu. mafiha ni clan de oujda ni sidi zekri.




    0



    0
    SiZineddine
    9 août 2013 - 0 h 11 min

    Une derniere chose,
    Une derniere chose, j’ajouterai que l’attaque de aïn Amenas où 11 tunisiens (surement mercenaire d’Ennahda comme ceux envoyés en Syrie) est le cas de casus belli extrême pour justifier une annexion de la Tunisie à l’Algérie et l’arrestation des membres du gouvernement tunisien ainsi que les cadres d’Ennahda, ces donneurs d’ordre.
    Si une telle chose étaient arrivé aux état unis, alors croyez moi, les troupe américain seraient déjà à Carthage et la Tunisie mise sous tutelle par l’oncle Sam comme cela se passe en Afghanistan et en Irak.
    Mais accordons leur le bénéfice du doute. Les tunisiens sont passé experts en trafic de tout, de diplôme, de poste et autres …
    Il est temps qu’ils arrêtent car tout ça ne va pas retomber que sur eux, mais sur tous les maghrébins. Je n’ai rien contre le peuple de Carthage qui a renversé un dictateur et sa coiffeuse pour ne pas dire autre chose. Le règne de la belle famille de Benali a altéré le caractère tunisien. Ce règne a érigé en exemple à suivre, la fraude et autres maux dont je vous épargne le qualificatif. Il a suffit de 10 ans de règne de cette belle famille pour détruire tout ce que Bourguiba avait apporté comme valeurs exemplaires à ce peuple. Avant 2001, les tunisien étaient dans l’excellence, aujourd’hui, ils se sont spécialisé dans la fraude en une decennie. J’espère que tous les maux qu’a donné madame Benali, la 2eme épouse et ses frères soient effacés du caractère tunisien. Je demande aux tunisien qui ont été nourri à la morale de Bourguiba de veiller à effacer les maux qu’a apporté la 2eme femme de Benali et ses frères, ces prédateurs sans morale. Je leur demande de reeduquer le peuple aqltéré par 10ans de Leïla Trabelsi et ses predateurs de frères.




    0



    0
    Securitatea
    8 août 2013 - 22 h 52 min

    Le clan d’oujda existe bel et
    Le clan d’oujda existe bel et bien et a été créé par la France contre le GPRA. La France savait que l’Algérie deviendrait indépendante, elle a donc placé ses pions contre les vrais moudjahidines de la Soummam. La preuve flagrante: Bouteflika aux invalides. Ce n’est pas Kim il sung qui aurait été se faire soigner à Séoul, ou Tokyo….Ou bien imaginez un instant un Général russe se faire soigner dans un hôpital militaire nazi….Il n ‘ya pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

    Securitatea




    0



    0
    Anonyme
    8 août 2013 - 21 h 49 min

    Il y a certains esprits
    Il y a certains esprits tordus marocains, sur ce site et ailleurs, qui font volonairement l’amalgame indécent entre Oujda et Tlemcen, cette dernière est purement algérienne et le clan d’Oujda n’a aucune appartenance à cette ville Amazighe des zirides. Oujda est marocaine et nous avons été envahi par des hordes de marocains affamés. Un âne Oujdistes restera un âne même si il tente de se drapper de l’honnorable ville de Tlemcen.. Non le clan d’Oujda n’a rien à voir avec Tlemcen, ville que les marocains convoitent, cette ville millénaires fait partie de l’Algérie, comme ils convoitent Tindouf, Béchar et même Oran. Il faut nettoyer nos villes algériennes comme Oran, Tlemcen au karcher pour les nettoyer de tous ces pourris marocains qui sont rentrés illégalement vec le clan criminel d’Oujda, qui n’a aucune appartenance algérienne et encore moins Tlemcénienne.




    0



    0
    SiZineddine
    8 août 2013 - 19 h 56 min

    J’ajouterai que tout le monde
    J’ajouterai que tout le monde ne veut pas ou ne peut pas occuper la magistrature supreme. Cette fois-ci, nous dévoilerons si le candidat a la double nationalité et s’il n’est pas originaire d’Algerie.
    La magistrature suprême est une haute fonction à symbole fort.
    Depuis les années 90, le rêve de chaque citoyen est d’avoir la nationalité française. Si cela continue, nous n’aurons plus de nation appelé Algerie, mais juste un protectorat. C’est ce dont rêve chaque pied noir qui a une dent contre l’Algérie.
    Nous devons achever à obtenir une vraie nation prospère et autosuffisance. Chaque algérien de la diaspora ou de l’intérieur doit veiller à y travailler.

    L’ALGERIE N’EST NI UN CALIFA NI UN PROTECTORA. L’ALGERIE EST ALGERIENNE ET UNIQUEMENT ALGERIENNE. CEUX QUI EN DOUTENT ONT TORD!
    Les binationaux peuvent occuper des postes politiques mais jamais la magistrature suprême. C’est le cas de la plupart des pays dans le monde. Aux états unis, le président est américain et rien qu’américain. Il existe des député, des ministres binationaux mais il n’y eu et il n’y aura jamais de président américain binationale.
    Pour l’Algérie les précautions doivent être doubles car notre pays est jeune et fragile. La décennie noire nous a laissé voir nos ennemis et ce ne fut pas ceux que l’on redoutait, c’est à dire les français, mais des personnes que l’on a accueilli après l’indépendance comme Ali Bel Hadj, un tunisien d’origine yemanite qui n’a obtenu sa nationalité qu’en 1965. 30 ans après l’indépendance, cet énergumène a donné le là à une guerre civile qui a fait des centaine de milliers de morts.
    LA MAGISTRATURE SUPRÊME DOIT ÊTRE UNE FONCTION OCCUPÉE QUE PAR UN ALGÉRIEN ET RIEN UN ALGÉRIEN.
    Alors algériennnes, algériens, soyez fiers de votre nationalité, de votre pays, de son immensité et changeons le en Paradis. Commencez à planter partout du vert, dans vos balcons, dans vos cuisines, dans vos jardins pour commencer à changer l’écosysteme que des politiques ignares ou irresponsable ont changé en fournaise en laissant les citoyens remplacer les parcelles vertes par le bétons fris laid et chaud.
    Le prochain président doit impérativement avoir dans son programme la continuation du barrage vert car sans ce barrage, dans 10ans, le climat ne sera plus supportable en Algérie à part 6mois par ans. Il y va de votre propre vie.
    Je sais que le mois de juillet et le mois d’aout sont caniculaires en Algérie et chaque années est plus chaude que l’année dernière, tout ça à cause de la disparition des forêt, du remplacement des espace vert par le béton.
    Mais ceci est un autre problème, mais un problème qui détermine l’avenir de l’Algérie et le bien être du citoyen.
    Je répète. L’ALGÉRIE N’EST NI UN PROTECTORAT FRANÇAIS, NI UNE PRINCIPAUTÉ D’UN CALIFAT ARABE.
    ET C’EST POUR CETTE RAISON QUE LE CANDIDAT DOIT ÊTRE ALGÉRIEN ET RIEN QU’ALGÉRIEN.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.