Benbada menace les commerçants : encore un coup de bluff ?

C’est sur un ton grave que le ministre du Commerce, Mustapha Benbada, a abordé la question de la fermeture des commerces durant les deux jours de l’Aïd et bien après pour certains. «Ceux qui n’ont pas assuré la permanence telle que définie par la loi le payeront cher», a-t-il menacé lors d’une conférence de presse animée aujourd’hui mardi. Le ministre sait que la crédibilité de l’Etat a été durement atteinte en raison du non-respect des commerçants de la loi régissant l’activité commerciale durant les jours fériés. «Nos équipes de contrôleurs ont été massivement déployées durant les deux jours de l’Aïd. Des listes des commerçants n’ayant pas assuré la permanence ont été établies. Nous prendrons des mesures de sanction sévères à leur encontre qui vont aller de la simple amende à la suspension momentanée de l’activité commerciale», a-t-il indiqué. Pour le ministre, il est inadmissible de laisser passer une telle «dérive». Les lois de la République , selon lui, doivent être respectées. Et ceux qui osent les défier seront durement punis. Le ministre semble ainsi se réveiller d’un sommeil profond qui aurait duré une semaine. Car, du premier jour de l’Aïd à ce jour, l’activité commerciale tourne au ralenti. Il y a ceux qui ont gardé le rideau baissé tout au long de cette semaine, narguant les pouvoirs publics. Il y a ceux qui n’ont pas travaillé durant les deux jours de l’Aïd, faisant fi de la réglementation en vigueur qui les oblige à assurer une permanence. Et, enfin, ceux qui ont travaillé durant les deux jours de l’Aïd et qui sont aujourd’hui fermés. A cela s’ajoute la rupture de la chaîne de distribution. A titre indicatif, le marché est toujours alimenté au compte-gouttes en viandes blanches (poulet et dinde). Conséquence de cette rareté organisée : le prix du poulet a frôlé les 500 DA le kilo. Une flambée historique qui n’a jamais été enregistrée depuis l’indépendance. Qu’attend donc le ministre pour remettre de l’ordre sur un marché qui échappe à tout contrôle ? Un marché qui change et évolue au gré de ceux qui le tiennent d’une main de fer : les barons spéculateurs qui défient l’Etat.
Sonia B.
 

Comment (14)

    Algérois
    14 août 2013 - 16 h 15 min

    Mesure de fermeture envers
    Mesure de fermeture envers les commerçant,c’est tout ce qu’il a trouvé ce «  »ministre »,pour pénaliser encore plus le citoyen,lui qui vie au « cleb des pins »,au ministère et à l’étranger pou faire ses courses.Incapable de s’attaquer aux barons et la mafia des grossistes qui vendent et achètent sans factures,alors «  »le ministre vous vivez ou? vous évoquez toujours les faux problèmes.votre mot d’ordre diviser pour régner.




    0



    0
    Mahdi
    14 août 2013 - 2 h 51 min

    non non non ya Si l’hypocrite
    non non non ya Si l’hypocrite de ministre toi et tes semblables d’islamiste newlook qui gardent de bons portefeuilles ministériels !! faut surtout pas « sanctionner » en fermant les commerces parce que, figurez-vous, vous allez créer encore et encore des pénuries ! Sauf si vous avez déjà un plan zaâma antipénurie que vous avez concocté avec vos grossistes islamiste-newlook qui vendent n’importe quoi histoire de liquider les stocks pourris ! pas mal comme idée ! comme ça vous allez encore nous déplumés nous autres pôv citoyens !et tout ça pour une poignée de dollars !!! à quand la démocratisation des armes à feu ? arrêtez yarham babakoum votre tbaghlisme ! Wallah vous êtes ridicules ! je me suis toujours posé la question à savoir est-ce que des ministres comme vous aviez de la famille, des enfants, des frères et soeurs etc !




    0



    0
    salim
    13 août 2013 - 20 h 04 min

    Il faut passer à
    Il faut passer à l’action.
    C’est des actes concrets qu’il faut.
    Cela fait des années que vous ne faites que menacer et le concret sur le terrain il n’y a rien. Quand on est incapable à gérer un poste ou occuper une fonction convenablement il faut avoir la dignité de le reconnaître et de démissionner.




    0



    0
    el hadj
    13 août 2013 - 20 h 03 min

    FAKOU les citoyens ne
    FAKOU les citoyens ne croient plus à ces balivernes qui ne sont que des abcès de fixation.d’ailleurs y a t il vraiment un ministère du commerce et que fait il ,tout le monde l’ignore ,c’est la baraka qui dirige ce pays malgré les tentatives ou plutôt les facteurs évidents d’une explosion sociale eu égard à la cherté de la vie et la paupérisation des citoyens du fait que du jour au lendemain les prix sont multipliés par 3 et 4 sans aucune crainte ni sanction .de grâce arrêtez cette mascarade




    0



    0
    lyes48
    13 août 2013 - 19 h 34 min

    un seul mot : TOZ !!
    un seul mot : TOZ !!




    0



    0
    Nenuphar
    13 août 2013 - 18 h 48 min

    Chiche comme dirait l’autre
    Chiche comme dirait l’autre !
    Encore de l’esbroufe caractéristique des tenants de ce système et du non état votant des lois qui ne sont jamais appliquées.
    Après coup, le voilà à pointer son nez pour tenter d’endormir le peuple moutonnier habitué à entendre des sornettes.
    Le raïs veille au grain, même sur son fauteuil d’hémiplégique, nous dit-on il aura son mot à dire sur son éventuel successeur. Et comme les voix de cette catégorie de voleurs prétendus musulmans comptent, ils n’ont aucun risque d’être sanctionnés.
    Et vogue la galère !




    0



    0
    Anonyme
    13 août 2013 - 18 h 45 min

    Vous prenez les journaux d’il
    Vous prenez les journaux d’il y a 7 ans en arrière,vous changez 2 ou 3 noms et on se retrouve avec exactement les mêmes informations,rien ne change on fait du surplace,chaque année reviennent exactement les mêmes problèmes sans qu’aucune solution ne soit trouvé. Pour ceux qui connaissent le film « un jour sans fin » et bien pour nous s’est l’Algérie sans fin.




    0



    0
    sofia
    13 août 2013 - 18 h 33 min

    encore du bla bla bla je me
    encore du bla bla bla je me souviens avoir deja lus se genre d’article l’annees passee l’annees d’avant aussi et encore cet annee je commence a m’ennuiller de toujour relire les memes lignes controler les prix …blablabla rien n’as ete fait les commercants en bien fait de gonfles les prix zkara fik monsieur le ministre. zute je jêune today le frigo et vide car les commerces ont fermees tampis sofia il me reste l’eau alors tout va bien.




    0



    0
    le Naïf
    13 août 2013 - 18 h 12 min

    « Si le ridicule tuait nous
    « Si le ridicule tuait nous aurions de fosses communes à tous les coins de rues et les entrepreneurs funéraires seraient les maîtres du monde. »




    0



    0
    NASSER
    13 août 2013 - 16 h 57 min

    « Coup de bluff ? » A notre
    « Coup de bluff ? » A notre avis oui!
    .
    Ce ministre ne peut échapper à « l’ambiance » générale de défiance de l’État: constructions illicites, transformations illégales des façades des bâtiments, accaparement des trottoirs, parking sauvages, clochardisation des cités, stationnement interdits autorisés pour une catégorie, les voleurs d’appartements que l’on n’attrape jamais etc etc.
    « Les lois de la République, selon lui, doivent être respectées. » dit-il? On ne réclame que cela depuis des lustres!
    Le ministre (comme celui de la justice) ne peut pas faire plus que ce qu’il peut faire. Ses limites sont celles que lui fixe le « système » de gouvernance. A ceux qui ont plus de pouvoir que lui de procéder aux changements adéquats pour que ce ministre avance plus. Sinon ce sera toujours du sur place, du bavardage.




    0



    0
    hamel
    13 août 2013 - 16 h 27 min

    C est parce que ce ministre
    C est parce que ce ministre est un rigolo que les commercants ne respectent par les lois.




    0



    0
    Mehacir
    13 août 2013 - 16 h 09 min

    Monsieur le ministre, il ne
    Monsieur le ministre, il ne faut pas seulement réglementer le système de permanence des commerçants mais aussi il faut revoir de fond en comble celui de la chaine de distribution sinon comment obliger la cueillette des fruits et légumes, ouvrir les abattoirs et les usines agroalimentaires telles que les laiteries, les fabricants des produits laitiers, etc. il faut donc mener une réflexion approfondie sur le système d’approvisionnement des marchés les jours fériés de l’amont jusqu’au petit épicier du coin et non seulement un seul maillon de la grande et complexe chaine de distribution.
    Il faut que nos responsables ne tombent pas sur les solutions faciles et par ricochet inefficaces en faisant mine de travailler et sanctionner les plus faibles du maillon.Il faut associer à la discussion tous les intervenants pour qu’ils se sentent impliqués et ce, pour mieux avoir leur totale adhésion et ainsi éviter de prendre des décisions hâtives et d’une façon unilatérale.




    0



    0
    Mohamad el Maadi.
    13 août 2013 - 15 h 32 min

     » Les lois de la République,
     » Les lois de la République, selon lui, doivent être respectées »

    S’il vous plait Une autre chose mais pas ce genre de Connerie
    Car si on était vraiment dans une république tu n’aurais plus ta place a cause de ton incompétence avéré

    En France, on peut servir cette soupe  » la république n’accepte pas que soit remis en cause…bla bla bla  » mais en Algerie Non !! Pas cela




    0



    0
    vrirouche
    13 août 2013 - 15 h 16 min

    Vous ouvrez bien vos
    Vous ouvrez bien vos officines de propagande obscurantiste aux
    aurores et avec des hauts-parleurs capables d’achever un cardiaque ou un nourrisson et de plus vous rémunérer ces charlatans hurleurs , barbus , puants et j’en passe ! Vous n’avez que les menaces au bout du bec ! Balayez devant vos portes de minaret avant de vous en prendre à ceux qui besognent
    pour quelque chose de concret pas à ces verreux manipulés par je ne sais qui pour ABRUTIR la population !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.