Sonelgaz : une conférence pour redorer le blason d’un secteur éclaboussé par la corruption

Eclaboussé par une avalanche de scandales de corruption et discrédité par la non-tenue de ses promesses d’un été sans délestage, le groupe public Sonelgaz cherche à redorer son blason. Et quoi de mieux que de lancer une campagne médiatique des plus agressives. Cette stratégie, qui a porté ses fruits ailleurs, semble ainsi être adoptée par l’équipe de Noureddine Bouterfa, PDG du groupe. Comme baptême de feu, une grande conférence à Alger qui sera animée par non seulement le PDG de Sonelgaz, toujours sous contrôle judiciaire, mais aussi par le ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi, et le président de la Commission de régulation de l’électricité et du gaz (Creg). Cette conférence, qui devait se tenir initialement aujourd’hui à la salle de conférences Djediani de l’Institut de formation de l’électricité et du gaz de Ben Aknoun, a été reportée à une date qui sera communiquée «incessamment», assure le groupe dans un communiqué de presse. Un report justifié par des contraintes liées à l’agenda des principaux participants. A l’ordre du jour de la conférence, un point sur les réalisations des programmes publics, le passage «été 2013» et les investissements consentis pour la satisfaction de la demande. Les responsables du groupe et le ministre vont également aborder les projets décidés pour la satisfaction de la demande de l’été 2014 ainsi que le fameux plan de développement 2013-2017 en matière de production d’électricité. S’ajoutera la question de l’intégration nationale et la stratégie de réalisation adoptées par les sociétés du groupe Sonelgaz. Les organisateurs ont pour objectifs : défendre le groupe et le secteur, donner l’impression que tout marche comme sur des roulettes et lancer un tir groupé contre les malintentionnés qui veulent nuire à cette société et à l’Algérie. Cette conférence sera donc une belle tribune pour défendre le bilan d’un secteur qui s’empêtre dans des problèmes multiples et qui n’arrive toujours pas à regagner la confiance du consommateur. La politique du bricolage, qui a encore de beaux jours devant elle, s’est une nouvelle fois illustrée, cet été, par des coupures électriques de longue durée qui ont privé des dizaines de milliers de foyers de cette énergie indispensable pour un minimum de confort. Pourtant, depuis une année, le ministre de l’Energie et le PDG de Sonelgaz n’ont cessé de crier sur tous les toits que le problème de coupures électriques sera définitivement réglé avant l’été 2013 à travers un vaste programme d’urgence pour le renforcement des capacités de production et du réseau de distribution. Comment vont-ils justifier le fiasco de l’été ? Quels seront leurs arguments ? Autant de questions qui auront peut-être des réponses à l’occasion de cette conférence très attendue à la fois par les dizaines de milliers de travailleurs du groupe et par l’opinion publique. Rappelons que le PDG de Sonelgaz et une quinzaine de cadres du groupe sont au cœur d’une affaire liée directement à l’attribution des marchés de deux centrales électriques (Terga et Koudiet Eddraouch) à deux consortiums étrangers dans des conditions jugées non conformes au code des marchés. L’affaire est toujours en instruction.
Sonia B.

Comment (7)

    Anonyme
    9 septembre 2013 - 22 h 06 min

    Il est facile de tout
    Il est facile de tout remettre sur le citoyen , qui est pris en otage , quand un citoyen dénonce , le pdg envoie une note , interdisant les raccordements provisoires , en prétextant une enquête , alors que les dossiers s entassent dans les placards avec de fausses adresses …………




    0



    0
    SiZineddine
    7 septembre 2013 - 8 h 01 min

    Pourquoi et comment lutter

    Pourquoi et comment lutter contre la corruption.
    La corruption est un frein majeur au développement harmonieux et économique d’un pays. Elle peut mettre fin à l’existence d’une nation. Les nations meurent par la corruption et pas le manque d’un nationalisme sein quand tout les ressortissants se précipitent à se naturaliser en prenant la nationalité de l’ancienne puissance qui les a colonisé, dénature, esclavagisé et nié leur existence comme peuple et homme libre. Se naturaliser est une dénaturation de l’Algérie comme état, comme nation.

    Pour la plupart de nos con-citoyens, la corruption fait partie de mœurs. Pourtant, on y gagnerait plus à repousser cette idée reçue. Tout pays qui lutte efficacement contre la corruption, gagne en stabilité, en crédibilité et en souveraineté. Les retombées économiques sont au rendez-vous et bénéficient au peuple.

    L’éradication de la corruption permet à un pays de se développer socialement et économiquement.

    Une justice égale et équitable pour tous est cruciale pour la stabilité et la croissance d’un pays. Elle contribue également à lutter efficacement contre la criminalité.

    Lorsque les services de base fonctionnent, toute la société y gagne.

    Apprendre aux jeunes et surtout à l’école ce qu’est un comportement éthique, ce qu’est la corruption et comment l’identifier, la combattre, et les encourager à revendiquer le droit à l’éducation. Élever les futures générations de citoyens dans l’idée que les pays doivent être exempts de corruption est un des moyens les plus efficaces de leur garantir un avenir meilleur.

    Signaler les cas de corruptions en mettant en lige un site de signalement d’abus de pouvoir, de corruption.. Ce n’est pas de la délation mais de la citoyenneté que de signaler des cas de corruption et d’abus de pouvoir. Souvent, on confond cet acte citoyen par de délation. Il faut créer un environnement dans lequel prévaut l’État de droit.

    Refuser de participer à toute activité qui ne soit ni légale ni transparente. Accroître les investissements tant nationaux qu’étrangers. Tout le monde préfère investir dans un pays dont on voit que les fonds ne disparaissent pas dans les poches de fonctionnaires corrompus.

    Favoriser la stabilité économique en pratiquant la tolérance zéro vis-à-vis de la corruption.

    La décentralisation du pouvoir, créer plusieurs centre de pouvoir et installer des outils de magistrature et d’éthique partout, dans les mairie, les administration, les entreprises…
    Inviter et encourager les magistrats, les homme de loi à proposer des solution et des formations dans des milieux où la confrontation avec les voyous en col blanc ou autre est récurrente. Enseigner l’éthique par des stages dans toutes les administrations et les entreprises.

    Payer les fonctionnaires et tout salariés à sa juste valeur. Sous payer les gens est aussi un moyen de véhiculer et inciter les personnes sous-payées à devenir des corrompus.




    0



    0
    mohamed
    4 septembre 2013 - 23 h 52 min

    Entre le CRF et la thalasso
    Entre le CRF et la thalasso une cité est sujette à la predation des agents de sonelgaz qui reclamment 30000da au lieu de 4000dapour un racordement provisoire ,ceux qui ont payés se sont vus attribués un compteur avec une fausse adresse quant aux citoyens qui ont une demande en bonne forme au service commercial de zeralda attendent dans le noir que le directeur de Bologhine donne le feu vert . Cette attente sera certainement longue afin de penaliser ceux qui ont denonces leurs agents.




    0



    0
    mohamed
    4 septembre 2013 - 23 h 50 min

    Entre le CRF et la thalasso
    Entre le CRF et la thalasso une cité est sujette à la predation des agents de sonelgaz qui reclamment 30000da au lieu de 4000dapour un racordement provisoire ,ceux qui ont payés se sont vus attribués un compteur avec une fausse adresse quant aux citoyens qui ont une demande en bonne forme au service commercial de zeralda attendent dans le noir que le directeur de Bologhine donne le feu vert . Cette attente sera certainement longue afin de penaliser ceux qui ont denonces leurs agents.




    0



    0
    Inspektor TAHAR
    3 septembre 2013 - 21 h 15 min

    Sonelgaz : une conférence
    Sonelgaz : une conférence pour redorer le blason d’un secteur éclaboussé par la corruption….Sorry men…No one will listen to your crap…Vous aurez beau parler, publier, vous réunir, vous disculper…nus connaissons l histoire de Sonelgaz et ses magouilles financières…estimez vous chanceux d être en Algerie, car si vous étiez dans un vrai pays et pas dans une associations de douars algériens…pas mal de vos confrères seraient deja pendus tout haut ou alors fel ghaouel….chanceux que vous êtes…!!!!Montrez que vous avez un minimum de dignité…and just shut up…!!!




    0



    0
    Anonyme (non vérifié) | 1. septembre 2013 - 9:36
    3 septembre 2013 - 20 h 33 min

    SONELGAZ : une organisation
    SONELGAZ : une organisation mafieuse et je pèse mes mots.

    Elle fait passer ses lignes électriques haute tension dans sur les propriété privée des gens même s’il y a un moyen de la mener, par exemple à travers une forêt ou une zone non constructible, non elle choisit toujours la facilité et évidement des terres appartenant aux plus faibles et après elle propose de l’enlever contre une somme faramineuse, c’est tout simplement la tactique de la mafia pour se ramasser du pognon facile. Combien d’Algérien ont été ruiné par cette organisation ?




    0



    0
    Nenuphar
    3 septembre 2013 - 20 h 14 min

    L’incompétence dans toute sa
    L’incompétence dans toute sa splendeur.
    Au lieu de vouloir faire du baratin pour expliquer l’incompréhensible et s’exonérer de leurs responsabilités dans les échecs successifs, ces pontes dépassés par les évènements et imprévoyants dans leurs objectifs, à supposer qu’ils en aient un, se réunisse dans une grande messe pour mettre la poussière sous le tapis.
    Des pays dépourvus de ressources aussi importantes que l’Algérie, arrivent aisément à satisfaire leurs clients et bien au delà, exportant même des surplus d’énergie, sans tenir compte de leur maitrise des énergies renouvelables.
    L’Algérie en est encore au bricolage, aux palabres et aux promesse genre demain on rase gratis.
    Un bon coup de pied dans le cul de ces incompétents est la seule solution de remettre le pays sur le chemin de la croissance, de la responsabilité et surtout en donnant une autre image de lui, exécrable depuis la mainmise de cette clique qui n’en fait qu’à sa tête en dépit des échecs répétés.
    Sous d’autres cieux, il y a longtemps qu’on aurait remplacé ces incompétents qui perdurent cachant il est vrai l’incompétence de ceux qui les ont nommé à ces postes et en plus ils trouvent le moyen de tremper dans des affaires scabreuses type corruptions sans que leurs parrains ne les virent pour rendre compte de leurs méfaits à la justice.
    Et après toutes ces bévues innommables, il y a encore certains qui soutiennent mordicus que le système est viable et qu’il produit des résultats acceptables. Pfffffff des ignares oui ou alors, ils sont eux-même du même bord à trafiquer en ayant quelques miettes afin de tenter de faire passer la pilule auprès des citoyens.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.