Les justices française et italienne qualifient l’affaire Sonatrach de «blanchiment de corruption»

La justice française poursuit son enquête sur les biens acquis en France grâce à l’argent de la corruption issu de Sonatrach. La section antiblanchiment d’argent de l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière de Paris a auditionné, hier mercredi, Omar Aït Mokhtar, en sa qualité coordinateur du Mouvement citoyen algérien en France (MCAF). Ce mouvement, pour rappel, a déposé une plainte, appuyée par des documents, auprès de la justice française afin qu’elle procède à la saisie des biens et des comptes en France des personnes impliquées dans l’affaire de corruption au sein du groupe pétrolier Sonatrach. Suite à cela, la machine judiciaire française s’est mise en branle pour traquer les «biens mal acquis» des Algériens dont les noms ont été cités dans cette grosse affaire de corruption transnationale (entre l’Algérie et l’Italie). L’enquête semble bien avancer, menée par deux procureurs, Fabio De Pasquale, côté milanais, et M. Baietto (procureur adjoint à Paris). «Les services du procureur nous ont fait savoir qu’un juge d'instruction sera nommé rapidement et espèrent boucler le dossier dans un mois», précise M. Aït Mokhtar. L’affaire est déjà requalifiée à Paris. Il s’agit de blanchiment de corruption.
Premières saisies
Les premières investigations menées conjointement entre Milanais et Parisiens ont porté leurs fruits. Des résidences de Farid Bedjaoui et Omar Habour ont été perquisitionnées à Paris et deux immeubles de Farid Bedjaoui, situés sur l’avenue d'Iéna, dans le 16e arrondissement de Paris, ont été mis sous scellés. Lors des perquisitions, des coffres-forts ont été trouvés et ouverts et des dossiers importants récupérés par les enquêteurs. Ces biens ont été achetés aux noms de sociétés créées spécialement pour cela au Luxembourg et alimentées en fonds à partir de certains pays d'Asie. Des sociétés mises au nom de jeune fille de la mère de Farid Bedjaoui, à savoir Lauron Lionnelle. Une villa de haut standing à Ramatuelle a été mise également sous scellés. L’enquête qui se poursuit concerne la période 2006-2009. Pour le moment, aucun compte ou bien immobilier au nom de Chakib Khelil n'a été découvert sur le territoire français. Le coordinateur du MCAF confirme de son côté que deux mandats d’arrêt internationaux ont été reçus par Interpol. Ils concernent Farid Bedjaoui et Omar Habour. Comme nous l’avions écrit, la famille Khelil n’est toujours pas fichée à Interpol.
Sonia B.
 

Comment (28)

    Mansour
    8 septembre 2013 - 9 h 21 min

    Inutile de tourner autour du
    Inutile de tourner autour du pot pour dire que la corruption est le dénominateur commun des dirigeants algériens depuis l’indépendance.Les détournements de deniers publics se font au vu et au su de tous et c’est celui qui est intègre ou pire qui dénonce qui est sanctionné par l’administration ou la »justice ».Pour le cas de SONATRACH,il a fallu l’intervention de la justice italienne concernée par l’affaire SAIPEM et maintenant française pour inquiéter les corrompus et les corrupteurs,car auparavant ils dormaient sur leurs deux oreilles.Mais cet argent volé au peuple n’est pas perdu pour tout le monde car on le retrouve sous forme de somptueuses villas en Algérie louées en euros ou en dollars à des étrangers et dans les biens immobiliers ou les comptes bancaires en Europe surtout.Et tout le monde le sait mais fait semblant que c’est « normal » car on est disent-ils en Algérie.Et pendant ce temps là,le « Titanic » vogue toutes voiles dehors avec un capitaine hémiplégique et un équipage qui pense à ses biens mal acquits vers l’iceberg qui l’attire irrémédiablement comme un aimant.On est fataliste ou on ne l’ai pas.

    SiZineddine
    7 septembre 2013 - 7 h 16 min

    Le discours de Sarkozy à
    Le discours de Sarkozy à Dakar.
    L’homme africain n’est pas encore entré dans la civilisation …
    Dommage que nos frères noir ne lui avaient pas lancé des cailloux à la tête pour entamer une lapidation comme le firent nos frères palestiniens à Jospin quand ce dernier traita le Hezbollah comme un parti terroriste. Le sionisme à côté du noble combat de Hezbollah, étant lui légitime.

    Nos frères noir en France adorent rouler les mécaniques, parfois au détriment de leurs factures mensuelles et indispensables.
    Les dictateurs noir possèdent tous hôtels particuliers avenue Râpe et autres lieux parisiens ou le prix au mètre carré est inabordable pour le commun des mortels.
    Ce n’est certainement pas avec leur salaire de ministres, de chef d’état ou de sous-fifre qu’ils peuvent se payer ça. L’industrie du luxe y est installée et fonctionne à toute vapeur avec eux pendant que leur concitoyens n’ont pas d’eau courante, d’infrastructures pour leur éviter des inondations qui viennent d’emporter pas mal de personnes parmi leur concitoyens.

    Moi, je ne dirai pas que l’homme noir ou l’homme africain dont nous faisons parti n’est pas entré dans la civilisation. Je dirai qu’il en est sorti pendant que l’occidentale y entre.
    La corruption est un manque de civilisation. Pour y remédier, il faut décentraliser le pouvoir, le faire partager. En s’attaquant à un seul homme ou à un groupe d’homme, les corrompu qui possèdent le pouvoir peuvent continuer leur business illicite et tuer, affamer, torturer, détruire leur pays.

    Pour entrer dans la civilisation, il faut que le pouvoir soit le plus partagé possible et à tous les niveaux. Dans un tel système, ni corruption, ni dictature, ni ingérence étrangère ne peuvent exister.
    Je pense qu’au prochaines élection, le prochain président devrait assurer la répartition du pouvoir pour remédier aux maux de notre société africaine, nord africaine. Nous devons bâtir un pays, une nation prospère dont on sera fier, car l’Algérie a tous les atouts et les atours pour être un agréable pays où tout le monde a droit à une vie décente, un travail, une dignité et un avenir pour ses enfants.
    Commençons par nous débarrasser de cette gérontocratie qui gouverne depuis l’indépendance, une gérontocratie marocaine qui veut se faire remplacer par des tunisiens pour nous punir avant d’aller en enfer, en mettant à la tête d’un parti important comme le FLN, un corrompu tunisien. Du clan des marocains, nous allons avoir le clan des tunisiens au pouvoir et croyez moi, ils s’y préparent. Je ne suis pas parano, mais je l’ai identifié dans les entreprises françaises. Ils se préparent à régner sur l’Algérie. Et pour preuve, un tunisien à la tête du FLN, un chef de parti qui risque de devenir notre président. L’Algérie a eu un président marocain et se prépare demain à avoir un président tunisien. Ce n’est pas de la parano, mais une triste vérité. Il faut le chasser du parti FLN, un parti qui a perdu ses lettre de noblesses et se déshonore encore plus en installant un tunisien à sa tête. Honte à vous politique, partis algériens qui se font mener par des étrangers.

    Qu'importe
    6 septembre 2013 - 20 h 18 min

    Pour ce qui est de Mercedes
    Pour ce qui est de Mercedes il faut savoir que les féodaux Arabo-musulmans contrôlent une grosse partie de son capital et filiales,ils peuvent faire opposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.