La visite de Béji Caïd Essebsi et de Rached Ghannouchi à Alger inquiète les Tunisiens

La visite en Algérie de l’ancien Premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi et de Rached Ghannouchi, leader du mouvement Ennahdha au pouvoir, suscite des inquiétudes au sein de la classe politique et intellectuelle tunisienne. Cette dernière craint une forme d’ingérence de l’Algérie dans les affaires internes de la Tunisie qui connaît une impasse politique depuis plusieurs mois. Elle y voit aussi un aveu d’échec des dirigeants tunisiens, incapables de régler leurs problèmes à l’intérieur de la Tunisie. La classe politique et les intellectuels – qui restent mobilisés pour préserver l’esprit de la «révolution du Jasmin» qui a fait tomber l’ancien président Zine El-Abidine Ben Ali – ne cachent non plus pas leur crainte d’une internationalisation de la crise tunisienne. Cependant, des sources tunisiennes relativisent en rappelant la doctrine immuable de l’Algérie qui n’interfère jamais dans les affaires internes des autres pays. Pour ces mêmes sources, cette double visite répond à un intérêt commun entre les deux pays : celui de sécuriser les frontières et d’aider la Tunisie à assurer une stabilité politique, économique et sociale. A noter que les deux responsables tunisiens ont été reçus séparément et qu’ils ne se sont pas rencontrés à Alger. Béji Caïd Essebsi, président de Nidaa Tounès, a d’ailleurs tenu à le préciser dans une interview accordée au journal Assarih, aujourd’hui, affirmant qu’ils se sont uniquement rencontrés à Paris. Il a ajouté que Bouteflika s’est gardé de prendre position concernant les affaires du pays et les partis politiques. D’après lui, il s’est contenté de donner quelques conseils et de souhaiter un règlement rapide de la crise. Cette visite intervient plus d’un mois après les attaques de certains membres du mouvement islamiste d’Ennahda contre l’Algérie. Certains d’entre eux ont même voulu porter le chapeau à l’Algérie dans les attentats terroristes perpétrés sur le sol tunisien, avant que des responsables dans le gouvernement tunisien ne s’élèvent contre ces «allégations» et «accusations gratuites» contre l’Algérie. Même Ghannouchi avait appelé son parti à ne pas attaquer «l’Algérie sœur».
Sonia B.
 

Comment (12)

    djamel
    15 septembre 2013 - 21 h 21 min

    cela prouve que la Tunisie et
    cela prouve que la Tunisie et l’Algérie ont d’excellentes relations, il faut juste s’en féliciter.




    0



    0
    SiZineddine
    15 septembre 2013 - 12 h 52 min

    Ah les tunisiens. J’en sais
    Ah les tunisiens. J’en sais quelque chose. Les trafiquants de diplômes et parfois même de vrais faux diplômes. Ils ont même remplacé les candidats dans des formations ou la validation du diplôme est assez obsure et mal contrôlé au point que l’on ne connaissent pas le candidat ou la candidate. On a même remplacé les candidats femmes par des hommes. Ah les tunisiens, les peudo-diplomés, les ignares toute langue. Un français plus qu’approximatifs, un anglais hasardeux. a
    Mais là où ils excellent, c’est la prosttution en entreprise. En France on a fermé les maison close et ce sont les tunisiennes qui assurent cette prestation. Le tunisien, lui tient la chandelle à côté de la tunisienne assse sur le bureau dans une position indescriptible que la pudeur m’empêche de decrire. Ah oui encore autre chose, la drogue vendu par les gamins de 12 ans aux Yvellines, qui en est le principale client. La tunisienne, bien sure, une denrée connu dans les bouges de Tunis tenus par les tunisiennes si libres, si modernes. El Sebsi est roi dans ces bouge. Qui arnaque les mairies, les prefecture, les entreprise en faisant ramener des personnes faire le travail de ces tunisiennes depeché dans certain entreprises pour soulager du monde, decoincer les male les plus desesperés. Oui, on devrait leur accrocher une medaille à ces tunisiennes ignares avec leur dentier, leur maigreur cadeverique tant la droque les a detruit, leur danse du ventre et leur adresses toujours pretes à donner.
    Pauvre Tunisie de Bourguiba. La 2eme épouse de Banali a donné un mauvais genre à la femme tunisienne et l’a rendu esclave d’instinct bas, d’immoralité. Comme quoi la premiere dame et le premier homme d’un état devraient être exemplaires car leur exemple contaminerait toute une population.




    0



    0
    Anonyme
    15 septembre 2013 - 12 h 10 min

    si l’Algérie n’a pas
    si l’Algérie n’a pas déstabilisé la Tunisie pendant les années noires alors qu’elle était tenaillée par les terroristes, pourquoi alors l’Algérie déstabiliserait son pays voisin aujourd’hui??…..les tunisiens ont juste besoin de crier au loup « étranger » pour sauver la face aux investisseurs et touristes étrangers….au Maghreb, c’est toujours la faute de l’Algérie.




    0



    0
    Anonyme
    13 septembre 2013 - 22 h 03 min

    oh pardon !.j’ai presque
    oh pardon !.j’ai presque oublié l’essentiel , Qui a attaqué notre site gazier d’IN Amenas ? Réponse c’est des tunisiens.




    0



    0
    Anonyme
    13 septembre 2013 - 21 h 43 min

    ah bon, les pseudos
    ah bon, les pseudos intellecuels,de notre petite voisine de l’est, sont inquiet?? du grand voisin, et ils le font savoir ,via leur médias (spécialistes en faits en divers) a leur gouvernement (ennahda) provisoire, leur élus fantoches. Bon je vais leurs demander (a ces tunisiens), Qui à tué le Commandant Massoud ??, Réponse deux tunisiens, Qui à été le complice de l’OTAN ??,dans l’agréssion de la lybie??, Réponse la tunisie, Qui fait le djihad islamique en Syrie ???, Réponse les tunisiens, Qui se prostitue en Syrie au nom de l’islam???, Réponse les tunisiennes, Qui est le grand pleurnichard et hypocrite??, Réponse le t….etc..etc.. il ne manquent pas d’air~~ CES GENS LÀ




    0



    0
    Nassima
    13 septembre 2013 - 21 h 00 min

    „La classe politique et les
    „La classe politique et les intellectuels – qui restent mobilisés pour préserver l’esprit de la «révolution du Jasmin»“
    ————

    J´ai l´impression que nos voisins tunisiens sont tellement fiers de leur révolution „d´une appellation d´origine contrôlée“ , qu ´ils ne veulent pLus avancer , bien qu´apres cette révolution du jasmin ,il ya eu une contre révolution et que le fameux printemps arabes est tourné en drame en Tunisie .En fin de compte c´est le Qatar qui est sorti trionphant en Tunisie et en profitant bien de ce „ chao démocratique „ .PAS NOUS CHERS TUNISIENS.




    0



    0
    Anonyme
    13 septembre 2013 - 19 h 42 min

    Les tunisiens ont le droit de
    Les tunisiens ont le droit de s’inquiéter, bouteflika est le (…) en personne, Ghanouchi ne pèse par lourd face au (…) bouteflika. Ce (…) de Bouteflika n’est pas digne de confiance, il détruit l’Algérie depuis plus de 14 ans, les tunisiens le savent et leurs inquiétudes sont fondées. Bouteflika est le (…) en personne, et ceux qui le cotoient peuvent y perdre leur âme. Il a fait énormément de mal à l’Algérie, croyez-vous que ce (…) de président auto proclamé, voudrait du bien pour la pauvre Tunisie, il a une stratégie pour maintenir la Tunisie sous le joug de Ghanouchi et son régime théocratique. Il n’est bon pour aucun politicien étranger de demander conseil à un (…) qui complote contre l’Algérie grâce à ses soutiens extérieurs qui n’aiment pas du tout l’Algérie ni d’ailleurs sont peuple.




    0



    0
    Mohamed el Maadi
    13 septembre 2013 - 17 h 32 min

    Cette dernière craint une
    Cette dernière craint une forme d’ingérence de l’Algérie dans les bla bla bla

    Cela suffit cette propagande dégueulasse qui veut faire d’Alger le frein de l’épanouissement démocratique de la Tunisie.
    Ce sont les Tunisiens qui ont voté pour eux et malheureusement c’est à nous de ramasser leur connerie .Cela suffit c’est Anti algérianisme primaire qui fleurit actuellement un peu partout dans les médias Tunisiens et parfois dans les nôtres .
    Zut a la fin et nous n’avons pas souffert également de ricaneries tunisiennes et de du mépris qu’il affichait a nos encontre il y a cela de 20 ans ? qui sont il pour nous donner de leçons ? Mais croyez- moi cela risque de changer et les Tunisiens seraient en peine de nous causer des soucis, attention vous jouer dans la cour des grands et on ne bouscule pas le voisin algérien impunément




    0



    0
    Mére-patrie
    13 septembre 2013 - 15 h 52 min

    Ne faut-il pas saluer cette
    Ne faut-il pas saluer cette initiative stratégique qui sera certainement bénéfique pour les deux pays voisins.
    Si les anglo-saxons sionistes agissements catimini pour gérer la déstabilisation des pays arabes, les algériens eux agissent ouvertement dans le but de trouver une solution aux problèmes qui divisent nos voisins tunisiens.
    Alors cessons de critiquer pour critiquer et souhaitons à cette initiative majeure d’aboutir positivement.
    Il y va de l’intérêt de l’Algérie.
    La Tunisie doit retrouver sa stabilité politique et sécuritaire car elle constitue le prolongement de la sécurité stratégique de l’Algérie.
    On doit y travailler sans relâche par ce que les forces du mal vont faire tout pour nous en empêcher.
    Idem pour la Libye, et le Mali.
    Quant au Maroc c’est un autre problème car lorsqu’un les dirigeants de ce pays voisin choisissent des sionistes comme conseillers, il devient difficile pour eux de s’en défaire.
    Mais souhaitons-leur quand même de se réveiller et comprendre une fois pour toute que l’avenir des deux peuples algériens et marocains ne passera jamais par « Tel Aviv » cette entité éphémère.
    Le « Guide des croyants » ne craint-il pas Dieu de lui demander des comptes à ce sujet une fois qu’il sera six pieds sous terre ?




    0



    0
    Abou Stroff
    13 septembre 2013 - 14 h 12 min

    Béji Caïd Essebsi et de
    Béji Caïd Essebsi et de Rached Ghannouchi ne comprennent apparemment rien à la politique. se déplacer à alger pour s’entretenir avec une (…), dont les seules prouesses, du temps où il n’était pas vissé à un fauteuil roulant, se résument en une suite de putschs (62, 65, 1999, 2004,2009, … 2014?) relèvent d’une naïveté maladive ou d’un manque d’intelligence flagrant. en effet, que peut apporter de positif, un (…) vivant qui, contrairement aux discours de ses laudateurs, est d’une indigence intellectuelle avérée (s’il était intelligent, il se serait retiré par la grande porte et aurait ainsi été classé comme un Homme d’Etat et non comme un vulgaire homme de pouvoir dont le seul objectif est de crever sur le koursi présidentiel) à part leur apprendre comment garder le pouvoir même si c’est au détriment du peuple ou de la nation? moralité de l’histoire: le peuple tunisien a intérêt à se méfier des deux compères cités plus haut. quand on fréquente quelqu’un du genre boutef, on n’en sort jamais indemne.




    0



    0
    Anonyme
    13 septembre 2013 - 13 h 39 min

    il leur a donné des cours sur
    il leur a donné des cours sur la manière de réduire le peuple en chiffon pour pouvoir voler et piller sans s’inquièter.




    0



    0
    vrirouche
    13 septembre 2013 - 12 h 53 min

    Algérie soeur dit-il ! Nous,
    Algérie soeur dit-il ! Nous, Nord-africains de souche, n’avons aucun lien ABSOLUMENT AUCUN avec des ISLAMISTES verreux !!!!!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.