Poste : le Snap menace de recourir de nouveau à une grève

Le Syndicat national autonome des postiers (Snap) menace de recourir de nouveau à une grève illimitée. Déçu par le traitement réservé à ses doléances et par l’absence d’un dialogue constructif, le Snap, fort de sa démonstration de force du mois d’août dernier, exige des réponses concrètes et rapides aux différentes revendications des travailleurs. Réuni le 13 septembre dernier, le conseil national provisoire du Snap a décidé d’interpeller une dernière fois la tutelle sur les sanctions prononcées à l’encontre des grévistes du mois d’août dernier. Des sanctions que la tutelle a promis de lever dans les meilleurs délais, qu’elles soient matérielles, morales, judiciaires ou administratives. «Si notre doléance n’est pas prise en considération, les travailleurs seront contraints d’utiliser divers moyens de protestation conformément à la loi en vigueur», a menacé le Snap. Autre décision du syndicat, le boycott des élections au 1er tour du comité de participation, et ce, dans l’optique de permettre aux travailleurs crédibles de participer au 2e tour conformément à la loi. Egalement, le Snap a décidé de tenir la réunion du conseil national provisoire après l’Aïd El-Adha pour se prononcer sur la concrétisation des promesses de la tutelle et de l’administration comme convenu lors de la grève précédente. Cette grève a été suspendue suite à l’engagement du désormais ancien ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication à concrétiser la plateforme de revendications des travailleurs et à lever toutes les sanctions contre les grévistes. Parmi les revendications phares des postiers, il y a la révision du mode de calcul de l’effet rétroactif des augmentations de salaires à partir de 2008 et de la mise en œuvre à partir du mois d’octobre de la nouvelle grille des salaires et du plan de carrière. Par sa grève du mois d’août, le Snap a réussi à démontrer sa représentativité en paralysant le réseau postal pendant une semaine. La reprise éventuelle de la grève risque encore une fois de pénaliser des millions de salariés qui utilisent exclusivement le réseau postal.
Sonia B.
 

Comment (4)

    Anonyme
    17 septembre 2013 - 11 h 36 min

    ouvrez-nous des comptes chez
    ouvrez-nous des comptes chez les banques et terminent avec
    la poste.

    Hamza Rachid
    15 septembre 2013 - 18 h 12 min

    Il y a péril en la demeure
    Il y a péril en la demeure !
    En définitive, le SNAP est un syndicat anti algérien !
    Les preuves mettant à nu ses actes anti économiques et les dessous suspects de ses grèves économiquement ruineuses, se multiplient et s’accumulent depuis plus d’une année.

    Les services de la Gendarmerie nationale, désormais compétents en matière de police judiciaire, suite à la dernière restructuration du DRS, doivent impérativement agir !
    Il y va de la sécurité financière et économique du pays !
    Hamza Rachid

    Yasmin
    15 septembre 2013 - 7 h 45 min

    Bonjour Sonia. B
    spécialiste

    Bonjour Sonia. B

    spécialiste des répétitions et mal d’inspiration…….faut croire que le Snap vous attire grandement,

    ya Melle Sonia B. innover, jibi haja jdida.

    Lyes48@hotmail.com
    14 septembre 2013 - 20 h 18 min

    J’espere que Mme Derdouri,
    J’espere que Mme Derdouri, nouvelle ministre des TIC fera appliquer au moins la reglementation concernant les greves, sa savoir : les jours de greve ne sont pas remunerees comme partout dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.