Sider et ArcelorMittal signent un nouveau pacte d’actionnaires

Le groupe public de sidérurgie Sider et le numéro un mondial de l'acier ArcelorMittal ont signé, aujourd’hui samedi à Alger, un nouveau pacte d'actionnaires, au terme duquel Sider reprend 51% du capital du complexe d'El-Hadjar (Annaba). L'accord, signé en présence du ministre du Développement industriel et de la Promotion de l'investissement, Amara Benyounès, et du patron du géant mondial de l'acier, Lakshmi Mittal, vise à plus que doubler la capacité de production du complexe d'El-Hadjar en portant sa production de 1 million de tonnes à 2,2 millions de tonnes par an en 2017. Cet accord stratégique, qui intervient 12 ans après le premier signé en octobre 2001, prévoit, par ailleurs, une réduction de participation d'ArcelorMittal dans le capital d'ArcelorMittal Annaba et ArcelorMittal Tébessa à 49%, ainsi qu'une augmentation du capital de la partie algérienne à 51% dans les deux entreprises, selon les termes de l'accord.
R. E.
 

Comment (2)

    Iness
    5 octobre 2013 - 15 h 35 min

    d’ArcelorMittal dans le
    d’ArcelorMittal dans le capital d’ArcelorMittal Annaba et ArcelorMittal Tébessa à 49%, ainsi qu’une augmentation du capital de la partie algérienne à 51% dans les deux entreprises, selon les termes de l’accord.

    je me pose la question pourquoi avant nous avons cédé nos entreprise et ces jours çi par miracle on les reprend. Vendu à combien avant et acheté par l’Etat algérien combien et quel était la situation financière et économique de ces entreprises au moment ou nous les avons repris. Il aurait fallu mille fois les garder, injecter de l’argent et des compétences algériennes, Nous En Avons pour garder ce fleuron et contribuer fortement à relancer des activités économiques hors du pétrole… la politique industrielle des années 70 nous permet aujourd’hui d’avoir des complexes de ce genre alors que les dernières années on aurait pu aussi facilement construire des usines, au lieu d’octroyer que des crédits pour des commerces comme si L’Algérie est condamner à être un comptoir pour des marchandises qui nous viennent d’ailleurs, de la tomate à la voiture en passant par le sucre, le médicament et l’huile…. Dans les années 70 on exportait de la tomate pour ne citer que cet exemple. Alors un peu de bon sens dans le choix du modèl economique que nous devons offrir à l’Algérie pour qu’elle puisse être une force economique… Normalement notre pays devrait compter parmi les pays émergent, comme le brics…., nous devons aller sur cette voie Messieurs les décideurs




    0



    0
    SiZineddine
    5 octobre 2013 - 15 h 34 min

    Ce monsieur Mital est une
    Ce monsieur Mital est une vraie catastrophe pour l’industrie de l’acier. Il s’est enrichie grâces à des aides régionales partout pour soi disant garder l’emploi dans ces même région. Une fois les brevets volés, le savoir faire et les aides régionale en argent sonnant et trébuchant, il se casse laissant les entreprises désossées, vidées de leur essence et leur valeurs ajoutées.
    Ce type cherche juste à s’enrichir et il s’en fout de ce qui va arriver à l’industrie de l’acier et à ses ouvriers. N’y a t-il pas un journaliste pour écrire comment ce ferrailleur s’est enrichie. Ce n’est pas grâce à son travail mais grâce à ses coups fourrés. Il a piégé pas mal de monde, pas mal de pays. J’espère qu’il finira un jour en prison. Ce type est à l’industrie de l’acier ce qu’est Dracula à la banque du sang.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.