Le RCD prend part à des consultations organisées par le NDI

Notre information sur les discussions en panel entre l’ONG américaine National Democratic Institute (NDI) et plusieurs partis politiques se confirme aujourd’hui. En effet, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a pris part à des consultations organisées par le NDI du 8 au 10 octobre à l’hôtel Sofitel, selon un communiqué du parti. Plusieurs membres du secrétariat national et Dahmane Laker, membre du conseil national, ont participé au lancement d’un nouveau projet «à l’écoute du citoyen», destiné aux chefs des partis politiques algériens. Le communiqué révèle que l’ouverture des travaux de ce forum a été présidée par l’ambassadeur de Grande-Bretagne en Algérie, Martyn Roper, en présence de la directrice de l’ONG en Algérie, Carin Mirowitz. Parmi les étrangers présents à cette rencontre, la présidente du groupe parlementaire écolo au Sénat belge, Zakia Khettabi, l’ancien secrétaire d’Etat du ministère des Affaires étrangères slovaque, Milan Jezovica, l’adjointe chargée de formation dans la campagne d’Obama de 2012, Stacy Berger, et l’ancienne chef du bureau international du Parti démocrate slovaque, Lucia Klapacova. Tout ce beau monde a eu à s’entretenir avec les responsables du RCD sur «l’organisation de forums multipartis ainsi que des consultations par parti avec la participation d’experts algériens et internationaux», indique le communiqué. Il est noté, également, que pour 2013-2014, les délégués du RCD «auront à échanger des expériences avec leurs homologues d’autres pays» et «traiter» des techniques classiques et novatrices de recherche sur l’opinion publique, le marketing politique et la conception de la communication des messages ciblés. Le RCD n’a pas manqué de faire part de ses attentes en phase avec ses besoins et ses objectifs. Pour rappel, le NDI a déjà reçu, en son siège, à Alger, des délégations du MSP, du FLN, du RND et de Jil Jadid. Cette diversification et intensification des consultations montre le souci de cette organisation américaine d’avoir une analyse plus complète et plus concentrée sur les tendances actuelles au sein de la classe politique algérienne. Le RCD, qui n’a pas encore tranché sur sa participation ou non à la prochaine élection présidentielle, a proposé la mise en place d’un «observatoire indépendant» de la surveillance des scrutins à venir. Chose qui fait partie des activités de cette ONG, puisqu’elle est régulièrement admise parmi les observateurs internationaux autorisés à surveiller les élections. Cela, alors qu’elle est suspectée d’avoir des visées douteuses, en œuvrant à déstabiliser les pays du Sud à travers la formation et l’encadrement de militants engagés dans des actions de subversion.
Mohamed El-Ghazi
 

Comment (2)

    Horizon
    12 octobre 2013 - 20 h 03 min

    Salem Alikoum
    Les pauvres se

    Salem Alikoum

    Les pauvres se font du souci pour leur pays et les riches se font du souci pour leur
    portefeuille ! Et plus les riches font grossir leur portefeuille, plus ils appauvrissent le
    pays. Les riches créent ainsi un sentiment de frustration et d’insécurité chez les
    pauvres. Pour les abuser, ils leur parlent de la grandeur de la France éternelle et des
    valeurs du travail et de la famille, alors que dans la réalité, fervents défenseurs du
    système capitaliste ils ne se servent de ces valeurs que pour mieux les tromper.
    Les pauvres sont prêts à faire des sacrifices pour leur pays, alors que les riches
    demandent sans cesse des subventions et des avantages fiscaux pour diminuer les aides
    aux plus pauvres et accroitre leur compte en banque dans les paradis fiscaux. Pour
    augmenter encore leurs bénéfices, les plus riches délocalisent leurs usines dans les
    pays pauvres pour exploiter la population et piller leurs richesses avec la complicité
    des dirigeants de ces pays, qui eux s’enrichissent : la solidarité inter-riches fonctionne
    en général toujours très bien. Pendant ce temps, en France, les plus pauvres voient d’un
    mauvais oeil l’arrivée d’immigrés …
    Si les pauvres savaient, nationaux et immigrés confondus, ils se serreraient les
    coudes. Mais les élites savent que c’est en plongeant les masses dans la précarité et la
    pauvreté qu’ils peuvent profiter de leur position et de leurs privilèges. Plus une
    population est pauvre, financièrement et éducativement, plus il est facile de la
    manipuler et lui montrer des boucs émissaires : rmistes, chômeurs, immigrés,
    fonctionnaires… ; c’est la bêtise qui crée le terreau où prennent naissance toutes les
    peurs.
    La démocratie telle quelle est conçue est directement issue de la bourgeoisie, et tous
    les rouages de l’appareil d’état et de l’appareil économique et financier sont entre ses
    mains. Les élections ne sont qu’une illusion qui reflète la main mise de ce pouvoir sur
    la politique du pays. Seuls les partis défendant les intérêts du capital et ne remettant
    pas en cause ce système arrivent en tête des élections présidentielles, législatives ou
    régionales. Les intérêts de classes sont ainsi préservés !
    Evidement lorsque l’on parle des riches, on parle des « vrais » riches, pas de ceux
    qui gagnent 4 ou 5000 euros par mois et qui pensent jouer dans « la cour des grands ».
    C’est-à-dire ceux qui possèdent des maisons à plusieurs millions d’euros, qui achètent à
    leurs petites amies des cabriolets à 300 000 euros, qui possèdent leur yacht et avion
    privé et qui le soir en quelques minutes perdent un demi-million d’euros au casino sans
    sourciller ! Il est vrai qu’en France 20% de la population pense faire partie des 1% les
    plus riches ! Quels blaireaux ! Ils n’ont aucune notion de ce qu’est la richesse !
    En fait la réalité, c’est que la France n’a jamais été aussi riche, elle figure même au
    3e rang mondial des millionnaires. La richesse en France a explosé, les patrons du
    CAC 40 ont gagné en moyenne 200 fois le Smic, 5 % de la population possèdent plus
    de 50 % du patrimoine, et les 10 plus grosses fortunes possèdent à elles seules 15
    millions d’années de Smic.
    Mais la réalité, c’est aussi qu’il y a huit millions de pauvres, trois millions de
    précaires, trois millions de temps partiels, cinq millions de chômeurs, et des salaires de
    misère pour la majorité des salariés.
    L’habileté des dirigeants consiste à persuader les peuples qu’il n’y a rien à faire, il
    faut les convaincre que cela pourrait être pire et qu’ils sont aussi heureux qu’il leur est
    permis de l’être. C’est en enlevant toute espérance et en plongeant les masses dans la
    pauvreté que les élites peuvent aspirer à profiter le plus longtemps et le plus
    indécemment possible de leurs privilèges !
    Un autre
    monde est
    possible !




    0



    0
    Anonyme
    12 octobre 2013 - 16 h 47 min

    quand tout est bouché , les
    quand tout est bouché , les partis s’accrochent à ce qu’ils trouvent et encore ,on les taxent d’ « traitres »  » hizb l’étranger » et autres ;
    comment peut on interdire une réunion de 14 partis politiques légalement agréés ?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.