Alger : les boulangers font la loi

Le directeur du commerce de la wilaya d’Alger avait annoncé que les listes et programmes des commerçants devant assurer la permanence durant les deux jours de l’Aïd avaient été établis «en coordination avec les commissions locales, les représentants de l’Union générale des commerçants et artisans d’Algérie (UGCAA) et des associations de protection des citoyens». Il a promis que l’approvisionnement des citoyens en produits de base (pain, fruits et légumes et autres) sur l’ensemble des communes de la wilaya d’Alger doit être assuré «par 1 000 commerçants mobilisés durant l’Aïd Al-Adha». Mais déjà à la veille de l’Aïd, il y a pénurie de pain et on sait, par expérience, sauf miracle, que cette situation va durer jusqu’à dimanche grâce au grand pont que vont s’offrir les privés auxquels on a confié des missions de service public, comme la vente du pain. On entend dire que les commerçants qui ne respecteront pas les programmes de permanence seront exposés à des «sanctions», conformément à «la loi amendant et complétant la loi 04-08, fixant les conditions d’exercice des activités commerciales». La réponse des commerçants concernés est connue : «Chiche !» Quant aux pauvres citoyens pris en otage par ce système commercial, ils savent que les discours officiels n’ont jamais rien changé et qu’au contraire le fossé qu’ils présentent par rapport à la réalité contribue à discréditer encore plus l’Etat. Le président de l’Union nationale des boulangers algériens a assuré que «le pain sera disponible durant les deux jours de l’Aïd Al-Adha grâce à l’instauration du système de permanence», mais la veille déjà, il n’y en a pas. On verra si le refus de certains boulangers de faire le pain la veille de l’Aïd sera sanctionné. S’ils restent ouverts c’est uniquement pour vendre ce qui rapporte le plus, c'est-à-dire les gâteaux, et pour le pain, il faudra attendre l’après-Aïd, autrement dit dans une semaine. Ils ne risquent pas la sanction, au demeurant légère puisqu’elle consiste en une «fermeture administrative du local commercial sur décision du wali pour une période allant d’une semaine à 30 jours». Certains boulangers et commerçants appliquent «leur loi» pas celle «adoptée par les deux chambres du Parlement».
Kamel Moulfi
 

Comment (5)

    qazul
    16 octobre 2013 - 19 h 30 min

    LOUKANE JAW MOUSLMINES
    LOUKANE JAW MOUSLMINES MAYKHALLIWCHE KHAWT’HOUM BLA KHOBZ N’HAR EL 3ID, HADOU MAYKOUNOU GHIR IHOUD DÉGUISÉS EN ARABES, MA3ANDHOUM LA RAHMA WALA GALB, GALHA E CHIKH MOHAMED EL BADJI, TA3ROUBITE K’THAR MEN TAÏHOUDITE, KAYNA YA CHIKH ! AH YA BLADI ANDEK MA DAROU FIK, M’BASSAH RABBI KHIR ! ALLAH YAHDI MAKHLAQ AMINE !




    0



    0
    qazul
    15 octobre 2013 - 7 h 26 min

    mazalna fel machakel n’ta3 el
    mazalna fel machakel n’ta3 el khobz, el batata, we tomatich, mabqa walou, elles sont ou nos traditions, notre religion, notre fraternité, notre h’nana ? rah zmane, ja zmane ! kh’ssara 3la bladna ! je suis très triste de voir que tout a disparu, je me rappelle de mon enfance y’avait la misère mais qu’est-ce- qu’on était heureux, je m’en souviens avec fierté ! les gens étaient digne même dans la misère, ils étaient solidaires, chaleureux, et tout le monde se respectaient, les rapports de voisinages étaient merveilleux, on mangeait dans n’importe quelle maison, personne n’étaient exclus ! ah ya zmane !et pourtant y’avait pas grand chose a l’époque, mais y’avait la foi, l’amour de son voisin, l’ahnana, c’était ça notre force, aujourd’hui c’est une société d’égoïstes et malgré l’abondance il y’a des pénuries, je prefère ma vie d’avant et de loin ! bon courage ya eli jayine, h’na rana m3a rayhine !




    0



    0
    Antisioniste
    14 octobre 2013 - 14 h 25 min

    Salamou 3alikoum
    Ya hasraaaa,

    Salamou 3alikoum

    Ya hasraaaa, je me rappel de l’époque ou dans se genre d’occasion le problème était tout autre. C’était plutôt la chaine devant les boulangeries pour aller chercher « khobz edar » pain maison fait la veille, oui mais, cette époque est révolu selon les dires de certains que j’ai rencontrer. Étrange époque, la technologie avance, et notre humanité recule ainsi que nos traditions.




    0



    0
    Algérois
    14 octobre 2013 - 13 h 09 min

    Meme s’il reste ouvert,il n’y
    Meme s’il reste ouvert,il n’y aura pas de pain,chaque année c’est la meme chanson.Les autorités sont impuissants devant cette état de fait.




    0



    0
    Rascasse
    14 octobre 2013 - 12 h 56 min

    Le pain le pain le pain , on
    Le pain le pain le pain , on me mourra pas de ne ne pas manger le pain bon sens, ça nous fera des économies de farine semoule etc etc , les algériens jettent le pain à la poubelle et gaspillent, par contre c est triste de ne plus avoir de librairie de cinéma de spectacles de théâtres au lieu de pleurnicher ala khobze , pyramide de Maslow vous connaissez???? C est bien de dire où ce situent les algériens




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.