Un institut stratégique américain : «Le succès de toute stratégie sécuritaire au Sahel dépend de l’Algérie»

Le Think tank américain The Washington Institute for Near East Policy a affirmé dans une nouvelle analyse qu'une nouvelle stratégie de coopération régionale en matière de sécurité dans le Sahel était nécessaire mais que son succès dépendrait de la contribution de l’Algérie. L'analyse de ce Think tank, qui compte parmi ses conseillers plusieurs spécialistes des questions sécuritaires ainsi que d'anciens hommes politiques américains tels Dennis Ross, Henry Kissinger et l'ex-directeur de la CIA, James Woolsey, vient en réaction à la multiplication d'attaques djihadistes dans le nord du Mali au cours de ces dernières semaines ainsi que de la reconfiguration de groupes terroristes activant dans la région. Selon l'auteur de cette étude, Joshua Burgess, qui était colonel dans l'US Air Force (USAF), ce regain de tension constaté dans le nord malien ainsi que l'unification entre le Mujao et la phalange des «enturbannés» qui a donné naissance au groupe djihadiste Al-Mourabitoun, s'expliqueraient par plusieurs facteurs dont, selon lui, un «engagement désorganisé» des Etats-Unis et de leurs partenaires étrangers. A ce propos, il prévient que ces nouveaux développements, même s'ils ne sont pas tout à fait surprenants, constituent, néanmoins, «une source de préoccupation qui va bien au-delà des frontières poreuses du Mali». Cette réorganisation dans les rangs des islamistes est un autre élément qui s'ajoute à la «masse croissante de preuves» démontrant que l'extrémisme violent «se propage à partir du Maghreb vers la région sahélo-saharienne, à travers les branches d'Al-Qaïda et des éléments criminels qui ont établi des alliances entre eux dans la région», a-t-il prévenu. Dans cette optique, il a aussi tenu à rappeler les propos tenus en septembre dernier par l'envoyé spécial de l'ONU pour le Sahel, Romano Prodi, qui avait averti que le niveau de fragilité était «encore élevé» dans la région alors que l'attention de la communauté internationale sur cette zone commençait à «décliner». Citant, par ailleurs, les initiatives lancées pour assurer une stabilité durable dans cette région telles que la Stratégie intégrée pour le Sahel adoptée en juin dernier par l’ONU et les conférences tenues récemment par la Cédéao et l'Union africaine, M. Burgess a aussi évoqué le programme américain «Partenariat Transsaharien de Lutte contre le Terrorisme» (TSCTP) mis en place en 2005. Sur ce dernier point, il a critiqué les résultats peu fructueux du TSCTP ainsi que les divergences entre le département d'Etat et celui de la Défense pour la conduite de ce programme américain à tel point qu'il a suggéré que le président Barack Obama devrait désigner un envoyé spécial américain pour le Sahel pour, à la fois, arbitrer les désaccords entre les institutions américaines membres du TSCTP et superviser l'élaboration d'une nouvelle stratégie américaine intégrée et réactualisée pour la lutte contre le terrorisme dans le Sahel. Mais l’élément fondamental que cet expert a considéré comme une condition
de succès de tout programme américain pour la sécurité et la stabilité au Sahel est que ce dernier soit élaboré «en complément et en coordination avec les programmes régionaux et internationaux». Selon lui, «aucune solution ne pourrait être trouvée sans l'ONU, l'Union africaine et un soutien français». Mais plus encore, a-t-il insisté, il ne fait nul doute que «l’Algérie est, particulièrement, un acteur-clé dans toute solution car le gouvernement algérien est non seulement au cœur de la lutte contre la menace posée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) mais il a, sans doute, le plus de capacités et d’expérience militaire» dans la région. Pour cet ex-stratège des affaires politiques à l'US Air Force, «avec la participation de l’Algérie, une nouvelle stratégie de coopération régionale en matière de sécurité aura une meilleure chance de succès».
R. N.
 

Comment (16)

    Anonyme
    31 octobre 2013 - 19 h 33 min

    Anonyme | 31. octobre 2013 –
    Anonyme | 31. octobre 2013 – 9:17
    Tout ce qui touche à L4Algérie voir même à toute l’Afrique du nord c’est à dire les terres Amazighs, et bien ça me concerne en revanche comme tu me propose de me « casser de ce site » Alégrie patriotique, et bien moi je vous propose de retourner en Arabie !




    0



    0
    Anonyme
    31 octobre 2013 - 8 h 17 min

    Par Anonyme (non vérifié) |
    Par Anonyme (non vérifié) | 30. octobre 2013 – 21:02 si tu ne veu pas gerber casse toi de se site, tu nous emm…




    0



    0
    Anonyme
    30 octobre 2013 - 20 h 02 min

    Si c’était un « institut
    Si c’était un « institut Algérien, Arabe, musulman ou Africain, on sait que personne ne va accorder ne serait-ce que un brin de crédit mais en présentant un institut de cette Amérique qu’on a pourtant diabolisé, on a espoir à ce que ça passe.
    Après, on se remet à ruminer les mêmes propos qui font gerber à force de les entendre à longueur de journée, d’ailleurs, plus on les entend plus on opte pour leur cible. Voici les fameux propos :  » Les sionistes », « Juifs », la « CIA » « les Américains »,  » BHL », ………, curieusement les racistes, on ne les trouvent pas ou très rarement mais ce sont aussi les propos des (…) arabes.




    0



    0
    yassine
    29 octobre 2013 - 17 h 11 min

    Plus un à 00213
    Plus un à 00213




    0



    0
    Abou Stroff
    29 octobre 2013 - 12 h 46 min

    Par 00213 (non vérifié) | 28.
    Par 00213 (non vérifié) | 28. octobre 2013 – 20:43. petite correction: boutef n’a jamais été envoyé au mali pour contrer un quelconque stratagème (cette histoire a été créée pour nous vendre l’image d’un kouider baroudeur alors qu’il n’a jamais tiré une cartouche de sa vie)). ton kouider el mali a été exilé au mali par mesure disciplinaire avec plusieurs autres de ses compères (draïa, et messaadia, entre autres) et c’est grâce à feu boumédienne (qui l’a toujours protégé, pourquoi?) que sa punition n’a pas été plus sévère.




    0



    0
    Abou Stroff
    29 octobre 2013 - 9 h 08 min

    «Le succès de toute stratégie
    «Le succès de toute stratégie sécuritaire au Sahel dépend de l’Algérie». une telle affirmation permet à la marabunta qui nous gouverne de bomber le torse et au parrain de la marabunta, à l’égo démesuré, de se prendre pour le nombril du monde et de croire qu’il peut jouer dans la cour des grands. en fait, les impérialistes savent que ceux qui nous gouvernent sont nuls et et bourrés de complexe. par conséquent, les impérialistes brossent un peu dans le sens du poil pour que la marabunta qui nous gouverne baisse son froc (exportation sans retenue d’hydrocarbures, transformation d’une ressource non-renouvelable en monnaie de singe ou en bons de trésor américains, exploitation du gaz de schiste (interdite dans beaucoup de pays), importation de toutes les pourritures qui ne se vendent nulle part qu’en algérie, etc.) pour leur plus grand plaisir. moralité de l’histoire: les impérialistes aimeraient tellement que tous les Etats du monde soient gouvernés par des nullités à l’image du pouvoir algérien.




    0



    0
    Bounif
    28 octobre 2013 - 23 h 24 min

    Heureusement que nos
    Heureusement que nos partenaires étrangers ne sont pas comme (…) de Saadani et ses maitres, qui ont voulu déstabiliser nos Services de Sécurités pour des considérations bassement matérielles et politiciennes, c’est à dire dans le seul but de se venger d’eux car ils ne les ont jamais laissé faire ce qu’ils voulaient du pays dont ils ont pillé et dilapidé les ressources, dans un climat de régionalisme exacerbé et de corruption généralisée, dans laquelle les membres influents du clan présidentiel sont directement impliqués.

    Ces partenaires, de tous les continents apprécient le professionnalisme et la compétence de nos Services de Sécurité et ils font la différence entre le bon grain et l’ivraie, qui sera bientôt jetée en vrac dans la poubelle de l’Histoire.

    Ce clan d’aventuriers a prouvé une seule chose depuis 1999, son incompétence à rassembler les Algériens et à, utiliser rationnellement les recettes provenant des ventes massives de gaz et de pétrole.




    0



    0
    00213
    28 octobre 2013 - 19 h 43 min

    On va commencer par établir
    On va commencer par établir les bases de tout commentaire concernant la sécurité Sahelo-saharienne :
    AL QAIDA EST UN ORGANISME TÉLÉCOMMANDER PAR LA CIA
    L’un des buts des impérialistes a toujours été la dislocation du Sahara en une multitude de petits émirats facilement contrôlables, y compris pendant la guerre d’Algérie où Bouteflika avait ingénieusement mené le « Front du Mali » pour contrer le stratagème.(d’où son vaillant surnom Abdelkader el Mali)
    .
    Comme avant la guerre au Mali, les think thank, les journaux, les hommes politiques nous couvrent d’éloge comme pour nous dire d’aller nous jeter dans la gueule du loup.
    Il faut la jouer finement, dans le sens où si on s’engage dans une guerre ouverte, nous risquons d’être les cibles de toutes les fatwas jihadistes (sionistes) de la planète.
    Il faut donc éliminer précisément les financiers, les fournisseurs et les espions de ces organismes.
    On peut tuer 10.000 combattants et un autre groupe se recomposera immédiatement, mais en éliminant une dizaine de cadres essentiels au fonctionnement, on éradique le mal.
    La base de toute organisation terroriste est le financement, donc au vu des capacités militaires et des renseignements dont disposent ces groupes terroristes présent au sud du pays, c’est sans doute un organisme étatique qui peut leurs permettre d’avoir autant d’argent.
    .
    Le travail est à 90% dans le renseignement, ensuite un seul commando d’une dizaine d’hommes suffit à faire le boulot de 10 bataillons armées jusqu’au dent.
    La récente capture en plein Tripoli de Anas el Liby en est la preuve.
    D’ailleurs il sera soit exécuté ou soit récupéré pour aller enrôler d’autre jeunes dans un jihad made in OTAN.
    .
    Pour ce qui est de notre armée, ces batailles consécutives sont susceptibles d’être une guerre d’usure, mais d’un point de vue pragmatique c’est une expérience stratégique de combat que l’on est entrain d’acquérir.
    Il faut cependant préciser que la meilleure solution pour lutter contre ce fléau ne viendra que du développement économique de la région qui permettra la création d’emploi, en donnant un sens à la vie de ces nombreux jeunes désespérés qui veulent grossir les rangs des égarés par dépit.
    En résumé : Combattons la corruption et l’incompétence et nous combattrons le terrorisme.




    0



    0
    ammmar
    28 octobre 2013 - 19 h 32 min

    reponse azarzor (non vérifié)
    reponse azarzor (non vérifié) | 28. octobre 2013 – 19:17,merci cher frere,suis tres emu apres avoir entendu cet etrange narration d’un cheikh visionnaire,allah yostor,sommes plein dedans,mais faut que l’on tient,rien a dire…………….MERCI




    0



    0
    mdigouti
    28 octobre 2013 - 18 h 34 min

    c une preuve de la
    c une preuve de la coopération forcée de notre pays avec les usa et la france , qui veulent que notre pays soit le bouclier face a un ennemie imaginaire , les enjeux sont importants et la vérité est ailleurs , le sahel est une région qui regorge de richesses et qui attise les convoitises , les grandes puissances se positionnent sur cette partie de l’afrique vu son importance à l’avenir .l’algérie n’a pas le choix de coopérer faute de quoi , on la met sur la liste des futurs potentiels cibles après la syrie, c le message codé envoyé indirectement aux autorités de notre pays qui sont dans une position de faiblesse , meme le quatar ( le khatar-danger-) ose nous menacer ( on ai dans la république de el iza wel karama )des frères bouteflika.




    0



    0
    zarzor
    28 octobre 2013 - 18 h 17 min

    Par ammmar (non vérifié) |
    Par ammmar (non vérifié) | 28. octobre 2013 – 17:05

    TENEZ AMMAR !!

    http://www.youtube.com/watch?v=qWdYKyXNhcM




    0



    0
    Anonyme
    28 octobre 2013 - 18 h 15 min

    tout flatteur vit aux dépens
    tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute;
    le chantage ne s’arrête pas: CPI ou exécution des sales besognes




    0



    0
    Antisioniste
    28 octobre 2013 - 17 h 56 min

    Salamou 3alikoum
    « Un institut

    Salamou 3alikoum

    « Un institut stratégique américain : «Le succès de toute stratégie sécuritaire au Sahel dépend de l’Algérie» »

    Ou comment prodiguer un soutient de proximité efficace et discret à l’ignoble el quaida que nous soutenons directement ailleurs (Syrie).

    Dennis Ross, Henry Kissinger, James Woolsey, la crème des crèmes de l’oligarchie se soucie de la sécurité du sahel.
    De toute évidence, les tentatives pour déstabilisé ce pays et le faire jouir du merveilleux printemps arabe par le biais de facebook twitter etc..+ l’activation des sayanim et leur réseaux interne sous toutes les appellations + les attentats spectaculaires tel ain amenas, toute ses tentatives n’ont pas donné de résultats, donc le changement de tactique a était approuvé et lancé. Cela nous donne une petite idée sur l’une des raisons de la prochaine visite de kerry dans notre beau pays plein de taches tel ce drabki, et autres corps de troupes symphonique cacophonique, mais très bruyante.

    J’espère que nos soldats de l’ombre sont prêt, car je suis sure qu’ils savent ce qui se trame bien mieux que nous tous réunie.




    0



    0
    ammmar
    28 octobre 2013 - 16 h 05 min

    VOUS VOYEZ,ils veulent pas
    VOUS VOYEZ,ils veulent pas nous lacher ni nous laisser un moment de repit pour souffler,ils veulent a tout prix nous impliquer dans ce bourbier du sahel et d’une maniere ou d’une autre sommes plein dedans et parfaitement encerclé,est il vraiement le moment iDeal pour parler et reparler du DRS et meme le restricturer,pire encore,le denigrer .J’ARRIVES PAS A AVALER CETTE PILLULE DE SAAAAIDAAAANI.Prenons conscience nom de dieu,les perils sont devant nos portes




    0



    0
    Anonyme
    28 octobre 2013 - 15 h 57 min

    l’algerie a un potentiel
    l’algerie a un potentiel humain et matériel qui peut mettre sévèrement en difficulté les tracés des terroristes au sahel ,mais n’oubliant pas qu’une paix durable au mali commence par le règlement de la question touarg et le mnla pour instaurer une zone de paix et isoler les terroristes




    0



    0
    Anonyme
    28 octobre 2013 - 15 h 46 min

    C’est la catastrophe libyenne
    C’est la catastrophe libyenne qui a renforcé les groupes terroristes au Sahel, ils n’étaient que l’ombre d’eux mêmes avant que les impérialo-sioniste décide de détruire la Libye, en larguant des armes du haut de leurs avions, en laissant les dépôts d’armements de l’ancien régime au mains des terroristes venus de partout pour faire chuter le régime Kadafi, les français les américains, les sionistes les anglais ont une immense responsabilité dans la destabilisation de la région du Sahel et d’Afrique du Nord, ils tentent d’impliquer l’Algérie absolument dans le bordel qu’ils ont commis en Libye, c’est à partir de ce pays complètement anarchique sans état que viennent les problèmes du Sahel. La volonté américaine était de résoudre le terrorisme qu’il a crée avec ses les alliés des américains, ils commenceraient à maitriser les fonds qui financent le terrorisme dans la régime des fonds provenant des l’Arabie Saoudite et du Qatar. L’armée algérienne doit surveiller le territoire nationale et miner toutes les frontières avec ces pays en guerre, destabilisés, nous ne sommes pas une puissance militaire internationale pour régler les problèmes des autres que les impérialistes, et les sionistes ont semés partout dans le monde. Les terroristes islamistes sont au service des puissances sionistes et impérialistes.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.