L’Algérie est-elle stérile ?

Par Karim Bouali – Voilà un pays qui paye les terroristes pour libérer quatre otages et constater ensuite que tout n’est pas fini, puisque deux autres de ses ressortissants, des journalistes, se font, malheureusement, tuer le lendemain – dans la même région –, et ses «experts» ont tout de même le temps pour farfouiller dans les affaires d’un pays voisin et trouver des leçons à lui donner. Mais le reproche serait à adresser plutôt à l'Algérie qui, c’est un vrai mystère, n'établit jamais de rapports sur ces comportements qui entretiennent et nourrissent le terrorisme, et qui mettent en danger des millions de citoyens dans la région du Sahel en permettant aux groupes armés de recruter, de se fournir en armes sophistiquées, en moyens de transport adaptés, etc. ? Pourquoi l'Algérie ne conçoit-elle jamais d'études stratégiques pour contrer celles des pays dominants ? Un institut existe bien pour cela, c’est l’Inesg, Institut national d’études stratégiques globales. Que fait-il ? L’espace euro-méditerranéen fait partie de son domaine d’activité, si l’on en croit les informations données en anglais sur son site. Sa mission consiste à produire des rapports sur les problèmes qui «affectent le pays et le monde, comme les relations internationales, la politique de défense, la sécurité intérieure, entre autres». Rien n’empêche ensuite les «fuites» savamment organisées comme c’est de tradition, quand il s’agit de documents «confidentiels», pour faire connaître au public ce que pense l’Algérie sur ces problèmes. On a vu comment les Chinois ont fermement réagi aux élucubrations des officines américaines liées au département d’Etat, concernant les droits de l’Homme. L’Inesg ne date pas d’hier, il fêtera, en 2015, son trentième anniversaire mais il fonctionne dans une discrétion totale alors qu’à ses premières années, non seulement les informations pouvaient filtrer sur ses travaux mais, surtout, ses responsables n’hésitaient pas à s’adresser à la presse. Ou alors, serait-ce le travail d’une autre institution ? Laquelle ?
K. B.
 

Comment (12)

    Anonyme
    5 novembre 2013 - 23 h 19 min

    hmmm..pour vous dire la
    hmmm..pour vous dire la verite…il vaudrais mieux etre steerille en ce ce moment, pour quelque generations…sinon on va finir en jardins d abrutis que ca vaux la peine de visiter dans le cadre du reste apres 1962…..




    0



    0
    Mohamed el Maadi
    5 novembre 2013 - 19 h 28 min

    L’Algérie est-elle stérile
    L’Algérie est-elle stérile ?

    Ce titre est nuancé et plein de subtilité au regard de ce qui se passe actuellement. Je connais beaucoup d’Algériens au pays qui sont des gens très intelligent, cultivé, travailleurs honnête, des êtres d’une force d’exception et de caractères .
    Le problème est que la nature de la production la matrice celle qui est le géniteur naturel de ce peuple prend sa source dans des terres qui ne favorisent pas l’éclosion de la pureté des éléments une tromperie voila ce que « l’Algérie  » est en ce moment




    0



    0
    Omari
    5 novembre 2013 - 18 h 12 min

    Non, Monsieur Bouali,
    Non, Monsieur Bouali, l’Algérie n’est pas stérile.
    Elle a été castrée par une eunuque, en 1999 .




    0



    0
    Abou Stroff
    5 novembre 2013 - 14 h 15 min

    « je vais arrêter de
    « je vais arrêter de fréquenter Algérie Patriotique » dixit bologhine. tu as pris la bonne décision, mon ami. en effet, AP est ici pour donner la parole à ceux qui ne portent pas le système dans leur coeur. toi, tu devrais fréquenter des sites où les laudateurs et les encenseurs de ton bienaimé fakhamatouhou national pullulent.
    PS: avant que tu quittes définitivement ce site, peux tu me citer un seul mensonge que j’aurais émis depuis que j’interviens ici?




    0



    0
    Alilou
    5 novembre 2013 - 13 h 50 min

    Depuis 1999, l’Algérie, dont
    Depuis 1999, l’Algérie, dont le clan présidentiel a favorisé esentiellement le ventre et le bas ventre, a perdu la tête!

    Résultat : des ânes battés comme Saadani et consorts y font la loi et distribuent les coups de sabots tous azimuts.




    0



    0
    Brahim Haddou
    5 novembre 2013 - 13 h 46 min

    mais bon sens, il ne faut pas
    mais bon sens, il ne faut pas y une stérilité. cela serait prendre des raccourcis quand à la compréhension de l’attitude d’action de notre pays sur la situation qui prévaut dans la région. notre pays n’est pas stérile et ne le sera jamais, il n’a cessé de prouver qu’il ne l’était pas. le reproche est à faire aux hypocrites prétendus partenaires de l’algérie et aux états félons du monde arabe. quand on voit le tel degré de cynisme qu’ils ont atteints, face à tout ce remue-ménage, l’algérie préfère rester discrète. il n’y a donc aucunes stérilités. je dirais même qu’il y’a une certaine modestie honorable dans l’action de notre pays. les plus grands boucliers de la nation algérienne, à savoir l’armée et son fleuron les services de renseignements, mènent un travail profond 24/24h et c’est l’essentiel. alors c’est certainemment le fruit de ses deux institutions. on peut dont être rassuré.




    0



    0
    Brahim Haddou
    5 novembre 2013 - 13 h 43 min

    mais bon sens, il ne faut pas
    mais bon sens, il ne faut pas y une stérilité. cela serait prendre des raccourcis quand à la compréhension de l’attitude d’action de notre pays sur la situation qui prévaut dans la région. notre pays n’est pas stérile et ne le sera jamais, il n’a cessé de prouver qu’il ne l’était pas. le reproche est à faire aux hypocrites prétendus partenaires de l’algérie et aux états félons du monde arabe. quand on voit le tel degré de cynisme qu’ils ont atteints, face à tout ce remue-ménage, l’algérie préfère rester discrète. il n’y a donc aucunes stérilités. je dirais même qu’il y’a une certaine modestie honorable dans l’action de notre pays. les plus grands boucliers de la nation algérienne, à savoir l’armée et son fleuron les services de renseignements, mènent un travail profond 24/24h et c’est l’essentiel. alors c’est certainemment le fruit de ses deux institutions. on peut dont être rassuré.




    0



    0
    Ghost TANKER
    5 novembre 2013 - 13 h 24 min

    Cher peuple
    la guerre

    Cher peuple
    la guerre aujourd’hui n’est plus balistique ni psychologique
    elle est médiatique.
    Et tant-que que tu parleras Français, tant-que tu réfléchis en français
    tant-que tu t’exprimera en français, tu détérioreras (diminueras) la vision qu’a le monde
    de tes aspirations tes nouvelles ou même ton existence.
    Car le monde parle réfléchit commerce et comprends les causes en anglais
    et il n’a pas de temps pour te traduite a moins de faire appel a des experts
    français (de nationalité) pour te comprendre.
    combien de projets (Allemands, autrichiens,Sud africains… ) n’ont pas aboutis
    a cause de ce langage que tu utilises, sans courage pour t’en affranchir
    les médias, les lettrés, les illettrés, l’ enseignement, les gouvernants, la gouvernance
    et toutes forme d’expression.
    réduire un peuple a ses connaissances linguistiques qui lui appartiennent pas,
    quitte a ce qu’ elles soient comprises par le monde entier.
    Souviens toi de la Malaisie, la Thaïlande, l’Indonésie…ou même la Lituanie
    plus proche le Liban. s’affranchir de ce qui te nuit demande un effort moins
    grand que l’énergie que tu gaspilles a te faire entendre aujourd’hui.




    0



    0
    KSEL
    5 novembre 2013 - 13 h 18 min

    LE TITRE EST INAPPROPRIÉ ET
    LE TITRE EST INAPPROPRIÉ ET ÉQUIVOQUE..!




    0



    0
    Bologhine
    5 novembre 2013 - 13 h 05 min

    Ces commentaires sont
    Ces commentaires sont honteux, je vais arrêter de fréquenter Algérie Patriotique : Voir Abou Stroff nous servir sa hasbara quotidiennement, et 24 heures sur 24 (serait-il est payé pour ça? Non, bien sûr que non…) est affligeant quand on sait que sur n’importe quel site marocain des commentaires, même non diffamatoires (à la différence des mensonges que cet énergumène égraine à longueur d’interventions), purement factuels, sont censurés… L’université algérienne, en dépit de ses faiblesses, reste moins polluée par le népotisme et le bonamisme que l’université française et les organes qui en dépendent (parlons de la vision stratégique française, lol!) … et ne parlons même pas de « l’université » marocaine, ou, devrais-je dire, «  » » » » » » » » » » » » » » »l’université » » » » » » » » » » » » » » » » marocaine…




    0



    0
    Anonyme
    5 novembre 2013 - 11 h 30 min

    les analyses de Abou Stroff
    les analyses de Abou Stroff sont éloquentes : en effet ,le système actuel veut rendre le pays stérile mais les compétences ne peuvent s’accommoder de l ‘incompétence et de l’arrogance qui caractérisent les responsables de l’heure;
    par le passé une structure de Planification arrivait malgré les injonctions politiques à imposer une ligne directrice du développement du pays ;de plus l’INESG avait sa place et ses rapports ne passaient pas inaperçus;
    aujourd’hui ,aucun responsable ne peut opposer un point de vue différent au chef en prenant le risque de partir ou de se faire limoger ; les privilèges expliquent dans beaucoup de cas ce comportement mais parfois on risque gros et à tord quand on n’a rien à se reprocher ;




    0



    0
    Abou Stroff
    5 novembre 2013 - 10 h 06 min

    si mes souvenirs sont bons,
    si mes souvenirs sont bons, feu Mohamed Boukhobza et feu Djilali Liabès furent responsables, à un moment donné, de l’Inesg. il ont, tous les deux, été assassinés. moralité de l’histoire: le système en place, c’est à dire le système basé sur la distribution de la rente abhorre les CERVEAUX qui réfléchissent. le système basé sur la distribution de la rente et dont le parrain actuel est notre bienaimé fakhamatouhou national, adore, glorifie et vénère par contre, les abrutis qui trainent le plus de casseroles possible et qui ont surtout un estomac (à remplir) à la place d’un cerveau. ces gens là sont manipulables et corvéables à souhait et constituent les meilleurs défenseurs du statu quo. par contre, des individus qui réfléchissent constituent, par définition ou par nature, des dangers potentiels pour les incompétents et les ignorants qui se pavanent sur les cimes du pouvoir. d’ailleurs, il suffit de remarquer que les nominations aux « postes stratégiques » se font TOUJOURS sur une base clientéliste et JAMAIS sur la base de compétences avérées (enquêtez sur les nominations des ministres, des recteurs, des doyens, etc., à l’université, par exemple). conclusion provisoire: l’algérie n’est pas stérile, elle renferme, en son sein, un potentiel inimaginable. c’est le système basé sur la distribution de la rente qui est stérile puisque la raison d’être des couches rentières est de pérenniser leur pouvoir sur la formation sociale algérienne dans son ensemble en ne permettant à aucune tête « bien remplie » d’émerger. et c’est parce que les têtes bien remplies n’ont aucune place au sein d’un système basé sur la médiocrité et uniquement sur la médiocrité que l’algérie semble stérile.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.