Les patrons pointent un climat économique toujours morose

L’enquête mensuelle conduite par le Forum des chefs d’entreprises (FCE) a révélé que le climat économique dans le pays n’a pas beaucoup évolué depuis le mois de septembre dernier lorsque le baromètre mis en place avait fait apparaître un indice de confiance de -6. Pour le mois d’octobre, l’indice a crû très légèrement pour s’établir à -4. Ce qui veut dire que l’indice demeure toujours dans le négatif. Pourtant, le sommet tripartite, tenu début octobre, avait placé la relance de la machine industrielle comme la priorité numéro une. Selon toute vraisemblance, la rencontre n’a pas produit l’effet escompté au moins sur le moral des chefs d’entreprise, en attendant la concrétisation des recommandations. Si l’on se fie à l’enquête Baromètre du mois d’octobre 2013, les réponses des patrons mettent en exergue la persistance de la morosité du climat économique depuis pratiquement le mois de mai dernier, période à partir de laquelle l’indice n’a pas quitté la zone négative. Par secteurs d’activité économique, les industries agroalimentaires sont le seul secteur à afficher un indice de confiance positif (+4) en progression d’un point par rapport au mois de septembre. Quant aux autres secteurs, leurs indices restent négatifs et traduisent, par rapport à septembre 2013, une forte détérioration dans le BTPH, dont l’indice passe de -1 à -20, et dans les services dont l’indice a reculé de -1 en septembre à -5 en octobre. Par région géographique, les valeurs de l’indice de confiance des chefs d’entreprise de la région Centre traduisent une baisse de l’activité à partir du mois de mai 2013, même si l’indice du mois d’octobre a progressé de 4 points en passant de -8 septembre à -4 en octobre. Pour les autres régions, seules les réponses des chefs d’entreprise de la région ouest sont en nombre minimal suffisant pour être prises en considération : elles donnent un indice de confiance de -33.
Amine Sadek
 

Comment (3)

    00213
    17 novembre 2013 - 19 h 38 min

    Cela va aller en se dégradant
    Cela va aller en se dégradant jusqu’à l’élection présidentiel, étant donné le manque de visibilité politique.
    De plus il va y avoir un gel des investissements internationaux au vu de la configuration géopolitique au Maghreb.
    .
    Mais cela pourrait être un pas en arrière pour effectuer un formidable bon en avant juste après les élections, à condition que là-haut, ils trouvent le parfait consensus.
    Cette alchimie doit être savamment dosée en y intégrant uniquement les intérêts suprêmes de la nation et en excluant l’égoïsme de nos gouvernants multimillionnaires.
    .
    Économiquement, nos vieux mammouths qui gèrent les finances sont restés bloquer sur les télévisions en tube cathodique alors que le monde est passé à la Led en 3D.
    Le grand ménage s’impose donc !
    Il faut cependant souligner que nos patrons qui se plaignent ont leur part de responsabilité entre facture sans TVA, travailleur non déclaré, corruption de marché public, importation sur des réseaux parallèles, esclavagisme des plus démunis, dégâts environnementaux et j’en passe.
    .
    Cette élection peut être un tremplin économique en insufflant espoir et motivation.
    Mais pour l’instant ils veulent faire de notre pays un cheval de course avec des ânes à sa tête…




    0



    0
    Mahdi
    17 novembre 2013 - 18 h 34 min

    j’invite AP à nous faire une
    j’invite AP à nous faire une retrospective sur cet « indice du FCE ». Après résultat faire la récap politique qui correspond à chaque « pondage » de cet indice ! c’est gazeux !




    0



    0
    MACIZEL
    16 novembre 2013 - 20 h 21 min

    Je pense que nos pseudos
    Je pense que nos pseudos patrons n’ont pas assimilé la définition d’une « économie rentière », ils ont un trou noir ou quoi?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.