Grèves dans l’éducation : l’école otage de la concurrence syndicale

L’école algérienne est toujours le théâtre de conflits sociaux. Cette fois, les auteurs des revendications sont les intendants, les laborantins et les corps communs qui brandissent la menace d’une grève illimitée à partir du 25 novembre prochain, précédée par des rassemblements à travers le territoire national. Sous la houlette de l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (Unpef), les travailleurs montent au créneau pour exiger du ministère de l'Education la satisfaction des revalorisations salariales dont diverses primes, mais aussi la révision du statut particulier des fonctionnaires du secteur et la suppression de l'article 87 bis régissant le Code du travail. L’Unpef, affiliée à l’UGTA, fait figure de représentant historique des travailleurs de l’éducation, avec vingt-trois ans de lutte syndicale à son actif, mais, actuellement, elle est en perte de vitesse face à la montée des syndicats autonomes. Sa récente sortie sur le terrain de la revendication s’apparente donc à une tentative de récupération de parts de représentativité au sein de l’école face à ses «concurrents» qui arrivent à paralyser l’école chaque année. Une confrontation syndicale qui, au-delà de la légitimité reconnue des revendications des travailleurs, risque d’aggraver le préjudice porté à l’école publique, qui, au lieu d’être également un lieu de débat sur la qualité de l’enseignement, la surcharge des classes, la violence, etc., est devenue exclusivement une arène syndicale axée sur les revendications salariales. Pendant ce temps, l’anarchie règne dans beaucoup d’établissements scolaires. Les effectifs d’élèves explosent dans les classes. Les cours sont donnés de manière archaïque sans moyens pédagogiques et techniques. Les élèves des branches scientifiques n’ont jamais utilisé en classe un microscope ou un ordinateur, alors que ceux des branches littéraires n’ont jamais été astreints à lire un livre. Les élèves et leurs parents sont pris en otages et livrés au business des cours particuliers, et la liste des incohérences est longue.
Meriem Sassi
 

Comment (2)

    Anonyme1
    17 novembre 2013 - 20 h 11 min

    l’UNPEF ,à mon avis,n’a aucun
    l’UNPEF ,à mon avis,n’a aucun lien organique avec l’UGTA,vous voulez peut-être parler de la FNTE




    0



    0
    inspecteur tahar
    17 novembre 2013 - 14 h 22 min

    Mais s’est quoi se
    Mais s’est quoi se gourvernement ignorant,incompétent,qui ne sont mémes pas Algérien que sur papier,qui laisse le peuple dans dans une précarité sévère en matiére de logements,social,santé et scolaire,sans parlé de l’ingérence de sonatrach,des infrastructures,technoloqie et la pressce etc…Ce gouvernement véreux et corrompu s’est voleur,un exemple concret parmi temps d’otre l’affaire djezzy (orascom telecom) ou bien l’affaire algero-autrichienne de l’autoroute est ouest,l’affaire sonatrach de l’ancien premier ministre chakib khelil etc etc…Ses corrompu,voleur de gouvernement il se dise ALgérien,c’est une blague j’éspère.Marre de cette famille d’Oujda qui sont a la solde ses impérialo-sionitess.Faisons un petit tour dans l’histoire parlons de ses crime contre l’humanité ses 130 déporté algériens originaire de Setif envoyer dans la prison de la Nouvelle-Calédonie entre 1867 et 1897 par ses anciens colonisateurs français.Se gourvernement de la famille d’oujda et ancien gouvernement n’ont rien fait sur tout ses martyrs algériens et a l’histoire et encore moins sur nous peuple vivants algériens.Leur mangeoire a corruption est vaste mais le chatiment D’ALLAH est beaucoup plus…




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.