Benflis annoncera officiellement sa candidature à la mi-janvier

La décision a été confirmée, aujourd’hui samedi, par un membre du comité central et ancien député FLN de Béjaïa, Hocine Mouzaoui, lors d’un rassemblement régional tenu par la coordination des comités de soutien à la candidature d’Ali Benflis, au siège de l’UNFA à Béjaïa. La salle retenue pour abriter ce premier grand meeting des comités de soutien s’est avérée exigüe pour contenir la foule de sympathisants venus des quatre points cardinaux du pays pour réitérer leur soutien à l’ancien chef du gouvernement. D’entrée, un porte-parole a lu une longue déclaration en langue arabe, au nom de la coordination, dans laquelle il appelle solennellement Ali Benflis à se présenter aux élections d’avril 2014. Pour lui, seul Benflis «est en mesure de mettre fin au règne de l’anarchie et de la corruption» incarné par l’équipe actuellement au pouvoir. «Le pouvoir en place n’a généré que la corruption et le non-Etat», a-t-il entonné devant un auditoire totalement acquis. Dressant un tableau noir des trois derniers mandats de Bouteflika, l’orateur enchaînera : «Les institutions constitutionnelles sont virtuelles et paralysées, la justice est entre les mains des corrompus, le système éducatif ne produit plus que la médiocrité et des armées de chômeurs.» Des représentants locaux et des invités venus des wilayas environnantes, mais aussi d’El-Tarf, de Tindouf et de Batna, se sont ensuite relayés sur la tribune pour vanter, dans le même style dithyrambique propre à l’ex-parti unique, les mérites et les qualités de celui que tous les intervenants voient déjà comme le prochain président de la République. Un représentant de la wilaya de Batna dira que «l’Algérie est dirigée par un président malade, et certains voudraient que ce même pouvoir perdure pour une dizaine d’années encore». Plus remarquée, l’intervention d’un membre de la Garde communale de Béjaïa qui tenait à parler en cette qualité : «La réconciliation nationale, clamera-t-il, n’a pas servi l’intérêt du peuple ; elle a, au contraire, détruit ce peuple !» Loin de ce triomphalisme ambiant et de ce concert d’allégeance bien mené par le coordinateur, M. Yahiaoui, certains intervenants ont exprimé des doutes quant à l’intention du pouvoir en place à respecter un jeu ouvert, en redoutant notamment une forte abstention et le recours systématique à la fraude au prochain scrutin.
Les enfants de moudjahidine soutiennent Benflis
La Coordination nationale des enfants de moudjahidine (CNEM) appelle à la candidature d’Ali Benflis à la présidentielle d’avril 2014. Dans une déclaration du bureau national rendue publique aujourd’hui samedi, et signée par Abdelwahib El-Ayachi, la CNEM estime que, dans l’état actuel du paysage politique, l’enfant des Aurès, lui-même fils de chahid, est «le mieux indiqué pour redresser la barre et éloigner le pays du précipice duquel il s’est beaucoup rapproché ces dernières années». La coordination fait le constat d’échec des politiques menées par l’actuel président de la République et ses différentes équipes gouvernementales. «L’espoir et les attentes des Algériens n’ont malheureusement pas été satisfaits. Cinquante ans après l’indépendance, l’Algérie se trouve loin du chemin tracé dans la Déclaration du 1er novembre 1954, dont le respect des libertés fondamentales, l’éradication de la corruption et la mobilisation de toutes les énergies et les capacités du peuple pour bâtir un grand pays», regrette-t-on dans cette déclaration. Les enfants de moudjahidine, structurés dans cette coordination, placent leurs espoirs en la personne d’Ali Benflis. Un homme dont ils disent tout le bien et qu’ils ont eu à soutenir en 2004. Pour la CNEM, Ali Benflis, par sa candidature, pourra «porter l’espoir et les attentes du peuple». «Il pourra concrétiser le rêve des jeunes, instaurer un Etat de droit, mettre en place une économie performante, balayer les injustices multiformes et surtout servir le peuple et le pays avant de se servir», précise-t-on encore. Les enfants de moudjahidine se disent prêts à se lancer corps et âme dans cette bataille présidentielle aux côtés de Benflis, car ils sont convaincus qu’il pourra, par son expérience, son intégrité et son intelligence, «beaucoup améliorer la situation du pays». Cet appel s’ajoute ainsi aux nombreux autres lancés par des organisations et associations de divers horizons. Bien qu’officiellement non encore annoncée, la candidature d’Ali Benflis semble susciter beaucoup d’intérêt et bénéficier d’un large soutien au sein de la société et du personnel politique.
Rabah Aït Ali/Sonia B.

Comment (13)

    Anonyme
    23 décembre 2013 - 17 h 00 min

    Il n’est pas partant, c’est
    Il n’est pas partant, c’est l’odieuse, « famille révolutionnaire » qui a fait de l’Algérie une vache à lait et de la guerre d’Algérie un fond de commerce, qui cherche un « con »-didat qui va encore leur rajouter des droits. Elle a essayé avec Zerwal mais lui a compris très vit le piège et rejeté son offre.




    0



    0
    Anonyme
    23 décembre 2013 - 14 h 19 min

    il ne se présentera
    il ne se présentera jamais,
    c’est depuis le mois de Novembre qu’il disent qu’il va se présenter, et nous sommes rendu a mi-janvier,
    sans exception, ils nous prennent tous pour des imbéciles,
    s’il voulait se présenter, ça fait longtemps qu’il aurait fait, et s’il retard encore pour la fin janvier ou la mi-février, Je vais voter pour Saïd Bouteflika même s’il ne se présente pas, je vais écrire son nom sur une feuille blanche et je la mettrais dans la boite, comme ça je vais être sur que l’Algérie ne verra jamais la lumière.
    Comme ça, peut-être après quelques années de misère et de crève faim, on va devenir des hommes et on laissera plus ces idiots rirent de nous comme ils le font maintenant.




    0



    0
    slimane
    23 décembre 2013 - 8 h 40 min

    votez fis et dinez chez
    votez fis et dinez chez benflis
    un mondat de vengence




    0



    0
    Kifikifek
    23 décembre 2013 - 8 h 38 min

    Dites a Mr BENFLIS qu’il est
    Dites a Mr BENFLIS qu’il est déjà entouré de gens qui savent tout qui savent qu’il nous faut ,il savent ou se trouve notre bonheur nos joies ……………..c’est surtout notre malheur qu’ils portent en eux
    ARRETER DE DIRE AUX GENS QUI VIENNENT DE TRÈS LOIN QUE VOUS AVEZ TOUT PREVU
    ET JE SUIS BENFLISISTE MYA FEL MYA CAR C EST LE SEUL QIU VA BATTRE FAKHAMATOU QUE J AI SOUTENU CROYANT QU’ IL SERAI LE NAPOLEON YA SI ALI……..ET LE RESULTAT EST LA.!!




    0



    0
    Anonyme
    22 décembre 2013 - 9 h 59 min

    Nous ne voterons pas ! le
    Nous ne voterons pas ! le régime doit mordre la poussière (…)




    0



    0
    aghioul
    22 décembre 2013 - 9 h 13 min

    Benflis; Benbitou; Hamrouche
    Benflis; Benbitou; Hamrouche et je ne mentionne pas de cette vendue de Hanoune ils etaient ou lorsque Bouteflika et sa famille etait entrain de bousiller le pays; (…) maintenant on veut nous faire vendre que ces Messieurs sont capables de sauver ce pays. NEVER.
    Ce sont des Khobsistes et ils le resteront toujours. Les Algeriens ne veulent pas d´esux. Ce qui son capables de sauver ce pays ont ete mis dehors par des menaces…




    0



    0
    ali
    22 décembre 2013 - 6 h 31 min

    vous verrez, il fera plus de
    vous verrez, il fera plus de mal a l`Algerie que l´a fait cet ignare de Bouteflika et sa famille de Vampire. < <<<<<<<<<




    0



    0
    Anonyme
    22 décembre 2013 - 3 h 36 min

    Mr Benflis est le seul qui
    Mr Benflis est le seul qui pourra battre Bouteflika, le peuple inchallah votera massivement pour Benflis, pour sortir le pays de la mascarade qu’est devenu le FLN (et je suis un flniste dans le sang)




    0



    0
    Anonyme
    21 décembre 2013 - 23 h 59 min

    Je peux vous affirmer que Mr
    Je peux vous affirmer que Mr Benflis ne fera qu’un mandat et il passera la main a un jeune qui émergera qui ne sera pas un fils au sens propre du terme
    Son election sera une bénédiction pour l’Algerie et nous fera oublier ces 15 ans de fakhamatou
    In Chaa Allah
    Hakim




    0



    0
    zaki
    21 décembre 2013 - 22 h 03 min

    benflis a 70 ans,a la fin de
    benflis a 70 ans,a la fin de son 1ere mandat il en aura 75 ans.la premiere année de son mandat il identifiera ses ennemis jurés lors de sa mise au placard pendant 10 ans,la deuxieme année de son mandat il actionnera la justice contre eux,la troisieme année de son mandat il donnera sa propre sentence avec le consentement du peuple bien sure contre la secte bouteflika,la quatrieme année de son mandat il degustera les plaisirs de la vengeance contre ses ennemis,la cinquieme année de son mandat il se souviendra qu’il n’a rien foutu a part se venger des membres de la secte de voleurs bouteflikien et ainsi il entamera sa campagne pour un deuxieme mandat a 75 ans ou il fera beaucoup de bonne chose au peuple,et pendant ce temps la notre jeunesse trouvera d’autre resources en matiere de patience pour gerer son avenir et garntir celui des generations futurs.YA SI BENFLIS NTA OULID FAMILIA SAH,MAIS LAISSE NOUS VOIR D’AUTRES FIGURES JEUNES ET COMPETENTES.




    0



    0
    Anonyme
    21 décembre 2013 - 19 h 47 min

    J’ai rencontré quelqu’un qui
    J’ai rencontré quelqu’un qui voulait me vendre Ali Benfliss candidat et en plus ils avait des arguments ! il avait commencé par me dire : Ali Benflis est « fils de chahid » je lui ai juste dit, « Rruh … !!  » Il m’avait rassuré que Ali BenFlis avait une  » aura national contrairement aux autres » , j’ai cherché à savoir de qui parlait-il en me disant les  » autres » il m’a expliqué  » Said Saidi ou Hocine Ait ahmed » je lui ai dit que ce « fils de chahid de BenFlis, comment peut-on savoir ce qu’il propose et ce qu’il peut faire pour nous ? » Il me répond  » et bien tout !  » je lui ai dit si « Said Sadi ou Hocine Aît Ahmed ont tout les deux écrit plusieurs livres qui nous permettent de se faire une idée quant à ce qu’ils sont capables de faire, Ali BenFlis il a du écrire encore plus de livre que ces deux réunis, puisque ces deux zigotos n’ont pas, à ses yeux d’aura nationale » Il m’a répondu que Ali Benflis a été « premier ministre de l’Algérie » j’ai du arrêter le cirque en lui précisant que le « grand savant Chadli Bendjdi lui, a été carrément président de la république ! » je me suis barré avant que l’acide ne me remonte de l’estomac.




    0



    0
    Arezki
    21 décembre 2013 - 18 h 17 min

    De Abane à Boudiaf, combien
    De Abane à Boudiaf, combien de crimes orchestrés ?
    Krim, Khider et autre…
    Laisserons-nous cette terre ancestrale aux mains de ces tristes sires qui l’ont plongée dans chaos ?
    Ou entre les griffes de ces lâches illuminés ?
    Matoub Lounes




    0



    0
    Mahmoudi
    21 décembre 2013 - 17 h 57 min

    Le clan présidentiel a une
    Le clan présidentiel a une peur bleue d’Ali Benflis, le seul qui est capable de battre à plate couture leur candidat (…)

    En maintenant la candidature illégale de Boutflika contre vents et marées, le clan présidentiel cherche la division inévitable du pays et on s’y dirige droit sauf si l’ANP que Bouteflika dit être avec lui frappe sur la table et renvoie chez eux les aventuriers du clan présidentiel qui disent maintenant « Bouteflika décidera de sa candidature en son âme et conscience » (…)

    Ils assumeront toutes les responsabilités des conséquences dramatiques que cette candidature rejetée par la majorité du peuple algérien va hélas engendrer.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.