Emploi : Benmeradi confirme la création d’un nouveau dispositif

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed Benmeradi, a, une nouvelle fois, confirmé qu’un nouveau dispositif appelé «Contrat premier emploi jeune» remplacera graduellement l’actuel dispositif d’aide à l’insertion professionnelle (DAIP). Dans un entretien accordé ce matin à la Radio algérienne (Chaîne III), il a annoncé que le texte sera soumis prochainement au gouvernement. La formule du contrat aidé sera reprise pour définir la rémunération des jeunes. Le gouvernement veut même aller plus loin, puisque la différence entre la subvention de l’Etat et le salaire de poste sera compensée par un crédit d’impôt et en fin d’exercice, l’entreprise concernée bénéficiera de ce crédit d’impôt dans le cadre de son IBS (Impôt sur les bénéfices des sociétés) ou de l’IFU (Impôt forfaire unique), selon le cas. L’Etat prendra en charge pendant trois ans l’intégralité du salaire de poste de tous les jeunes qui seront recrutés dans le cadre de ce dispositif dont le deuxième avantage, qui correspond à une revendication des jeunes, est la couverture sociale totale avec une part de l’Etat qui versera 18% et celle du jeune 8%. En résumé : ce contrat permettra au jeune d’avoir le salaire prévu par la convention collective de l’entreprise qui le recrute avec tous les avantages de l’assurance sociale. Exemple : si l’ingénieur, dans cette entreprise, a un salaire de 35 000 DA, le nouveau bénéficiaire du contrat premier emploi jeune aura la même rémunération, donc le crédit d’impôt pour l’entreprise concernée sera de 20 000 DA. En outre, le jeune recruté aura le droit d’être affilié à un syndicat et de bénéficier de l’assurance chômage en cas de licenciement. C’est un contrat de travail au sens plein du terme. Selon le ministre, l’état de l’économie algérienne et ses perspectives permettent de renouveler ce contrat au bout des trois ans. Tout ce dispositif est orienté vers le monde de l’économie avec l’Anem, précise Mohamed Benmeradi. Il souligne, sur la base de chiffres consolidés et qui se rapprochent de ceux de l’Office national des statistiques, que 70% des placements faits l’ont été dans le secteur économique et à peine 30% dans l’administration. Toujours selon le ministre, le taux d’activité en Algérie a augmenté avec un taux d’emploi de 39%. Les jeunes promoteurs ne rembourseraient pas les prêts. Faux, affirme le ministre : les taux de remboursement des crédits octroyés aux promoteurs pour la création d'activités est de 70%, des entreprises ont même remboursé par anticipation et, dans les 30%, certains jeunes seront aidés pour pouvoir rembourser. Le ministre estime que le DAIP, mis en place en 2008 pour atténuer la tension sur le marché de l’emploi, présente un certain nombre de problèmes comme l’insuffisance de la couverture sociale. Il sera donc corrigé par le nouveau dispositif. Quant à la question de la durée du travail, Mohamed Benmeradi rappelle que 90% des contrats dans le monde sont des CDD, ce qui ne signifie pas, selon le ministre, précarité mais, au contraire, flexibilité et mobilité.
Kamel Moulfi
 

Comment (2)

    KarloMarxo
    16 janvier 2014 - 11 h 48 min

    Emploi : Benmeradi confirme
    Emploi : Benmeradi confirme la création d’un nouveau dispositif..Depuis 2004 des cntaines d usines ayant fait faillite ont ete mise en vente aux USA. Les Chinois ont en achete des centaines alors que l ancien ministre de l Industrie n a fait aucun effort pour en acheter et les transferer en Algerie. Des milliers d emplois auraient peu etre creees au bled par l achat de ces usines en faillite et vendues pour une bagatelle….




    0



    0
    Aguelidh modeste
    15 janvier 2014 - 16 h 13 min

    Ouachem dispositif, les
    Ouachem dispositif, les jeunes quand il voient un bouchon de gazouz ils le confondent à de l’argent. Le meilleur dispositif est de plier vos bagages et rentrer chez vous et laisser ce pays de 35 millions d’habitants aux gens qui le travaillent. Ya aa3djaba 35 millions d’habitants on nous parle de dispositif comme si on leur demande de transformer la mosquée de Mohammadia en un hôpital militaire comme celui de val de grace.

    En clair ce pays pourrait être le paradis sur terre pour ses habitants si ce n’est pas les handicapés mentaux, les incompétents, les analphabetes qui nous gouvernent qui se cachent derrière la religion pour mater la jeunesse dont on ne cesse de lui mettre des suppositoires pardon des dispositifs. Aya Barakat, le sang des martyrs va vous chatier un par un.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.