Radio-trottoir

Par Karim Bouali – A mesure que la date limite de l'annonce des candidatures à l’élection présidentielle approche, l’agitation gagne en ampleur dans les microcosmes traditionnels. Et quoi de mieux que la rumeur pour alimenter les supputations les plus fantaisistes et donner plus de piment aux «analyses». Hier, deux rumeurs ont fait le tour de la Toile : mise à la retraite du général Tewfik et, plus grave, le décès du Président à Paris. Ce n’est pas la première fois que la rumeur vise aussi haut, ce n’est d’ailleurs pas dans sa fonction de s’occuper de futilités. Et plus il y a d’opacité et plus elle prospère, enfourchant maintenant les TIC grâce au SMS et à l’e-mail qui lui permettent de courir plus vite que par le bouche-à-oreille d’antan et d’arriver instantanément partout où on l’attend. La rumeur devait taper fort pour concurrencer la communication officielle qui, pour une fois, s’est distinguée par une profusion de détails et d’explications à propos de la réadmission lundi du président Bouteflika dans l’établissement hospitalier militaire français du Val-de-Grâce. Toutefois, le trop-plein de transparence dans le communiqué de la Présidence a atteint l’effet contraire si on en juge par l’accueil plutôt dubitatif qu'il a reçu dans la presse dont les grands titres reproduisent, curieusement, presque sans nuances, les mêmes interrogations, autant dire la même version. A tort ou à raison, le doute a porté sur chaque élément du communiqué. D’où le rebond de la rumeur. Mais c’est dans son impact collatéral qu’il faut peut-être chercher les mobiles de la double rumeur d’hier. Deux personnes ont sans doute été dans leurs petits souliers. Saïdani qui continue de faire croire que Bouteflika sera candidat et Benflis que toute la presse a subitement laissé tomber alors que l’annonce de sa candidature le 19 janvier était censée faire l’événement du week-end comme l’apothéose d’une démarche de marketing menée depuis plusieurs mois. Benflis est évincé par une double rumeur qui s'est appuyée sur l'idée que Tewfik était exempté de la retraite et que Bouteflika était immortel… Or, un jour ou l'autre, Tewfik partira et Bouteflika s'en ira… Comme le commun des mortels.
K. B.
 

Comment (6)

    Haouès Abdelkader
    17 janvier 2014 - 10 h 36 min

    Ce sont les responsables
    Ce sont les responsables politiques qui ont fait que la rumeur est plus crédible que l’information des médias officiels




    0



    0
    Haouès Abdelkader
    17 janvier 2014 - 10 h 33 min

    La rumeur est ancrée dans
    La rumeur est ancrée dans l’esprit des algériens et ce sont les autorités politiques qui l’on instauré par leur opacité: la moindre information quelque elle soit est sujette a une confiscation par le fonctionnaire qui l’a détient.
    C’est celui qui vous dit qu’il connait la femme de ménage de la brigade de gendarmerie de Béni Oualou qui est la cousine du voisin du cousin d’une connaissance de qui il tient une information disant que Bouteflika…..C’est une rumeur qui est plus crédible que ce que rapporte la télé ou la radio d’Etat. Tout simplement pcq trop de mensonge finit par discréditer




    0



    0
    Mohamed eel Maadi
    16 janvier 2014 - 19 h 46 min

    Tewik comme Bouteflika, on
    Tewik comme Bouteflika, on fait leur temps et les hommes disparaissent, mais pas l’Algérie. Il est vrai que j’ai quand même peur de la nouvelle génération qui arrive, car aller se plaindre en France et devant les étrangers que notre pays se porte mal cela ne se fait pas question d’éducation et de morale républicaine. Il y a des Algériens qui me dégoutent et je n’ai jamais craint de leur dire en face ! J’ai bien plus de respect encore pour un chien que de leur personne

    Quand a ce Nassim qui signe les articles Tamurt.info et également modérateur de Algerie Forum est une ordure et un type qui retourne sa veste quand le vent tourne!!




    0



    0
    qu'importe
    16 janvier 2014 - 16 h 56 min

    chaque être humain ,à sa
    chaque être humain ,à sa naissance, a entendu les chiens aboyés , avant de mourir il les a également entendu aboyés , entre les deux chaque être humain a vécut sa vie . La haine des ennemis de l’Algérie fait plaisir à voir , cela prouve que le pays avance malgré tout.




    0



    0
    Ahmed
    16 janvier 2014 - 13 h 50 min

    Algérie : Bouteflika n’est
    Algérie : Bouteflika n’est pas mort !
    Selon une source auprès du parti du Front de Libération Nationale, au pouvoir en Algérie Abdelaziz Bouteflika n’est pas mort.
    Cette source a formellement démenti les informations relayées par certains médias concernant le décès du président de la république algérienne.
    Cette même source a indiqué que Bouteflika rentrera à Alger vendredi 17 janvier 2014, après un examen de routine, comme prévu.
    http://www.tunisienumerique.com/algerie-bouteflika-nest-pas-mort/208100
    ___
    La folle rumeur sur la mort de Bouteflika
    Une folle rumeur a circulé cet après-midi sur les réseaux sociaux concernant la mort du président algérien Abdelaziz Bouteflika. L’information a été relayée par une petite radio communautaire, avant qu’elle ne revienne sur ses propos, et un site israélien, Jérusalem Plus. Notre équipe s’est rendue sur place, à l’hôpital du Val-de-Grâce. Elle n’a noté aucun défilé de voitures diplomatiques, aucune activité anormale. Tout était calme. Il y avait une équipe de TF1 qui a plié bagages peu avant 21 heures.
    http://www.chouf-chouf.com/actualites/la-folle-rumeur-sur-la-mort-de-bouteflika/
    ________________________________________

    3 exemples d’articles d’un site pro-sioniste, opportuniste, trompeur et manipulateur. Il s’agit de Tamurt.info
    ___
    « La santé de Bouteflika est plus importante que celle de l’Algérie »
    Saïd F. Tamurt.info
    « L’enfant d’Oujda a été de nouveau évacué vers la France. Les opportunistes sont sur le qui-vive. Ils craignent sa mort et perdront ainsi leurs privilèges. Tous leurs espoirs sont suspendus à la vie ou à la mort de Bouteflika. Ce dernier, incapable même de parler, devrait rendre son tablier…… Dans un pays qui se respecte, lorsqu’un chef d’Etat ou un autre responsable est dans l’incapacité d’assurer sa tâche, il cède sa place à une autre personne, mais en Algérie ce n’est pas le cas. Les décideurs veulent maintenir un président cadavérique à la tête de l’Etat…. »
    _
    « Décès de Bouteflika ou manipulation des services ?»
    Tamurt.info
    « Dans un pays où la manipulation est la première culture, aucune information n’est crédible. Personne ne sait si Bouteflika est en vie ou non. Une chose est sûre, au sommet de pouvoir la lutte pour la succession de Bouteflika fait rage. Selon les derniers échos, un compromis serait trouvé entre le DRS et le frère de Bouteflika……..Les services de sécurité algériens sont soupçonnés d’être derrière ces rumeurs et balivernes. « Ils le font exprès. Ils annoncent la, mort de Bouteflika à travers la manipulation de certains organes de presse et par la suite il montre Bouteflika vivant. C’est une technique de propagande utilisée juste pour discréditer toute la presse et donner du crédit qu’aux canaux officiels. Le jour où Bouteflika mourra vraiment, personne ne croira les informations de la presse et les décideurs auront tout le temps de gérer la situation à leur guise loin de la pression ou le désordre », nous expliqua un spécialiste en communication Kabyle…. »
    ___
    Tamurt.info
    Le chef de l’Etat algérien, Abdelaziz Bouteflika, est hospitalisé de nouveau. Son état de santé s’est dégradé, affirment plusieurs sources concordantes.
    Certains organes de presse qui ont cité des « sources fiables », parlent même de son évacuation vers un hôpital Parisien. ….
    Personne ne sait où se trouve celui qui est sensé diriger toute l’Algérie. … Personne ne connait la vérité mais une semble tenir la route : Bouteflika est entre la vie est la mort. « Ses jours sont comptés », affirment des sources proche de la présidence. Les opportunistes qui soutiennent Boutefika pour un quatrième mandat s’accrochent non à sa personne mais à son clan, …Cette thèse est partagée par plusieurs acteurs de la scène politique et journalistes algériens. A six mois de l’élection présidentielle, le chaos plane plus que jamais sur l’Algérie. Les militaires se contentent seulement de surveiller la société surtout la Kabylie.
    Pour avoir autorisé certains journaux à médiatiser la maladie de Bouteflika, le général Smaïl, véritable patron de presse en Algérie aurait été limogé. Son remplaçant interdit à la presse de communiquer sur l’état de santé du chef de l’Etat, depuis, la presse algérienne reste muette à ce sujet qui intéresse aussi la presse étrangère. Ni le Soir d’Algérie, ni Liberté et El Watan n’ont parlé depuis de la santé de « Roi mourant » d’El Mouradia. ….
    Nassim N.




    0



    0
    boumi
    16 janvier 2014 - 12 h 07 min

    le pouvoir a fait de la
    le pouvoir a fait de la candidature de benflis un non évènement, j’en été sur, le dimanche 19, dernier jour pour convoquer le corps électoral, la presse sera au rendez vous de bouteflika! sera t’il rentré ou si non que va faire le pouvoir,a qui lèguera t’il cette responsabilité! un évènement qui effacera celui qui est programmé cela fait 15 jours, celui de l’hôtel hilton et d’un certain benflis! mais finalement cela n’est t’il pas voulu? benflis n’a t’il toujours pas compris depuis 2004? est il toujours aussi novice?




    0



    0

Les commentaires sont fermés.