Information sur une prétendue candidature de Bouteflika : qui parle au nom du Président ?

Comment faut-il interpréter l’information donnée par notre confrère Algérie1 sur une prétendue candidature de Bouteflika pour un quatrième mandat ? Est-ce un ballon de sonde pour jauger la réaction de la rue, des médias et de la classe politique ? Ou est-ce un pied de nez à l’opinion publique qui sait que le pays part en lambeaux en raison de l’incapacité du président actuel à assumer sa fonction convenablement, à cause de sa maladie grave ? Les sources auxquelles se réfère le site Algérie1 ont pris le soin de préciser qu’une telle démarche pourrait néanmoins être freinée par «un bouleversement extraordinaire inattendu». Traduit en langage clair, Bouteflika tiendrait à se maintenir au pouvoir et seule la volonté de Dieu pourra l’en empêcher. Les «sources sûres» de notre confrère expliquent que cette candidature «a été décidée après une longue et mûre réflexion et peut être considérée comme imposée par les circonstances au niveau national, les bouleversements régionaux et les menaces latentes contre le pays». Cela signifie-t-il que pour faire face à toutes ces menaces, l’Algérie devra continuer à être dirigée par un président impotent qui a frôlé de peu l’application de l’article 88 de la Constitution à un moment de grand doute et de crainte pour la sécurité de l’Etat ? Les mêmes sources font référence à des soi-disant «appels incessants de larges franges de la population, ceux des partis politiques, des associations de la société civile». Cette affirmation permet de remonter jusqu’à ces sources qui ne peuvent, en tout état de cause, qu’émaner du cercle fermé qui tente, depuis des mois, de prendre les devants pour éviter des chamboulements politiques fatals pour eux, au cas où un nouveau président de la République venait à remplacer Bouteflika. Les affaires sont trop nombreuses et les bénéficiaires du système corrompu instauré depuis 1999 le sont aussi. Et, dans ce qui s’apparente à un liminaire du programme du «désormais» président-candidat – si l’information d’Algérie1 venait à se confirmer –, les sources de ce journal assurent que Bouteflika «donnera une nouvelle impulsion pour consolider la démocratie, instaurer un Etat civil et de droit, promouvoir pour mieux protéger les droits de l’Homme, lutter contre le chômage des jeunes, freiner la détérioration du pouvoir d’achat, assurer le bien-être des Algériens, industrialiser le pays pour sortir de la dépendance des hydrocarbures, poursuivre les réalisations inscrites dans le plan quinquennal et lancer de nouveaux projets innovants». En somme, Abdelaziz Bouteflika compte réaliser en cinq ans, malade, ce dont il a été incapable pendant quinze longues années de règne sans partage et au meilleur de sa forme physique et mentale. Nous y reviendrons.
M. Aït Amara
 

Comment (43)

    SiZineddine
    21 janvier 2014 - 16 h 38 min

    Moi je dirai, le chef du
    Moi je dirai, le chef du parti Jil Jadid reste le meilleur candidat possible.




    0



    0
    Nasser
    19 janvier 2014 - 12 h 50 min

    Le président sera, comme
    Le président sera, comme toujours, celui du « consensus »:
    – Pas trop « Parti »
    – Pas trop « idéologue »
    – Pas trop « militaire »
    – Pas trop « ancien… »
    – Pas trop « système »
    …………Mais intelligent et un bon orateur!!
    Aucun de ceux qui se portent candidat ou qui envisage de le faire ne répond à ces « critères » dans leur globalité
    SAUF un pour l’instant:

    JE pense à M.Ramtan Lamamra. On verra bien!!




    0



    0
    Les damnés de l'Algérie
    19 janvier 2014 - 8 h 47 min

    Si on doit parler d’handicap
    Si on doit parler d’handicap dans les circonstances actuelles, il ne s’agit pas d’une seule personne mais de tout un peuple. Le peuple algérien a montré au cours des ans son handicap parce qu’il a laissé une poignée de médiocres gouverner au nom d’une souveraineté confisquée et détournée.




    0



    0
    Les damnés de l'Algérie
    19 janvier 2014 - 8 h 23 min

    L’Algérie est le seul pays au
    L’Algérie est le seul pays au monde où on applaudit en direct à la télévision un premier ministre qui ne sait pas lire un discours écrit dans la langue nationale. L’explication de cette absurdité: la médiocrité se transmet d’algérien à algérien comme une maladie contagieuse.




    0



    0
    Anonyme
    19 janvier 2014 - 8 h 18 min

    Si on ne l’accepte pas
    Si on ne l’accepte pas faisons le savoir comme tous les peuples!!!




    0



    0
    al
    18 janvier 2014 - 21 h 03 min

    le FLN, le RND et les autres
    le FLN, le RND et les autres béquilles du systèmes n’ont pas de candidat.
    les autres sigles pseudo – partis lilliputiens font de la figuration
    le RCD, le FFS et le PT feront comme toujours …pas grand chose !
    ne parlons pas des candidats indépendants qui n’ont pas de base…
    les institutions principales du pays ont pour mission d’ assurent la stabilité dans ….la continuité à moins que l’on ne prenne pas au sérieux ce que dit sans cesse le premier Ministre depuis des mois : le prochain Président sera le même !




    0



    0
    Les damnés de l'Algérie
    18 janvier 2014 - 18 h 55 min

    Bouteflika sera réélu pour
    Bouteflika sera réélu pour présider à partir de Val de Grace et Chakib Khelil sera nommé par la Maison Blanche comme Ambassadeur des États Unis en Algérie. Le peuple algérien fait vraiment des miracles.




    0



    0
    chaouibouangoud
    18 janvier 2014 - 18 h 28 min

    Gaied Dutroux et Ammar Spock
    Gaied Dutroux et Ammar Spock nous mènent droit dans le kaka. Allah enael hom eux et le vieux sénile Boutef. Avant on avait des soupçons que boutef n’aimais pas son pays; Maintenant on est sure qu’il le déteste.




    0



    0
    Anonyme
    18 janvier 2014 - 16 h 25 min

    Vive Bouteflika! vive le
    Vive Bouteflika! vive le Général Gaid Salah! Que Dieu vous Protège tous les deux




    0



    0
    kareh hyatou
    18 janvier 2014 - 14 h 42 min

    trop c est trop…wallah hram
    trop c est trop…wallah hram pour le peuple il ne merite pas ca.15 ans de regne bezzaf.il faut savoir quitter la table chantait aznavour…comme si l algerie n’ a pas enfanté de valeureux hommes et femmes…y a que boutef ? selon fakakir que je respectais jadis c est boutef ou bien c est la descente aux enfers..c est quoi cette mascarade ?allah idjib elkhir .en tous las cas ya lkhawa moi je prend mes cliques et claques hay likoum lebled..kaado fiha maa fakhamatouhou mais le jour du jugement dernier inchallah rabbi yahcharkom maah.




    0



    0
    Abelkader el jazairi
    18 janvier 2014 - 14 h 13 min

    Comment voulez-vous que ce
    Comment voulez-vous que ce pays change,avec ces comités de soutiens au 4è mandat qui commencent à ce former,il se trouve parmi-eut des jeunes, à qui on cesse de répété que si jamais Bouteflika s’en va,tous les structures et agences qu’il à crée pour les jeunes vont disparaitre, vous allez devoir remboursée tous les crédits,avec de tel propagande les jeunes sont désorientés; certains barons du FLN vont même jusqu’à hypothéquer la sécurité de l’Algérie avec le maintien de Bouteflika à la présidence.On n’a le préssentiment qu’il y’a des gens qui veulent que la situation dégénère si Bouteflika n’est pas réélu pour un 4èm mandat.On n’a rien contre Bouteflika s’il est en mesure physiquement et psychiquement apte à diriger ce pays,qu’il s’adresse au peuple et qu’on le voit marcher sans l’aide de qui-que ce soit et là,on est prêt à voter pour lui,maintenant s’il veulent qu’un malade a moitie paralysé dirige ce grand pays,le peuple n’acceptera jamais de risquer l’avenir de ces enfants.Allah Yarhame Chouhada Wa Tahia El Djazair.




    0



    0
    citoyen karim
    18 janvier 2014 - 13 h 52 min

    Une élection présidentielle,
    Une élection présidentielle, du moins à mon sens, consiste à ce qu’un nombre significatif de citoyennes et de citoyens désignent la personne habilité à représenter pendant cinq années, l’Autorité du pays.

    Jouissons-nous de nos droits civiques attachés à ce que la civilisation appelle la nationalité ? Je veux dire, avons-nous possédé à un moment donné de notre histoire, ce réel droit de vote, d’éligibilité, de toutes ces choses qui font qu’un pays soit un État ?

    L’affirmer serait un mensonge et c’est justement ce genre de mensonge qui a fait qu’on en est là…

    L’Algérie à perdu trop d’occasions depuis son indépendance ratée. Seulement voilà, le contexte mondial actuel, exceptionnel à tout point de vue, fait que l’on se retrouve devant de nouvelles circonstances qui peuvent conduire notre pays -sauf erreur d’aiguillage qui nous serait fatale- vers ce qu’est un État-nation, à la seule condition que le principal intéressé s’implique enfin : le Peuple Algérien.

    Pour que le Peuple Algérien s’implique, il doit être sensibilisé et il est impératif de lui envoyer le premier signal : une période de transition afin qu’il prenne conscience qu’il est, quand même, l’un des éléments constitutifs de l’État, et doit décider à prendre son destin lui-même.

    Un Chef d’État est le garant de la souveraineté… du Peuple.




    0



    0
    bAGA
    18 janvier 2014 - 13 h 25 min

    @ KAHNA WRAH : Tu dois
    @ KAHNA WRAH : Tu dois certainement avoir bénéficié d’un petit quelque chose pour dire des inepties pareilles . Il y a des moments où il vaudrait mieus se taire ya KAHNA WRAH ce qui se traduit par « nous sommes tous derrière lui » mais tu es parmi les rares qui pensent ça !!!




    0



    0
    anonyme
    18 janvier 2014 - 12 h 34 min

    l’algerie est au bord du
    l’algerie est au bord du precipisse a cause de lui et il veut encore etre la mais cela suffit il ne gouverne meme plus il ne va meme plus au bureau il n ya plus de gouvernance c ‘est vraiment nimporte quoi tab jenankoum




    0



    0
    anonyme
    18 janvier 2014 - 11 h 25 min

    que du bluff ce pays est
    que du bluff ce pays est condamner a avoir que des mediocre au pouvoir le bilan est plus que catastrophique dans tout les domaines education sante justice …………..




    0



    0
    Anonyme
    18 janvier 2014 - 10 h 27 min

    Enfin on connais le nom de
    Enfin on connais le nom de notre futur président Mr Boutflika et le nom du 1er ministre Saidani. Mais, qui gouverne réellement Said, Toufik … ?




    0



    0
    MARTEAU -PIQUEUR
    18 janvier 2014 - 10 h 25 min

    @ mohand oukaci | 18. janvier
    @ mohand oukaci | 18. janvier 2014 – 10:12

    C’est uniquement ça votre réponse à la question posée par M.AIT AMARA ? Si ce n’est que pour nous certifier que vous avez inventé « l’EAU CHAUDE »…. « S’BAH el Kheir  » ! Tous les initiés savent qui est le « cerveau » de ALGERIE 1 ! Et après ? Il y a bien aussi des éditeurs de quotidiens connus sur la place d’Alger et d’ailleurs qui sont aussi des BOUTEFLIKISTES jusqu’au bout des z’ongles mais qui ne se sont pas aventurés à raconter des inepties pareilles dans leurs colonnes ! Faites avancer le SCHLIMBLIK , Ya Si Mohand !




    0



    0
    sabrina
    18 janvier 2014 - 9 h 53 min

    il est déja condamné par
    il est déja condamné par l’histoire, luli reste à etre condamné par la justice algerienne




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.