Rien ne sert de mentir

Par Kamel Moulfi – Ce qui a desservi le gouvernement dans la mise en œuvre de son projet en vue de l’exploitation du gaz de schiste, c’est plus le mensonge, volontaire ou par ignorance, que le défaut de communication institutionnelle. En effet, «experts» et officiels pro-gaz de schiste ont menti en répétant qu’a la différence des pays qui ont rejeté l’utilisation de la fracturation hydraulique parce qu’il s’agissait de zones habitées, le forage des puits et l’application de cette technique en Algérie allaient se faire dans des régions désertiques. Avec les manifestations de la population d’In Salah, la nation entière a découvert que le principal argument en faveur de l’utilisation de la fracturation hydraulique n’avait aucun fondement et a été bâti sur le mensonge. A partir de là, pourquoi donner du crédit aux autres arguments pro-gaz de schiste, d’autant plus que les contradictions n’ont pas manqué dans le discours officiel, jusque dans les petits détails. Au lieu de lancer le débat au moment opportun, c'est-à-dire avant de commencer les forages, au contraire, tout a été fait pour éviter cette pratique démocratique. A coups d’esbroufe, les promoteurs du gaz de schiste ont cru faire passer leur projet «en douce», comme ils en ont l’habitude. Ils ont eu, cette fois, la sagesse d’exclure de leur démarche la force, en cas d’obstacle. Dans les nouvelles conditions créées par la contestation de la population d’In Salah, première concernée par cette aventure, très largement soutenue dans le pays, il faudra que les pro-gaz de schiste trouvent une autre voie, ni «en douce» ni «en force», pour continuer. Mais le mensonge ne servira plus à rien. L’argument de l’intérêt national pour justifier l’exploitation du gaz de schiste n’est pas convaincant car il signifierait que la population d’In Salah et tous ceux qui, dans le pays, appuient sa revendication de fermeture du puits foré dans son voisinage, n’ont pas ce sens de l’intérêt national. L’alternative présentée par les contestataires prouve qu’ils sont tout aussi patriotes que les autres. Mieux : eux, pensent aux générations futures, leurs enfants qui vivent dans la région.
K. M.

Comment (6)

    ODE
    31 janvier 2015 - 1 h 12 min

    Purée de pomme de terre
    Purée de pomme de terre canadienne à 2 balles!..;
    bien sure qu’ils sont des menteurs, comme des arracheurs de dents!

    Allez honorable journalistes d’Algerie Patriotique , laissez
    l’histoire du schiste légerement en suspend ( sans pour autant l’oublier) et posez leurs les grandes questions qui fachent!!!
    Tiens!! celle çi par exemple!! Où en sont nos réserves d’OR massif(lingots)????

    Ou se trouvent ils??? sont ils en Algerie ou sont ils toujours en Suisse( si c’est le cas… punaise!!)

    Comment ces gouvernants de pacotille qu’on a ,s’apprettent ils à faire face au prochain effondrements monétaire??

    Sont ils au courant que cela est inévitable???




    0



    0
    Mohamed l'Algérien
    30 janvier 2015 - 22 h 59 min

    Monsieur Bouteflika a

    Monsieur Bouteflika a constaté son échec à faire passer en force le projet de d’exploitation des gaz de schiste.
    Dans le communiqué publié à l’issue de la réunion du conseil interministériel « restreint » ou plutôt de l’illusion d’un conseil interministériel, Monsieur Bouteflika qui a trahi le peuple Algérien sur des questions qui engagent son avenir et son devenir, comme en témoigne, l’affaire de la tentative de vente de Sonatrach, notre seul gagne-pain, aux Américains, à son arrivée au pouvoir, n’arrête pas ses stratagèmes très dangereux et anti-Algériens, conçu par son clan et ses sponsors.

    Monsieur Bouteflika n’a pas déclaré officiellement l’abandon du projet d’exploitation des gisements de gaz de schiste et l’arrêt définitif des essais d’évaluation à la con, comme le lui ont demandés les manifestants d’IN SALAH et l’ensemble de la population du Sud Algérien.

    Monsieur Bouteflika s’est contenté de dire en se répétant, que « l’exploitation du gaz de schiste n’est pas encore à l’ordre du jour ». Cette Affirmation très dangereuse, laisse sous-entendre qu’elle peut être à l’ordre du jour, à nouveau, un autre jour.
    C’est comme s’il a dit non mais. Et dans le mais il y a le oui.

    C’est ce qu’ont déjà dit auparavant, ses représentants-fusibles respectifs et qui ont récolté à juste titre, l’échec le plus cuisant et le plus adéquat, que leur ont fait subir nos dignes compatriotes du grand Sud Algérien.

    Et en même temps Monsieur Bouteflika a essayé de satisfaire de lointaines revendications qui n’ont aucun rapport avec la demande extrêmement urgente et légitime de la population de tout le Sud Algérien, concernant l’arrêt pur, simple et définitif de l’exploitation des gaz de schiste, y compris les essais d’évaluation.

    Monsieur Bouteflika évoque un débat national « transparent » avec la participation des compétences reconnues.

    S’agissant du débat national « transparent » avec la participation des compétences reconnues que Monsieur Bouteflika a demandé, je rappelle que ce débat a déjà eu lieu sur les réseaux sociaux, sur les sites des principaux journaux Algériens, sur les blogs …. avec la paticipation des principales compétences et de tout ce qui compte parmi les dignes fils de l’Algérie (ingénieurs, chercheurs, experts internationaux ….).

    La totalité des intervenants est contre l’exploitation des gisements de gaz de schiste, à très juste titre tout en attirant l’attention des responsables sur les seismes générés, les très graves dangers sur l’environnement, les produits chimique très dangereux, et les produits radioactifs extrêment dangereux, qui pollueront les nappes phréatiques, pour des millions d’années).

    On refera mille fois ce débat, s’il le faut, pour montrer qu’on ne joue pas avec l’avenir du peuple et des générations futures, à condition qu’il soit télévisé et la liste l’identité et la profession de chaque intervenant, connue et publiée dans la presse. Le coup des baltaguias du régime ne marchera jamais.

    Par ailleurs, je signale qu’un débat sur l’exploitation des gaz de schiste similaire a été déjà initié en 2011, aux USA. Et les scientifiques américains sont arrivés bien avant notre débat, en 2011, à des conclusions très alarmantes.

    Comme le peuple Américain est muselé par le pouvoir blanc, un exécutant de son maître : le sionisme mondial, son avis n’a pas été pris en compte. Et des régions entières aux USA, vraiment magnifiques à tout point de vue, ont été détruites pour toujours par l’exploitation des gisements de gaz de schiste. Ce sont les faits.

    J’ai donné mon point de vue à ce sujet (voir lien ci-contre : http://algeriepatriotique.com/content/ah-le-sud-est-habite#comment-178953)

    Je ne vais pas le répéter, c’est trop long.

    Monsieur Bouteflika veut blesser et détruire la Terre Algérienne pour des millions d’années, juste pour rester au pouvoir et satisfaire la demande de nos pires ennemis de toujours. Cette Terre Algérienne sacrée, pour laquelle des millions d’Algériens sont morts pour la défendre, depuis plusieurs siècles à nos jours. Et bien Je suis convaincu qu’il récoltera, à nouveau, l’échec le plus cuisant, le plus amère et le plus grave de toute sa carrière, qui le destituera de facto et illico presto. La cour des comptes lui a déjà demandé des comptes, en tant qu’ex-MAE. Ce sont les faits. Je me demande pourquoi la cour des comptes n’a qu’un avis consultatif sur les comptes de l’état ?

    Je dis à mes compatriotes du Sud Algérien : Tenez bon, ne lâchez rien et faites attention au louvoiement des pseudo responsables. Ne faites confiance à personne. Ils font partie du complot gaz de schiste.
    Tous les Algériens doivent soutenir nos frères du SUD ALGERIEN. Nous sommes de tout cœur avec vous.

    INFORMATION DE DERNIERE MINUTE TRES IMPORTANTE EXTRÊMEMENT INSTRUCTIVE.

    Au vu de l’extrême gravité de la situation, Monsieur Rabah Reghis, Consultant, Economiste pétrolier s’est rendu sur place, à IN SALH. Il a fait un compte-rendu édifiant et sans appel sur la totale incompétence du PDG de Sonatrach, en la matière, son amateurisme et surtout ses contradictions-louvoiement.
    Il a mis à nu la dilution inqualifiable de la responsabilité-gabegie de Sonatrach.
    Il est question également de la corruption éhontée au sein de Sonatrach.
    Ce consultant, a attiré l’attention des pouvoirs publics, sur le pourrissement de la situation et l’extrême gravité que vit la population d’IN SALAH, notamment, à cause des dangers de l’exploitation des gisements de gaz de schiste.
    Il a été demandé à cet incompétent pdg de sonatrach de se taire et de se concentrer sur son véritable travail dans l’entreprise.
    C’est tellement grave, qu’un grand journal Algérien a publié le compte-rendu alarmant et très grave sous le titre : « Gaz de schiste : les contradictions et louvoiements de Sonatrach ».
    ( voir lien ci-contre http://www.lematindz.net/news/16432-gaz-de-schiste-les-contradictions-et-louvoiements-de-sonatrach.html )




    0



    0
    selecto
    30 janvier 2015 - 19 h 30 min

    ALERTE !
    Opérations de

    ALERTE !

    Opérations de recherches de gaz de shchiste dans la walaya de Mascara!

    http://www.elkhabar.com/ar/watan/446047.html




    0



    0
    Anonyme
    30 janvier 2015 - 12 h 44 min

    C’est comme pour les essais
    C’est comme pour les essais nucléaires dans l’atoll de Bikini, symbole de l’entrée de l’Humanité dans l’âge nucléaire, lorsque les américains proposent au roi Juda ce miracle qui consiste à transformer la force destructrice du nucléaire en quelque chose de bénéfique pour l’humanité, l’exploration du schiste en Algérie (selon le deal des Invalides) est dédiée à la maîtrise de cette technique très convoitée par les adorateurs du dieu argent et qui ne peut être maîtrisée qu’après une destruction géologique d’envergure (sol, nappe phréatique et atmosphère). Le clan est dos au mur, s’il donne l’impression de renier son engagement alors le Lobby tournera le pouce vers le sol




    0



    0
    New kid
    30 janvier 2015 - 10 h 54 min

    Oui rien ne sert de mentir,
    Oui rien ne sert de mentir, il faut mourrir a point!




    0



    0
    Abou Stroff
    30 janvier 2015 - 10 h 33 min

    « Rien ne sert de mentir ».
    « Rien ne sert de mentir ». dixit K. M. et pourtant L’Etat algérien a été bâti sur le mensonge, à commencer par ceux (les planqués de l’extérieur) qui ont foulé, pour la première fois, le sol algérien en 1962, qui ont placé sur leur front l’étiquette « ancien moudjahid », qui ont décimé les quelques centaines de seuls vrais combattants (de l’intérieur), qui ont marginalisé la direction légitime du combat anti-colonial et qui ont pris le pouvoir au nom d’une révolution à laquelle ils étaient quasiment étrangers. en d’autres termes, depuis 1962, ceux qui nous gouvernent sont des menteurs et il n’y aucune raison qu’ils abandonnent leur raison d’être. et le mensonge transparait dans la prédation tout azimut à laquelle ils s’adonne tout en nous promettant un bonheur à venir (bonheur à l’insu de notre plein gré) pourvu qu’on leur fasse confiance en les laissant faire ce qu’ils veulent (se soigner au « val de grâce » tandis que nous crevons dans des mouroirs locaux, par exemple).
    quant aux pro-gaz de schiste, ils ne mentent que partiellement. en effet, si l’exploitation du gaz de schiste ne sert pas les algériens lambda, en général et les habitants du sud, en particulier, elle sert la marabunta qui nous gouverne puisque cette dernière obéit à un agenda concocté par des officines étrangères qui lui assure un soutien inconditionnel dans sa monopolisation du pouvoir.
    Moralité de l’histoire: les algériens du sud viennent de donner une leçon magistrale à la pègre qui nous gouverne. dorénavant, les algériens ne veulent qu’on fasse leur bonheur sans les consulter. cette attitude est la étape dans l’émergence d’une société civlie et du citoyen.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.