Le prix de la vassalité

M6 libéralisme
Mohammed VI et Macron lors du sommet UA-UE. D. R.

Par Akram Chorfi – Le libéralisme outrancier auquel la monarchie marocaine a arrimé le Maroc et auquel elle prend part de fort belle manière, en profitant de la curée qui affame des millions de Marocains et qui porte atteinte à leur dignité, fait question.

Si la pauvreté supposée du Maroc a été à l’origine d’une politique d’ouverture économique qui a consisté dans un bradage institutionnalisé de la souveraineté marocaine et des richesses que celle-ci était censée permettre de préserver dès l’indépendance, il s’avère que les raccourcis qu’empruntent naturellement les monarchies vers des solutions faciles occasionnent des dommages structurants pérennes, qui conduisent à une soumission chronique de l’économie locale aux économies hégémoniques qui envahissent les domaines vitaux et les plus rentables.

Cette vassalisation du Maroc, la monarchie marocaine s’en accommode, se flattant de bénéficier de la bienveillante protection de ses alliés stratégiques, qui ne sont en rien, ni au passé ni au futur, les alliés du peuple marocain dont la dignité est bafouée chaque jour que Dieu fait.

La concession originelle à cet état de fait, opérée par feu Hassan II, alors fils reconnaissant de la France qui lui a donné sa culture et ses subtilités politiques et langagières, était censée arrimer le Maroc à la modernité, lui qui entendait prendre ses distances vis-à-vis de cet Orient, par trop engageant en termes de causes à défendre et d’intégrité religieuse à assumer.

Le digne fils a fini d’achever l’œuvre paternelle en jetant définitivement le Maroc dans les bras de la France, d’Israël, des Etats-Unis et même de sa vassale l’Arabie Saoudite.

Avec presque une centaine de milliards de dollars de dette extérieure, un dossier de décolonisation en déni dans les bras, des millions de sujets marocains exclus du système économique et voués à la misère sociale et au déni de justice, et un rif en éveil décidé à en découdre avec le pouvoir en place, le Maroc ressemble à une marmite en ébullition qui pourrait donner lieu à un scénario à l’iranienne à la veille de l’avènement des Ayatollah.

A. C.

Comment (21)

    Anonyme
    15 août 2018 - 20 h 34 min

    Est-ce qu’on pourrait arrêter d’évoquer ce pays ? A longueur de journée, ça devient saoulant. Je n’aime pas le Maroc, ne veut pas d’un Grand Maghreb machin chose, ne me sens pas maghrébin mais simplement nord-africain et méditerranéen, n’ai pas envie d’une alliance avec ce roi et soutient les Sahraouis pour retrouver leur terre et y être souverain. Mais le fait de manger du Maroc, matin, midi et soir, ce n’est pas sain. Occupons-nous de nos affaires, soyons francs entre nous, soyons solidaires entre nous et relevons-nous les manches car notre pays est à lui seul un pays continent tant sa diversité est partout. Stop avec le Maroc, on s’en fout de ce pays, de son roi et de sa monarchie féodale. Occupons-nous de nos affaires et ne faisons rien avec eux. Basta.

    Jean-Boucane
    15 août 2018 - 8 h 43 min

    Si les migrants ont été chassé en masse la semaine dernière, c’était surtout pour essayer de donner une bonne image de Tanger au vu du match Barcelone Seville! Le Maroc fonctionne toujours comme cela, ils sont impitoyables et inhumains lorsqu’il y a un évènement chez eux!
    Malheureusement cela n’a servit a rien car ils ont encore fait preuve d’un amateurisme pour le match!

    6
    3
    anonyme
    14 août 2018 - 18 h 28 min

    Chasse aux migrants au Maroc : Deux morts guinéens.

    Sous le fallacieux subterfuge de déplacements forcés de migrants clandestins vers d’autres lieux, “ou les conditions de vie sont meilleures”, les autorités marocaines s’adonnent en fait à une véritable chasse aux migrants clandestins.

    La vague d’arrestations de migrants subsahariens qui a débuté il y a plus d’une année par l’évacuation d’immeubles occupés illégalement dans le quartier de Boukhalef, à Tanger, se poursuit. Dans certains cas, point de traces de migrants déplacés de force de leurs lieux de résidence. Une ONG qui suit de près cette question s’inquiète du sort toujours incertain des personnes qui ont été arrêtées et déplacées depuis le début de la semaine. Celles-ci ont été “déplacées dans différentes villes du sud du Maroc, notamment Agadir, Marrakech et Fkih Ben Salah”, précise le porte-parole du Gadem, qui souligne que “tous se plaignent de n’avoir aucune information” sur la raison et la durée de leur détention. “Une détention évidemment totalement arbitraire, puisque réalisée en dehors de tout cadre légal, dénonce Stéphane Julinet. Les personnes sont arrêtées, déportées et détenues indépendamment de leur situation administrative”.
    Vendredi dernier, une opération de police a été menée dans un autre quartier de la ville, à proximité de l’aéroport. En début de semaine, les autorités marocaines avaient donné un ultimatum de 24 heures aux Subsahariens qui vivent dans le quartier de Boukhalef pour quitter leurs logements avant de se lancer dans l’opération d’expulsion locative, lors de laquelle de nombreux migrants ont été interpellés et placés en détention.

    5
    5
    De l'air !
    14 août 2018 - 16 h 37 min

    C’est pas mon problème, ni celui des mes voisins du 17 bis

    5
    8
      RasElHanout
      14 août 2018 - 18 h 20 min

      De l’air ! Ya si lahwa on appelle cela non assistance a personne en danger meme si dans ce cas il s’agit d’un pays (lol),

      5
      7
    Mohamedz
    14 août 2018 - 14 h 54 min

    Dans une classique affaire de voisinage d’immeuble, le ménage incommodé peut envisager de changer de maison pour éviter son voisin de pallier qui traine une mauvaise reputation et pollue son environnement immediat avec les clichés qu’il traine derriere lui, mais dans le cas d’un voisinage entre pays c’est au peuple de ce pays qui traine autant de casseroles et une si mauvaise reputation de faire le menage interne pour changer l’image de son pays et ce que le peuple marocain doit faire pour son pays tout en essayant d’ameliorer le quotidien de son peuple pour garantir l’avenir des generations futures a mon humble avis.

    12
    8
    Hafraoui
    14 août 2018 - 12 h 14 min

    En parlant de cette centaine de milliards de dollars de dette extérieure du Maroc, il parait selon un Rapport de la Banque Mondiale que le marocain est la personne la plus endettée dans la Région MENA.
    Triste héritage que va laisser M6 apres son abdication forcée et sans réddition de comptes.

    16
    11
    Mokrane
    14 août 2018 - 11 h 56 min

    Je comprend mieux maintenant pourquoi le peuple du Sahara occidiental refuse de devenir un sujet au service de cette prédatrice famille allaouite venue de l’Arabie Yahoudite pour humilier et asservir le peuple marocain,

    17
    10
    Abbes
    14 août 2018 - 11 h 49 min

    Pauvre peuple et pauvre pays qui merite mieux s’il a eu un peu de courage pour decider de son avenir et de son pays.

    17
    8
    Anonymous
    14 août 2018 - 11 h 47 min

    Voici ce qu’on peut faire avec les 28 millions offerts par Momo6 à la Fondation Clinton pour soulager un temps soit peu le peuple marocain de sa misere.

    Selon le Groupe d’Investigation du journal américain Daily Caller, “Hillary Clinton a fait deux grandes faveurs au Maroc pendant son mandat de secrétaire d’État, tandis que la Fondation Clinton a accepté jusqu’à 28 millions de dollars en dons de Momo6.

    “Lisa Jackson, chef de l’Agence de Protection Environmentale (EPA), a tenté de fermer la société Mosaic Company, basée en Floride, en 2011, qui exploite la plus grande installation d’extraction de phosphate aux Etats-Unis. Les liens étroits et la loyauté de Mme Jackson envers les Clinton ont été révélés lorsqu’elle a rejoit le conseil d’administration de la Fondation Clinton en 2013, quelques mois seulement après avoir quitté l’EPA. Jackson est également proche de John Podesta, président de la campagne électorale de Clinton”, afirme le journal américain

    La société phosphatière appartenant a Momo6, l’OCP, a ostensiblement bénéficié de la décision de Jackson de fermer Mosaic. Momo6 a donné jusqu’à 15 millions de dollars à la Fondation Clinton via l’OCP.

    Mme Clinton a également assoupli les restrictions américaines sur l’aide étrangère au Maroc, permettant ainsi aux fonds américains d’être utilisés dans le territoire du Sahara occidental où l’OCP exploite les mines de phosphate. Les restrictions d’aide découlaient de l’occupation illégale du territoire par le Maroc depuis 1974.

    Un courriel que Wikileaks a rendu public la semaine dernière a montré comment Clinton, tout en agissant en tant que secrétaire d’État, a négocié un don supplémentaire de 12 millions de dollars à la Fondation Clinton de la part de Momo6 en échange de la tenue de la conférence Global Initiative (CGI) à Marrakech, au Maroc, en 2015. Un autre paiement d’un million de dollars est venu de l’OCP pour couvrir les dépenses de la réunion de CGI.

    L’attaque réglementaire contre l’industrie américaine du phosphate a commencé sérieusement lorsque Jackson a lancé un barrage d’initiatives réglementaires intimidantes contre Mosaic. Les préoccupations environnementales au sujet des phosphates remontent à 1979, mais l’EPA n’a pas fait grand-chose pour répondre aux préoccupations liées à l’exploitation des phosphates jusqu’au déménagement de Jackson en 2011.

    L’assaut réglementaire contre l’industrie américaine du phosphate comprenait plusieurs organismes, y compris le Department of Homeland Security (DHS). L’EPA a également menacé d’importantes pénalités Superfund, ce qui aurait pu ruiner Mosaic.

    Les phosphates sont des ingrédients essentiels dans les engrais utilisés dans l’agriculture américaine. La fermeture ou la réduction de la production de Mosaic aurait coûté des dizaines de milliers d’emplois aux États-Unis et nuirait à la productivité agricole du pays.

    Cela laisserait également les États-Unis dépendants des producteurs de phosphate étrangers, mais surtout de l’OCP du Maroc. Les seuls autres pays qui exploitent les phosphates sont la Russie, la Chine et l’Arabie saoudite.

    Le député républicain Dennis Ross, qui représente le district de Floride où opère Mosaic, a dit à The DCNF qu’il voit maintenant pourquoi l’EPA s’en est pris à Mosaic.

    « Cette tactique explique parfaitement pourquoi l’EPA, sous la tutelle de Lisa Jackson, a ciblé les opérations de phosphate de Mosaic dans mon district. Je n’ai jamais reçu de réponse lorsque j’ai interrogé Lisa Jackson sur les actions délibérées de l’EPA contre Mosaic « , a déclaré Ross au The DCNF.

    « Maintenant je sais pourquoi. Une préoccupation environnementale n’a jamais existé. Ce ciblage a été fait en retour au Maroc pour avoir donné des millions de dollars à la Fondation Clinton « , a dit M. Ross.

    Un tollé de la part des régulateurs de Floride, repoussé par la délégation du Congrès de l’État et la position juridique précaire de l’agence ont forcé l’EPA à mettre fin à ses menaces à l’encontre de Mosaic.

    La représentante Marsha Blackburn, une républicaine du Tennessee qui est vice-présidente du House Committee on Energy and Commerce et critique envers la Clinton Foundation, était d’accord avec Ross, affirmant que » ces faits semblent révéler la possibilité d’activités plus payantes à la Clinton Foundation « .

    « Il serait particulièrement troublant si la Fondation Clinton travaillait avec l’EPA pour supprimer l’industrie américaine du phosphate en faveur du Maroc. L’EPA et la Fondation Clinton devraient être ouverts à leurs relations avec le gouvernement marocain et l’industrie américaine du phosphate ».

    « Hillary Clinton a vendu son âme quand ils ont accepté cet argent, a rapporté Politico le lendemain de la conférence CGI de Marrakech. TRUMP N’EST PAS PRET D’OUBLIER LA TRAHISON DE MOMO6.

    Enfin tout le monde sait aujourd;hui au Maroc qu’avec ces 28 millions de dollars américains, le Maroc aurait pu construire un hôpital et une université dans la région et il aurait pu résoudre le problème d’eau potable à Zagoura et dans d’autres régions démunies.

    19
    8
    At'hane Oumou
    14 août 2018 - 11 h 33 min

    Pourquoi veut-on jalouser sa Majesky Med VI si le peuple marocain est heureux dans sa paisible misere endemique ?

    16
    9
    Le Rifain
    14 août 2018 - 11 h 30 min

    Et pendant ce laps de temps M6 est devenu par miracle divin dont il est le seul a avoir le secret, la 7eme fortune mondiale et la 1ere en Afrique.

    Certainement que le Makhzen ne nous dit pas tout.

    17
    7
    BabElOuedAchouhadas
    14 août 2018 - 11 h 23 min

    1/— Quid du refus du Makhnez de se mettre a table face au Polisario comme exigée par la derniere Résolution du CS/ONU avant fin Octoble au risque de voir le dossier de décolonisation du Sahara occidental passer du Chapitre V vers le Chapitre VII conformément a la Charte des Nations Unies.
    2/— Quid de la reconduction de l’Accord de Peche UE-Maroc qui dort a Bruxelles grace aux trois décisons de la CJUE.
    3/— Quid de l’expulsion de la RASD du sein de l’UE prévue juste apres l’adhésion du Maroc a cette Organisation de Janvier 2017 et ce, a la faveur d-une pseudo- pétition de 36 Etata africains,
    4/— Quid de ce TGV offert par Sarko dont la mise en circulation était prévue début 2018 alors que 80% de la population rurale marocaine continue a se déplacer a dos de Mulet .
    5/— Quid de ce grandiose projet  » Tanger Manara El Moutawasset » qui dort lui aussi et qui reste au stade de belles maquettes.
    6/—- Quid de ce gigantesque projet de Gazoduc Tanger-Lagos nécéssitant pas moins de 100 milliards de dollars et qui dort lui aussi dans les archives du Palais de M6.
    7— Quid du Slogan  » le Maroc ; de Tanger a Lagouira » alors que 18 soldats des FAR ont été fait prisonniers par l’armée Mauritanienne au port meme de Lagouira.

    Une autre facon de dire que la politique du Mégaphone de Mimi6 consiste a nourrir ses sujets de reves utopiques grace a l’addiction du cannabis distribue a tout va et gracieusement parait il.

    Enfin espérant dans l’interet de Mimi6 et de sa famille que le peuple marocain ne se réveillera pas sinon bonjour les dégats.

    21
    10
      Anonyme
      14 août 2018 - 12 h 23 min

      @BabElOuedAchouhadas. Merci pour cet instructif et enrichissant rappel en esperant qu’il va ouvrir les yeux au peuple marocain voisin avant que ca ne soit trop tard.

      12
      8
    Rachid Djha
    14 août 2018 - 11 h 00 min

    Un peuple qui vit dans le moyen age et un Roitelet qui joue au coloinisateur au point de mériter d’etre puni en écrivant 35 millions de fois : Quand on n’a pas les moyens de sa politique on utiise la politique de ses moyens.

    20
    9
    Med Benhamou
    14 août 2018 - 10 h 54 min

    Dans les paradoxes marocains on peut citer la facture du dernier dîner des parlementaires à l’occasion de la Fête du Trône.

    En effet et alors que les régions du Maroc manquent cruellement de tout et notamment d’infrastructures dans les domaines de la santé et de l’enseignement etc…, la population de Zagoura est sortie le meme jour dans la rue pour protester contre la soif vécue par la ville depuis des mois, alors que la jeunesse périt dans les mines abandonnées de Jerada, le Makhzen dépense sans compter pour moment de faire plaisir à ses thuriféraires.

    Dans ce cadre, a l’occasion de la Fête du Trône célébrée à Tanger, les parlementaires marocains ont été invités à dîner dans l’hôtel Mogador Palace. La facture de ce dîner a été largement partagée dans les réseaux sociaux et elle s’élève à 2.645.963 DH soit l’equivalent de 26,4 Millions de dollars.

    Pour rappel, selon un rapport officiel émanant du Conseil économique, social et environnemental du Maroc, plus de 11 millions de jeunes marocains (15-34 ans) sont livrés à eux-mêmes et n’ont pas accès à l’emploi, à la formation ni à aucune couverture sociale.

    18
    10
    Ziad ALAMI
    14 août 2018 - 10 h 26 min

    Moi j’invite les interessés a consulter le dernier Rapport de la Banque Mondiale qui dresse un rapport choquant sur la pauvreté au Maroc,

    Ce rapport des Nations Unies indique que le Maroc est l’un des pays de la région du Moyen Orient et d’Afrique du Nord qui souffre le plus de pauvreté et de restriction.

    Dans ce meme rapport, il est précisé que 60% des Marocains vivent dans la pauvreté extreme et dans le besoin. Cette partie de la population marocaine se divise en deux classes : la majorité des Marocains qui vivent dans la pauvreté extrême et les autres qui vivent dans un stade intermediaire de pauvreté et qui sont privés de leurs droits les plus élémentaires, notamment l’éducation, la santé et enfin le droit au logement.

    Le plus grand taux de ces Marocains qui vivent au bord de la précarité extrême a été confirmé par le dernier rapport onusien du PNUD qui a démontré que le Maroc fait partie des pays les plus pauvres d’Afrique, à côté du Zimbabwe, du Mali, de la Somalie et du Gabon. Avec ces chiffres inquiétants, le Maroc atteint donc naturellement la 126ème position dans le classement des IDH (indices de développement humain) dans les pays du monde.

    Avec tous ces cliches certaines presses propagandistes continuent a chanter a qui veut l’entendre que « le Maroc avance sans gaz ni petrole ».

    Enfin heureusement que le ridicule ne tue pas encore sinon le Maroc serait un vaste cimetiere depuis belle lurette.

    20
    8
    M'hamed HAMROUCH
    14 août 2018 - 10 h 15 min

    En tout état de cause le peuple marocain n’a que ce qu’il mérite surtout quand on sait que son concept de citoyenneté se résume exclusivement a la maniere de se courber pour faire ce fameux « baise-main » et a ses 5 prieres quotidiennes pour voir son nom figurer sur les listes annuelles de « Prestation du Serment d’Allegeance » au Prédateur M6 et ainsi assurer sa place au paradis par la grace de l’auto-proclamé « Emir El Mouminine ».

    20
    9
    RasElHanout
    14 août 2018 - 10 h 08 min

    Et qu’est-ce qu’attend notre ANP pour renforcer en URGENCE le blindage de nos frontieres de l’Ouest a l’effet de juguler le flux de migrants marocains des cette imminante implosion sociale qui est devenue inevitable au regard des informations qui nous parviennent de cette feodale Narco-monarchie absolue ?

    22
    10
    Salah Eddine
    14 août 2018 - 10 h 03 min

    Effectivement tout le monde s’accorde aujourd’hui a dire que la situation qui prevaut actuellement au Maroc ressemble bizarrement a ce qu’etait l’Iran quelques semaines avant le retour a Teheran d’Ayatollah Khomeini en 1979.

    19
    9
    Ahmed ADDOU
    14 août 2018 - 9 h 58 min

    Avant hier on a eu l’amère réalité sur la misere cachée derrière un match international organisé a Tanger (la finale de la supercoupe d’Espagne).

    Ce qui semblait, selon la presse propagandiste du Makhzen, être la parfaite occasion pour le Maroc de mettre en valeur ses infrastructures dédiées au sport et de prouver qu’il est bel et bien capable d’accueillir une Coupe du Monde de foot ball, n’a finalement ete qu’un gigantesque fiasco.

    La réalité tait plutot :

    1/- UNE OPERATION CACHE-MISERE :

    En effet et meme a la veille du match, le titre d’un article publié par le journal espagnol El Mundo faisait déjà polémique :« Operación maquillaje en Tánger por la Supercopa: « Se llevan a los niños pobres para que no molesten » », que l’on pourrait traduire par « Opération maquillage à Tanger pour la Super Coupe: « Ils emmènent les enfants pauvres pour qu’ils ne dérangent pas ». En d’autres termes, les enfants des rues qui errent sans cesse à Tanger dans l’espoir de passer les frontières Espagnoles pour rejoindre l’Europe ont comme par hasard disparu à quelques jours de l’événement.

    Un titre poignant qui en dit long sur une soupçonnée opération «cache-misère» visant à dissimuler une réalité contrariante et pouvant incommoder les supporters et les touristes, venus nombreux à Tanger en ce week-end de match. Une presse internationale qui ne prend pas de pincettes et lève le voile sur un match qui semble se jouer principalement sur les apparences.

    2/- LA CRISE MIGRATOIRE

    De même l’article d’El mundo s’intéresse à l’impact économique d’un tel événement à Tanger en rappelant que «l’amitié entre l’Espagne et le Maroc ne traverse pas son meilleur moment. La crise migratoire nuit aux relations bilatérales. Par conséquent, cette approche, dans le domaine du football, est perçue d’un bon œil à la fois à Moncloa et à Rabat.»

    « La police de Tanger formera un cordon de sécurité afin qu’il n’y ait pas d’imprévus pendant le match. Et ils surveilleront les plages pour éviter que des centaines d’immigrants rejoignent l’Espagne en profitant de la distraction du football.».

    Moralite,Mimi6 sait qu’il est incapable d’organiser un match de foot mais insiste sans conviction a accueillir une Coupe du Monde.

    C’est ce qu’on appelle le Paradoxe Marocain.

    22
    10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.