Dangereux enfantillage

Par Kamel Moulfi – Les «sources sûres» citées pour prouver la véracité d’un fait ne sont plus une garantie contre la désinformation. Galvaudées, elles contribuent finalement à la perte de repères et le public qui s’égare ne sait plus quel crédit donner aux nouvelles rapportées par les médias. Cette dérive renforce l’idée selon laquelle la presse utiliserait abusivement son pouvoir de dire ce qu’elle veut, pour raconter n’importe quoi. Certes, le travail journalistique n’est pas à l’abri d’erreurs ni de dérapages, mais quand il s’agit d’informations sensibles, comme le sont celles qui touchent à la situation sécuritaire, la plus grande vigilance doit être exercée et l’exigence de rigueur absolument respectée. Ce n’est pas toujours le cas. Le besoin de faire du chiffre semble être le leitmotiv principal de certains médias qui n'hésitent pas à mentir quitte à ce que ce mensonge desserve les intérêts du pays. Y a-t-il une opération commandée visant à faire fuir les étrangers d'Algérie après l'attaque du Bardo à Tunis ? Il est difficile, s’agissant de l’affaire des ouvriers turcs de Tizi Ouzou, de croire, en effet, à un simple «faux tuyau», vu la conjoncture. La cellule de communication de la wilaya de Tizi Ouzou qui est la source la plus sûre pour les questions qui concernent son territoire a mis les choses au point. Il n’y a pas de lien entre la situation sécuritaire dans cette wilaya et le transfert d’ouvriers turcs d’une base de vie à une autre, opéré dans l’après-midi du 22 mars 2015. Et encore la maladie des chiffres, manipulés pour servir le sensationnel : ce ne sont pas des centaines mais une quarantaine d’ouvriers turcs qui ont été concernés par ce transfert. Si on voulait, au contraire, minimiser l’ampleur de l’événement, sans toucher au fait, on aurait dit «même pas une poignée de dizaines». Mais pour faire du chiffre, dans tous les sens, il faut au contraire gonfler, quitte à tordre le cou aux fondamentaux du métier de journaliste. Circonstance aggravante, répétons-le, il s’agit d’une information à caractère sécuritaire.
K. M.
 

Comment (10)

    sentinel
    25 mars 2015 - 10 h 11 min

    cher mr moulfi j apprecie
    cher mr moulfi j apprecie enormement vos billets(edito.bien sur)alors explique nous le propos ou le but de publier des ecrits bizards de (sonia baker et david leffler) en parlant de sources sur et etatiques et les suprimes quelques temps apres sachant que ç a prete a confusion.ce qui est pire que des enfantillages.

    fraternellement une sentinelle

    ps:vous nous avez fait le coups il ya de cela une annee pour l histoire du mossad finnance par l arabie seoudite pour elimine des scientifique iraniens et bla bla bla sont aucune consistence journalistique ou scientifique de la part de cette sonia baker.




    0



    0
    Ahmed/RAIS/ anonyme
    24 mars 2015 - 21 h 14 min

    007 (non vérifié) | 24. mars
    007 (non vérifié) | 24. mars 2015 – 21:12

    Par Ahmed/RAIS/ anonyme (non vérifié) | 24. mars 2015 – 14:43
    Si vous lisez tous ces journaux, quand est ce que vous avez le TEMPS pour bosser kho!!! c´est dramatique d´être payé pour lire les journaux!! dans quel but!!!
    ___

    Je travaille à mon compte. J’ai un petit commerce à l’est de l’Algérie!




    0



    0
    007
    24 mars 2015 - 20 h 12 min

    Par Ahmed/RAIS/ anonyme (non
    Par Ahmed/RAIS/ anonyme (non vérifié) | 24. mars 2015 – 14:43
    Si vous lisez tous ces journaux, quand est ce que vous avez le TEMPS pour bosser kho!!! c´est dramatique d´être payé pour lire les journaux!! dans quel but!!!




    0



    0
    Laetizia
    24 mars 2015 - 19 h 52 min

    Depuis la descente aux enfers
    Depuis la descente aux enfers des années 1990 notre pays a perdu le fleuron de ses journalistes, la formation a dégringolé et la suite la voici, la voilà !
    Très récemment, un de vos journalistes a « dénoncé » l’avertissement adressé à travers le discours présidentiel, à une certaine presse non nommée mais que la plupart d’entre nous savons reconnaître. Il y a opposé de façon stupéfiante une prétendue « liberté de ton ». Alors est ce qu’on peut décemment parler de liberté quand on raconte des cracks de nature à nuire à la sécurité du pays ? y a-t-il encore lieu de parler de journalisme ? AP, il faut être cohérent : soit vous vous démarquez avec force de ces gens soit vous en êtes! SVP sachez être intègre dans votre pensée ou sachez transmettre cette déontologie aux plus jeunes (des enfants?) : si votre « pire ennemi » a une bonne pensée sachez le reconnaître.




    0



    0
    Anonyme
    24 mars 2015 - 19 h 18 min

    L’algérien n’a que
    L’algérien n’a que l’information qu’il mérite ! Si les officiels et les « sources digne de foi » restent muettes la plupart de temps devant les pires situations, ce n’est pas la faute aux journalistes qui ne font que leur métier.
    Quant aux commentaires de ce Ahmed/RAIS, ils sont affligeants en créant l’amalgame et la confusion. Comme par hasard, il ne cite que les titres qui ne caressent pas dans le sens du poil !




    0



    0
    Anonyme
    24 mars 2015 - 18 h 35 min

    l’information,les
    l’information,les nouvelles…les medias :appelez les comme vous voulez sont desormais des armes de guerre sous toutes ses formes.ils ou elles appartiennent aux assassins financiers qui les manipulent dans leur interet exclusif.les professionnels de l’information honnete n’existent plus. alors nous devons agir en consequence pour nous defendre.




    0



    0
    Kenza
    24 mars 2015 - 18 h 29 min

    Ce que vous appelez « 
    Ce que vous appelez  » enfantillage » n’est que la conséquence du verrouillage de l’information et de la communication de la part de l’état.
    Quand on sait qu’on a la bonne information et toute l’information d’une source OFFICIELLE CRÉDIBLE on ne va pas la chercher ailleurs…et même si on trouve une information ailleurs, dans une presse connue pour faire dans le sensationnel, on ne lui donnera aucun crédit!
    Donc, c’est ce verrouillage de l’information et le manque de communication de la part de l’état qui constitue le véritable danger.




    0



    0
    Ahmed/RAIS/ anonyme
    24 mars 2015 - 13 h 43 min

    NOUS NE cessons de dire et de
    NOUS NE cessons de dire et de redire que le site électronique TSA (Tout Sur l’Algérie) est un média subversif et de manipulation créé pour déstabiliser l’Algérie!!
    Tout comme, répétons le encore et encore:
    (« LE Matin Dz », « Le Quotidien d’Algérie », « Activiste DZ », « La nation DZ », « Kalima DZ », « Le Soleil d’Algérie », Hoggar.org », « Siwel » et « Kabylie.net », « TSA », «Tamurt», « Algérie-Focus » El Watan, Echourok)
    __

    VOICI un passage de cet article mensonger:
    .
    Plusieurs CENTAINES d’ouvriers turcs chargés de la réalisation de la pénétrante qui doit relier la wilaya de Tizi Ouzou à l’autoroute est-ouest ont été évacués, ce dimanche dans l’après-midi, de leur base de vie implantée dans la région de Drâa El Mizan, à une cinquantaine de kilomètres au sud de la ville de Tizi Ouzou, a-t-on appris de sources sûres.
    Selon nos sources, l’évacuation des ouvriers turcs a été décidée suite à « une menace terroriste » dont la nature n’a pas été précisée.




    0



    0
    Anonyme
    24 mars 2015 - 13 h 35 min

    Quand une information fait
    Quand une information fait son effet et soulève une polémique dans une société, le recours vers l’animation de débat contradictoire entre antagoniste sera fondamentale et nécessaire. En cas de dépassement le syndicat élu par la corporation tranche. Hélas ! Cette pratique digne d’une société civilisée ne verra pas son jour tant que la démocratie ne s’est pas établit.
    Chez nous, le milieu défavorable et les conditions de travail difficiles ne favorisent pas les journalistes à accomplir leurs taches qui leur sont demandés




    0



    0
    fatigué
    24 mars 2015 - 9 h 59 min

    une information doit être
    une information doit être recoupée par d’autres informations émanant de sources différentes avant d’être considérée comme sûre.
    un renseignement c’est encore plus compliqué pour les recoupements( inutile de s’étaler là dedans car ce n’est pas le sujet).
    certains journalistes écrivent ce qu’ils entendent dans les cafés et les bars…..alors faut pas s’étonner.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.