Marcher ne sert à rien

Par Kamel Moulfi – C’est la nouvelle mode : après chaque attentat, une marche internationale est organisée. Celle d’aujourd’hui à Tunis fait suite à l’attaque terroriste contre le musée du Bardo le 18 mars. C’est une imitation de la marche «républicaine» de Paris du 11 janvier qui était, elle, motivée par le choc de l’attaque contre la rédaction de Charlie Hebdo, en pleine capitale française, et par l’urgence d’y remédier. L’annonce de la participation de dirigeants européens à la marche de Paris avait produit un effet d’entraînement sur d’autres pays voisins. On a pu voir, ce jour-là, le terroriste Netanyahou au premier rang des «marcheurs». A Tunis, la «grande marche républicaine contre le terrorisme» se veut, elle aussi, d'envergure internationale. C’est le président Béji Caïd Essebsi qui invite, et le premier à avoir fait connaître qu’il y serait est le président français François Hollande, initiateur de cette mode. D’autres chefs d'Etat, arabes et étrangers, sont attendus. A quoi serviront ces manifestations protocolaires, sinon à gaspiller du temps, de l'argent et de l'énergie au lieu de concentrer les efforts sur la lutte antiterroriste sur le terrain sans tambour ni trompette. Ce dont la communauté internationale a besoin, c'est d'une réaction efficace aux violences terroristes et non pas de rassemblements médiatiques obsolètes. Preuve en est que la marche de Paris a débouché sur les attaques du Bardo à Tunis quelques semaines plus tard… avec des victimes originaires de pays européens, dont quatre venaient de France. Moins d'une semaine après le Bardo, un autre attentat terroriste a ciblé des militaires tunisiens près de Kef. A-t-on besoin de marcher pour prouver qu'on est contre le terrorisme ? On commence à mieux comprendre en Europe que les ingérences en Libye et en Syrie ont été des déclencheurs des activités terroristes dans le voisinage. La meilleure façon d’aider les pays comme la Tunisie à lutter contre le terrorisme et à construire la démocratie est d’arrêter d’apporter le soutien direct et indirect aux groupes de criminels qui agissent en Syrie et ailleurs. Quant aux pays touchés par ce fléau, l’exemple algérien montre que la riposte la plus efficace aux terroristes est dans la mobilisation de la population et dans l’action des forces de sécurité.
K. M.
 

Comment (16)

    Anonyme
    29 mars 2015 - 19 h 33 min

    Cet édito va à l’essentiel,
    Cet édito va à l’essentiel, bravo et merci pour cet article.




    0



    0
    Laetizia
    29 mars 2015 - 17 h 17 min

    Marchons marchons qu’un sang
    Marchons marchons qu’un sang impur abreuve nos sillons, dit la marseillaise
    Est-ce là le sens que donne monsieur hollande à cette marche ? et finalement que signifie t-elle cette marche ? Pourquoi ce hollande ne fait-il pas plutôt un examen de conscience, lui qui a déchaîné des hordes de criminels sur la Syrie à la suite de son prédécesseur mais non moins rival sarko le facho, qui lui a ouvert les portes de l’enfer aux libyens ? Que signifie cette mascarade ? Où allons nous ? Les tunisiens sont ils les mêmes que ceux dont on nous a vanté la solidarité légendaire en nous rappelant sans cesse le massacre de sakiet sidi youcef, ou comment nos sangs se sont mêles une fois encore ? Pourquoi tant de compromissions, pourquoi cette tentation de redorer le blason sur le dos des algériens ? Est-ce pour quelques investissements étrangers à arracher impérativement à la barbe de l’Algérie, ce pays dont il faut absolument maintenir une image noire et repoussante ? Nous avons un dicton qui dit : essahab, sahba ouenniya makach. Pitoyable!




    0



    0
    Anonyme
    29 mars 2015 - 16 h 16 min

    La représentation algérienne
    La représentation algérienne à Tunis est stupide, vu les dernières déclarations de Essebsi qui accuse outrancièrement l’Algérie en lui attribuant le terrorisme tunisien revendiqué par l’EI tunisien. Ce régime du clan d’Oujda n’a pas d’honneur. La représentation par l’ambassadeur d’Algérie à Tunis aurait suffi tout simplement. C’est simplement scandaleux, après le chéquier algérien qui se chiffre à plusieurs centaines de millions d’euros de dons et de prêts sans intérêts, en faveur de la Tunisie, ce voisin de l’Est nous accuse de son propre terrorisme tunisien, voilà que l’idiot de Sellal se présente à Tunis pour la marche contre le terrorisme. Honte à ce régime mafieux, alors que le premier réflexe aurait été de fermer la frontières avec la Tunisie après ses accusations éhontées contre l’Algérie, comme l’a fait le grand Zeroual avec le Maroc après l’attentat de Marakech provoqué par des terroristes marocains, des frontières toujours fermées Dieu merci avec l’ennemi marocain. Les tunisiens sont des lâches contrôlés par les lobbys siono impérialistes ces derniers possèdent toute la Tunisie comme tout le Maroc, ils contrôlent l’économie tunisienne et marocaine, le tourisme de ces 2 voisins ils sont demeurés des protectorats, c’est ce qui fait que les tunisiens sous la houlettes de leurs maitres accusent l’Algérie du terrorisme propre aux tunisiens.




    0



    0
    ghazel Dilmi
    29 mars 2015 - 14 h 17 min

    A/ Anonyme (non vérifié) |
    A/ Anonyme (non vérifié) | 29. mars 2015 – 14:03

    bonjour!
    Si tu n’avais pas compris, je ne pourrais rien faire pour toi par contre si tu me l’avais demandé poliment sur l’implication du président grec, j’aurais pu vous répondre avec plaisir. Vous doutez de ma nationalité parce que ma lecture ne trouve pas de place dans ta petite cervelle ça aussi c’est ton problème. Il faut que tu fasses des efforts car rien ne se donne gratuitement.




    0



    0
    Anonyme
    29 mars 2015 - 13 h 42 min

    Inacceptable !
    le 29.03.15 |

    Inacceptable !

    le 29.03.15 | 10h00 8 réactions

    On sait que le président Beji Caïd Essebsi ne portait pas l’Algérie dans son cœur. On s’est dit qu’avec le temps et le réalisme politique, les mentalités évoluent surtout quand on accède au plus haut sommet de l’Etat.

    Ce n’est malheureusement pas le cas de l’actuel locataire du palais de Carthage. En effet, après le tragique attentat du musée du Bardo, le président tunisien n’a pas trouvé mieux que de pointer du doigt les Algériens, prétendant que ces derniers sont à la tête des groupes terroristes qui sont en train de se développer à travers la Tunisie. Jusque-là, les Tunisiens se contentaient de dire vicieusement que les terroristes s’étaient installés dans le mont Chaâmbi, «près de la frontière algérienne».

    Pourtant, ils n’ont jamais capturé ne serait-ce qu’un de nos ressortissants. Sans vouloir dire que ceux-ci sont devenus brusquement des enfants de chœur, il se trouve que les nôtres sont en train de s’éloigner de la violence islamiste alors que l’on sait qu’ils sont à peine 150 éléments avec Daech, alors qu’on recense 3000 Tunisiens et 3000 Marocains. Même le groupe qui a attaqué la base de Tiguentourine était composé de 13 Tunisiens et seulement 3 Algériens. À aucun moment, les autorités algériennes n’ont fait une allusion malveillante à l’égard de la Tunisie. Au contraire, quand le phénomène terroriste s’est mis à se développer chez notre voisin de l’Est, l’Algérie n’a épargné aucun effort pour l’aider à faire face et à relever le défi.

    Mieux, les autorités algériennes encouragent nos ressortissants à passer leurs vacances en Tunisie pour sauver la saison touristique de ce pays compromise par les attentats du Bardo.

    Le comportement du Président nous rappelle celui du roi Hassan II qui, à la suite d’un attentant contre un hôtel de Marrakech, en 1994, a accusé injustement des services algériens d’être derrière, et ce, dans l’espoir d’éviter des conséquences fâcheuses à la période estivale. Mal lui en prit.

    L’Algérie a fermé depuis ses frontières, ce qui a eu des répercussions négatives sur le développement économique de l’Est marocain. Nous n’en sommes pas là avec la Tunisie, même si, durant l’actuel Forum social mondial, elle a publié une carte tronquée du Maghreb en violation de la légalité internationale, et le peu du respect qu’elle a pour les frontières héritées à l’indépendance.

    Tayeb Belghiche El Watan




    0



    0
    Kahina
    29 mars 2015 - 13 h 21 min

    AUX TUNISIENS:
    ASSUMEZ vos

    AUX TUNISIENS:

    ASSUMEZ vos terroristes…Vous avez bien voté pour ces sanguinaires et vous étiez très fiers, alors assumez vos erreurs. Soyez matures et responsables.
    Au lieu de pointer l’Algérie, ayez le courage de pointer votre maitre la France, l’architecte du bourbier Libyen, votre voisin d’à côté.




    0



    0
    Algérienne
    29 mars 2015 - 13 h 06 min

    La marche de la Tunisie a eu

    La marche de la Tunisie a eu droit à 20 secondes sur TV5




    0



    0
    Anonyme
    29 mars 2015 - 13 h 03 min

    Lire svp sur mon poste de
    Lire svp sur mon poste de 13h52

    Cessez vous les tunisiens d’attribuer votre propre terrorisme à l’Algérie, cessez de pointer du doigt l’Algérie quand vos terroristes tunisiens commettent des attentats en Tunisie.




    0



    0
    Anonyme
    29 mars 2015 - 12 h 52 min

    Par ghazel Dilmi (non
    Par ghazel Dilmi (non vérifié) | 29. mars 2015 – 12:53
    Je n’ai rien compris à ton poste, que fait la Grèce là dedans? si tu es tunisien affiche toi comme tel, les étrangers ne doivent pas poster sur nos sites sous l’anonymat, cela porte à confusion, par contre les anonymes algériens sont facilement connaissable par la teneur de leur poste, il n’y a pas de problème, mais les étrangers doivent s’afficher sous leur vraie nationalité. Je pense que tu es tunisien. Le message aux tunisiens cessez votre terrorisme à l’Algérie, vous avez élu enahdha aux premières éléctions et ce, démocratiquement, vous avez donc voté pour l’islamisme avec son lot de terrorisme qui vient avec, les dernières élections prouvent que les tunisiens sont au moins 50% a voter islamistes le parti enahda est toujours très fort en Tunisie, sans compter vos 3000 terroristes envoyés en Syrie et en Irak par Enahda alors assumez votre propre terrorisme et cessez de point l’Algérie du doigt.




    0



    0
    tahia el djazair
    29 mars 2015 - 12 h 04 min

    C’est l’Algérie qui a eu
    C’est l’Algérie qui a eu toujours raison : la Lybie que l’Otan et la France ont bombardé pour créer le chaos islamiste wahabiste sous injonction des monarchies féodales arabes et de la Turquie des frères musulmans . La Syrie détruite par les mêmes monarchies esclavagistes pour éradiquer tout état qui résiste à l’hégémonie israélienne .. Le Yémen agressé par une coalition honteuse de mercenaires arabes africains et pakistanais …
    OUI RIEN NE SERT DE MARCHER … la Tunisie est contaminée par le cancer wahabiste qui risque de la détruire si elle ne revient pas à son âme et à ses fondements : le retour au nationalisme radical tunisien bourguibiste qui , seul , peut la sauver , si elle établit une alliance stratégique avec l’Algérie ..
    les Tunisiens et les autres peuples ne peuvent jamais vaincre le terrorisme islamiste wahabiste si on ne revient pas à la méthode algérienne politique , géostratégique et opérationnelle , élaborée en 94 par les généraux nationalistes et patriotes algériens inspirée par la doctrine révolutionnaire de 54 et qui a été résumée par Reda Malek « la terreur doit changer de camp » .
    La dernière tentative de Tiguentourine , confirme amplement cette vision algérienne juste et efficace , à savoir : on ne doit jamais combattre le terrorisme islamiste wahabiste par les moyens démocratiques mais seulement par les moyens nationalistes . le nationalisme algérien est une ecole universelle pour les peuples musulmans ou non musulmans en quête d’émancipation , de liberté , de dignité et de citoyenneté




    0



    0
    zorba
    29 mars 2015 - 12 h 02 min

    Fatigué même très fatigué
    Fatigué même très fatigué pour avoir des raisonnements de cette mouture….




    0



    0
    ghazel Dilmi
    29 mars 2015 - 11 h 53 min

    Chose est sure, la Tunisie a
    Chose est sure, la Tunisie a franchi un pas vers la construction de sa jeune démocratie cet acquit arrachait par le feu et le sang ne lui donnerait pas cette liberté d’agir et de prendre les initiatives sans qu’elles soient avalisées par son ancien colonisateur qu’est la France d’où l’invitation du président tunisien aux personnalités du monde entier de prendre part à cette marche. Ce président forgé par tant d’années passées dans les dédales du pouvoir avant même l’avènement de cette démocratie ne s’est pas jeté dans l’euphorie comme l’avait déjà fait le président grec par sa précipitation d’imiter celle qui s’est fait en France suite au carnage d’hebdo Charlie une forme de dire indirectement qu’on est dépendant de vous et on ne peut en aucun cas vous en passer. A méditer




    0



    0
    Kahina
    29 mars 2015 - 11 h 44 min

    Je sus curieuse de voir le

    Je sus curieuse de voir le nombre des dirigeants qui vont répondre à l’invitation de la Tunisie.

    Ils arment les terroristes et les manipulent comme ils veulent, puis ils marchent pour l’image de marque.




    0



    0
    fatigué
    29 mars 2015 - 10 h 45 min

    hollane veut récupérer les 20
    hollane veut récupérer les 20 points de satisfaction qu’il a eu le 11 janvier grâce à la marche.
    il a suggéré aux tunisiens d’en faire une dans laquelle il sera présent espérant par là ré-obtenir encore les 20 points qui ont fondu comme neige au soleil.
    l’esprit du 11 janvier qu’ils appellent ça les françaouis.




    0



    0
    New kid
    29 mars 2015 - 10 h 39 min

    Comment marcher dans un état
    Comment marcher dans un état répressif ?
    Marcher ; c’est comme aller voter.
    Marcher c’est falsifier les scrutins.
    Marcher ; c’est comme prier cinq fois par jour ou aller à l’église le dimanche.
    Marcher ; c’est être dans la combine des terroriste en leur envoyant des armes.
    Marcher ; et soutenir les dictatures en échange de ressources naturelles, c’est aller de l’avant pour commettre un crime humanitaire
    Marcher avec n’importe qui est un crime en soi !




    0



    0
    zorba
    29 mars 2015 - 9 h 49 min

    Nouvelle mode?aprés chaque
    Nouvelle mode?aprés chaque attentat?Ce n’est que la deuxiéme marche,si il n’y avait pas de reaction l’argument serait qu’il y a indifférence envers les victimes.Déjà si il y a moins de monde a Tunis on dira qu’il y a 2 poids 2 mesures entre un état arabe et l’occident.On verra peut-être Bouteflika rouler pour un pays’frére’.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.