Tempête dans un verre d’eau

Par Kamel Moulfi – La concession des plages au profit des privés sera maintenue dans notre pays. C’est la ministre du Tourisme et de l’Artisanat qui l’a décidé. Quelques semaines avant, un directeur central du ministère de l’Intérieur, exprimant, en principe, le point de vue de son ministre, avait fait savoir que la proposition d’annuler les contrats de concession des plages serait examinée par le gouvernement. Tout le monde avait alors compris que les plages ne seraient pas livrées cet été au diktat des «concessionnaires». Entre ces deux annonces, c’est la séquence qui manque dans cette affaire, que s’est-il passé ? Le ministère de l’Intérieur a révélé que la concession des plages ainsi que les prestations fournies au niveau de ces sites balnéaires ont rapporté aux communes des 14 wilayas côtières très nettement moins que les recettes estimées à partir du nombre d’estivants enregistré par les services compétents. C’est cette «différence», très grosse, on passe de l'ordre de millions de dinars à celui de milliards de dinars, ajoutée aux protestations des estivants contre la privatisation des plages qui ont justifié la remise en question des concessions. La ministre du Tourisme n’est pas de cet avis et a, donc, décidé que ça ne changera pas cet été. Les contradictions qui naissent dans l’action du gouvernement, étalées dans la presse, ont tendance à devenir un fait «normal». Celle qui a un peu marqué l’actualité ces jours-ci ne sort de l’ordinaire que par son objet, en apparence exceptionnel : la vente de boissons alcoolisées. Faut-il ou non une autorisation pour le marché de gros concernant cette marchandise ? Inutile, a dit le ministre du Commerce, levée de boucliers chez les partis islamistes avec menace de faire bouger les mosquées puis l’épilogue : maintien de l’autorisation, tranche le Premier ministre. Le déroulement séquentiel dans cette affaire est quasiment le même dans toutes les «tempêtes dans un verre d’eau» qui agitent le gouvernement. Quand ce n’est pas une diversion qui se veut génialement montée de toutes pièces, les désaccords entre membres du gouvernement sont provoqués par l’insuffisance, parfois le manque total de coordination au sein de l’Exécutif, ce qui aggrave les conflits de prérogatives et laisse la voie libre aux luttes d’intérêts. L’amplification apportée par les médias fait le reste.
K. M.
 

Comment (16)

    anonyme
    17 avril 2015 - 10 h 25 min

    Par Saladin (non vérifié) |
    Par Saladin (non vérifié) | 16. avril 2015 – 23:09
    la page est loin d’être tournée! notre pays continue de payer! paye que je te paye! libre à vous d’aller à Pétaouchnok si vous voulez mais nous on préfère chez nous et on se bat pour que tout aille mieux ! c’est pas avec des fuyards de votre espèce que les choses avanceront!




    0



    0
    Saladin
    16 avril 2015 - 22 h 09 min

    @Selecto – Pour peu que vous
    @Selecto – Pour peu que vous avez raison , cette page est tourné , aujourd’hui, ne nous voilons pas la face , les citoyens Algériens , cadres moyens de la nation , des médecins ne peuvent se rendre a la plage en famille , ils faut toujours casquer alors que l’état déclare que les plages sont gratuites . En plus vous entendez que des mots vulgaires alors que les nantis de l’état , eux ils ont leur plage « Club des pins » où leurs familles se baignent tranquillement protégés par les gendarmes . Allez faire un tour en Tunisie , vous deviendrez un vrai touriste respecté et vous passerez des jours merveilleux .Toutes les places sont squattées par des personnes qui prennent l’argent mais qui nettoient jamais . Nous n’avons des places et des sites super mais …..l’essentiel manque




    0



    0
    selecto
    16 avril 2015 - 21 h 37 min

    @Par Saladin (non vérifié) |
    @Par Saladin (non vérifié) | 16. avril 2015 – 19:07

    -Il y a des plages en Tunisie qui sont interdites aux Tunisiens.

    – Lors de la Révolution la budget de la Tunisie était de un milliard de $, le FLN payait 7 milliards de $ pour payer les infrastructures qu’il occupait et une taxe mensuel sur chaque réfugié Algérien, la Tunisie prenait 20% des armes que le FLN recevait en Tunisie des pays de l’est.
    J’arrête là pour le moment.

    Vive l’Algérie ses montagnes, ses plaines, son Sahara et son peuple !

    Abas les serpents et les vipères qui l’entourent.




    0



    0
    anonyme
    16 avril 2015 - 20 h 33 min

    Par Saladin (non vérifié) |
    Par Saladin (non vérifié) | 16. avril 2015 – 19:07
    Monsieur saladin, nous sommes d’accord sur les manques de notre pays, mais sans la mobilisation et l’exigence des citoyens d’avoir des infrastructures dignes du nom, nous ne progresserons jamais!




    0



    0
    oueldechaab
    16 avril 2015 - 18 h 56 min

    Le désenchantement est total,
    Le désenchantement est total, abyssale et aucun régime politique à Alger, aucune politique, aucune décision du gouvernement, quelle qu’elle soit, ne peut rendre confiance en cet Etat, matérialisé par des ministres et autres responsables centraux gouvernementaux qui ont détourné et continuent à le faire, la ressource publique sous toutes ses formes.
    La rengaine de la France, pays colonialiste, c’est du réchauffé, Mr L’éditorialiste. Des ministres, des hommes chargés et en charge des affaires publiques, ont volé, détourné, vendus leurs âme et leur honneur, par leurs pratiques, y compris le premier d’entre eux, qui, de tous les hôpitaux du monde, a préféré se soigner au Val de grâce. Où est l’honneur du pouvoir? Où est l’Etat? Le reste, Mr l’éditorialiste, c’est à dire le contenu de votre éditoriale, c’est du pipo, en l’absence d’une politique nationale qui mette un terme à ces dérives et autres trahisons de novembre 1954.
    Seul, l’application de la loi, un système judiciaire qui s’auto-saisi contre ces prédateurs sans foi ni loi, type les sieurs Saïdani, Rahmani, Bouchouareb, Chekib, Bedjaoui, etc…et la liste comporte des dizaines, des centaines de noms couverts d’infamie jusqu’à la fin des temps.
    (…)
    OueldEchaab.




    0



    0
    Anonyme
    16 avril 2015 - 18 h 51 min

    Par Saladin (non vérifié) |
    Par Saladin (non vérifié) | 16. avril 2015 – 19:07
    Passez ses vacances c’est moins cher???
    Où est ce que tu as vu ça, l’argent sonnant et trébuchant en devises étrangères pour aller passer ses vacances en Tunisie, c’est moins cher ? à qui tu veux faire croire cela? nous ne sommes pas stupides pour croire les serpents que sont nos voisins de l’Est et de l’Ouest, tous des profiteurs hypocrites qui nous saignent à blanc et sont d’une hypocrisie odieuse envers les algériens, il n’y a que leur argent qui suscite l’intérêts de nos voisins voraces qui nous saignent à blanc. Le pays est assez immenses et pourvus d’endroits magnifiques pour garder tous ses enfants chez lui. Vos plages ne valent pas les nôtres, nos sites touristiques au Sahara n’existent pas chez nos voisins, nos montagnes pour le ski en hiver sont incomparables avec celles de nos voisins, la beauté de l’Algérie suffit à elle même et à ses enfants. Les ingrats voisins de l’Est et de l’Ouest qui nous accusent de leur propre terrorisme ne nous les aimons pas.. Le tourisme doit se développer en Algérie et attirer tous ses enfants, c’est en passant nos vacances en Algérie que nous investirons pour le tourisme.




    0



    0
    Saladin
    16 avril 2015 - 18 h 07 min

    Monsieur , la TUNISIE n’a pas
    Monsieur , la TUNISIE n’a pas besoin de moi pour vanter ses atouts dans le domaine touristique , il n’y a pas de pur aveugle que celui qui ne veut pas voir , 1,5 millions d’algériens qui ont traversé la frontière pour se rendre en Tunisie au cours de l’été 2014 . L’Algérie n’a pas les moyens de rivaliser avec nos voisins dans le domaine de l’accueil , de la tranquillité . Et pourtant , c’est une vérité , passer ses vacances en Tunisie est moins cher en Algérie alors qu’il y a une grande différence .Alors cher monsieur calmez vous et ce n’est pas ça le NATIONALISME de façade que vous voulez nous vendre .




    0



    0
    Laetizia
    16 avril 2015 - 17 h 00 min

    par leur absence, par leur
    par leur absence, par leur velléités, par leur retours en arrière systématiques à chaque décision importante, fruit du bon sens, comme si des hordes de barbares allaient déferler dans les rues, ils ont affaibli comme jamais l’État.
    Ils gouvernent par la permissivité et la lâcheté! sachez que vous contentez une poignée de voyous et brimez la majorité du peuple qui devra fermer sa gueule et sortir son porte monnaie pour enrichir et renforcer les petites frappes ! si vous continuez de la sorte messieurs et mesdames les décideurs, l’État algérien disparaîtra et nous n’auront plus que les yeux pour pleurer! un peu de courage, un peu de cohérence que diable! arrêtez ces rackets honteux et complétement hallucinants pour toute nation qui se respecte, ayez des c… ! Adarbo yaaraf madarbo!




    0



    0
    anonyme
    16 avril 2015 - 16 h 18 min

    Sans oublier cette cacophonie
    Sans oublier cette cacophonie entre le ministre des sports et le président de la FAF relative à la désignation du stade qui accueillera la finale de la coupe d’Algérie.
    Cacophonie qui a fait perdre à l’Algérie l’organisation de la CAN 2017. Pauvre ALGERIE




    0



    0
    anonyme
    16 avril 2015 - 16 h 07 min

    Tempête dans un verre d’eau,
    Tempête dans un verre d’eau, dites vous ?
    Non, le mot tempête est trop fort pour décrire une cacophonie abyssale synonyme d’individus extra muros d’une équipe déchiquetée et implosive. Cette tendance est enregistrée pour donner l’impression d’une opposition interne au gouvernement et endormir par delà les citoyens. Mais qu’ils sachent que 2015 c’est 23 ans après les événements de 1992.




    0



    0
    zorba
    16 avril 2015 - 15 h 31 min

    Il y a la Tunisie et le Maroc
    Il y a la Tunisie et le Maroc bien sûr ou des centaines de milliers d’algériens passent leurs vacances en toute quiétude.




    0



    0
    ghazel Dilmi
    16 avril 2015 - 15 h 10 min

    La concession des plages au
    La concession des plages au profit des privés connaitrait peut-être bien le même sort que la concession agricole de son infortuné drabki Zamar Saadani. Le temps finirait par nous donner tous ses secrets?!




    0



    0
    Anonyme
    16 avril 2015 - 13 h 51 min

    Par Saladin (non vérifié) |
    Par Saladin (non vérifié) | 16. avril 2015 – 13:29
    Voilà un exemple d’infiltration de la promotion touristique en faveur de la Tunisie, non Mr l’Algérie restera l’endroit privillégié de son peuple, les tunisiens n’ont qu’à voir ailleurs pour attirer les touristes chez eux, surtout quand ils se permettent de pointer les algériens à chaque fois que sa pète chez eux, les derniers attentats revendiqués par l’EI se sont transformés en accusation directe vers l’Algérie. Vous voulez notre argent, mais vous nous accusez de votre propre terrorisme. Allez circulez l’Algérie, malgré la gouvernance irresponsable de notre pays par des imposteurs venus d’Oujda, a mille fois plus d’atouts que la Tunisie et le Maroc, lâchez nous les baskets avec votre promotion touristique à la con, qui se fait gratuitement par des immposteurs et des affairiste véreux sans foi ni loi qui sont prêts à dénigrer leur pays pour promouvoir le tourisme en Tunisie. La Tunisie préfère les français et les Occidentaux, quand ils hésitent d’aller chez eux ils se tournent vers l’argent des algériens, alors qu’ils ne peuvent pas nous sentir tout comme les esclaves marocains l’argent des algériens fait baver nos voisins sans aucune contre partie.




    0



    0
    elkhayam
    16 avril 2015 - 13 h 46 min

    Concession des plages
    Concession des plages concessions des toilettes public concession des mosquées des café mais pas de concession de licence d’import d’alcool pays de bédouins.




    0



    0
    Abou Stroff
    16 avril 2015 - 12 h 48 min

    en observant le cafouillage
    en observant le cafouillage général qui transparaît dans les « actions » ou « inactions » de nos augustes dirigeants, le dernier des quidams algériens vocifèrera: il n’y a pas d’Etat!
    tout ce qui peut enjoliver cette simple phrase ne peut être que de la prose sans consistance.
    PS: que ce soit la question des concessions des plages ou de la vente d’alcool, il semble bien qu’un maffia soit au poste de commande. dans le premier cas, il s’agit de saigner l’estivant lambda tandis que, dans le second cas, il s’agit de faire fleurir le commerce informel pour éviter de payer le moindre impôt et maximiser les recettes. les islamistes ne croient ils pas que c’est le commerce (et non la production) qui crée la richesse?




    0



    0
    Saladin
    16 avril 2015 - 12 h 29 min

    Nous resterons otages des
    Nous resterons otages des pratiques maffieuses de certains « protégés » qui font faire leur loi et saigner les pauvres Galériens qui viendrons passer une journée a la plage . Regardez en TUNISIE , vous pouvez garer votre véhicule a bord de la plage sans payer un centime , vous pouvez installer votre parasol , où vous voulez sans payer un centime VIVE LA TUNISIE , heureusement qu’il y a la TUNISIE pour nous faire oublier toutes ces contraintes .




    0



    0

Les commentaires sont fermés.