Et pourtant elle coule !

Par Rabah Toubal – Aussi bien Abdelaziz Bouteflika, dans les différents messages qui lui sont attribués, qu’Abdelmalek Sellal et les membres de l’Exécutif, ne cessent d'affirmer, dans les médias publics et privés, que l'Algérie est à l'abri de la crise due à la chute dramatique des prix des hydrocarbures et de leurs dérivés, qui représentent plus de 98% des exportations algériennes. Ils soutiennent publiquement que la plupart des projets inscrits dans l'inachevable «programme du Président» seront maintenus, quoi que cela en coûtât au pays, tout en donnant, en catimini, des instructions pour les suspendre indéfiniment. Pour faire face à la facture, de plus en plus insupportable, des importations afin de satisfaire les besoins croissants d'une population de plus en plus nombreuse, qui est nourrie, vêtue et soignée de l'étranger par ces importations, qui alimentent la corruption généralisée, dont le volume ne cesse de s'accroître malgré la crise, le pouvoir puise sans compter dans les réserves du pays dont le volume est en train de fondre de manière dramatique. Avec sa gouvernance catastrophique du pays, il pratique une fuite en avant suicidaire grosse de tous les risques pour la cohésion, la stabilité, la sécurité et l'unité nationales. En dépit des dénégations timides et farfelues du gouvernement qui souffre d'un gros déficit de crédibilité sur les plans interne et externe, l'Algérie est en train de couler à vue d'œil, parallèlement à la chute vertigineuse du prix du pétrole notamment. Les mauvais gestionnaires de la rente, qui ont montré toutes leurs limites, leurs carences et leurs insuffisances professionnelles dans la gestion de la crise, doivent d'urgence céder leurs postes.
R. T.

Comment (34)

    Anonyme
    27 août 2015 - 16 h 10 min

    Antisioniste (non vérifié) |
    Antisioniste (non vérifié) | 26. août 2015 – 9:09

    Salamou 3alikoum
    …….
    Comment osez-vous mettre en doute les décisions de son fakakir…
    ___

    FAKAKIR donc!
    Je vais te montrer que tu es un (…) qui ingurgite des conneries en se prenant pour un intelligent!
    Tu es le seul à OSER critiquer le PM par ce mot, car n’ayant rien pigé.

    LIS CECI, APPREND et ferme-là à jamais!
    .
    Pour nous dire que Sellal le PM est nul en Arabe ?
    Pour te montrer que tu ne réfléchis pas et que tu te fie aux dires des manipulateurs dont tu gobes toutes les conneries, retiens ceci et tu t’apercevras que c’est ton genre qui est nul et abruti!!!
    En prenant comme « thème » le mot FAKKAKIR utilisé par Sellal, les manipulateurs qui t’ont roulé t’ont faire croire que Sellal est nul en Arabe en prononçant faussement ce mot qui serait le pluriel de « Fakir » (pauvre). Ils voulaient ainsi diminuer, comme tu le fais, le PM qui devait dire « Foukara » (pluriel de Fakir) et non «Fakkakir » !
    .
    C’est totalement FAUX !
    J’avais bien vu son intervention. Le mot « Fakakir » que j’avais entendu était COMPRIS par moi et par la plupart des algériens, surtout du Sud, AUTREMENT que la stupidité que tu as avalé!! Faut être bien Algérien et éveillé pour le comprendre.
    SELLAL était en visite officielle au SUD. Il s’adressait à la population du Sud sur les problèmes de développement surtout dans l’agriculture en leur disant, en parlant de leur système d’irrigation astucieux « l’État est disposé à vous octroyer une aide pour vos « Foggaras » » dont le pluriel est « Faggagir  » ou « Fggager »! Les crétins avaient compris « octroyer une aide pour vos pauvres »)
    Comme en Arabe littéraire le G (comme garage) n’existe pas il avait voulu ‘innover’ en remplaçant le G par K ! Ce n’est pas faux dans le fond !
    C’est comme « GOUL » (dit) qui est utilisé par l’Est algérien alors qu’au centre on dit « KOUL »
    Ceci pour que certains ici, surtout toi l’ignare, se la boucle à jamais !




    0



    0
    Youcef
    27 août 2015 - 12 h 19 min

    Et pourtant elle croule
    Et pourtant elle croule




    0



    0
    Anonyme
    27 août 2015 - 7 h 49 min

    l’austérité sévère de l’état
    l’austérité sévère de l’état et du gouvernement algériens
    Commencer par les nombreux services,et administrations improductifs de l’A.P.N, du Sénat,des ministères, des administrations centrales,départements,services, offices,etc,…..
    Arreter les investissements des infrastructures de transports routières,aériennes,portuaires,et ferroviaires,
    et pétrochimiques,non rentables,
    et à très faibles amortissements
    Priorité absolue, et urgente à l’agriculture massacrée par la
    Mafia du foncier




    0



    0
    Incompétences Présidentielle et Gouvernementale
    27 août 2015 - 7 h 24 min

    @Alilou, Leila (qui n’est pas
    @Alilou, Leila (qui n’est pas dupe) et les autres concernant YG

    Vous vous êtes fourvoyés en critiquant YG et en le traitant de misogyne pour avoir dénoncé le comportement de son prétendu Chef que vous avez compris comme étant une femme Ministre, alors que YG a utilisé le féminin quelque part dans son commentaire car il faisait référence à « la PERSONNE qui dirige ce ministère…. » . Ce n’est donc pas forcément une femme. Avant de critiquer et de condamner, apprenez à bien lire les commentaires!!




    0



    0
    Anonym.a
    26 août 2015 - 23 h 47 min

    Par Anonyme (non vérifié) |
    Par Anonyme (non vérifié) | 26. août 2015 – 19:37
    vous avez raison , toubal président , ouvrons la frontière ouest et importons du cannabis en grand quantité et des guezzanates marocaine spour construire notre économie dans le grand makhreb




    0



    0
    I.M.S.A
    26 août 2015 - 23 h 14 min

    Les Haut-fonctionnaires
    Les Haut-fonctionnaires Algériens doivent respecter plusieurs obligations.

    L’obligation de se consacrer entièrement à leurs fonctions, un haut-fonctionnaire Algérien ne peut en aucun cas cumuler ses fonctions avec une autre activité, privée ou publique.

    L’obligation de discrétion professionnelle et de respect du secret professionnel : le haut-fonctionnaire Algérien ne doit pas divulguer des informations ou des documents dont il a eu connaissance à l’occasion de ses fonctions, sous peine de poursuites pénales.

    Le devoir d’obéissance aux instructions de son supérieur hiérarchique.

    Le devoir de moralité, y compris en dehors du service : un haut-fonctionnaire Algérien ne doit pas choquer par son attitude ou ses opinions contraires aux intérêts du pays et de sa mission.

    Le devoir de probité : le haut-fonctionnaire Algérien ne doit pas utiliser les moyens du service à des fins personnelles, ni avoir d’intérêts dans les personnes morales de droit privé, il ne doit en aucun cas bloquer l’institution ou renvoyer les doléances ou demandes des citoyens sans des motifs clairs et justes. Il a l’obligation de se consacrer à ses fonctions.

    L’obligation de neutralité : le haut-fonctionnaire Algérien doit assurer ses fonctions à l’égard de tous les administrés dans les mêmes conditions, quels que soient leurs opinions politiques, la région ou leur rang social, et doit s’abstenir de manifester ses opinions.

    Le travail du haut-fonctionnaire Algérien consiste à servir l’institution et par la même les citoyens, pour lequel il est payé, en aucun cas, il ne doit considérer cela comme un service personnel que lui même rend. Il est nommé et payé pour travailler au service des Algériens!

    J’en profite aussi pour annoncer qu’ à partir du 12 octobre 2015 tous les standards des institutions Algériennes pourront être contrôlés sans l’aval des ministres ou de leurs fonctionnaires.




    0



    0
    Alilou
    26 août 2015 - 21 h 44 min

    Nous vivons une situation
    Nous vivons une situation grave et vous mr YG ou mr soit disant chef de cabinet au lieu de travailler, vous êtes la à relater sur le dos d’une dame, des fantaisies inexistantes. Vous voulez sa place? N’est ce pas? Si j’étais vous, j’irais me jeter dans une fosse septique.

    Ingrat!




    0



    0
    karimdjazair
    26 août 2015 - 21 h 13 min

    Il faut raison garder, la
    Il faut raison garder, la baisse du prix du baril est certes inquiétante, mais ce n est pas une fatalité. Elle va obliger les dirigeants du pays, à réduire les importations, et favoriser forcément une autre alternative, l investissement productif, la seule solution qui puisse nous garantir l indépendance.

    La chute du pétrole atteint ses limites, sinon la stratégie mis en place par l amérique et ses sbires, les monarchies petrolières, se retournera contre eux, et ils casseront les dents.




    0



    0
    Anonyme
    26 août 2015 - 18 h 37 min

    A Rabah Toubal
    ___
    Nous

    A Rabah Toubal
    ___

    Nous savons que vous aimez votre pays l’Algérie; même depuis l’étranger, au travers de votre blog, mais il semble que vos articles, d’ailleurs pertinents, ne font que citer des faits , des évènements pour conclure qu’il faut changer Bouteflika, encore Bouteflika et toujours Bouteflika en souhaitant même un désordre en Algérie. Pour cela il faut un leader intelligent comme vous. Nous souhaitons que cela soit vous qui nous dirigiez. Vous saurez trouver les moyens avec vos relations « amicales » avec le Roi Mohamed VI dont vous vantez les réalisations que vous comparez avec celles de l’Algérie selon un de vos articles intiutulé: « L’Algérie qui recule, le Maroc qui avance »




    0



    0

Les commentaires sont fermés.