Il y a putsch et putsch

Par Houari Achouri – Le coup d’Etat qui s’est déroulé mercredi au Burkina Faso est ce qu’il y a de plus classique en la matière, version basique, pourrions-nous dire. Des membres de la Garde présidentielle ont fait irruption en plein conseil des ministres et ont ramassé tout le beau monde qui se trouvait dans la salle, autour de la table de réunion : les ministres, le chef du gouvernement et surtout le président de transition, Michel Kafando. Les auteurs de cette prise de pouvoir ne se sont pas embarrassés d’une mise en scène dans le style des manifestations de rues, pour donner une allure de révolution colorée à leur coup d’Etat. Cela explique peut-être cette levée de boucliers contre le putsch au Burkina Faso, qui a tout d’un «mauvais» coup d’Etat, pire «un acte terroriste» comme n’a pas hésité à le qualifier l’Union africaine. La mise en place par les militaires du Conseil national pour la démocratie (CND), avec «démocratie» comme mot-clef dans son intitulé, n’a pas suffi. En somme, s’il avait été «fardé» comme il le faut, ou plus explicitement téléguidé à partir d'Europe et des Etats-Unis, ce coup d'Etat aurait été bon. Mais conduit sans le feu vert de l’Otan, il est mauvais et donc spontanément condamnable. Ne sont-ce pas des coups d'Etat qui se déroulent sous nos yeux en Syrie, en Irak, en Libye, au Yémen et en Côte d'Ivoire ? L’exemple le plus flagrant est celui de l’Ukraine. L’engagement des Etats-Unis dans le renversement du président élu, Victor Ianoukovitch, a été implicitement admis par le président Obama lui-même, après avoir nié pendant des mois ce fait constaté par tous les observateurs honnêtes. C’est maintenant reconnu : Washington s’est mêlé directement des affaires intérieures de ce pays en finançant les «rebelles» de Kiev, ce qui a conduit au chaos actuel dans ce pays. Le cas de l’Ukraine démontre, au passage, que la loi américaine interdit à la Maison-Blanche de fournir de l'aide aux pays où un coup d'Etat a eu lieu, sauf s’il s’agit d’un «bon», c'est-à-dire un des «leurs», comme en Ukraine.
H. A.

Comment (9)

    Anonyme
    19 septembre 2015 - 17 h 23 min

    Par zorba (non vérifié) | 19.
    Par zorba (non vérifié) | 19. septembre 2015 – 17:08
    Est ce qu’on t’a demandé ton avis de marocain parasite? tu vas dégager de ce site, ton boutelika sur lequel les marocains comptent pour nous envahir et pour l’ouverture des frontières, ne fera pas long feu, il disparaitra avec la volonté du peuple in chaalah.




    0



    0
    zorba
    19 septembre 2015 - 16 h 08 min

    Le très actif president de la
    Le très actif president de la république A.Bouteflika a t-il condamné fermement ce putsch ? Suivant la politique internationale de très prés ,toujours défenseur de la liberté et de la démocratie quelle est la teneur de son intervention ?




    0



    0
    Anonyme
    19 septembre 2015 - 14 h 01 min

    C’est un putsh organisée avec
    C’est un putsh organisée avec le soutien extérieur occidental, comme je l’ai déjà mentionné c’est le fait que les burkinabay avaient la latitude de choisir ses dirigeants aux prochaines élections qui devaient se dérouler en Octobre qui dérangeait les prédateurs occidentaux, non pas pour les richesses de ce pays pauvre qui en est dépourvues, mais à cause de l’élan démocratique de ce pays qui peut faire tache d’huile ailleurs en Afrique, ce qui ne plait pas du tout aux prédateurs occidentaux, c’est un putsh contre les véiellétés démocratique de ce pays. La soit disant condamnation des puissances étrangères prédatrices n’est qu’hypocrisie. Ce putsh n’aurait jamais eu lieu sans le soutien extérieur.




    0



    0
    fatigué
    19 septembre 2015 - 12 h 26 min

    la même chose s’est passée en
    la même chose s’est passée en Espagne après la mort de Franco, les insurgés avaient envahi les Cortes ( parlement) prenant en otages tous les députés.
    le coup d’état avait lamentablement échoué.




    0



    0
    krimoAnonyme
    19 septembre 2015 - 11 h 35 min

    Il y a un genre de putsch que
    Il y a un genre de putsch que AP ne cite pas c’est celui qui sort des élections truquées, à savoir 10% de suffrages exprimés qui se transforment en 80% de votants inscrits. Je trouve même que ce général a plus de courage que celui auquel je pense.




    0



    0
    anonyme
    19 septembre 2015 - 10 h 54 min

    Par No Pasaran (non vérifié)
    Par No Pasaran (non vérifié) | 19. septembre 2015 – 11:16
    enfin des infos intéressantes




    0



    0
    No Pasaran
    19 septembre 2015 - 10 h 16 min

    Comment peut on affirmer que
    Comment peut on affirmer que ce qui se passe au Faso est un bon putsch?
    .
    Le chef des putschistes, monsieur Diendere:
    .
    – Est St Cyrien
    .
    – A invité la DGSE et la CIA a créer des bases MAJEURES a Ouagadougou et coopéré avec eux sur tous les plans dans une logique contraire a la souveraineté de l’Afrique
    .
    – Était a la tête du commando qui a assassiné en 1987 le président Sankara, allah yarahmou, qui fut un grand ami de l’Algérie, et un héros de l’Afrique
    .
    – Parmi ses loisirs quand il ne fomente pas des putsch : le général Diendere saute en parachute avec son copain l’ex ambassadeur de France au Faso, un général parachutiste, et barbouze pied noir de Cherchell qui est l’actuel officier de liaison de la DGSE au quai d’Orsay et dont le frère est le dircab de Bernard Bajolet, patron de la DGSE (Emmanuel et Frédéric Beth respectivement, cf. wikipedia)
    .
    Si l’Union Africaine et son CPS ont décidé que ce putsch est inacceptable c’est que c’est un mauvais putsch.




    0



    0
    Yacine
    19 septembre 2015 - 9 h 33 min

    J’ai vu, à la télé, le «
    J’ai vu, à la télé, le « chargé d’un machin de maintien de la paix de l’UA), Smain Chergui, (un Algérien par-dessus le marché) condamner fermement le coup d’Etat au Burkina Faso. Ce que défend ce bourourou est une clause introduite, en juillet 1999, au sommet de l’OUA à Alger, par le président Bouteflika. Mais ce que semble oublier de petit Chergui c’est qu’en matière de droit, il n’y a pas de différence entre quelqu’un qui prend le pouvoir par les armes et celui qui change la constitution pour se maintenir au pouvoir. Et passe sur ceux qui ont été placés au pouvoir par des militaires…… Le chef des putschistes, le général Gilbert, est connu pour être un fidèle de Blaise Compaoré, l’ami fidèle du palais de Rabat et de l’Elysé. Il est aussi l’assassin de Thomas Sankara, il est très lié aux réseaux narcoterroristes qui sévissent en Afrique de l’Ouest et au Sahel, et à ce titre, il a participé à la libération de nombreux otages occidentaux. Il a été pendant longtemps le chef des services spéciaux de son pays. Il est très probable qu’à ce titre son putsch aura le soutien de l’Occident très occupé par la crise des réfigiés.




    0



    0
    hamid
    19 septembre 2015 - 9 h 25 min

    Les Pays Occidentaux dont le
    Les Pays Occidentaux dont le principal la France, et tous ses dirigeants africains corrompus traitres etc.. tous ça, en fait, sont la cause du retard de l’afrique en matière de dévellopement, quelle honte pour ses pays africains qui sont toujours dans les coups d’état et les poutch, alors que de l’autre coté pleins de ressortissant venant de l’afrique demande le réfuge dont la plupart des cas économique…




    0



    0

Les commentaires sont fermés.