Aït-Ahmedomania

Par R. Mahmoudi – Cette vague de sympathie exceptionnelle pour le leader historique Hocine Aït Ahmed, à laquelle on assiste depuis l’annonce de sa disparition, a quelque chose qui relève de la psychologie de masse. Car au-delà de la stupéfaction et du chagrin que provoque la perte d’un grand révolutionnaire qui a nourri, avec d’autres, l’imaginaire collectif des Algériens depuis des générations, on sent chez les Algériens aujourd’hui, à travers leurs commentaires qui inondent les réseaux spéciaux, comme un besoin refoulé d’un père de la nation. Un besoin urgent qui s’expliquerait par un manque d’affection qui s’est accumulé pendant des années et menace de déborder en bouffée de violence. Un besoin que ne fait qu’aggraver l’absence du chef de l’Etat de la scène et, donc, de cet imaginaire collectif. C’est pourquoi cet élan de sympathie qui a gagné même les supporters de football – qui sont un véritable baromètre de l’état psychologique d’un peuple – est quelque peu mal vécu par les partisans «officiels» du Président, lesquels verraient d’un mauvais œil qu’un autre père de la nation vienne se substituer dans l’imaginaire des Algériens à l’image qu’ils s’escriment à construire et à entretenir depuis au moins deux ans du président Bouteflika, réduit au silence à cause de sa maladie. Alors, pour eux, la meilleure façon d’atténuer les ravages de cette «Aït-Ahmedomania» qui s’est emparée des jeunes, c’est de l’accompagner et de faire dans l’excès de zèle, comme l’a fait l’inénarrable secrétaire général du FLN, en versant des larmes devant la caméra pour exprimer son affliction et en faisant, au nom de ses pairs, son mea culpa pour tout ce qui a été dit d’incongru sur Aït Ahmed. La décision de décréter un deuil de huit jours par chef de l’Etat pour le défunt participe de cette hantise qui va durer encore une semaine.
R. M.

Comment (15)

    TheBraiN
    27 décembre 2015 - 9 h 08 min

    Réaction typiquement
    Réaction typiquement Algérienne !




    0



    0
    Anonym
    27 décembre 2015 - 0 h 10 min

    @voumoustache,non pas 12
    @voumoustache,non pas 12 millions de kabyles ,mais de 40 millions d’Algériens, laisse le se reposer en paix et foutez nous le camp de ton régionalisme ,pour toi da el ho,pour moi le père hocine,(Da el hocine n’aimait pas les regionalistes)essalam.




    0



    0
    Anonyme
    26 décembre 2015 - 21 h 47 min

    DECLARATION DE HOCINE AIT
    DECLARATION DE HOCINE AIT AHMED:
    Dans les moments de crise grave, il importe de garder la tête froide, de ne pas céder à l’air et aux gesticulations du temps et de refuser deux tentations : L’amnésie et la soumission à la fatalité. Une grande nation comme la nôtre doit défendre sa mémoire contre l’oubli, autrement qu’en mobilisant la fonction mythique voire cathartique de l’Histoire, pour des objectifs dérisoires de légitimation. Car ce défi est plus sérieux.

    Il s’agit de sortir l’Algérie de l’impasse dans laquelle le coup d’Etat du 11 janvier l’a plongée. En effet, l’arrêt du processus démocratique risque d’installer le désarroi dans les esprits et la haine dans les cœurs. Le cercle vicieux des répressions et des manifestations sur fond de dégradation des conditions de vie, ne voilà – t- il pas assez d’ingrédients pour l’engrenage de la violence ?




    0



    0
    Anonyme
    26 décembre 2015 - 20 h 30 min

    J’en connais quelques uns qui
    J’en connais quelques uns qui n’auront JAMAIS cet elan populaire, ni cette affection.
    C’est chose sure.
    Les nazes restent des nazes, on le voit a leur depart de ce monde, et ce n’est pas les petits fours qui parleront et encenseront les nazes en partance vers l’autre monde.




    0



    0
    ammmar
    26 décembre 2015 - 19 h 56 min

    malgré tt ce que ce dit ça et
    malgré tt ce que ce dit ça et la au sujet du peuple algerieb ds tte sa diversité culturelle,cet elan phenomenal suscité par la disparition du dernier de ses geants,les algeriens savent tt et personne ne reussira a les duper,meme si parfois son silence est pris par certains pour une garantie et assurance d’un peuple paraissant apprivoisé,les algeriens savent de quoi il s’agit et savent qAIT AHMED ETAIT UN VERITABLE HOMME,UN HERO ET UN SYMBOLE POUR LA VIE QUI N A PAS EU LA PLACE QU IL MERITAIT OU L ALGERIE TTE ENTIERE AURAIT PROFITE DE L ENVERGURE D UN TEL GEANT,Q U E L G A C H I S ,DORT EN PAIX DA lHOUCINE,nous te pleurons tous




    0



    0
    Anonyme VOUCHLAGHAM
    26 décembre 2015 - 18 h 00 min

    AIT AHMED VA REPOSER AUPRES
    AIT AHMED VA REPOSER AUPRES DES SIENS IL N A PAS BESOIN DE EL HALIA MAIS DE SA KABYLIE NATALE . AUPRES DES 12 MILLIONS DE KABYLES QUI L ADORENT .DOMMAGE QUE SES FRERES D ARMESREPOSENT A EL HALIA OU SE RENDENT LES (..). CHADLI A FAIT QUELQUE CHOSE DE MAGNIFIQUE EN REALISANT EL MAKAM ACHAHID .EL HALIA IL YA DES (..) QUI REPOSENT HACHA LES VRAIS REVOLUTIONNAIRES.L HISTOIRE RETIENDRAIT LE NOM DE HOCINE AIT AHMED…….




    0



    0
    Anonyme
    26 décembre 2015 - 17 h 10 min

    Il n y a pas de
    Il n y a pas de l’aitahmedmania il y a par contre un discernement que fait le petit peuple entre ceux qui sont pour une police politique et ceux qui sont contre. Ait ahmed a toujours combatu notre système politique basé sur la répression Quant à ce drabki il est « le moins mauvais « de de tout le personnel du FLN




    0



    0
    mohamed el Maadi
    26 décembre 2015 - 13 h 26 min

    J’ai été également touché par
    J’ai été également touché par la disparation de Ait Ahmed un symbole car sa présence nous relier encore avec la révolution et une certaine idée de l’algérie.Je suis persuadé que dans quelque années ses idées seront reprise mais à la condition que son parti ne se corrompt pas avec l’actuelle pouvoir.Enfin quand à la reconnaissance du peuple algérien vis à vis de Ait Ahmed c’est la figure du héros de la révolution qui est pleurer.

    Bon on n’a encore quelque gars au pays cette pas tout jeune qui défende l’algérie mais il faut que vous preniez la relève les jeunes au pays car il faut continuer le combat du papa comme moi je le fait c’est un devoir moral .Il faut choisir l’algérie ou sa mère ou sa femme ou ses gosses moi c’est l’algérie j’enverrai paître père mère femme et enfant pour mon pays ..c’est déjà fait.




    0



    0
    Anonyme
    26 décembre 2015 - 13 h 12 min

    Par Anonyme (non vérifié) |
    Par Anonyme (non vérifié) | 26. décembre 2015 – 12:32

    Ait Ahmed appartient à l’histoire, il est dommage qu’il soit enterré comme un simple homme de parti !
    ———–
    Tu te trompes, il etait lucide jusqu’au bout.
    Il est enterre comme un Algerien, dans sa terre d’enfance, celle qui a fait naitre sa famille.
    C’est au contraire un symbole puissant.
    Il a fui les faux honneurs. Ses actes parlent pour lui.
    .
    Souhaitons-lui le Paradis de ceux qui se battent sur le sentier de la justice, sans fuir le combat au prix de l’injustice la plus grande : etre eloigne pendant des decennies de son pays.




    0



    0
    sentinelle
    26 décembre 2015 - 13 h 09 min

    pourquoi aller chercher dans
    pourquoi aller chercher dans la psychanalyse des explications morbides, à un élan populaire spontané d’admiration pour l’un des pères fondateurs de la révolution algérienne. Si Ait-ahmed, a gardé intact son capital révolutionnaire et l’estime de son peuple c’est tout simplement parce qu’il n’a pas exercé le pouvoir dans l’Algérie après-révolutionnaire. Il n’a pas été mis à l’épreuve de l’ivresse du pouvoir, à laquelle ont succombé quelque uns de ses frères de combat. Il n’a pas eut à jouer le dictateur, le despote, le tyran, le faire-valoir. Toute la sympathie qu’il a engrangé auprès du peuple pendant ses années de combat pour l’indépendance et pour la démocratie, n’a jamais été émaillée par la moindre entorse à sa ligne de conduite et le moindre reniement à ses principes révolutionnaires.

    Le peuple entier pleurera hocine Ait-ahmed, parce que le peuple pleure toujours ses enfants les plus braves, les plus honnêtes, les plus intègres.




    0



    0
    Anonyme
    26 décembre 2015 - 12 h 28 min

    Un message, un grad message à
    Un message, un grad message à toute cette jeunesse qui n’ont , de leur vie, connu cet HOMME grandiose, pour eux et c’est pour eux qu’il s’est exprimé en 1988:
    « Aujourd’hui si j’ai à faire un appel, ce serait au pouvoir, aux hommes du pouvoir ; de leur dire, ne touchez pas à la chair de votre chair. Cette génération a un dynamisme extraordinaire. Vous avez comme devoir, vous n’avez pas seulement des droits sur cette société, vous avez comme devoir de permettre à ce dynamisme de s’exprimer d’une manière positive dans le développement du pays. Et cela ne peut se faire que par l’établissement d’une vie politique normale, le rétablissement des libertés démocratiques. Il faut que cette jeunesse trouve des canaux d’expression et qu’elle se sente responsable et participe. C’est de cette manière qu’elle peut devenir majeure. C’est elle qui doit prendre les règnes du pouvoir. Chadli disait il y a une année, à propos des droits de l’homme, que l’Algérie devait être le phare des droits de l’homme. Je crois que c’est l’heure de vérité maintenant ».




    0



    0
    Anonyme
    26 décembre 2015 - 11 h 32 min

    Ait Ahmed appartient à
    Ait Ahmed appartient à l’histoire, il est dommage qu’il soit enterré comme un simple homme de parti !




    0



    0
    Abou Stroff
    26 décembre 2015 - 10 h 54 min

    parlant de Rosa luxembourg et
    parlant de Rosa luxembourg et ses « erreurs » théoriques, Lénine a avancé: « il arrive aux aigles de descendre plus bas que les poules mais JAMAIS les poules ne pourront s’élever aussi haut que les aigles ».
    Da L’Hocine était un aigle, malgré certaines erreurs d’analyse (qui ont abouti à l’histoire du « qui tue qui »).
    par contre, kouider el mali n’a jamais été un aigle, n’est pas un aigle et ne sera jamais un aigle. kouider a vécu à l’ombre du burnous de boumédiène et fut propulsé chef de l’état grâce au manque de discernement de toufik et des officiers qui l’ont ramené sur un char de l’armée.
    moralité de l’histoire: après la disparition du dernier aigle de la guerre d’indépendance, les algériens devraient penser à se prendre en charge au lieu d’attendre le messie qui est supposé les sortir de la m…. dans laquelle ils pataugent depuis des lustres.
    quant à cette histoire de père de la nation, il n’y a que les peuples arriérés qui n’ont aucune emprise sur leur vécu et qui vivotent en tant qu’éternels assistés qui ont besoin du « père » pour vivre. les Hommes qui travaillent et produisent n’ont nul besoin d’un quelconque totem pour devenir plus humains.




    0



    0
    M. Bekaddour
    26 décembre 2015 - 9 h 57 min

    Il en est de tous les héros
    Il en est de tous les héros Algériens comme de Aït Ahmed, toujours une sympathie posthume, nos héros sont des malchanceux, parce que le mariage heureux, une maudite histoire l’a rendu impossible, à cause du penchant à la malhonnêteté de la majorité ABSOLUE des dits « Algériens ». Cruel constat ! Et ces héros ont eux mêmes des tares, « Miroir, miroir, dis moi que je suis le plus beau »… ET si la T.V algérienne avait enfin le courage d’avouer que nous TOUS laids, la beauté nous sera enfin offerte !




    0



    0
    Anonyme
    26 décembre 2015 - 9 h 48 min

    Ce titre est moche.
    Ait Ahmed

    Ce titre est moche.
    Ait Ahmed a ete de facto eloigne de son pays.
    Il a vecu une injustice de droit, comme celles que vivent des tas d’algeriens, y compris les soldats recemment emprisonnes.
    .
    La psychanalyse de Freud est une projection d’un type malsain sur l’humanite.
    Ou est le mal d’etre avec une figure du pere forte, protectrice, decisive et engagee ?
    Il faudrait voir l’etat des familles sans pere ou avec des peres deficients pour comnprendre qu’il n’y a aucun mal a etre dirige par un homme debout.
    .
    La classe politique a laquelle vous faites mention est a des annees lumiere de ces hommes des annees 30/40. Ils n’ont fait que s’abaisser et nous abaisser avec eux pour des decennies encore. Des planques, des fuyards, des ambitieux sans etoffe, des morfales, des rapaces.
    .
    Ce n’est pas de l’ait-ahmedomania, mais le signe positif d’une societe orpheline de son projet de liberation, cela veut dire que les algeriens voient clair et savent reconnaitre les hommes. D’un cote le pays reel (Ait-ahmed, Boudiaf, Zeroual) et de l’autre le pays legal mais honni (Bouteflika et freres, Drabki, etc). Le pays, le peuple sait reconnaitre ses enfants. Nous sommes gouvernes par des personnes non algeriennes, des usurpateurs. Cela cessera.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.