Des bons à rien ?

Par M. Aït Amara – Les Français soignent notre Président et pourvoient notre équipe nationale de football en joueurs de talent nés et formés chez eux ; les Chinois érigent notre Grande Mosquée d’Alger, nos logements à bas prix, nos stades, nos autoroutes et notre opéra ; les Russes équipent notre armée ; les Argentins entretiennent nos centrales nucléaires montées par ces mêmes Chinois ; les Américains contrôlent notre esprit ; les Anglais nous imposent l'universalité de leur langue ; les Brésiliens construisent nos ponts ; les Japonais et les Sud-coréens nous fournissent l'intelligence artificielle ; les Saoudiens promulguent nos fatwas et «guident nos pas vers le droit chemin» ; les Egyptiens nous prêtent leur accoutrement frère-musulmanesque et – accessoirement – leur accent ; les Turcs transforment nos foyers, travestissent nos coutumes et, par la même, nous recolonisent grâce à leurs feuilletons à l'eau de rose ; les Syriens nous les traduisent ; les Libanais arabisent les romans de nos écrivains francophones à la demande des maisons d’édition algériennes ; les Soudanais nous fournissent les protéines halal pour le Ramadhan ; les Italiens et les Espagnols repêchent nos migrants clandestins ; les Allemands nous apprennent à faire l’important pour épater l’autre au volant de leurs voitures estampillées «Deutsche Qualität» ; les Indiens nous réapprennent à faire fondre le métal ; les Canadiens, les Australiens et les Scandinaves nous font rêver d’une vie meilleure ; les Qataris orientent notre opinion publique à leur guise ; la pluie lave nos rues ; le soleil assèche nos mares d’eau infestées de moustiques ; la lune éclaire nos cités dortoirs sales et hideuses. Et nous, que faisons-nous ?
M. A.-A.

Comment (54)

    Anonyme
    10 mai 2016 - 22 h 00 min

    naklou el louz oua nacharbou
    naklou el louz oua nacharbou el gazouz, le système politique Algérien a crée des bras cassés.
    Des centaines d’arrivistes analphabètes dandinent, costumes, cravates, encartés au FLN _RND_ et autres partis paillassons, des cartables à la main remplis de dossiers pour des crédits non remboursables, importateurs de bricoles chinoises, soutien inconditionnel au régime, et sont aux premières loges. le comble c’est qu’ils se prennent au sérieux. comme des patrons , des hommes d’affaire …………..c’est burlesque mais tragique




    0



    0
    Anonyme
    10 mai 2016 - 12 h 50 min

    Par الهوارية..في فرنسا (non
    Par الهوارية..في فرنسا (non vérifié) | 10. mai 2016 – 0:40

    Par Oracle (non vérifié) | 9. mai 2016 – 11:45

    _____________

    Leurs salaires ne sont pas bas, ils touchent pareil que leurs collègues français.

    Mon beau frère est algérien Kabyle de Tizi Ouzou, il ne soigne que le Français, c’est une sommité en neurochirurgie vasculaire et Chef de Clinique près de Paris.

    Ma sœur est ingénieur de l’ENAC pas beaucoup de français de souche qui accèdent à cette école!
    C’est le Destin qui fait que certaines personnes sont faites pour vivre dans un certains endroit de la Planète.
    Les Malades ont des droits, pour se soigner où il veulent selon leurs ressources, en Algérie la mutuelle santé n’est pas très répondue, elle devrait être obligatoire pour pouvoir se soigner et être pris en charge.
    —————–
    N’importe quoi. Les medecins algeriens en France ne sont pas payes comme les francais. Toutes les urgences francaises sont tenues par des etrangers car les professeurs francais n’ont pas a faire 70 heures de travail par semaine. Et quand ils sont francais, ils rencontrent des diffultes reelles a moins d’avoir leur propre cabinet.
    Il faut connaitre le numerus clausus des facs de medecine pour comprendre que c’est un instrument des mandarins pour controler la manne.
    Le Destin accompagne la sottise des hommes et l’absence de solidarite, ca s’appelle le sur-determinisme. Quelle fantasque explication narcissique, toujours le moi-je en oeuvre et sa vie etalee sans pudeur.




    0



    0
    raselkhit
    10 mai 2016 - 10 h 00 min

    Cet article me rappelle une
    Cet article me rappelle une chansonnette pieds noirs ou on disait l’arabe est un fainéant né et pour travailler il lui faut un maitre et un bâton Par contre ceci me remémore les écrits de notre Psychiatre national Frantz Fanon qui décrivait l’aliénation dans « peau noir masque blanc » Comment le colonisateur nous a tellement formaté que même 60 ans après on continue à réfléchir avec les mêmes comportement d’indigènes.




    0



    0
    Kassaman
    10 mai 2016 - 9 h 56 min

    Le syndrome du colonisé c’est
    Le syndrome du colonisé c’est vous qui en êtes victime M. Aït Amara…
    Comment pouvez-vous dénigrer le travail de ces millions d’Algériens qui se lèvent chaque matin pour travailler et, ne vous en déplaise, PRODUIRE!.
    Les Agriculteurs particulièrement vous remercient, eux qui chaque année produisent de plus en plus, pour une population toujours grandissante.
    Les ouvriers des usines, des chantiers vous remercient de dire qu’il n’y a que des chinois qui travaillent.
    Notre Armée, qui dans ces usines et grâce au savoir faire d’Algériens produit sans cesse de nouveaux matériels militaires jusqu’aux drones ne vous en déplaise!
    Enfin tous le personnel médical, les enseignants, nos artistes et nos sportifs chantent à l’unisson vos louanges pour leur avoir ouvert les yeux sur le fait que ce qu’ils faisaient c’était…du VENT!!




    0



    0

Les commentaires sont fermés.